Archives de tags | faire l’amour

Mon aventure

Mon aventure Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Work-is-done-915256884

Mon aventure

 

Laissez-moi vous raconter.

Ce qui m’est arrivé au cours de cet été.

Je suis allé me promener à la belle campagne.

Avec, dans mes bagages, une bouteille de champagne.

 

Libre comme l’air, je parcourais les villages environnants.

En profitant du bon temps tout en découvrant des gens étonnants.

Toujours le sourire aux lèvres, ils témoignèrent d’une joie de vivre remarquable.

Puis, soudain, j’y ai trouvé une auberge où l’on y servait de mets savoureux aux tables.

 

Ventre affamé n’a point d’oreilles ! dit-on. Bel endroit pour y prendre un repas.

Pourquoi voyager si on ne peut pas déguster de ces régions leurs meilleurs plats ?

Ne pouvant résister davantage, j’ai succombé à la tentation de la gourmandise.

En ne me doutant pas que j’y allais y vivre une féérique surprise.

 

Aussitôt arrivé en ce lieu fort sympathique, je me dirigeai près du foyer.

Un feu abondant permit à l’humble visiteur que je suis de s’y réchauffer.

Une grande dame de belle allure vint alors à moi avec un je-ne-sais-quoi.

Pour m’offrir une boisson de cette contrée qui d’un bouquet exquis m’étonna.

 

En guise d’entrée, je pris un potage propre à cette adorable région.

Suivi par une tranche de viande de sanglier avec quelques lardons.

Le tout accompagné de légumes qui agrémentèrent ce festin de leurs saveurs.

Cependant, je ne prévoyais pas le dessert qui allait venir en pareille heure.

 

Dans un silence absolu, après avoir versé quelques rasades de ce nectar délicieux.

Mon hôtesse ferma à double clé les portes afin que nous soyons les seuls en ce lieu.

Se retournant vers moi, elle me fit signe avec sa main de la suivre sans plus attendre.

Jamais de ma vie, j’aurai pensé, en aucune occasion, connaître un moment si tendre.

 

 

Sur la paille fraîchement étalée, elle s’était étendue frêle et nue.

De toute mon existence, rien n’était plus beau que j’avais vu.

Dans un élan de passion, nous avons succombé à la luxure.

Comme il fait bon de vivre à la campagne avec cet air si pur.

 

Mais, toute bonne chose a une fin ! disait ma défunte mère.

En effet, je devais me rhabiller avec en mon cœur un goût amer.

Ma balade alla bientôt se terminer en cette admirable journée.

Un jour qui restera pour toujours, en mon âme, gravé.

 

Avant de partir, il allait de soi lui demander mon addition.

Elle me répondit que mon savoir-faire suffisait en une telle occasion.

Que ma notoriété dans l’art de faire l’amour est connue des alentours.

Et qu’elle se remémorera de cet instant magique à jamais et pour toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Assise, les jambes écartées

Assise, les jambes écartées. Poème de Rolland Jr St-Gelais Source de la photo : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/30-00075a-907816968

Assise, les jambes écartées

 

Je viens de regarder les nouvelles télévisées.

Je ne sais pas quoi faire, quoi dire, quoi penser.

Est-ce une illusion qui amène tant de confusion?

Des rumeurs de guerre qui parcourent tant de nations.

 

Pourtant, j’ai de tout et je ne manque de rien.

Dans mon appartement que j’entretiens si bien.

Je vis dans un pays de neige et de poudrerie.

Où plusieurs gens, y rester, ont bien envie.

 

Loin des guerres et des conflits armés.

Un pays dans lequel on peut encore s’aimer.

Je m’étais préparée pour le coucher.

Une douche rapide pour être disposée.

 

À passer toute la nuit sous les draps chauds.

À me réfugier dans mes rêves de jardins si beaux.

Des amants si magnifiques qui me feront l’amour,

Jusqu’à ce que viennent les rayons du soleil du petit jour.

 

Je crains maintenant de m’endormir.

De voir mes rêves se transformer en cauchemars infinis.

De me réveiller dans un monde en guerre et dans l’indifférence.

Je suis assise, les jambes écartées, car je perds peu à peu mon innocence.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le bon Gilbert

Le bon Gilbert Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin par Noble Roro de la France

Le bon Gilbert

 

J’ai connu voilà longtemps,

Alors que j’étais qu’un jeune enfant,

Un homme qui jamais ne se plaignait,

Et qui beau temps mauvais temps souriait.

 

Un homme comme bien d’autres en mon pays.

Un pays où brillait le soleil dans la région du Midi.

Il se levait dès le chant du coq chaque matin,

En chantant joyeusement un mystérieux refrain.

 

En des mots connus des gens de la région de l’occitan.

Cette région peuplée de gens fiers de leur histoire et de leur accent.

Un pays où il fait si bon de vivre et de faire l’amour,

Qu’une fois arrivé, on veut y être pour toujours.

 

Les villageois l’aimaient bien.

Car jamais il ne leur demandait rien.

Il prenait tant soin de ses poules si jolies,

Elles étaient un peu comme ses enfants chéris.

 

Puis, un jour, sans crier gare, on ne le voyait plus.

Tous les villageois se demandèrent où il avait disparu.

Au maire du village, ils demandèrent d’aller à sa porte frapper.

Après avoir écouté ses citoyens, il alla de ce pas chez Gilbert se renseigner.

 

Il eut pour réponse à ses toc-toc, un silence mystérieux.

Il décida donc d’ouvrir et pénétra, avec grand respect en ce lieu.

Quelle surprise de voir le bon Gilbert qui gisait sagement sur son lit.

Tenant en sa main, brûlée par le soleil, un manuscrit que le maire prit.

 

Une missive lui annonçant le décès de sa tendre mère.

Le bon Gilbert devenait ainsi orphelin, sans sœurs ni frères.

Son cœur ne pouvait guère supporter une pareille douleur.

Même le maire, à la lecture de cette lettre, fut en pleurs.

 

Le lendemain, il convoqua tous les villageois à la mairie.

« Mes chers concitoyens, écoutez-moi, je vous prie.

Nous avons perdu l’un de nos plus braves villageois.

Un homme qui par sa belle humeur semait tant de joie. »

 

Avec solennité, il poursuivit son discours.

« Nous l’avons vu sourire à la vie chaque jour.

Acceptez, je vous en supplie, cette humble proposition.

Allons ensemble porter à son dernier repos cet enfant de la nation. »

 

C’est donc par un vendredi après-midi.

Que se rassemblèrent tous les gens du Midi.

Afin d’aller porter en terre consacrée le bon Gilbert.

Au son du glas, d’un seul cœur, ils récitèrent un Pater.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Miroir, miroir

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Miroir, miroir

 

Miroir, miroir.

C’est déjà le soir.

Tout semble terne.

Tout est que baliverne.

 

Je ne regarde plus les nouvelles,

Car j’ose croire que la vie est encore belle.

Je me contente alors d’écouter de vieilles chansons,

Que mes amants et moi avec joie fredonnions.

 

Suis-je la seule en ce monde si étrange,

Qui croit aux fées, aux farfadets et aux anges ?

Suis-je la seule qui espère en un temps meilleur ?

Qui rêve de grands jardins parsemés de mille fleurs.

 

Ô miroir ! Gentil miroir.

Dis-moi qu’il n’est pas trop tard.

D’avoir foi en un avenir prometteur,

Et d’éloigner de moi les craintes et les peurs.

 

Tu reflètes si bien le blond de ma chevelure,

Qui est digne d’un oiseau à la plus belle parure.

Tu me renvoies avec finesse le bleu de mes yeux,

Un bleu comme était le ciel en un temps radieux.

 

Toi seul sais si bien épouser mon corps,

Et dont l’envie de faire l’amour à pleines dents le mord.

Et que dire de mes lèvres rouges comme le sang ?

Ces lèvres qui n’ont pas été embrassées depuis si longtemps.

 

Miroir, ô, miroir ! Devrais-je invoquer les saints ?

Afin qu’un ange puisse descendre du ciel pour me caresser les seins.

Que me pèsent ces jours de solitude loin de mes aventures.

Toutefois, je garde en mon cœur de l’espoir, car rien ne dure.

 

Tu es toujours là fort heureusement.

Toi qui me rassures affectueusement.

Et qui reflète avec grande douceur ma beauté,

Alors que j’attends la venue de la matinée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je danse dans la noirceur

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je danse dans la noirceur

 

Ce soir, je sors dans les bars.

Je serai en vie même s’il se fait tard.

Je vais dans un bar clandestin,

Jusqu’au petit matin.

 

Je me moque du couvre-feu.

Danser, c’est tout ce que je veux.

J’en ferai à ma tête,

J’ai décidé de faire la fête.

 

Ne me parler surtout pas de pandémie,

Profiter du bon temps, voilà ce dont j’ai envie.

Ce soir, plus rien ne me fait peur.

Je danse dans la noirceur.

 

Aussitôt arrivée sur les lieux,

Je vois braqués sur moi tous les yeux.

Sans hésiter, je me dirige sur le plancher.

Pour m’éclater dans une ambiance tellement réchauffée.

 

Fini le temps du confinement,

Terminée cette sensation d’emprisonnement,

Pour un instant de folie, je veux pleinement vivre.

Combien de temps devrions-nous simplement survivre ?

 

J’en ai assez de toujours me renfermer,

Vivre et, à mes amours, leur proclamer.

Que je serai à eux pour toute la nuit,

Car nous vivons qu’une seule vie.

 

Devrais-je déjà m’asseoir ?

Non, car vient juste commencer le soir.

Je suis debout et je compte bien le rester.

Jusqu’à ce que s’enflamment mes pieds.

 

Sans gêne aucune, j’enlève tous mes vêtements.

Fait amusant, tout le monde en fait autant.

En ce mois de janvier où tout est clos,

Ce moment me semble si beau.

 

Devrais-je alors m’en faire ?

Irais-je, pour ce moment de bonheur, en enfer ?

Si c’est le cas alors j’irai jusqu’au bout de mes pulsions.

Je ferai tout ce qui me plaît au risque de perdre la raison.

 

Danser dans la noirceur et ignorer la peur.

Voilà ma raison de vivre en cette heure.

Danser, boire un coup et faire l’amour !

Voilà quel est mon souhait depuis toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada