Archives de tags | image

Que ce bonheur puisse éternellement te combler

Que ce bonheur puisse éternellement te combler (Bonne fête des pères) Poème de Rolland Jr St-Gelais

Que ce bonheur puisse éternellement te combler

 

 

 

Cela fera sous peu un mois que tu nous as quittés.

Vers un monde où tu verras toutes les personnes qui t’ont aimé.

Tu es maintenant avec ma tendre mère et mon défunt frère qui t’ont attendu.

Avec joie indescriptible, et dans un lieu de béatitudes, le moment venu.

 

Les bras tendus vers celui qui allait bientôt les rencontrer.

Tandis que dans le silence de mon cœur, j’ai simplement récité.

J’ai prononcé cette prière alors que tu écoutais ces doux mystères,

Que nous a enseigné depuis l’aube de notre foi, la sainte Église, notre Mère.

 

Quel mystère magnifique est celui de la résurrection !

Qui répond à la perfection celui de la divine incarnation.

Du Fils de Dieu qui est venu comme un être à la fois humain et divin.

Qui mettra un terme à nos craintes en établissant un règne d’amour sans fin.

 

Quel mystère incroyable est celui de l’ascension !

Qui nous fait découvrir la foi comme ultime raison.

« L’essentiel est invisible pour les yeux », disait Antoine de Saint-Exupéry.

C’est en toi Seigneur Jésus que se trouve la source infinie de la vie.

 

Quel mystère mystique est celui de la descente de l’Esprit saint !

Qui renouvelle notre foi, notre espérance et notre amour pour le prochain.

Du fait de sa présence silencieuse, il nous rafraîchit telle une brise légère.

Et nous rappellent tes sages paroles lorsque le Christ était sur cette terre.

 

Quel mystère vaste qu’est celui de l’assomption !

Qui unit Marie à son Fils qui nous a apporté la rédemption.

Puisses-tu, ô, papa adoré, être à jamais à leurs côtés.

Et pour tes nombreux descendants, sans cesse, intercéder.

 

Quel mystère unique est celui du couronnement de Marie !

C’est à toi, cher papa, que je pense lorsque je la prie.

Comme tu aimais réciter le rosaire après l’heure du souper.

Quelle chance incroyable que j’eusse de pouvoir t’accompagner.

 

Est-ce un miracle ou une pure coïncidence ?

Ne dit-on pas que la foi est à l’image de l’enfance ?

Tu avais décidé de partir une fois le rosaire récité.

Que ce bonheur puisse éternellement te combler.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Faire ce qui doit être fait

Faire ce qui doit être fait Texte de Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Faire ce qui doit être fait

Il y a bien des choses que j’ai apprises dans la vie. Parmi celles-ci, deux grandes vérités me semblent essentielles pour comprendre l’importance des conséquences de nos prises de décision et, corollairement, des actions qui s’ensuivent. La première est celle que l’on ne peut pas revenir dans le passé et que l’on doit assumer l’entièreté de nos choix et des actes qui ont façonné le parcours de notre existence. La seconde est que la possibilité d’agir autrement existe bel et bien. Ce qui est formidable, car, avouons-le, l’erreur est humaine. 

Il est impératif de ne pas attendre à demain pour faire ce qui doit être fait. Corriger le tir, après avoir réfléchi de manière appropriée à ce qui peut être amélioré, est sans aucun doute la meilleure chose qui soit. Certes, le futur peut sembler lointain. Or, détrompez-vous ! Tel le reflet d’un objet dans un rétroviseur, il est beaucoup plus près qu’il paraît l’être réellement. D’ailleurs, l’image même d’un rétroviseur est appropriée pour décrire une telle réalité. En effet, ne dit-on pas que l’avenir est bâti à partir des graines que l’on a semées tout au long de notre vie ? C’est un élément fondamental à retenir pour se construire un futur meilleur.

Merci infiniment de votre attention

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

 

Prendre le temps de vivre

Prendre le temps de vivre Réflexion de Rolland Jr St-Gelais de Québec

Prendre le temps de vivre

Prendre le temps de vivre, c’est savoir être là, ici et maintenant. Nulle part ailleurs parce que nous n’y sommes guère. Pas en d’autres moments parce que l’on ne peut pas être dans ce qui s’est déroulé dans le passé ni dans ce qui n’a pas encore eu lieu.

Prendre, c’est empoigner ce qui ne peut l’être, et ce, malgré toute notre volonté. Un peu à l’image des grains de sable sur la plage qui glissent entre les doigts. Le temps de vivre doit se réaliser en se souvenant qu’il se terminera de manière inexorable.

De Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

 

Rose solitaire

Rose solitaire Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-lonely-rose-897976591

Rose solitaire

 

J’ignore quand tu liras

Cette lettre que tu ouvriras.

J’ai hésité à écrire ces mots

Car t’avoir à mes côtés était si beau.

 

Une rose accompagne cette missive

Car je sais comme tu es si pensive

Ne sois pas triste en cet instant

Il y a assez de moi assurément.

 

Je te faisais confiance

Envers toi, point de méfiance.

Mon cœur et le tien un seul le faisaient

Enfin c’est ce que j’espérais mais en vain.

 

Pourquoi ne m’as-tu pas dit la vérité ?

Un autre homme tu as en secret fréquenté

Faute avouée est à moitié pardonnée

Tu ignores comme je t’ai aimée.

 

Cette rose que tu tiens en ta main

Est à l’image de mon cruel destin

Un destin qui des affres ne pourra s’en sauver

Car de sa sève il ne peut plus s’en abreuver.

 

Tu étais ma raison d’exister

La source de mes plus belles pensées

Mais à quoi sert de vivre en être solitaire

Alors que la douleur en moi ne peut pas se taire ?

 

De

 

Rolland Jr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Miroir brisé

Miroir brisé Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo choisie par Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/50-00160-888309817

Miroir brisé

 

En cette journée de pluie,

De cette pluie qui tombe et qui reluit,

Qui reluit sur le macadam usé par tant de gens,

Ces gens qui recherchent leurs âmes sœurs désespérément.

 

Lourdeur insupportable par cette humidité.

Aussi lourde que l’air ambiant qui étouffe mes pensées,

Mes pensées portant malgré moi sur ma triste destinée,

Qui aurait été différente, si à une autre époque, j’étais née.

 

De mes rêves si coquins, tels ceux d’une adulatrice,

À bien des hommes, j’aurais été une excellente éducatrice,

Afin de leur enseigner comment à leurs épouses faire l’amour,

Tout en leur restant fidèles le temps d’une vie et pour toujours.

 

Quelle formidable époque de cette belle Nana,

De cette courtisane sortie de l’imagination d’Émile Zola.

Femme aux mœurs légères, mais aux idées tellement imaginaires,

Devant qui chaque homme cédait par son charme et son savoir-faire.

 

Comme toi, j’aurais vécu dans la luxure.

Comme toi, j’aurais été vêtue de belles parures.

Dans les banquets et les fêtes mondaines, j’aurais été invitée.

Dans les palais somptueux et les lits moelleux, j’aurais été comblée.

 

Fort malheureusement, je vis à une époque si différente.

Où l’hypocrisie est devenue une chose tellement courante,

Le jugement facile du bas peuple a remplacé les sermons du curé,

Sur les réseaux sociaux peuplés d’une audience tellement attentionnée.

 

Comment puis-je devenir avec le temps une courtisane adulée?

Comment puis-je être l’image même de cette femme libérée?

De cette femme que j’ai connue depuis que j’ai lu ce roman,

De ses aventures dans le vice et dans les doux moments.

 

Ô belle Nana ! Femme à la beauté impudique.

Tant convoitée par les femmes aux allures pudiques,

Femmes étouffées par tant d’hypocrisie et de fausse pudeur,

De mes rêves brisés, tel un miroir, délivrez-moi, car j’ai si peur.

 

Miroir brisé annonçant sept ans de malheurs,

Disparais à jamais, je te l’ordonne à cette heure.

De toi ne dépendent ni désastres ni moments d’euphorie.

Être femme frivole, je le serai aussi longtemps que je resterai jolie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada