Archives de tags | Canada

Les séances de nudité artistique au C.E.G.E.P. de Drummondville : Pour clarifier les choses

IMG_20190404_090937_007

Les séances de nudité artistique au C.E.G.E.P. de Drummondville : Pour clarifier les choses

Bonjour tout le monde,

57459364_10156433294517523_3892926286573600768_oJe profite de cette journée pluvieuse pour vous expliquer le déroulement d’une séance qui m’a grandement surpris tant par l’accueil que par l’ouverture d’esprit de la part des étudiantes du cours de dessins de modèles vivants au sein du collège d’enseignement général et professionnel de Drummondville. En effet, je crois utile de développer davantage sur la journée où j’ai servi de modèle vivant pour les groupes concernés dans le cadre d’une telle activité.

Une telle initiative vient de ma volonté de clarifier56242481_10156413336567523_4275342366358896640_n certains aspects liés à une telle activité au sein d’un collège d’enseignement. Tout d’abord, la définition même d’un collège d’enseignement diffère énormément entre ce qui se trouve en Europe et ce qui existe au Québec et même du reste du Canada. C’est ainsi que le Québec a créé à la fin des années 1960 un réseau d’institutions d’enseignement afin de préparer de manière plus adéquate les étudiants et les étudiantes ayant complété leurs secondaires, l’équivalent du lycée en France, à entrer dans le milieu universitaire. Qui plus est ! De telles institutions offrent aussi à leurs élèves de poursuivre leurs études dans un domaine plus aptes à répondre à leurs capacités intellectuelles. C’est ainsi que l’on peut y retrouver des cours de techniques répondants davantage au marché de l’emploi en complétant une formation de trois ans au lieu des deux requis dans un cadre préparatoire à l’université.

IMG_20190405_163647Ensuite, il est important de retenir que le cours de dessins où votre humble serviteur a offert son savoir-faire en tant que modèle nu s’adresse avant tout à des élèves ayant déjà complété leurs cours secondaires et ce, depuis un temps assez long. De plus, chacune des poses que j’ai choisies a été élaborée à partir de mes réflexions sur deux éléments précis. En premier lieu, je devais tenir-compte de leur niveau de connaissance versus leur niveau d’expérience dans le domaine du nu artistique. Certaines d’entre elles, les classes étaient constituées de jeunes dames, possédaient déjà une expérience importante en pareille matière. En second lieu, je prenais toujours le temps d’une part, d’expliquer l’objectif de ma démarche auprès d’elles en début de chacun des deux cours, et, d’autre part, de leur demander de vive-voix et devant la professeure responsable du cours, de me dire si telle ou telle pose leur posait un quelconque problème en tout début desdites séances.

En tout temps, je réfléchissais à la pose choisie enIMG_20190405_165021 fonction de la durée allouée pour la réalisation du dessin. Ceci pouvait être en un simple croquis jusqu’à un dessin davantage élaboré. Que de fois m’étais-je dit en moi-même ? « Bon ! Celle-ci est-elle convenable ? Celle-là est-elle appropriée pour cette première heure ? Comment dois-je faire afin que chaque étudiante puisse travailler sur les mêmes angles d’approche en me rappelant qu’elles formèrent un cercle autour de moi ? Fort heureusement, avec un peu d’intelligence et en me souvenant de mes précédentes expériences, j’ai pu effectuer des poses qui répondirent à la perfection aux attentes de la professeure et au plus grand plaisir des étudiantes présentes en ces lieux.

 

56954320_10156413336467523_4126316819482935296_nJe ne le répéterai jamais assez souvent : Être modèle nu est avant toute chose une passion. Je dirais même une vocation tellement je suis imprégné par la libération que cela me procure d’être vu, connu, reconnu et apprécié non pas comme une erreur de la pharmacologie, ni une source de revenus pour des avocats qui ont flairé la chance de faire un bon coup d’argent. Une telle démarche me d’être bel et bien comme un homme certes différent en-dehors mais semblable en-dedans comme n’importe tel être humain.

Là encore, une telle réalité semble avoir été partagée par les étudiantes du cours de dessin pour lesquelles leur humble serviteur a donné le meilleur de lui-même. Merci infiniment pour cet échange pleinement vivant.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Voici mon offrande

Voici mon offrande
Dessin réalisé par Eri Kel de la France

Voici mon offrande

 

Bonsoir de nouveau, mes chéris !
Ce n’est pas croyable comme avance la soirée,
À force de mon corps vous présenter pour l’immortaliser,
Sans oublier que je vous raconte quelques bouts de ma vie.

 

Nous voilà maintenant arrivés à la seconde partie de cette séance,
Où j’ai été à l’aise, devant vos yeux, de faire jouer mes hanches.
Afin de susciter en vous un regard, une envie, un désir,
Et de rendre vivants vos dessins pour votre plaisir.

 

Je vous confie un secret,
Un secret qui devra rester entre nous,
Un secret qui vous rendra peut-être un peu jaloux,
Et qui suscitera le souhait de vérifier la véracité de ce fait.

 

Mon dernier amant venu du Canada,
Ce lointain pays où il fait tout le temps froid,
M’avait fait une de ces confidences bien coquines,
Selon laquelle il admirait mon dos lors d’une pose divine.

 

Comme vous avez été de bons garçons,
Et que vous aviez bien appris avec calme vos leçons,
Vint en moi cette idée de vous faire cette grande faveur,
Un privilège qui saura éveiller en vous un moment de bonheur.

 

Avec petits pas semblables à une danse,
Tournant avec lenteur sur moi telle une transe,
Je réponds avec une sincère joie à votre humble demande,
Voilà donc mon dos de jeune femme ! Voici donc mon offrande !

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le temps est compté…

Le temps est compté…

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, je dois avouer qu’aujourd’hui est une journée un peu spéciale. En effet, c’est dans la nuit de samedi à dimanche que nous passerons à l’heure d’hiver. C’est du moins ce que les citoyens du Canada, des États-Unis et du Mexique devront faire dans les heures qui vont suivre. Ceci m’amène à réfléchir sur l’importance du temps de vivre et de vivre tout simplement.

En effet, nous vivons presque tous à une époque où tout est compté en argent et en gains en tous genres.  » J’ai gagné tant cette année. J’ai obtenu ceci ou bien cela au cours des dernières semaines. J’ai rencontré de nombreux clients pour d’éventuels contrats. J’ai fait ceci ou cela afin de passer le temps. » Ce sont-là des phrases que nous attendons trop souvent. Mais qui d’entre nous a pris le temps tout simplement à le savourer, sans nécessairement passer au lendemain, à un hypothétique futur ?

Attention ! Je ne dis pas qu’il est futile de prévoir pour les moments difficiles que nous vivons tous un jour ou l’autre. La prévoyance est signe de sagesse. Cependant il est dangereux, voire néfaste pour l’âme, de toujours penser à ce demain qui, peut-être ne viendra jamais. Souvenons-nous que nul ne sait le lieu et les circonstances de son départ pour pour l’autre monde. Encore-là, combien de gens pour diverses raisons préfèrent-ils préparer leurs vies après cette vie au  lieu de simplement vivre, et bien vivre, le présent ? Oui, il est essentiel, en tant que croyant d’avoir à l’occasion une certaine préoccupation spirituelle, voire même religieuse, pour notre destinée finale. Après tout, nul ne sait ce qui adviendra de notre âme une fois qu’elle sera de l’autre côté de la rive.

En ce qui me concerne, et c’est mon humble opinion, je préfère vivre l’instant présent puisque d’une part, je ne peux réparer les erreurs du passé et d’autre part, avoir la certitude de ce qui se passera dans mon avenir. Regarder derrière soi nous empêche de voir vers  l’avant tandis que de regarder au loin peut parfois nous empêcher d’apercevoir la magnifique fleur qui est à nos pieds. Une fleur que nous offre gracieusement le présent.

Merci d’avoir pris le temps de lire ce texte.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La relève ne saurait tarder

43604420_10156918577823919_989073870973566976_o

Dessin très inspirant réalisé par Eri Kel de la France

La relève ne saurait tarder

 

En cette nuit du 6 juin, 

Où tous ces hommes venus d’outre-mer, 

Sont venus libérer ma patrie, mon pays et ma mère. 

Ayant une seule pensée qui dans leurs cœurs et leurs âmes les rejoint.

 

Entendant au loin éclats d’obus et sifflements, 

Annonçant notre libération tôt ou tard assurément, 

Je sentis en moi grande fierté et immense espoir, 

De voir tomber ce rideau de haine et de désespoir.

 

Mais, j’ignore la raison. 

Je m’étais endormie sur le canapé, 

Entièrement nue sans être voilée ni drapée. 

Avais-je rêvé d’être courtisée par un charmant garçon ?

 

De ces garçons venus de l’Angleterre ? 

Qui firent la promesse de revenir vers mères et pères ? 

Ou de ces jeunes hommes venus du blanc pays appelé le Canada,  

Qui allèrent avec courage et bravoure refouler ennemis de ce pas.

 

Allez mes braves ! Venez vers moi qui vous attends. 

Me suis-je dite, croyant entendre une voix dans le firmament. 

C’est alors que je fus atteinte par une balle perdue ciblant mon corps nu. 

Sans retenu, sentant mes forces avec lenteur disparaître, je me  suis étendue.

 

Pas un mot n’ai-je prononcé ? 

À quoi bon ?! J’ai si souvent répété. 

Entendant cris divers, cela aurait été futilité. 

Je devins peu à peu semblable à une rivière desséchée.

 

Je levai alors les yeux vers le ciel pour implorer, 

Pour qu’avant de partir de ce monde on puisse m’exaucer, 

Accorder une dernière faveur pour ceux qui vont aussi tomber, 

Je ne demande qu’une chose : Que la relève ne saurait tarder.

 

De

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada

 

En hommage aux civils tués lors du débarquement du 6 juin 1944 en Normandie 

Hommage à madame Samuelle Ducrocq-Henry 

39999735_10217652984461425_8296338435895984128_o

Madame Samuelle Ducrocq-Henry

Hommage à madame Samuelle Ducrocq-Henry 

Bonjour tout le monde, 

Hé oui ! Le mois de août tire bientôt à sa fin. Par le fait même la saison estivale ira vers d’autres cieux laissant ainsi sa place à l’automne et à ses couleurs mirifiques. Pour ma part, la saison automnale est le début de la reprise de ma participation en tant que modèle vivant pour les écoles d’arts et les divers ateliers qui offriront une telle activité auprès de leurs membres. 

Pour être franc avec vous, j’ai hâte de pouvoir revivre de telles expériences qui agrémentent ma vie. En effet, être modèle vivant pour des institutions d’enseignement de rang académique supérieur est un privilège que la vie accorde à un nombre restreint de personnes au sein de la société. Ce qui est d’autant plus remarquable réside dans le fait que je sois l’un des rares, peut-être même le seul, modèles vivants avec un handicap physique au Canada. Vous devez sans doute deviner qu’il s’agit d’un véritable honneur pour votre humble serviteur. 

Toutefois, un tel honneur réside avant toute chose à la confiance que les responsables des groupes d’étudiantes et d’étudiantes ont envers moi et à mon sens professionnel dans ce domaine qui me passionne au plus haut point. À propos desdits responsables, L’une d’entre eux ressorte du lot tant par sa gentillesse à mon égard et par grande disponibilité tout au long de mes participations que par sa personnalité extraordinaire. 

Madame Samuelle Ducrocq-Henry est parmi les professionnels les plus compétentes que je connais dans le domaine artistique. Professeure chevronnée dans la transmission de son savoir, pédagogue attentionnée pour le succès de ses élèves, femme avide de connaissance et passionnée par le monde équestre, elle a tout pour impressionner celles et ceux qui la connaissent. 

En ce qui me concerne, j’ai eu la chance de travailler en tant que modèle vivant en de nombreuses occasions lors de ses cours offerts à Montréal. Je dois dire qu’elle a su me mettre à l’aise devant le groupe pour qui je posais dans mon plus simple apparat et ce, dès les premiers instants. Bon ! Il faut tout de même avouer que notre sens de l’humour, notre joie de vivre et une confiance mutuelle constituent un ensemble d’une importance cruciale dans le cadre d’une telle activité.

Cependant, un élément doit être dit une fois pour toutes afin de vous expliquer la raison majeure de ma passion en tant que modèle vivant, c’est-à-dire nudité intégrale, depuis plus de six ans. C’est justement grâce à la rencontre de gens tels que madame Samuelle Ducrocq-Henry que la confiance en ma capacité de réaliser un tel métier n’a eu de cesse de grandir. Grandir au point d’être devenu une de mes plus grandes passions avec, bien entendu, la poésie et la photographie. 

Sincères remerciements à vous madame Samuelle Ducrocq-Henry pour votre confiance et pour la femme que vous êtes. 

Avec grand respect à votre égard ! 

De 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Mise en lumière

FB_IMG_1525773354468

Magnifique dessin réalisé par mon ami et collaborateur de la France : Eri Kel 

Mise en lumière

 

Je me donne à vous

Non pas à genoux mais debout

Avec fierté! Avec bonheur! Avec entrain!

Avec passion! Avec amour! Voilà mon refrain!

 

Je le fais avec plaisir et sans gêne

Depuis mes périples de Paris à Gênes

De la France jusqu’au Canada ce pays de froid

Avec mes pieds je parcours le monde vaste de bon aloi.

 

Pour y découvrir lorsque je suis nue devant une foule

Qu’à bien y penser et sans que cela réellement me saoule

Que mes seins convoitées notamment par les dames de la haute société

Font le délice des yeux de leurs époux et concubins sans cesse étonnés.

 

Étonnés d’apprendre et même scandalisés que je ne m’offre guère

À n’importe quel homme car je ne suis pas une simple aventurière

Même si j’adore être entièrement nue pour divertir les pinceaux dansant sur la toile

Et présenter mon talent indéniable au gré du vent sur mes cheveux telle une voile.

 

Soyons francs messieurs et mesdames

Vous pouvez contempler mon corps telle une flamme

Vous enivrez de ma beauté léguée par ma tendre mère

Mais faites-le toujours avec respect car c’est ainsi qu’aura lieu une mise en lumière.

 

De

 

RollandJr St Gelais de Québec au Canada

Les goûts et les couleurs se discutent.

Les goûts et les couleurs se discutent.

Bonjour tout le monde,

20171129_154119Comment allez-vous en cette période de la mi-janvier ? Avez-vous l’occasion de profiter de la belle saison hivernale ? Pouvez-vous pratiquer une quelconque activité propre à cette saison magnifique ? Préférez-vous, au contraire, les activités intérieures afin de combler vos moments de loisir ? Pour ma part, je suis plutôt porté à meubler mes temps libres, si je ne compte pas les heures que je passe à enrichir mon blogue artistique par mes nombreuses publications, en assistant soit à des présentations cinématographiques ou bien, plus rarement, à des soirées théâtrales ou encore, à des matches de hockey qui constitue notre sport national au Canada. Je sais bien que chacun d’entre nous préfère une activité qui puisse le satisfaire. Après tout, les goûts et les couleurs ne se discutent pas.

Mais, est-ce bien le cas ? En ce qui me concerne, il est fondamental que20171129_150920 les goûts et les couleurs puissent se discuter et même que nous pouvons le faire très bien. C’est d’autant plus le cas en ce qui touche le monde artistique, à priori la nudité artistique. D’ailleurs, sans de telles discussions, l’art perdrait à la fois de son mordant, de sa recherche d’excellence et de son ouverture sur le monde environnant. À la limite, j’oserais même ajouter que sans cette possibilité de discuter des « goûts et des couleurs », les arts perdraient leur raison d’être qui est de susciter l’intérêt dans l’intimité de la personne. Il est toutefois primordial de retenir que le respect  un pré requis, et ce en tout temps et en tout lieu, dans les échanges afin de justement faire avancer le domaine artistique telle que soit son orientation.

26231811_338498853299665_6067423322810350198_nIl est certes facile de critiquer pour le simple plaisir de le faire. Cependant, il est bien d’avoir à l’esprit que ce que nous trouvons un tant soit peu fade, sans saveur, dénué d’intérêt selon nos critères personnels peut être perçu comme une oeuvre remarquable selon des points-de-vue diamétralement opposés aux nôtres. Il en est ainsi des oeuvres présentées dans certains groupes présents sur les réseaux sociaux tels que, pour ne pas le nommer, Facebook. Tout le monde a le droit indéniable de ne pas aimer telle ou telle réalisation artistique présentée sous quelconque support que ce soit. Mais, dans ce cas, il me semblerait d’une grande utilité de le faire d’une manière à exprimer certes ce sur quoi on est en désaccord mais en mettant aussi l’accent sur les points positifs que l’on peut découvrir au sein de l’oeuvre concernée. En d’autres  mots, une critique peut être réalisée de manière positive et négative. C’est dans une telle optique, un peu comme la nécessité d’avoir deux jambes pour avancer sinon on risque de tomber sur le cul, que la possibilité de découvrir des voies tout à fait inconnues jusque-là se fera de manière libre et sans crainte d’être mis à l’index.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Que se passe-t-il sur la rue Ste-Catherine ?

IMG_20170902_065924_583

Que se passe-t-il sur la rue Ste-Catherine ?

20170901_181402_HDRBonjour tout le monde, Je profite de l’occasion qui m’est offert pour  souhaiter un bon congé de la fête du travail à mes compatriotes canadiens et québécois. Hé oui ! Je suis fier d’appartenir à ces deux entités nationales puisqu’elles reflètent une évolution historique tout à fait unique en son genre. Oui, mon pays est le Canada car il est et sera toujours une terre d’accueil pour les personnes de bonnes volontés tandis que le Québec est, et il le sera pour toujours, ma patrie puisqu’il est le berceau de la langue française et du catholicisme sur un continent anglo-saxon et très souvent de confessions protestantes. Certes, le cas du Nouveau-Brunswick est tout à fait particuliers puisqu’il démontre à lui seul que les deux entités qui forment ce si grand et beau pays peuvent vivre en parfaite harmonie. Bref, j’adore mon pays et je défendrai jusqu’à mon dernier souffle ma patrie.

Ceci écrit, et comme je vous l’avais mentionné dans un précédent20170901_180954 article, je suis allé à Montréal ce dernier samedi pour y visiter une exposition sur l’art érotique dans laquelle plusieurs oeuvres y étaient présentées auprès d’un public averti. D’ailleurs, j’ai fait tout mon possible pour arriver sur les lieux peu de temps après l’ouverture afin d’une part, d’avoir le loisir de prendre quelques clichés de certaines des réalisations artistiques sans qu’il y ait trop de gens sur place et d’autre part, de relever le terrain à la recherche de potentiels sujets pour mon blogue artistique lequel est devenu mon enfant chéri. Cela en a valu le coût puisque la seconde visite qui a eu lieu en soirée a été bien au-dessus de mes attentes. Il est essentiel de vous rappeler pour comprendre la présence d’articles consacrés à l’érotisme qu’effectivement, et que vous le vouliez ou non, il s’agit bel et bien d’un véritable art digne de mention et qui mérite d’avoir pignon sur rue.

Que pouvais-je donc faire pour m’occuper entre les deux visites à ladite exposition ? Je me suis dit qu’un bon repas allait certainement m’aider à trouver quelque chose à faire d’ici-là. C’est ainsi qu’en savourant un bon spaghetti et en buvant ma boisson non alcoolisée préférée, cela est un secret, que l’idée de simplement parcourir la rue Ste-Catherine était suffisant pour y trouver matière à reportage. Notons que la rue Ste-Catherine est située en plein cœur de la vie mondaine de la métropole du Québec. On peut y retrouver de tout même si cela peut ne pas convenir à tout le monde. (Et croyez-moi sur parole, ce n’est pas un endroit pour les âmes sensibles.)

Une petite anecdote ! J’ai profité de mon moment de « repos » pour aller à la célébration eucharistique dans l’une des plus belles chapelles de Montréal avant d’affronter le monde urbain. Il est à noter que j’y vais assez régulièrement lorsque je dois aller poser pour des séances de nudité artistiques et ce, à la demande des écoles d’arts et des ateliers. Et avenant le cas où il m’est dans l’impossibilité d’assister aux saintes offices dominicales, il me fait plaisir de les suivre à la télévision d’État.

IMG_20170902_094209_134C’est ainsi que déambulant sur la rue Ste-Catherine, mes yeux furent portés vers une exposition de photos réellement impressionnantes tant par leur originalité que par leur qualité et, le fait le plus notable, par l’endroit où elle était exposée au grand public. Que de couleurs ! Que d’imaginations ! Que  d’émotions ! Et, surtout, que de plaisirs à voir de ces petits chef-d’oeuvres de créativité en plein cœur de ce quartier. J’ai donc pris tout le temps nécessaire afin de prendre le maximum de clichés dans le but de pouvoir rédiger de nombreux articles au sein de mon blogue. Et du temps, j’en avais amplement.

Une photo par ci. Une photo par là. Et encore une autre. Je n’ai pas osé calculer le nombre de mes prises tellement mon attention se portait sur chacune de ses oeuvres. Des oeuvres qui démontrent de manière sans équivoque que l’art est l’outil par excellence pour embellir non seulement un lieu précis, mais la vie en général. Qui d’entre nous n’a jamais fredonné une chanson, lu un poème, admiré une peinture ou bien d’avoir eu le souffle coupé en voyant une statue immortalisant la beauté du corps humain ? Pour ma part, l’art est fort probablement un cadeau venu du monde céleste car notre existence serait d’une telle morosité sans cette faculté artistique. Vive le monde des arts ! Y compris le monde de l’art érotique.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une journée vraiment pas comme les autres

IMG_20170902_071513_877

 

Une journée vraiment pas comme les autres

 

Une journée vraiment pas comme les autres

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout se passe bien durant votre weekend. Ici, au Canada, c’est le long congé de la fête du travail. Comme vous l’avez sans doute deviné, nous calquons souvent nos journées fériées sur celles des Etats-Unis puisque d’une part, nos relations commerciales et économiques sont intimement liées avec ce qui a lieu chez Oncle Sam et que, d’autre part, notre histoire est tout simplement imbriquée avec celui de notre voisin immédiat. N’oublions pas que nous avons également en commun la frontière la plus longue au monde. Pas étonnant qu’un vieil adage affirme ceci ;  » Les Etats-Unis ont la grippe mais c’est le Canada qui éternue. « 

857518Qu’à cela ne tienne, je vous parle dans ce présent article de ma dernière expérience vécue durant mon bref séjour dans la métropole du Québec, c’est-à-dire Montréal. Une expérience axée sur un domaine en parallèle avec celui de modèle nu et qui pourtant, croyez-moi sur parole, n’a strictement rien en commun. C’est bel et bien deux visions de la nudité opposées l’une à l’autre. Ce qui ne m’empêche pas, comme bien d’autres modèles nus tant masculins que féminins, d’être un sujet d’études ou de performance pour toute personne qui oeuvre dans le monde de la nudité artistique. Mon expérience avec la charmante Pénélope vécue jadis dans une chambre d’hôtel en plein cœur du centre-ville de Montréal est sans contredit la plus belle preuve que l’on peut en certaines occasions outrepasser l’art stricte de la nudité artistique en lui donnant un cachet purement érotique sans pour autant verser dans la vulgarité. L’exposition intitulée  » Festival d’art érotique de Montréal  » est sans contredit un incontournable à voir absolument dans le futur pour toute personne oeuvrant dans le monde du nu artistique et/ou érotique.

C’est ainsi, pour en revenir à cette journée exceptionnelle, que j’aiIMG_20170902_094553_687 décidé de visiter, et ce en en deux temps, une exposition axée sur l’art érotique. Qu’attend-t-on par érotisme ? Que pouvons-nous y découvrir sous le regard des auteurs ? Que pouvons-nous y percevoir avec nos sens ? Que voulons-nous y toucher avec nos propres yeux afin de se faire une idée, certes approximative, de l’évolution de l’érotisme au cours des âges ? Fait amusant, l’un des responsables de cette exposition m’a dit en référence avec ladite évolution que « chaque société a fait sa propre découverte, autrement dit redécouvre à sa façon, de la sexualité selon les critères propres au temps qui lui était alloué. » Bref, la nudité érotique est, à l’instar de la nudité artistique, tributaire de la société dans laquelle elle existe. Dis-moi comment tu vois ta nudité et ta sexualité, il y aura de fortes chances que je te dis dans telle époque tu vis. « 

IMG_20170902_071642_929Bref, j’ai passé toute la journée de ce vendredi à Montréal afin de mieux apprécier l’ensemble des oeuvres qui y étaient présentées. Toutefois, il m’est impératif de vous informer que ladite journée s’est déroulée en deux temps bien distinctes. En premier lieu, une bonne partie de mon après-midi fut consacrée à prendre le pouls des oeuvres choisies pour cette occasion. Que pouvais-je bien y trouver et dans quelle ordre ? Quels étaient les sous-thèmes liés à l’érotisme ? Étaient-ce le sadisme ou le masochisme ? Étaient-ce plutôt le fétichisme ou encore une vision plus perverse de la sexualité, voire le côté sombre qui réside, sans aucune exception possible, en chacun d’entre nous ? Je vous répondrai, et ce avec un plaisir à la fois coupable mais tellement délectable, que j’y ai retrouvé à peu près de tout. En second lieu, je suis retourné sur les lieux, un peu comme le ferait un pervert pour se délecter de voir les badauds être à la fois scandalisés et curieux face à une quelconque perversion aussi odieuse puisse-t-elle être, à l’occasion d’une double projection de films, sous formats de bobines, qui passèrent jadis de mains à mains afin d’éviter la censure au sein d’une Amérique puritaine. God bless America !

Quelles sont mes impressions d’une telle exposition ? Je vous répondsIMG_20170902_094842_736 en développant ces trois aspects précis et qui sont l’originalité de ladite exposition, la beauté des oeuvres exposées et  des thématiques inhérentes dans chacune des salles dédiées à cette exposition. Je dois dire à mon grand regret, et même si il m’est aisé de comprendre l’importance de préserver les droits d’auteurs, qu’il m’a été dans l’impossibilité de prendre des clichés de manière directe des oeuvres. Ce qui ne m’a guère empêché de réaliser soit des prises de vue d’ensemble ou encore des gros plans de certaines parties des oeuvres afin d’éviter tout manquement professionnel à l’égard des artistes qui ont participé à une telle exposition.

En ce qui concerne l’originalité d’une telle exposition, force m’est de constater qu’elle ne manque pas de panache. En effet, tout y est réalisé pour permettre aux nombreux visiteurs tant de sexe masculin que de sexe féminin de se sentir véritablement à l’aise en parcourant les cinq salles. Celles-ci ont d’ailleurs la particularité de monter d’un cran dans le degré, est-ce le bon terme à utiliser ?, de perversion sexuelle. Par exemple, la douceur de la licorne y est présentée à l’entrée alors que  la salle dédiée au sadomasochisme se trouve bien loin. Enfin, c’est là mon humble impression. Comme disent si bien les Suisses ;  » je dis çà ou je ne dis rien. »

IMG_20170902_094729_207Pour ce qui est de la beauté des oeuvres, elle y est présente en chacune d’entre elles. Tantôt, on y voit des oeuvres à caractères plutôt classiques et d’autrefois, la liberté de création se trouve accrue de manière, si j’ose m’exprimer ainsi, exponentielle. Chose étrange, et Dieu merci je ne suis pas le seul à avoir remarqué un certain élément, la présence d’oeuvres où le sexe masculin est présenté dans toute sa splendeur est quasi absente. Ce qui n’a guère exclu la chance incroyable de déceler quelques oeuvres dignes de mention parmi les créations exposées. Je pense notamment à une oeuvre précise où l’artiste semble s’être inspiré de l’image du bouc de Lucifer pour le réaliser. Qui plus est le phallus y est présenté avec grand soin.

Finalement, la thématiqueIMG_20170902_095000_017 des salles est aussi un élément qui a rendu ma visité tout à fait agréable. Que de richesses artistiques ! Que de créations aussi fantastiques les unes que les autres ! Quelle variété dans les oeuvres choisies !  D’ailleurs, et c’est là une preuve que la sexualité peut devenir une source incroyable d’inspiration, tout objet semble pouvoir devenir une interprétation d’une sexualité plus ou moins débridée ou tout simplement, disons-le avec honnêteté, hors normes ou encore sortie des sentiers battus. Autre preuve que la sexualité est à la base de nombreuses interrogations à la fois d’ordre morale et d’ordre de l’éthique non seulement propres à chaque époque mais aussi à chacun d’entre nous. En passant, je me suis quelque peu amusé en m’imaginant voir Sigmund Freud analyser chacune de ces oeuvres en essayant de comprendre le fonctionnement de pensées de leurs auteurs lors de leurs créations et, pourquoi pas ?, des réactions des personnes présentes à cette exposition. Bien évidemment votre humble serviteur ne fait pas exception à la règle.

IMG_20170902_065924_583En résumé, il est vrai que cette journée est loin d’être comme les autres. En effet, partir de Québec en autocar pour assister à une telle exposition et revenir dans la nuit relève d’une véritable passion pour la nudité sous toutes ses formes. Certes, j’y ai trouvé de véritables chefs-d’oeuvres dignes de mention. J’y ai aussi fait la rencontre de personnes réellement uniques dans leurs façons d’aborder et, par ricochet de vivre leurs sexualité et d’affronter leur nudité. Mais au-delà ces faits, le plus important c’est de constater jusqu’à tel point les libertés de conscience, d’expression et de circulation constituent le fondement d’une véritable société libre et démocratique. Qui plus est ! Sexualité et liberté vont de pairs dans les méandres de l’histoire.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une facette méconnue de la nudité artistique : Être une modèle nue enceinte (Pratique du yoga)

Une facette méconnue de la nudité artistique :
Être une modèle nue enceinte (Pratique du yoga)

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. De mon côté, je suis fier de vous annoncer17904232_1925292107701890_6493016918687049643_n que j’ai fait une très longue promenade au cours de cette après-midi. Raison pour laquelle je n’ai pas rédigé, ni  publié d’article pour aujourd’hui. Profiter du soleil, admirer les différentes beautés féminines et rencontrer des gens intéressants est une denrée rare en ce monde où la possibilité de vivre pleinement sa vie au quotidien n’est pas donnée à tout le monde. Bref, je remercie le ciel pour être né dans un si beau pays qu’est le Canada et de vivre sur ma tendre patrie qu’est le Québec. Je sais bien que je me répète mais, avouons-le, vivre et non pas survivre est une opportunité incroyable de nos jours.

new-image-15À cela s’ajoute la possibilité de vivre une prochaine expérience de modèle nu pour les quatre mois à venir au sein d’un département universitaire qui  se trouve dans la belle ville de Trois-Rivières. Croyez-moi sur parole ! J’ai vraiment hâte de travailler avec tous ces gens, jeunes et moins jeunes, qui tenteront de parfaire leurs connaissances dans le domaine des arts visuels. Toutefois, je dois reconnaître qu’une question est apparue au fil de mes réflexions en cette journée ensoleillée. Hé bien oui, je réfléchis souvent au cours de mes aventures quotidiennes sur les sujets qui pourraient potentiellement vous intéresser. Bref, voici la question : Doit-on avoir un corps parfait pour être modèle nu ou une telle profession est-elle réservées aux personnes ayant un physique impeccable ? Je pourrais aisément partager mon expérience personnelle afin d’infirmer une telle hypothèse. Or, il n’en est rien.

Au lieu de cela, j’ai préféré vous présenter, encore une fois, une vidéo dans laquelle une yogi démontre tout son savoir-faire dans le yoga. Cette yogi a ceci de particulier; elle est enceinte de plusieurs semaines. Son corps transporte deux vies. En premier lieu, la sienne qui nous transmet, entre autre sa passion pour le yoga, et une certaine joie de vivre qui lui est propre. Passion et joie de vivre constituent les fondements majeurs dans ma conception de ce qu’un modèle nu doit posséder. En second lieu, la vie d’un être en devenir qui prend peu à peu forme dans le sein de sa mère. N’est-ce pas ce que les artistes réalisent lorsqu’ils captent sur leurs supports l’instantanéité de la pose ? Mettre sur support de manière à la fois graduelle et avec une grande attention leurs êtres en devenir, leurs progénitures, leurs … enfants en quelque sorte.

Une petite remarque que je dois vous dire avant de vous laisser regarder cette vidéo. J’ai fait quelques recherches sur différents moteurs de recherche sur le web dans le but de trouver des images de modèles nues féminins, notamment enceintes. Malheureusement, les seules photos que j’ai trouvées étaient loin de se qualifier dans le champs artistique. À vrai dire, elles se situent aux antipodes de ce que je voulais découvrir. Inutile de vous expliquer dans tel domaine elles se retrouvent sur le web. N’est-ce pas ?! Dommage car, une fois encore, la nudité est reléguée à la sexualité débridée. 

muse_summoning_artist_to_work_by_jrekas-daih6fqMais, Dieu merci, grâce à la collaboration de mes nombreuses connaissances dans le milieu de la nudité artistique, j’ai pu déniché quelques oeuvres d’arts de qualité tout à fait remarquable. De véritables petits chef-d’oeuvres dignes de mention tellement la recherche de l’excellence y est un point central. J’ai donc décidé de vous en montrer au moins une afin d’étayer mes dires (1). Comme quoi, le concept de la nudité est davantage honorable dans les yeux d’un artiste que ce dont on peut trouver sur le web. C’est là un élément qui me redonne foi en l’être humain. 

Merci infiniment de votre visite.

Bon vendredi !

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

(1) http://jrekas.deviantart.com/art/Muse-summoning-artist-to-work-635696342