Archives de tags | amoureux

Viens plus près

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Viens plus près

 

Viens plus près,

J’ai un secret à te dire,

Quelque chose qui va te faire sourire,

Quelques mots qui vont te faire tellement plaisir.

 

Je porte en moi quelque chose de précieux,

Un être vivant se forme au fond de mon être,

Un être innocent qui attend en silence de naître,

Un enfant qui témoignera comme nous sommes amoureux.

 

Cela faisait si longtemps,

Que j’ignorais comment t’annoncer,

Cette nouvelle qui va notre vie tellement changer,

Il me suffisait de saisir la bonne occasion et le bon moment.

 

N’est-ce pas une bonne nouvelle?

Nous qui voulions depuis toujours fonder famille,

Remplir notre demeure de beaux garçons et de jolies filles,

Rien qu’à y penser, ô mon amour, me donne de grandes ailes.

 

Viens plus près ô mon chéri,

Que je sente ton corps sur le mien,

Donne-moi la chance de vivre ensemble ce destin,

Que cette nouvelle te remplisse de joie jusqu’à l’infinie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Jonquilles

Jonquilles Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Dreampaint68 Source : https://www.deviantart.com/dreampaint68/art/Jonquilles-874100966

Jonquilles

 

Ma chère fille,

Je t’adresse ces mots,

Afin de t’expliquer tous mes maux,

En t’offrant avec amour ces quelques jonquilles.

 

Ces maux qui envahissent mon corps,

Et qui m’empêchent d’aller faire ces pas dehors,

Ces pas à tes côtés, comme le ferait tout bon père,

Mais, je t’en supplie, essaye de comprendre mon calvaire.

 

Je suis atteint d’un mal appelé cancer,

Qui me fait vivre chaque jour un vrai enfer,

Mais, le pire des douleurs est dans l’incapacité,

De te prendre dans mes bras, toi mon enfant tant aimée.

 

À toutes tes questions, je dois garder le silence.

Même si j’avais voulu te raconter une belle romance,

De ces contes de fées comme j’aimais tant te lire le soir,

Une fois endormie, je te donnais une bise en guise de bonsoir.

 

Un jour tu comprendras le sens de la vie,

Lorsque tu saisiras que seul l’amour est infini.

Alors, ma fille, tu seras devenue une belle femme.

Qui réchauffera son amoureux d’une douce flamme.

 

Je t’offre ces quelques fleurs,

Pour éloigner loin de toi tes peurs,

Ces jonquilles que tu garderas près de toi,

Le jour où en terre consacrée tu me porteras.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je le tiens fermement

Je le tiens fermement Œuvre de Josée St-Amant Poème de Rolland Jr St-Gelais

Je le tiens fermement

 

Voici mon ultime instrument,

Je le tiens bien fermement,

Telle la hampe de mon amant,

De mon homme que j’aime assurément.

 

C’est un violoncelle dont je suis devenue amoureuse,

Avec lequel je joue des mélodies langoureuses,

Des airs venus d’une époque un peu ténébreuse,

Mais qui, pourtant, me rendent tellement heureuse.

 

De ces airs graves venus de l’Europe de l’Est,

Qui ont traversé l’océan jusqu’en les terres de l’Ouest.

De ces peuples qui parlent avec des accents si particuliers,

Mais qui conjuguent à leur manière le verbe aimer.

 

Nous ne faisons qu’un avec le temps,

De ce temps qui a apporté tous ces chants,

De ces chants qui m’ont fait découvrir des pays,

Des contrées de verdure où l’on pleure et où l’on rit.

 

J’ai joué de cet instrument devant bien des foules,

Des foules où se trouvent des amoureux qui roucoulent,

Mais de tous mes souvenirs rien ne vaut plus à mes yeux,

Qu’avoir joué entièrement nue et d’avoir été écoutée par les cieux.

 

De

 

Rolland Jr Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Arbre tout enneigé

Arbre tout enneigé Photo par Séléné Alsace Poème de Rolland Jr St-Gelais

 

Arbre tout enneigé,

Témoin du temps passé,

De ces actes tellement héroïques,

De ces récits et de ces contes épiques.

 

Arbre, de flocons blancs, vêtu.

De ces flocons saupoudrés des nues,

Sur les branches asséchées du vent d’hiver,

Qui glisse sur les hauteurs peuplées de sapins verts.

 

Arbre isolé qui jadis accueillait des amoureux,

Par un bel après-midi d’été en des jours heureux,

Arbre qui se camoufla des chaudes couleurs automnales,

Qui finirent sur le sol alimentant la terre d’un banquet proverbial.

 

Arbre de l’Alsace qui dort d’un sommeil bienfaiteur,

Aux douces lueurs printanières se réveillera en son heure,

De cette froide saison, tu sortiras en temps voulu de ta torpeur.

Arbre enneigé du temps présent qui attend les jours de bonheur.

 

Arbre d’été ou d’hiver, tu es un arbre alsacien.

De cette région de la France aux accents si anciens,

Arbre si longtemps germanique, mais désormais et toujours français,

Me cacher sous tes branches en une journée d’été tel est mon souhait.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La fête sera bientôt finie

La fête sera bientôt finie Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-party-is-over-865756527

La fête sera bientôt finie

 

C’est déjà le deux de janvier,

Il me semble que je venais juste d’arriver,

Tu avais apprêté un mets tellement somptueux,

Et ton corps de déesse parfumé d’un arôme luxueux.

 

Avec un verre de vin à la main,

En te chantant un air de mon pays lointain,

Dans le bain chaud en silence je t’ai accompagnée,

Car rien ne nous donne autant de bonheur que de nous caresser.

 

Verre de vin rouge,

Tout autour de nous, bouge,

Nous laissant aller à l’extase de cet instant,

Je voyais dans tes yeux la beauté du firmament.

 

J’étais ton amoureux,

Tu étais celle envoyée par les cieux,

Comme ce premier jour fut si merveilleux,

Car cette nuit était réservée que pour nous deux.

 

Moment exquis digne du paradis,

Que même les anges dans le ciel nous envient,

Allez mon amour ! Profitons de chaque baiser, de chaque étreinte.

Car qui sait si les nuits qui suivront ne seront pas vaines?

 

Que de mots doux je t’ai à l’oreille murmuré,

Que de gestes intimes nous avons avec lenteur échangés,

Que de fois nos cœurs ont remplacé nos lèvres pour exprimer,

Notre amour, notre passion, notre raison d’exister pour l’éternité.

 

Collés l’un contre l’autre, nous nous sommes apaisés.

Dans les draps de satin, nous avons fait la grasse matinée.

Je humais la senteur enivrante de ta peau douce comme un pétale,

Un pétale d’une fleur inconnue à mes yeux qui sont devenus pâles.

 

Car je sais bien que ton époux arrivera par le dernier train,

Comme je voudrais t’avoir pour tous ces lendemains,

Être là à tes côtés, te faire l’amour jusqu’à l’infini.

Même si, malgré moi, la fête sera bientôt finie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada