Archives de tags | amoureux

Pensées

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Pensées

 

Il est six heures du matin

Et mon cœur est rempli de chagrin

J’aimerais pouvoir te serrer dans mes bras

Mais je crains que tu ne le veuilles pas.

 

Le soleil n’est pas encore levé

Et déjà tu es dans mes pensées

Car je crains qu’il t’arrive grand malheur

Alors que j’aurais voulu faire ton bonheur

 

En toute sincérité, je ne t’ai jamais oubliée

Si tu savais comme je t’ai aimée, je t’ai adorée

Aimée à la folie même si cela m’était interdit

Mais c’est comme ça. Et puis ? Alors, tant pis

 

Tu m’avais fait promettre d’être toujours amis

Mais dans le secret de mon cœur il en était point ainsi

Car j’aurais préféré être ton amoureux pour la vie

Puisqu’à mes yeux ta beauté m’avait tellement ébloui

 

J’aimerais tellement t’embrasser et te faire l’amour

Peut-être sera-t-il possible une de ces nuits, un de ces jours

Me coller simplement contre toi afin de te cajoler et te consoler

Et te dire dans mes mots que tu es la plus belle dans le ciel étoilé

 

Ne m’en veux pas, ô toi, si je t’aime encore

Car tu as vraiment un cœur pur, un cœur en or

Et que seul l’amour est véritablement le plus fort

Puisque dans mes pensées tu y es même quand je dors

 

Ô que oui, je t’aimais

Encore maintenant et à jamais

Que veux-tu ? Je n’y peux rien

Je t’offrirai mon cœur si tu le veux bien

 

De

 

RollandJr St Gelais de Québec au Canada

 

Vive l’amour dans la langue de Molière

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Votre humble serviteur bientôt de retour en tant que modèle vivant (nu intégral)

 

Vive l’amour dans la langue de Molière

Bonjour tout le monde,

C’est avec un plaisir immense que je vous informe de ma sortie prévue pour ce vendredi 15 février. En effet, les médecins et les spécialistes du centre de convalescence où je suis hospitalisé depuis trois semaines m’ont confirmé la guérison de mon bras gauche. À vrai dire, il s’agit d’une guérison de transition puisqu’il me faudra attendre jusqu’à la fin mars avant de pouvoir me servir de mon bras de manière pleine et totale. Ici, tout sera une question de prudence pour les semaines à venir.

Sous un autre ordre d’idée, J’ai eu la chance d’assister à un mini-spectacle offert par un duo musical qui a permis aux personnes présentes en salle de se remémorer certaines des plus belles chansons d’amour de la langue française. Mais, à bien y penser, quelle est la plus belle langue au monde sinon le français ? Oui, c’est un fait. Je suis à la fois nationaliste, fier de mes racines ancestrales et passionné par tout ce qui touche au beau, au bien et au bon. Mais, je suis également un francophile. C’est-à-dire, pour ceux et celles qui ignorent ce que ce mot signifie, que je suis un amoureux de la langue française.

Pour moi, la langue française est la langue de l’amour. Je devrais même dire « des amours »: amour de la nation, de la patrie, de ses terres en y incluant les « amours » de l’amitié fraternelle, de la famille sans oublier l’amour dit des amoureux et, pourquoi pas ?, celui des amants. J’aime ma langue et elle me le rend bien.

Aurais-je autant de plaisir à composer mes poèmes dans une autre langue que le français ? C’est possible. Aurais-je la même passion d’écrire mes textes dans une autre langue que ma langue maternelle ? C’est probable. Aurais-je le sentiment d’être privilégié de vivre, de penser, d’explorer et de découvrir le monde qui m’entoure dans une autre langue que le français ? Pourquoi pas ?! Cependant, c’est dans la langue française que chaque fibre de mon corps, de mon âme et de mon esprit vibre d’une vibration incomparable en ce monde.

Bref, j’ai réellement adoré cette soirée musicale où les chansons d’amour en français étaient à l’honneur et ce, en compagnie de gens formidables. Des gens qui m’ont appris de nouveau que le véritable bonheur se retrouve dans la simplicité de la vie. Croyez-moi sur parole ! C’est là une grande leçon existentielle.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Dans un rêve

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans un rêve

 

Qui es-tu ?

Une fois la nuit venue,

Tu es là chez-moi et nue,

Belle blonde et toute menue.

 

Nous avons passé la soirée,

À se regarder sans dire un mot,

À se toucher sans aucun geste de trop,

Nous avons passé des heures à se caresser.

 

Était-il utile de dire quoi que ce soit ?

Il nous suffisait qu’être simplement toi et moi.

Dans la pénombre de mon salon éclairé par une bougie,

Avec pour chaperon quelques notes d’un piano sous une douce mélodie.

 

Tu m’invitas à t’accompagner,

En un autre lieu en un autre endroit,

Afin d’être encore plus près de toi,

Un lieu où nous pourrions nous explorer.

 

Comme dans un rêve je t’ai suivie,

Comme dans un rêve tu m’as souri,

Comme dans un rêve nous étions si heureux,

Car en réalité, toi et moi nous étions amoureux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Viens sur ma moto

dcyyf2a-785cb6f3-f583-4171-a900-4644dd41df43

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Viens sur ma moto

 

Bon matin, chérie

Dis-moi, as-tu bien dormi ?

J’ai pensé à quelque chose cette nuit,

J’aimerais que tu sois avec moi aujourd’hui.

 

Je dois réaliser quelques tournées,

Je souhaiterais vraiment que tu sois là,

Ce que nous serions bien seulement toi et moi,

Et, qui sait ?, nous pourrions dormir sous le ciel étoilé.

 

Viens avec moi ! Mets-toi un vieux jeans, ce sera parfait comme ça.

Nous nous arrêterons en chemin dans un restaurant,

Comme nous le faisions il n’y a pas si longtemps.

Allez ! Monte avec moi, pressons le pas.

 

Te souviens-tu du jour où je t’ai rencontrée ?

Tu semblais être tellement timide mais aussi enjouée,

Devant ce restaurant pour  les amoureux où avec ma moto je suis arrivé.

Tu m’as regardé de tes yeux doux et dès cet instant, je t’ai aimée.

 

Viens ! Allez viens ! Allons sur ma moto.

Allons maintenant voir si le monde est encore beau.

Mais, c’est dans ton regard que je le trouve toujours formidable,

Puisque sans toi, simplement vivre, j’en serai incapable.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La douleur

 

DSC_1117

Dessin réalisé lors de ma dernière prestation de nudité artistique en date du 15 septembre 2018 à Montréal

La douleur

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout se passe bien pour vous et que la fin de la saison hivernale vous soit agréable. Pour ma part, je dois avouer qu’elle a été parsemée de surprises en tout genre, mais plus particulièrement sur un trait auquel je ne m’y attendais absolument pas. Un trait qui concerne la vision que l’être humain a d’une part, de ce qui l’entoure et d’autre part, de lui-même.

On parle souvent dans les médias sociaux d’amour, de romance, d’aventures parfumées à l’eau de rose et de bien d’autres sujets aussi légers les uns que les autres. Malheureusement, un sujet semble avoir été occulté par l’ensemble des médias de masse. Et, si on en parle, c’est souvent pour saluer la manière héroïque dont certaines personnes ont du l’affronter au cours de leurs vies. De quoi s’agit-il exactement ? Cela se résume en un seul mot : douleur.

Mais qu’en est-il vraiment ? Je parle ici de celle qui est présentée par les grands quotidiens, celle qu’on subit et que bien involontairement on peut faire subir aux autres et, bien entendu, celle que l’on s’inflige à soi-même. Il y a autant de types de douleur qu’il y a des gens sur cette terre. 

Il y a aussi la douleur que l’on éprouve dans des circonstances bien précises de notre existence tels que, à titre d’exemple, la maladie, les handicaps physiques ou mentales, les peines d’amour et la perte d’un être cher. Il y a aussi la douleur qui se manifeste lors d’un mauvais souvenir qui nous vient à l’esprit. Bref, vous vous doutez sûrement que la liste de tout ce qui en est la cause est presque infinie.

Pour ma part, je peux dire que la douleur et moi-même nous nous connaissons très bien puisque nous nous sommes côtoyés en maintes reprises au cours de ma vie. Une vie parsemée d’éléments parfois agréables et parfois qui le sont moins. Je pense notamment à celles causées par mes prothèses, à mes nombreuses opérations subies durant mon enfance, à celles liées par l’assassinat de mon frère aîné en 1972 et par l’image véhiculée dans un journal de sensation alors que je n’étais qu’un gamin âgé de 11 ans en 1973. Toutefois, est-il utile de mentionner les douleurs, les souffrances et les épreuves des gens que je côtoie en ce moment même dans un centre de réadaptation physique où je suis hospitalisé depuis déjà quelques jours ? Bref, je n’ose pas trop me plaindre de mon sort.

Il y a aussi celui de mon image corporelle que je ne peux en aucun cas négliger. Comment les autres le voient-ils ? En particulier les membres de la gente féminine ? Fait intéressant à noter, et à ce que plusieurs d’entre elles m’ont affirmé, la manière dont je me présente en ayant aucun complexe rend possibles les liens amicaux avec mes pairs. Par ailleurs, c’est souvent ce que l’on croit percevoir chez autrui qui nous blesse et non pas la réalité en tant que tel.

Je pense à un exemple bien particulier pour illustrer de tels propos. En effet, c’est un peu comme si on m’attachait en ayant les yeux bandés dans un salon de massage érotique lors d’une séance sadomasochisme. Toutes les filles y seraient pour me voir souffrir et me faire souffrir. Mais, ici une question fondamentale se pose d’emblée. Qui leur permet d’agir de la sorte? Celui qui écrit ces lignes et nul autre que lui-même. Il en est ainsi dans de nombreux domaines de la vie. Les domaines amoureux, de travail et de famille en sont des exemples parfaits.

C’est un fait indéniable : L’individu est plus souvent qu’autrement l’instigateur de son malheur. N’allez pas croire que je réfute l’idée qu’il y a aussi de causes extérieures à notre souffrance. Les gens qui sont en services internes dans le centre de réadaptation où je suis n’ont certes pas choisi de vivre leurs situations souvent d’une gravité rarissime. Ce qui n’empêche pas que dans bien des cas nous-mêmes qui donnons à autrui la clé de tout ce qui nous détruit.

On peut, à l’instar de mon image précédemment montrée, avoir les yeux bandés afin d’éviter de voir la réalité. Mais, qu’on le veuille ou pas, c’est la réalité qui nous rattrape. Que pouvons-nous alors faire ? Je répondrais simplement à cette question par deux solutions certes drastiques, mais d’une efficacité éprouvée. En premier lieu, faire face à cette réalité et d’agir en conséquence, c’est-à-dire de prendre les moyens qui s’imposent et de foncer sans arrêt. Autrement dit,  » prendre le taureau par les cornes « . En second lieu, de faire sortir toutes formes de négativité dans notre vie. Ceci peut aller de se séparer de gens qui aspirent notre énergie jusqu’à faire un choix des lieux où nous avons l’habitude d’aller. Quels types de personnes nous enrichissent vraiment ? Quels genres de lieux peuvent favoriser une meilleure harmonie entre d’une part, nos valeurs les plus précieuses et d’autre part, les activités qui sont susceptibles de nous faire évoluer sur la route du bonheur véritable ? Ce sont-là quelques exemples où le négativisme peut être extirpé de notre vie.

Je vous souhaite en ce début du mois de février de trouver réellement ce qui vous convient pour votre plus grand bonheur. C’est, je crois, le meilleur souhait que l’on peut faire envers notre prochain. N’est-ce pas ?

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec

Pensées bleues

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Pensées bleues

 

Dans le cœur des amoureux

Un foyer brûle pour gens chaleureux

Bien calmement avec grande sérénité

Comment si il était là depuis des éternités.

 

Doux rêves peuplent leurs sommeils

Rêvant à des lieux aux mille merveilles

Le temps n’a plus d’importance

Car l’essentiel c’est la romance.

 

Un temps pour jouir d’un répit

Un moment d’un bonheur sans prix

Où rien n’a plus de valeur que sentir

Les bras qui reçoivent nos long soupirs.

 

Nulle part en ce monde existe

Un tel temps tellement propice

Pour s’harmoniser avec l’être aimé

Avant de ce monde parfois bizarre quitter.

 

Mais quoi de plus beau que l’amour?

Implanté dans nos cœurs par les cieux

Qui alimente avec générosité les pensées bleues

Comme ce fut hier, aujourd’hui, demain et pour toujours.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Mon rayon de soleil

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Mon rayon de soleil

 

Seul, je marchais dans ma destinée

En me questionnant pourquoi j’étais né

Ma vie n’avait pas de sens, pas de raison

Pourquoi être sans amour? Voilà mes questions!

 

Portant la croix de mes péchés

Je ne savais en ce monde où aller

Existe-t-il un peu de lumière ?

Une lueur d’espoir dans cet enfer ?

 

Parcourant ce jardin où les amoureux

Marchèrent main dans la main le cœur joyeux

Je me suis assis sur ce banc en âme solitaire

Pour mieux comprendre, pour mieux me taire.

 

Qu’allais-je faire? Qu’allais-je devenir ?

Quelle pouvait être ma raison de vivre ?

Pouvais-je encore croire aux miracles et avec la foi?

C’est alors que bien calmement tu t’es assise près de moi

 

Sans dire un mot, je t’ai regardée et admirée

Irradié par ta beauté sous le soleil d’été

Magnifié par tes cheveux couleur de blé

Oserais-je faire les présentations et te parler ?

 

Contre toute attente, tu m’adressas la parole

Que la vie peut parfois être un peu folle

Car il m’a suffit de voir ton beau visage

Pour comprendre que la vie n’a pas d’âge.

 

Moi qui croyais tout connaître

Je me suis enfin senti renaître

Sentir en moi ce goût de croire

Et de la vie sa beauté la voir,

 

Tu me racontas un peu de ta vie

Cela m’avait grandement surpris

Sans cesse tu m’avais souries

Et mon cœur de toi s’est épris.

 

Et cette journée se transforma

En un de mes plus beaux souvenirs

Car tu me redonnas le goût de sourire

Avec ta permission, pour te remercier je t’embrassas

 

Jamais je n’oublierai comme tu étais belle

En me souvenant des chants d’hirondelles

Et comme l’espoir est un don sans pareil

Dès cet instant tu es devenue mon rayon de soleil.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Le jour se lève

41494538_10156843974433919_8412144583990837248_o

Dessin qui illustre bien ce que doit ressentir une victime d’inceste Merci infiniment à mon ami Eri Kel de la France pour sa précieuse collaboration et pour son amitié

Poème dédié aux victimes d’inceste. 

Le jour se lève 

 

Il est si tôt le matin, 

Et déjà j’ai dans la tête un refrain, 

Qui me fait revivre le temps de mon enfance, 

Le temps de cette indescriptible souffrance. 

 

Où je devais garder, 

Un terrible et monstrueux secret, 

Que ma famille aurait à jamais éclaté, 

Et au gré du vent et du temps ce serait éparpillée. 

 

Je me souviens de cette main, 

Qui devait être secourable, 

Que tu posas sur ma bouche incapable, 

Je voulais crier et appeler au secours en vain. 

 

À cette époque de découvertes, 

Où je devais compter sur toi, 

Telle une princesse envers son roi, 

Et voir ô combien était mon jardin à l’herbe verte. 

 

Mais au lieu de cela, 

Horribles choses tu m’enseignas, 

Des mots qui devaient rester cachés, 

Et que seul mon amoureux pouvait réaliser. 

 

Maintenant et depuis trop longtemps, 

C’est trop tard car le mal est à jamais fait, 

Dis-moi père ! As-tu éprouvé un quelconque regret ? 

 Au dernier jour de ta vie qui te restait ? 

 

Ça y est, le jour est enfin levé. 

Pourrais-je à nouveau faire confiance ? 

Depuis l’instant où s’incrusta en moi cette méfiance. 

Je t’en prie père, pour une fois, laisse-moi ma peine crier. 

 

De 

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Partage masculin

FB_IMG_1535891240808

Dessin par Juste Angèle de France

Partage masculin

 

Amour maudit,

Plaisir toujours interdit,

Par ces gens remplis d’hypocrisie,

Qui n’ont rien à faire de leurs tristes vies.

 

Deux êtres vivants, 

Qui s’attirent l’un l’autre, 

Qui vivent leur amour dès l’aube, 

Qui ne peuvent se détacher tels des amants.

 

Différence n’a pas d’importance dit-on! 

Amoureux semblables dérange affirme-t-on! 

Voilà seulement cette vérité qui peut condamner, 

Deux êtres humains à la mort qui ne veulent que s’aimer.

 

Mais dans le secret de cette chambre noire, 

Où eux-mêmes ont peine à se voir,

Deux lèvres douces comme du satin, 

Dans un ultime partage masculin.

 

De

 

RollandJr St Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

 

L’entre-deux guerres

38391762_2113704705545728_5971594426663829504_o

Magnifique dessin de Gérard Teillot

L’entre-deux guerres

 

Dans ce temps-là, les femmes étaient belles tout simplement.

À cette époque où tout était permis assurément,

Pour les amoureux et les amants,

Avec un cœur gaiement.

 

On ne se souciait guère,

D’une possible nouvelle guerre,

Car des souvenirs de jadis nous n’avions que faire,

Et les larmes firent place aux rires aussitôt passé cet hier.

 

Les dames coquettes de Paris,

Étaient aussi jolies que celles de la Normandie,

Croyez-moi, c’est moi qui vous le dis mes chers amis.

Sans oublier celles du nord et bien entendu du chaud Midi.

 

À que ces années folles, ces années vingt!

Aussi enivrantes et joyeux que du bon vin,

Que je ne peux en y pensant un seul instant me taire,

En revivant dans mes pensées de jeunesse aux années de l’entre-deux guerres.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada