Archives de tags | dommage

Savoir garder son équilibre

Savoir garder son équilibre
Photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin

Savoir garder son équilibre

Bonjour tout le monde,

J’ai choisi aujourd’hui de traiter d’un sujet particulier en cette période dans laquelle les médias d’information, et parfois de désinformation, nous entraînent de manière que je jugerai à première vue concertée. En effet, et c’est mon opinion personnelle, tout porte à croire que plus nous avançons dans le temps, plus la tendance à présenter le futur le plus sombre possible semble être de mise pour la majorité des sources d’actualité. Cela me fait sourire un peu puisque la crainte de la Grande Peste semble être revenue à l’aube des années 2020.

C’est un fait indéniable, l’humanité fait face à des situations qui étaient inconnues jusqu’à maintenant ou du moins loin d’être parmi ses priorités. Or, les époques changent et les problèmes qui les accompagnent changent aussi. Oui, l’humanité a fait des bons prodigieux dans bien des domaines. L’on a qu’à penser à la médecine, aux sciences pures qui nous éclairent sur tout ce qui nous entoure, aux sciences humaines lesquelles contribuent à mieux comprendre les aspects de l’être humain et des mouvements sociaux favorisant la prise de conscience de tout ce qui menace le bien-être commun tant présent que futur. Ce sont-là des éléments à ne jamais oublier.

Certes, je suis pleinement conscient de ce qui risque de mettre en péril notre avenir collectif. Un avenir qui concerne chacun d’entre nous. Mais, est-ce une raison de paniquer? Tel un incendie dans une salle de cinéma, la panique peut causer plus de tort, de dommage et même des pertes de vies humaines que l’incendie proprement dit. Voilà pourquoi savoir garder son équilibre face à tout ce que nous apprenons aux nouvelles est, selon moi, la meilleure chose à faire dans les circonstances.

En ce qui me concerne, je tente de répondre à ces deux questions existentielles, et de la façon la plus honnête qui soit, afin de prendre un recul face aux événements qui nous sont présentés. En premier lieu, ai-je un quelconque pouvoir sur ce que je vois? En second lieu, en tenant compte que la réponse soit positive, que puis-je faire et corollairement comment puis-je le faire? Néanmoins, je dois garder à l’esprit qu’il est impératif de toujours garder mon équilibre et ce peu importe les réponses que je jugerai raisonnables.

Chose plus facile à dire qu’à faire surtout lorsque la grande majorité des réseaux sociaux relayent une vision plutôt apocalyptique de l’avenir dans lequel nous devons tous affronter d’une manière ou d’une autre. Une vision qui, fait étrange, a alimenté l’imagination des hommes et des femmes depuis l’aube de l’humanité.

À l’image d’un pole dance, l’essentiel est de maintenir en tout temps son équilibre ayant pour points d’appui deux éléments essentiels, un peu à l’image d’une paire de mains, pour le bien-être à la fois spirituel qu’intellectuel. C’est ainsi qu’une foi inébranlable en la capacité de l’Homme à relever des défis lui paraissant à première vue être insurmontables constitue la main droite tandis que la soif de la connaissance laquelle permet de faire face aux pires fléaux constitue sa main gauche. La foi et la connaissance sont bel et bien les fondements d’un équilibre approprié face aux aléas de l’avenir. Un avenir que nous transformons tôt ou tard en histoire.

Sachons garder notre équilibre !

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Vous n’êtes pas obligés d’être d’accord avec moi

IMG_20200131_145201
Votre humble serviteur : RollandJr St-Gelais de Québec

Vous n’êtes pas obligés d’être d’accord avec moi

(Une réflexion rarissime au sein de mon blogue artistique)

 
Bonjour tout le monde,
 
J’ai longuement réfléchi avant d’écrire un tel texte sur mon mon blogue car j’y aborde deux éléments d’actualité qui ont secoué une bonne proportion des gens au Québec. Une bonne proportion? En effet, il est aisé de constater que c’est le cas lorsque nous lisons les réactions des internautes en réponse à ce qui s’est déroulé la semaine dernière à Québec.
 
Moi-même je ne peux pas rester indifférent face au crime perpétré à l’endroit d’une femme par un homme, si on peut appeler ça un homme, qui était fraîchement sorti de prison où il y avait passé quelques années pour le meurtre de sa conjointe. Le meurtre de la femme dans un hôtel de Québec aurait pu être évité n’eut été la permission accordée à cet énergumène de fréquenter les salons de massage érotique afin de satisfaire ses besoins sexuels. Personnellement, je trouve qu’il n’aurait jamais dû sortir de tôle vue le caractère horrible du crime qu’il avait déjà commis à l’endroit de son épouse. Mais là, c’est une compétence dont je n’ai pas de pouvoir du fait que je suis qu’un simple citoyen ayant droit de vote dans un système démocratique où les décisions sont prises par des personnes fortunées et dont les administrateurs vivent dans des tours d’ivoire.
 
Ici, ce qui me choque concerne un aspect plus terre à terre face à la réalité de bien des hommes au Québec. Celui du « besoin » légitime de vivre une sexualité selon les capacités inhérentes à chacun d’entre eux. Attention! Je parle ici d’une sexualité entre adultes libres et consentants.
 
Je tiens à préciser que mon texte n’a pas pour objectif de choquer qui que ce soit mais plutôt de vous amener à voir l’autre facette de la médaille, celle de l’homme sain d’esprit mais qui pour des raisons liées aux circonstances de la vie est amené à fréquenter les salons de massage érotique ou bien des filles de joie. Bien des choses ont été écrites à propos des filles de joie mais il me semble que rien ou presque a été fait sur les hommes qui les fréquentent. Ce qui aide à entretenir une image peu flatteuse à leur égard.
 
Il est loin d’être évident pour un homme d’être un homme de nos jours. Tout ce que l’on voit dans les médias d’information est loin d’être valorisant à leur endroit. Pourtant il y en a encore des hommes bons avec des bonnes valeurs. Des hommes qui se respectent et qui respectent les femmes. Or, plusieurs de ces hommes fréquentent les filles de joie pour la simple raison que la vie en a décidé ainsi. Certes, la crainte d’être pris dans une relation toxique y est pour quelque chose. Une relation tellement toxique que certains d’entre eux préfèrent mettre une croix définitive à la recherche de l’âme-sœur. Une telle situation est également vécue par de nombreuses femmes je le concède.
 
À cela s’ajoute le fait que bien des hommes se font littéralement lavés par leurs ex conjointes dans le cas de divorce allant jusqu’à pousser certains d’entre eux vers l’itinérance. Je sais très bien de quoi je parle puisque j’ai eu la chance d’avoir déjà discuté avec une intervenante qui travaillait dans un centre d’aide pour les personnes itinérantes. Elle m’a confié que plusieurs hommes qu’elle côtoyait à cet endroit s’y trouvèrent suite à un divorce dans lequel ils avaient tout absolument tout perdu. Une telle réalité est loin d’être encourageante pour nouer des relations amoureuses à long terme.
 
Un autre aspect fort négligé est celle du désir sexuel chez l’homme vivant avec un handicap physique bien visible. Et quand j’écris fort négligé c’est encore plus le cas dans une société où la perfection physique est mise à l’avant-plan. À cela s’ajoute l’image angélique de la personne vivant avec un tel handicap. Certes, certains d’entre eux ont réussi à trouver l’âme-soeur mais il s’agit d’une partie bien minime. D’autres doivent se contenter de pas grand-chose… Alors que d’autres pour des raisons personnelles ont une certaine aisance financière laquelle leur permet de fréquenter les salons de massage érotique ou bien des filles de joie. Une fois encore je fais référence à des relations entre adultes libres et consentants.
 
Pourquoi devrions-nous mettre dans le même panier le meurtrier de Québec avec ces hommes qui pour des raisons liées à leurs existences fréquentent les salons de massage érotique? Une fois de plus, c’est l’image de l’homme qui en prend un coup. Et pour être franc avec vous, je trouve cela à la fois bien dommage et révoltant. Dommage car il s’agit d’une injustice flagrante envers ceux qui n’ont rien à se reprocher dans l’ensemble de leurs comportements envers les autres notamment envers les femmes et révoltant car bien des hommes n’ont pas d’autres choix que de fréquenter les salons de massage érotique pour répondre à un besoin voulu par la nature et qu’une fois encore ils se font passer pour des malades. Ce qui est loin d’être le cas pour la majorité d’entre eux.
 
Une telle situation a pour source l’incompétence crasse de certains fonctionnaires de la C.C.L.C. qui ont permis à un monstre de sortir de prison alors qu’il aurait dû y rester pour le reste de ses jours.
 
C’est mon humble avis.
 
Merci de m’avoir lu et désolé si j’ai pu choquer certaines personnes.
 

Rolland St-Gelais de Québec.

Vraiment dommage

Vraiment dommage
Low and behind Par un auteur inconnu

Vraiment dommage

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que la semaine ne s’annonce pas trop éprouvante pour vous en cette saison hivernale. Pour ma part, je dois avouer qu’elle s’annonce ardue étant donné les précipitations de neige et de verglas qui sont tombées dans la région de Québec. Qu’à cela ne tienne, c’est l’hiver avec ses plaisirs et ses désagréments. La seule chose que je regrette c’est de ne pas toujours pouvoir apprécier l’hiver autant qu’il le faudrait, non pas à cause du froid et de la neige, mais bien à cause de la glace qui rend mon parcours périlleux.

Ce qui m’amène à développer un autre point sur lequel j’éprouve une certaine tristesse face à une réalité quasi inhérente à la nudité artistique. Une réalité qui, vous conviendrez avec moi, touche exclusivement le modèle masculin. À vrai dire, je fais référence au sexe masculin proprement dit. Appelez-le comme vous le voulez : pénis, verge, phallus ou bien même hampe, il s’agit bel et bien d’une partie de l’anatomie de l’homme qui mérite autant de respect que les seins chez la femme. Élément qui, à ma grande surprise, semble passer sous silence dans le milieu artistique, et ce peu importe les médias visuels utilisés.

Bon! Je reconnais que la pornographie a apporté une contribution plus que malsaine de l’image de ce membre auprès de la population en général. À vrai dire, tout est fait dans le seul optique de rabaisser celui-ci comme un simple outil de performance sans égard à l’être humain qui le possède. Vous pouvez me répondre qu’il en est ainsi envers l’autre être humain qui est la femme et je vous donnerais entièrement raison. Or, ce n’est pas du tout le sujet de cet article.

En ce qui me concerne, j’ai eu la chance de participer à une séance photo où une charmante dame de la région de St-Jérôme cherchait des modèles tant féminins que masculins afin de réaliser une série de photos tout à fait originales. Pour vous décrire en quelques mots ce qu’elle désirait accomplir, cela consistait tout simplement à prendre des clichés sur le corps nu où l’absence maquillage, de fard, d’ornement et de peinture serait de mise. Qui plus est! Un second objectif, abordé de manière subtile par la photographe en question, était de monter ultérieurement une exposition sur la présence de cicatrices sur le corps. Des cicatrices qui, comme l’affirme si bien dicton selon lequel une image vaut mille mots, témoignent souvent des parcours de vie quasi indescriptibles, voir incroyables.

C’est ainsi que de fil en aiguille, et par l’ambiance somme toute bien cordiale entre elle et moi, le second objectif est venu sur le tapis. Et, entre vous et moi, je vis avec des cicatrices bien visibles depuis mon tout jeune âge. C’est ainsi que j’accepta qu’elle puisse photographier les endroits de mon corps où la présence de mes cicatrices étaient visibles. La seule condition sine qua none était de respecter une vision artistique de la prise de photos. Une énigme philosophique me vient ici à l’esprit : Pourquoi existe-t-il une certaine gêne, pour ne pas dire une gêne certaine, lorsqu’il est question de présenter cette partie de l’anatomie de l’homme? Éprouve-t-on une telle gêne à l’égard de son équivalent, manière de parler dans le cas présent, chez l’anatomie de la femme? À la vue de mon expérience personnelle, il semblerait que ce ne soit pas le cas.

Alors pourquoi donc un tel phénomène? Comme je l’ai expliqué plus haut dans ce présent article, la pornographie y est sûrement pour quelque chose. À mon humble avis, c’est vraiment dommage puisque le caractère sacré du corps humain tel que défini dans l’antiquité fit place à son instrumentalisation et, par ricochet, à sa dégradation. C’est notamment le cas où l’érection y est présente.

Serait-il possible d’inverser la réalité, c’est-à-dire, de découvrir une noblesse chez le phallus en état de grâce ultime? Serait-il aussi possible de passer d’une image plus que négative à celle où la beauté y est réellement dévoilée? Serait-il tout aussi possible d’outrepasser, je m’inspire ici d’une discussion que j’ai jadis eu avec l’une des femmes présentes à la séance photo du début décembre sous la supervision de Phylactère, l’appréhension du sexe masculin en état d’érection non seulement à son acceptation mais presque à une confiance qu’une telle situation se réalise lors d’une séance de nudité artistique. Après tout, l’art renferme toutes les évidences en ce monde. N’est-ce pas?

Merci de m’avoir lu

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Marbre blanc

33967240_10156575442933919_6524245228897959936_o (1)

Extraordinaire dessin par mon ami Eri Kel de la France

Marbre blanc

 

Figée dans le temps

Immobile dans le présent

Être là pendant un court instant

Devant vous et vos sourires béants

 

Vous contemplez ce corps féminin

Pour le transposer sur du papier peint

Incertains de lui rendre tout cet hommage

Oui je le sais bien, ô quel grand dommage

 

Et pourtant j’use d’une grande patience

Car votre art devient une telle magnificence

Attendant la seconde magique où je descendrai

De mon piédestal afin de vos œuvres contempler

 

Corps aux seins fermes et aux formes radieuses

Je saurai être à vos yeux tellement belle et si délicieuse

Que je n’aurai hélas prendre une minute de répit

Pour satisfaire mon bonheur de vous dire merci

 

De ce remerciement pour votre amour de cet art

De cet art aussi précieux que tout l’or

Aussi noble qu’une étoile du firmament

Et aussi cher que du marbre blanc.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada