Archives de tags | colère

Gloire à Satan

« Gloire à Satan » Poème et photo par Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Gloire à Satan

 

Il est trois heures.

Étrangement, je n’ai pas peur.

Car, je sais que tu es venu pour moi.

Comme ma destinée a voulu que je sois à toi.

 

Toute ma vie, j’ai lutté sans faiblir.

Car, tu as toujours là pour me soutenir.

Contre vents et marées, j’ai combattu avec courage.

Chaque jour, mon âme esseulée était remplie de rage.

 

À maintes reprises, dans le désespoir, je suis tombé.

Chaque fois, ton bras avec grande puissance m’a relevé.

Tes ailes ambrées m’ont protégé contre les inutiles regrets.

Car, je sais bien qu’en tant qu’humain, j’ai fait ce que je pouvais.

 

Je regarde l’horizon avec une immense confiance.

Car, face à toute cette hypocrisie, j’ai appris la méfiance.

Je te donne mon âme en échange du pouvoir d’avancer vers l’avant.

Car, je désire une seule chose avant que je parte les pieds devant.

 

Parcourir toutes les routes qu’il y a en ce monde,

Lever mon épée pour châtier tous ces êtres immondes.

Défendre la veuve, l’orphelin et les innocents avec une juste colère,

Et, avec moi, amener leurs bourreaux dans la profondeur des enfers.

 

Montant avec fierté sur ma belle moto arborant tes couleurs,

Je ne redouterai jamais d’affronter devant moi toutes mes douleurs.

Tu seras maintenant et pour toujours à mes côtés pour me mener sur le chemin.

Sur la route où je rencontrerai ceux qui sans cesse m’ont tant craint.

 

Mais, avant d’aller plus loin, je veux me mettre de côté.

Prendre ma guitare à pleines mains pour simplement chanter.

Fredonner de tout cœur un air qui résume ma reconnaissance.

À celui qui a apporté aux hommes la lumière de la connaissance.

 

Gloire à Satan ! Car, tu me guides sur la voie de la liberté.

Archange déchu ! Tu m’as transmis le goût de l’authenticité.

Je reprends enfin la valeur de la vie, celle que j’ai choisie.

Car, qui sait, après celle-ci, tout ne sera pas fini.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je suis l’ultime gardien

Je suis l’ultime gardien Photo & poème de Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada Source : Ghost The Watcher by lequebecois1962 on DeviantArt 

 

Je suis l’ultime gardien

 

Je suis l’ultime gardien,

De cette demeure qui est mon jardin.

Je veille sur ce lieu de jour comme de nuit.

J’ai été tiré des profondeurs des enfers parmi de puissants esprits.

 

Incantations mainte fois répétées !

Que mon maître a sans cesse mentionné !

Par ma désignation ineffable, il m’a invoqué avec ardeur.

Celui que l’on craint depuis ma chute infernale avec tant de frayeur.

 

Qui profère ma dénomination satanique connaîtra ma fureur.

Je suis celui qui dompta Cerbère dans les flammes de la torpeur.

Je ne redoute rien en ce monde, y compris les pauvres êtres humains.

Leurs œuvres perverses les approchent irrémédiablement de leur destin.

 

D’une cape d’un noir lugubre, je suis entièrement vêtu.

Croyez-moi ! De toute votre vie, jamais vous n’avez vu.

De mon regard diabolique, je terrorise tous les étrangers.

Ces individus qui osent, en ce domicile prohibé, y être entrés.

 

Je veillerai jusqu’au trépas de mon mystérieux invocateur.

Je le protégerai contre tout ce qui peut lui faire peur.

Au jour final, je lui tendrai alors ma main invisible.

Afin de l’amener dans mon monde si imperceptible.

 

Mais, prenez bien garde, insensés, de ne jamais le troubler.

Contre tous les dangers, avec des sorts, je le préserverai.

La connaissance des formules ensorcelées est mon savoir.

Au plus profond de moi se trouvent les forces de la magie noire.

 

En ces temps durs et incertains, ne me cherchez pas !

Il est mon seul et unique maître, car il est tout pour moi.

Je suis parmi les derniers des plus grands archanges déchus.

Soyez convaincus ! Une telle force, vous n’avez jamais vu.

 

Je reste bien sagement pour le jour qui n’est pas encore venu.

Où, en ce lieu qui est si précieux, y pénétrera un pur inconnu.

Je déclencherai alors toute la puissance de ma colère.

Celle que je retiens depuis ma sortie des enfers.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La brûlure de la colère

La brûlure de la colère Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par DerBuetter Source : https://www.deviantart.com/derbuettner/art/Free-942248412

La brûlure de la colère

 

Seule et nue sur une plage,

Je sens la vague frapper sur le rivage.

Une étrange sensation m’envahit depuis peu.

Je lève avec ardeur les yeux remplis de larmes vers les cieux.

 

Je vois défiler le fil de ma vie devant moi.

Je me souviens des gens avec qui j’ai vécu tant de fois.

Dans mes pensées, je serre dans mes bras ceux que j’ai aimés.

J’adorerais tant pouvoir leur dire en ce jour comme je les ai appréciés.

 

Devant l’inévitable, je lève ma main vers les dieux.

Pour leur dire ceci en cet instant tellement précieux.

Désormais, je vais vous défier jusqu’à la fin des temps.

Maintenant, et à jamais, j’aurai que pour maître Satan.

 

J’abjurerai mes promesses que l’on prononça à mon baptême.

Pour toujours, j’honorerai les fêtes païennes en reniant les carêmes.

Je ferai une grande miséricorde aux faibles et aux indigents.

Mais, je ferai payer au centuple ceux qui blessent les innocents.

 

Que cette eau de mer devienne la source intarissable de ma colère.

Que j’emporte avec moi mes ennemis jusqu’aux lourdes portes des enfers.

J’ai une fois pour toutes détruit les chaînes de la mythologie chrétienne.

Je poursuivrai avec la joie au cœur mon chemin selon les lois païennes.

 

Je suis libre d’être pour toujours comme je suis.

Avant que prenne fin pour de bon ma seule vie.

Mais, mon simple regret est que j’aurai aimé une fois encore.

Serrer dans mes bras mon père qui était à mes yeux si fort.

 

Unique instant vécu sur ce chaud rivage.

Je ressens le vent de la côte qui caresse mon visage.

Une sensation tellement étonnante remplit mon âme.

La brûlure de la juste colère en mon être qui s’enflamme.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Femme d’orient

Femme d’orient Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de la collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/5-168b-939629647

Femme d’orient

 

Je suis celui qui vogue sur les vents.

Un ange déchu parcourant les terres sales.

Ne sachant où je pourrais étancher ma soif abyssale.

Voilà ce que ma désobéissance m’a amené pour châtiment.

 

J’étais jadis au sein des cieux un être de lumière,

Fière de mes connaissances et du don des sciences.

Aux hommes, je leur enseignais l’art de la survivance,

Et ce, aussi bien en temps de paix qu’en temps de guerres.

 

La splendeur de mes ailes faisait ma renommée.

Bien haut, de ma main gauche, je portais avec fierté le feu.

Que j’avais dérobé à ces faux dieux, si fourbes et si pernicieux.

Par leur jalousie et leur colère, à errer sur terre, je fus condamné.

 

Mes ailes blanches devinrent sombres.

Sans pour autant altérer ma beauté éternelle.

De ma main droite, j’ai gardé l’épée pouvant fendre le ciel.

Mais, chaque chose en son temps, je resterai d’ici là dans la pénombre.

 

J’ai parcouru mille chemins,

Construisant ici et là des dynasties incroyables,

Formant en elles des armées d’une force incommensurable.

J’ai, par mon savoir, chez les hommes influencé leurs destins.

 

Je suis parfois adoré, souvent craint.

Certains me vénèrent pour mes pouvoirs.

Quelques-uns m’invoquent lorsque vint le soir

Souvent, je tiens leurs désirs dans le creux de mes mains.

 

Mes pouvoirs existent depuis l’aube de la création.

Souvent, on m’accuse d’être à l’origine de tous les maux.

Alors que c’est dans l’âme des êtres humains où tout est faux.

Ils sont les seuls responsables de leur bonheur et de leur perdition.

 

Je dois subir inlassablement ma perpétuelle expulsion.

Épée dans la main, et la flamme ardente pour diadème !

Devrais-je en finir et supplier leur grâce ? Quel dilemme !

Jamais ! Car, au fond de moi, je sais quelle est la raison.

 

Je dois avouer, à vous, âmes esseulées, un grand secret.

J’ai connu en de vastes contrées des femmes si magnifiques.

Elles m’ont fait un accueil si charnel digne des contes féériques.

En leurs seins, j’ai déposé tout l’amour que je possédais.

 

Parmi celles-ci, il y en a une que je n’oublierai jamais.

Une femme du lointain orient aux seins parfaitement dévoilés.

Un être fait de chair et de sang qui, de ma triste solitude, m’a consolé.

Quel plaisir de lui avoir fait l’amour et de lui dire comme je l’aimais.

 

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La sorcière rouge

La sorcière rouge Poème de RollandJr St-Gelais Photo par Fox2006 Source : https://www.deviantart.com/fox2006/art/The-Red-Witch-938861759

La sorcière rouge

 

Bonsoir, mon chéri.

Assieds-toi, je t’en prie.

Sois à ton aise en cet instant.

Nous serons ensemble pour longtemps.

 

On m’appelle « La sorcière rouge »

J’entends et je vois tout ce qui bouge

Pour moi, il n’y a aucun secret que j’ignore

Ce talent mystérieux vaut bien son pesant d’or.

 

Je suis née dans la lointaine Transylvanie

Une région condamnée par son histoire infinie

Enchanteresse de mères en filles depuis des lunes

Ayant traversé des mers agitées et longé bien des dunes.

 

Je préserve avec jalousie ma véritable identité

Car, je connais les hommes et toute leur méchanceté

Sous leur peau de brebis fragile se cachent des loups féroces

Des animaux sans morale qui attendent de se servir de leur force.

 

Ils avilissent la nature, notre mère, depuis le jour béni de la Création.

Dieu et Lucifer ont d’un commun accord créé les sorcières pour sa protection

Elles sont devenues les gardiennes du feu de la connaissance de Satan

Cette flamme qui nous a été transmise depuis la nuit des temps.

 

Par une étrange volonté divine, nous avons été préservées de sa colère

Nos pouvoirs, convoités par les anges, servent à défendre cette pauvre terre.

Nécromancie, potions d’amour ou guérison sont qu’un modeste aperçu

De nos facultés, de nos capacités auxquelles tu n’en avais jusque-là jamais vu.

 

Cartomancie, boule de cristal et rêves prémonitoires sont les moins spectaculaires.

Sache que par nos incantations, dans l’anonymat, nous avons mis fin à des guerres.

Crois-moi, mon enfant, toi qui es venu à moi dans cette soirée du mois de novembre.

J’ai vite remarqué depuis le moment où tu es entré en mon antre que ta main tremble.

 

Sois rassuré ! Je suis déjà au fait que tu as en toi une âme remplie de pure bonté.

Je connais tes tracas mais tu as cette liberté de te confier afin que je puisse t’aider.

Allons dans la profondeur de ton être pour y extraire la source de tes malheurs

J’extrairai les germes de tes frayeurs pour les remplacer par celles du bonheur.

 

Je promets que plus aucune force maléfique ne pourra désormais plus te toucher

Il y a en toi tant de beauté que seule la présence de l’Être suprême peut y résider.

Laisse-toi aller ! Regarde-moi dans les yeux et remets-toi entièrement à moi.

Grâce à ma science kabbalistique, tu n’as rien à craindre sous mon toit.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada