Archives de tags | nuits

C’est à partir de cette séance

C’est à partir de cette séance Poème de Rolland Jr St-Gelais Source de la photo : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/173a-945461889

C’est à partir de cette séance

 

Je me promenais dans les rues,

C’est alors que me vint subitement une fringale.

L’une de ces faims qui me crevaient la dalle.

Alors que je profitais du bon temps à pleine vue.

 

Apercevant un kiosque de restauration rapide,

Je m’y suis alors dirigé sans un seul instant me douter.

Que je deviendrai amoureux d’une dame de toute beauté !

Elle y œuvrait afin de payer ses cours avec une attention insipide.

 

Constatant qu’il y avait peu de gens qui attendaient leurs tours,

J’en ai donc profité pour lui demander en quoi elle étudiait.

« En art ! » Elle m’a alors répondu pendant qu’elle me servait.

Ce à quoi je lui ai dit que je cherchais un modèle en ce jour.

 

Je lui ai expliqué que j’étais photographe de profession.

Et que, sans cesse, j’étais à la recherche de modèles,

Une personne qui de corps et d’âme serait belle.

Que je lui prodiguerais un bon cachet comme de raison !

 

Sans hésiter, elle glissa de quoi pour écrire sur le comptoir.

J’ai très vite compris qu’elle souhaitait m’offrir un tel service.

Griffonnant avec empressement : 460 de la rue aux mille vices !

Je lui ai prestement remis ce papier en admirant ses yeux noirs.

 

Les jours et les nuits, puis les mois passèrent inlassablement.

Puis, un soir, on frappa par trois coups à la porte de mon atelier.

Quelle belle surprise d’y trouver celle que j’avais jadis rencontrée !

Sans plus attendre, elle s’introduisit en ma demeure précipitamment.

 

Nous nous regardâmes droit dans les yeux.

C’est alors que j’ai compris la raison de sa venue.

Vers le sofa, elle y alla en ôtant ses vêtements jusqu’à être nue.

Jamais de ma vie, une femme aussi magnifique, je n’avais encore vu.

 

Son corps de jeune dame s’harmonisait impeccablement.

À l’horizon qui s’offrait à la lentille de ma précieuse caméra.

Qui en cette soirée magique pour toujours elle l’immortalisera !

Voilà pourquoi, elle et moi, nous avons œuvré si joyeusement.

 

Ses longs cheveux descendaient jusqu’aux fesses.

De sa bouche, une haleine se dégageait de menthe rafraîchie.

Son être resplendissait, à la fois, de tellement de bonté et de vie.

Devant tant de splendeur qui se manifestait, j’étais en détresse.

 

C’est sur des notes de piano jouées à la radio,

Que cette agréable soirée s’est poursuivie allègrement !

C’est lorsque l’on s’y attend le moins que l’amour naît subitement.

C’est à partir de cette séance qu’elle et moi avons connu des jours si beaux.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Bleu

Bleu Poème de Rolland Jr St-Gelais Avec la permission de Alixia Busch Source : https://i1.wp.com/www.alixiamodele.com/wordpress/wp-content/uploads/Deep_Blue_13.jpg

Bleu

 

Je me suis réveillé

Très tôt en matinée.

Le soleil n’avait pas pointé,

Le bout rayonnant de son nez.

 

Je dirigeais mes pas vers la salle de bain,

Comme je le fais depuis toujours, chaque matin.

Cherchant désespérément l’interrupteur avec ma main.

Incapable de le dénicher, je me dis que je n’en ai pas besoin.

 

Quoi ? Ai-je eu une hallucination ?

Comment ? Ai-je assisté à une apparition ?

Qui va là ? Ai-je radoté à maintes répétitions ?

Avais-je bien entendu, bien vu ? Je me suis dit avec raison.

 

Près de moi se trouvait une femme d’une grâce exquise.

Une féminité pour laquelle mon âme fragile fut réellement éprise.

D’où pouvait-elle bien venir ? Serait-elle de Paris ou de Venise ?

Elle illuminait, par son aura, cette pièce pareille à une étoile prise.

 

Cette muse offrait avec légèreté son corps à mes yeux.

Qu’avais-je fait pour mériter un tel cadeau de la part des cieux ?

Elle semblait si fragile par sa nudité devant les carreaux  si bleus.

Blancheur impeccable de sa peau ! Digne des chevaliers si valeureux.

 

Sans avoir prononcé un mot, sans avoir fait un seul mouvement,

Elle a disparu sans un geste d’éclat dans le silence glacial du firmament.

Reviendra-t-elle une de ces nuits dans mes rêves ? Je le souhaite ardemment.

Sera-t-elle bordée de la couleur pervenche, car cela lui va admirablement ?

 

S’appelle-t-elle Alixia ?

Voudrait-elle vivre avec moi ?

Car, depuis qu’elle est apparue, je suis en émoi.

Viens ! Il y a une place pour toi sous mon humble toit.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ici et maintenant

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Ici et maintenant

 

Ici et maintenant !

Savoir prendre tout son temps,

Apprécier les heures d’automne qui passent,

Admirer les feuilles rouges qui tombent et qui trépassent.

 

Ne plus craindre de penser aux jours antécédents,

Accepter le fait du futur en être ignorant.

Être simplement, ici, nul par ailleurs !

Et d’y trouver la source du bonheur.

 

Maintenant et pas d’autrefois !

C’est là que l’on découvre notre véritable foi.

Serait-ce pour griffonner sur un bout de papier ?

Quelques mots de tendresse pour l’être adoré.

 

Être capable de goûter des journées rayonnantes.

Comme celles d’une douce pluie tellement bienfaisante.

Se lever au petit matin avec un cœur léger et d’amour plein les veines.

Se coucher à la belle étoile avec une conscience parfaitement sereine.

 

Quelle richesse insoupçonnée,

Pour l’âme qui a su avec parcimonie en profiter.

De nos jours, les gens sont sans cesse engloutis par les regrets.

De leurs nuits, ils cherchent avec peine le sommeil face à leurs méfaits.

 

Pourtant, aucun remords ne peut réparer les erreurs de jadis.

Seul compte pouvoir s’assumer, et avancer vers le bonheur garanti.

« Ici » se transformera tôt ou tard en un avenir prometteur.

« Maintenant » évoluera en un temps sans peur.

 

Les ténèbres sont le fruit de notre imagination.

Ouvrons nos cœurs pour voir la beauté de la création.

Tendons nos mains pour qui en a le besoin.

Il sera peut-être trop tard demain.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quelle belle inspiration

Quelle belle inspiration Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Xposeyourart Source : https://www.deviantart.com/xposeyourart/art/Beata-Blue-Inspiration-931964230

Quelle belle inspiration

 

Bonsoir ma chérie,

Fait comme chez toi, je t’en prie.

Sais-tu pourquoi tu es avec moi ce soir ?

Oui, je t’ai appelé bien qu’il se fît tard.

 

Mais, il y a des choses à éclaircir,

Même s’il faut peut-être en souffrir.

Ne dit-on pas, « qui aime bien châtie bien » !

Et qu’une bonne correction éloigne son âme du malin.

 

Nous sommes allés dans une place de perdition,

Un endroit extraordinaire de volupté et de gaspillage,

Un lieu d’orgies et de suavité sans retenue où l’on y engage,

Des femmes magnifiques en provenance de toutes les nations.

 

Nous avons loué la chambre numéro huit,

Un lit où un miroir était au-dessus suspendu,

Qui nous permettait d’en avoir plein la vue,

Mais, nous en avions eu assez très vite.

 

Heureusement, une pièce se trouvait juste à côté.

Un lieu où toi et moi allions bien nous distraire,

Et, par ton sourire, cela semblait vraiment te plaire.

D’un pas décidé, sans plus attendre, nous y sommes entrés.

 

Nous avons repéré avec étonnement une très jolie salle.

Une croix de Saint-André recouvert d’un cuir reluisant,

Un chevalet de métal avec des harnais et divers instruments,

Et, bien d’autres choses trônèrent un peu partout à ce lieu spécial.

 

J’ai observé ton regard porter sur une chaise en bois,

Une cravache bien solitaire était suspendue sur le mur.

Sans attendre, tu t’y es dirigé avec grâce et fière allure.

Ce fantasme par ce geste de le réaliser, tu me demandas.

 

Quelle vue sublime à mes yeux, tu as daigné m’offrir !

Les bas de nylon baissés jusqu’à tes jolis pieds,

Une telle vision pouvait irrésistiblement m’hypnotiser,

En imaginant que ces fesses allèrent bientôt rougir.

 

Avec grand soin, j’allais accomplir mon devoir d’amant.

Tu te souviendras de chaque coup sur ton postérieur,

Que je te prodiguerai avec générosité en cette heure,

Dès que tu diras le mot secret, j’arrêterai en un instant.

 

Les jours et les nuits sont passés,

Mais une question en mon esprit,

N’a pas encore trouvé une seconde de répit.

Ton désir, pourquoi ne m’avais-tu jamais avoué ?

 

Voilà pourquoi, en cette soirée, je t’ai invitée.

Je me suis procuré une chaise et une verge de cuir.

Elles serviront à revivre cette expérience pour notre plaisir.

Quelle belle inspiration que tu as dès lors en mon âme insufflée !

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de la lumière

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de la lumière Poème de RollandJr St-Gelais Photo par Samo19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Chiaroscuro-930540147

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de la lumière

 

La nuit est depuis longtemps tombée.

Autour de moi se trouve l’obscurité.

Une noirceur quasi infinie,

Qui assombrit ma vie.

 

De tout mon être, je t’ai aimé.

Pareil à un dieu omnipuissant, je t’ai adoré.

Je buvais chacune de tes paroles que tu prononçais.

Tes belles lettres de passion, en mon âme, je les amassais.

 

Au fil du temps, j’ai fini par comprendre.

À te voir agir ainsi, ton désir était de me prendre.

Tel un vulgaire objet pour satisfaire tes fantaisies,

Me laissant seule face à tes tendances à la mythomanie.

 

Les jours et les nuits sont inlassablement passés.

Mes yeux, devant l’inévitable, ont trouvé la vérité.

À bout de courage, je suis sortie de ce labyrinthe tortueux.

Mon unique souhait était de découvrir un monde merveilleux.

 

Combien de femmes as-tu prises dans tes filets ?

À tes conquêtes d’une aventure, quel mal leur as-tu fait ?

Mais, sache que pour moi tout est bel et bien terminé.

Jamais plus, dans tes toiles finement tissées, je ne tomberai.

 

De toi, j’ai cessé pour toujours d’avoir peur.

Inutilement, j’ai passé tellement de ces heures.

À ingérer tes histoires mensongères si saugrenues.

Maintenant, c’est révolu, car je n’en pouvais plus.

 

Mais, je te rassure, avec toi, je ne veux pas la guerre.

De ton emprise infernale, j’ai réussi à me défaire.

T’accorder la moindre de mes attentions !

Tu n’en vaux pas la peine, mon garçon.

 

J’ai tant d’amour à donner.

Il y a en moi tant de rêves à réaliser.

Je t’ai projeté loin de moi telle lourde pierre.

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de lumière.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada