Archives de tags | âge vénérable

J’ai la mine… graphite.

37984076_10156732406173919_647231668628750336_o

Dessin par Eri Kel de la France

J’ai la mine… graphite.

 

À un âge vénérable,

Où l’on se sent moins capable,

Où notre mémoire nous joue des tours,

Et où nos sens nous font emprunter mille détours.

 

Revoyant le sourire de ma mère,

Lorsque je n’étais qu’une enfant de la guerre,

Devenue mère moi aussi j’ai souries à mes enfants,

Dès que je les ai pris dans mes bras et au gré du temps.

 

Je les ai vus longtemps grandir,

Je les ai vus tant aimer et tant souffrir,

Telle est l’ultime destinée du genre humain,

Avec ou sans terre, avec parfois les jours sans lendemain.

 

Prendre époux et conjointes,

Ce que j’ai prié Dieu les maintes jointes,

Pour que mes enfants chéris aient du meilleur,

En leur évitant le pire pour leur plus grand bonheur.

 

Quelle joie incommensurable !

De vous exprimer, j’en suis bien incapable.

Que mon cœur ait vécu d’avoir tenu dans mes bras,

La descendance que mes fils et filles m’offrirent ici-bas.

 

Mais quel chagrin émergea au sein de mon cœur,

Lorsque je réalisa l’absence de mon mari à ces heures.

Sachant à tel point qu’il aurait tant souhaité et tant voulu,

Tenir dans ses bras sa descendance avant le jour où il mourut.

 

Ce jour du mois de mai si triste et tellement inoubliable,

Où sa vie fut emportée par un coup du destin impardonnable.

Croyez-moi! La tragédie d’être une mère n’est point un mythe,

Voilà pourquoi, et malgré moi, en cet instant j’ai la mine graphite.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Souvenirs

18055818_10155345571708919_5792799769809485668_o

Dessin réalisé par mon ami et collaborateur Eri Kel de France

Souvenirs

 

 

Souvenirs de mon enfance

Souvenirs de mon innocence

Pourquoi viens tu me hanter?

Est-ce là ma triste destiné?

 

Souvenirs des seins de ma mère

Qui me nourrissaient tel un revenant de la guerre

De ses seins où coulait son lait maternel presque à l’infini

Pour me préparer à affronter cette épreuve appelée la vie.

 

Souvenirs de mon adolescence

Où je découvris mon désir de l’autre afin de renaître

D’aller la voir pour l’aimer, la toucher et la connaître

De ses seins inconnus au goût parfum qui m’encense.

 

Souvenirs des champs de batailles

Où je fis preuve de courage face à cette rapaille

En rêvant de caresser les seins de celle pour qui je me battais

Car, Dieu du ciel, plus que tout vraiment je l’aimais.

 

Souvenirs de mon retour dans mon foyer

Où j’ai retrouvé les seins de ma bien-aimée

Afin de fonder heureuse et prospère maisonnée

Telle chance de tout ce bonheur et d’être par la vie si choyé.

 

Et maintenant rendu à mon âge vénérable

Où la sève de mes veines s’épuise tel un vieil érable

Je sens que mon heure de quitter ce monde sera bientôt venue

Mais ma crainte de cet instant est depuis longtemps révolu.

 

Car je sais bien que de tous mes souvenirs

Depuis le premier souffle depuis que je respire

Le plus beau sera pour toujours quand  j’ai connu mon amour

Et le moment où elle m’offrit la beauté de ses seins à la peau de velours.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Je vous lève mon chapeau.

Respect
Respect

Je vous lève mon chapeau.

 

 

À vous mes chers aïeux, je vous lève mon chapeau.

En effet, il serait un péché impardonnable voir mortel,

D’oublier, ne fut-ce qu’un seul instant, que ce monde est si beau.

C’est grâce à votre attention bien maternelle.

 

À tous les hommes d’hier et de naguère,

Qui ont connu temps de paix comme ceux de guerre.

En signe de respect, je vous lève aussi mon chapeau.

Car il vous a fallu relever des défis souvent bien hauts.

 

À toutes ces femmes âgées de par le vaste monde!

Femmes vierges, femmes mères et femmes infécondes!

En signe de gratitude, je vous lève bien entendu mon chapeau.

C’est grâce à vous que nos plus pures pensées s’élèvent tout là-haut.

 

Aux personnes couronnées par les cheveux d’argent,

Celles entourées d’amour ou qui vivent presque dans le néant.

En signe de tendresse, je vous lève mon chapeau.

Car dans vos yeux, vous nous trouvez toujours beaux.

 

Cheveux d’argent! Cheveux qui ont connu la vie.

Que jamais l’on ne vous oublie.

Cheveux gris! Cheveux blancs!

Que votre sagesse soit connue de vos enfants.

 

Je vous lève mon chapeau avec joie et entrain.

Car, bien malin celui qui le sait, serez-vous là demain?

Hommes et femmes d’un âge vénérable!

Sachez que pour moi, vous êtes adorables.

 

de

 

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada