Archives de tags | soif

Corps de déesse

22688518_500432186981425_5782993399070055131_n_1_by_anioblica-dbrzdeh

Avec la permission de Katarzyna B. de l’Italie (Modèle nue)

Corps de déesse

 

 

Femme à la peau blanche,

Solide tel un rocher sur tes hanches,

Debout et fière sur le pied inébranlable du destin,

Répondant aux prières et aux offrandes avec les gestes de tes mains.

 

Jambe croisée pour cacher aux humains ta virginité,

Celle que tu préserves à celui qui  sera ton égal pour l’éternité,

Impassible face aux faux-dieux qui tentent par le mensonge usurper ta divinité,

De ta puissance tu en tires force et gloire pour l’humanité.

 

Déesse aux seins généreux,

Qui nourrissent tes guerriers valeureux,

Afin de les rendre maintenant et à jamais courageux,

Abreuve ton humble serviteur et étanche sa soif pour le rendre heureux.

 

Regarde avec bienveillance tes dévots,

Écoutes leurs prières qui vont vers toi là-haut,

Vierge des guerrières ! Vierge toujours combattante !

Viens au secours de tes disciples face à la tempête battante.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Boire l’amertume !

thumbnail_DSC_1112

Dessin réalisé par Denis M. de Montréal 15 septembre 2018

Boire l’amertume  !

 

J’ai soif sur ma croix, 

Sur cette croix fabriquée par ma folie, 

Folie vécue de jour comme de nuit, 

Ébranlé par mes doutes sur ma foi. 

 

Sur ma foi envers l’humanité, 

Sur ma foi sur notre commune destinée, 

Sur ma foi envers toi et moi et nous, 

Sur ma foi qui a fait chacun de vous. 

 

Je bois ce vin amer, 

Venant des profondeurs des mers, 

De ces femmes qui ne deviendront jamais des mères, 

Et de ces hommes qui auraient désiré devenir des pères. 

 

Je bois cet élixir, 

Qui me fait tant souffrir, 

Je m’enivre de cette maudite boisson, 

Qui me soûle l’âme et me brise les veines tel un poison. 

 

Boire dans mon lit à la brunante du matin, 

Boire la cigüe tel le philosophe des temps anciens, 

Boire cet insipide venin servi par cette dame brune, 

Boire tout mon mal-être ! Boire simplement mon amertume ! 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Qu’est-il advenu de ce monde ? 

41402431_10156008499374107_5512838593137082368_n

Avec la permission de Alice Folletrange (modèle) et Louis-Albert Ducharme (photographe)

Qu’est-il advenu de ce monde ? 

 

Je sors de mon sommeil, 

À peine je me réveille, 

Je ne crois pas ce que je vois, 

Est-ce réel ce qui est devant moi ? 

 

Que s’est-il donc passé ? 

Pourquoi cette triste réalité ? 

Comment en est-on arrivé à ce fait ? 

Il n’y a pas si longtemps l’amour existait. 

 

La liberté n’était point qu’un simple mot du dictionnaire, 

Et la foi en l’avenir était transportée au-delà des mers, 

Le courage et la vérité étaient souvent récompensés, 

Maintenant il n’y a que le mensonge qui est valorisé. 

 

Je ne crois pas ce que j’entends, 

Les cris et les pleurs de tous ces enfants, 

De tous ces gens égarés sur le chemin sans fin, 

Qui ne connaissent que désespoir, la soif et la faim. 

 

Mais, qu’est-il donc advenu ? 

À ce monde où il n’y a pas si longtemps, 

On y fredonnait les plus belles chansons de tous les temps, 

Celles du Peace & Love chantées par des gens souvent nus. 

 

Ce que je ferais, 

Pour que l’espoir renaît, 

Pour que les murs soient à jamais défaits, 

Qu’est-il advenu de ce monde où tout semble si laid ? 

 

De 

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Être seul

Photo par Mélanie Dufresne

Photo par Mélanie Dufresne Modèele nu : RollandJr St-Gelais

Être seul

 

Petite planète bleue,
Où les gens tentent d’être heureux,
Terre qui tourne sur elle-même,
Qui vraiment l’aime ?

 

Peuples aux langues diverses,
Qui s’abreuvent à même les averses,
Peuples aux croyances religieuses variées,
Qui prient de si nombreuses divinités.

 

Quelques privilégiés repus,
D’avoir tant mangé et tellement bu,
Masses souffrant de la soif et de la faim,
Qui craignent à chaque jour pour le lendemain.

 

Oui, c’est une triste vérité.
De se savoir condamnés à la mortalité,
Mais quel est le pire devant une telle fatalité ?
C’est d’être seul face à l’éternité.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Se libérer

 

20171129_153855 (1)1

Se libérer, c’est compliquer.

 

Se libérer

 

Esclave n’envie point homme libre,

Car il ignore ce qu’est que de savoir lire,

Être confortable dans sa peur de l’inconnu,

Et même devant une foule en colère il se tue.

 

Se libérer a son prix,

C’est une affaire de toute une vie,

Une vie de lutte contre son pire ennemi,

Celui qui est en soi. Qui vous l’aurait dit ?

 

Mains attachées,

Une soif torride non-apaisée,

Dos courbé offert au maître bien aimé,

Attendant avec crainte le coup de fouet redouté.

 

Faisant le décompte,

Car pour lui rien de compte,

Plus que l’amour de son tortionnaire,

Bien camouflé au sein de son imaginaire.

 

Se défaire de ses chaînes,

De craintes de faire face à la haine,

Haine de qui ? Haine de quoi et pourquoi ?

Avoir perdu tant de temps et n’en vouloir qu’à soi.

 

Liberté ? Égalité ? Fraternité ?

Cela a un coût mais voulez-vous l’acquitter ?

Assez parler ! Assez divaguer ! Assez rêvasser !

Maintenant, oui, c’est moi qui vous le dis : Agissez !

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tout est maintenant fini

 

Je suis homme

Modèle vivant ? RollandJr St-Gelais Lieu ? LiveArt de Montréal

 

Tout est maintenant fini

 

Je suis homme,

Je vis tout comme vous,

Semblable à toi et à nous,

Loin de ces chimères et ces fantômes.

 

Homme nu,

Accompagné et vu,

Par une femme aux yeux doux,

Qui de sa beauté me rendait fou.

 

Devant votre regard,

J’allais devenir votre oeuvre d’art,

J’entendis glisser le crayon sur le blanc papier,

Y témoignant votre passion sans vous faire prier.

 

Ne bougeant pas une seconde,

J’entrevoyais la profondeur des ondes,

Parcourant ici et là les lieux dès cet instant,

Où tout se figea une seconde, une minute ou un moment.

 

Rassasiés de votre soif d’exploration,

Repus de cette gastronomie aux multiples noms,

Vous naviguiez sur votre navire imaginaire le vent dans les voiles,

Pour chercher mille trouvailles à déposer tendrement sur vos toiles.

 

Homme avec tendresse transposé sur ce tableau,

Homme heureux sereinement posé car il était si beau,

Par ces mains toutes féminines ne lui voulant que du plaisir,

Avec quelques idées, ô combien, coquines afin d’en jouir.

 

Mains délicates griffonnant avec passion,

Pour immortaliser ce nouvel Adam d’une lointaine Sion,

Profitez-en bien mes bien-aimées chéries car si courte est cette vie,

Qu’un clin d’œil suffise pour comprendre que tout est maintenant fini.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pour mieux te voir

new-image11

Pour mieux te voir

 

Dans le silence du petit matin,

Où s’envolent nos ébats dans ces draps de satin,

Seul désir en mon cœur si comblé par cette nuit torride,

Où j’ai senti couler entre tes douces cuisses ce délicieux fluide.

 

Ma soif de toi enfin assouvie,

Me souvenir de tes halètements que tu fis en cette nuit,

Voilà tout ce dont je désire à l’aube de cette journée nouvelle,

Fermer tout doucement mes yeux pour mieux te voir comme tu es belle.

 

Nuit de tendresse, nuit aux milles caresses,

Où j’ai découvert ton corps magnifique digne d’une déesse,

Nuit de mille péchés souvent pardonnés mais jamais avouables,

J’en ai perdu la raison tellement ce que tu me fis ce soir-là fut agréable.

 

De la découverte de ton jardin secret,

Plaisir fut partagé sans amertume, ni regret,

Comme deux adolescents fuyant le regard parental,

Nous nous aimions malgré ces interdits faits en amont et en aval.

 

Fornicateur? Pécheur? Certes, mais sans peur,

Je me suis donné entièrement à toi en ces glorieuses heures,

Me donner, te pénétrer, nous donner ce plaisir fruit de notre passion,

Qui est loin d’être celle du Christ qu’il a vécue aux abords de Sion.

 

“Œuvres de chair ne désirera qu’en mariage seulement!”

Nous ordonnait-on avec tant d’hypocrisie et si effrontément,

C’est une noble vérité qu’un amour si charnel vaut son pesant d’or,

Et de tous les gestes les plus doux est où blottie dans mes bras tu y dors.

 

Pour mieux te voir, je fermerai mes yeux,

Me rappelant nos mots d’amour en ce jour heureux,

Pour mieux te voir, je regarderai là-haut vers les cieux si étoilés,

À la mention de ton nom, mes larmes couleront car je serai émerveillé.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada