Archives de tags | civilisation

La beauté de Rome

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La beauté de Rome

Bonjour tout le monde,

Je me suis permis de vous présenter ces quelques photos de la belle ville de Rome où l’histoire et la culture se côtoient allègrement depuis des millénaires. Certes, il existe aussi plusieurs villes qui possèdent une richesse à la fois culturelle et historique en leurs seins. Toutefois, Rome a ce privilège d’être tout simplement le reflet d’une langue majestueuse c’est-à-dire le latin.

« Une image vaut milles mots ?! »  me diriez-vous? Et vous avez bien raison. Maintenant imaginez un carrousel ! Allez-y ! Admirez ! Bonne visite ! Au revoir ! Arriverdeci !

Je vous aime beaucoup. Ti amo molto !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La nudité de la femme dans la nature

uta_4_by_ubufoto-dakzw36

Modèle? Uta Permission spéciale de R. de la Suisse

La nudité de la femme dans la nature

Bonjour tout le monde,

J’ai décidé de rédiger un article sur un sujet quelque peu passé sous silence au sein de mon blogue artistique. Et pourtant, si il y a un sujet qui aurait dû ne point passer inaperçu c’est bien la place de la nudité de la femme dans la nature, plus précisément la représentation photographique. C’est un fait, la nudité et la beauté féminine semblent aller de pairs dans le domaine de la nudité artistique. D’ailleurs, bon nombre des réalisations les plus remarquables concernent un tel sujet surtout, élément intéressant à noter, dans l’art sacré. L’on a qu’à penser aux nombreuses représentations d’Eve dans le jardin d’Éden pour s’en convaincre.

Mais, pourquoi le corps nu féminin épouse si bien la candeur de la nature? J’ose dans le présent article vous présenter ma propre théorie sur une telle problématique et ce, sous trois volets interchangeables. Le volet dit « de la mère-nature », celui de « la vierge à protéger » et, celui de « l’épouse à fertiliser ». Désolé pour les termes choisis mais, avant de me lancer la première pierre, lisez bien ce qui suit et vous comprendrez, enfin je le souhaite de tout mon cœur, tout le respect manifesté envers celles avec qui nous, les hommes, partageons la destiné de l’humanité. Trois volets, trois façons d’expliquer une seule réalité qui est simplement que la beauté de la nature n’a d’égale que celle de la femme.

Le volet dit de «la mère-nature» occupe une place particulière au sein de l’imaginaire populaire. En effet, cette dernière a été alimentée par plusieurs mouvements écologistes. Et pour cause puisque nous en sommes tributaires depuis la nuit des temps. C’est un fait indéniable que les êtres humains ont tiré de la nature leurs subsistances que ce soit pour se loger, se protéger et se nourrir. C’est pourtant les rôles innés au corps de la femme; loger l’humanité en son sein dès le tout début de la conception, protéger son rejeton en le tenant avec douceur dans ses bras et, enfin, nourrir l’enfant naissant grâce à son lait quitte à le sevrer pour lui permettre graduellement de devenir un être à part entière.

L’image de la « vierge à protéger » est relativement ardue à expliquer.  Comme le corps nu de la femme peut être perçu comme un vase où l’homme y trouvera sa raison d’être, la nature doit être préservée de toute souillure pouvant compromettre son existence future. C’est ainsi que la nudité de la femme représente à la perfection toute la fragilité de la nature. Une fragilité sans cesse menacée par des gens sans scrupule voulant exploiter au maximum ses richesses loin d’être inépuisables. En résumé, je pourrais conclure par cette simple pensée: «Protège la femme que tu aimes si tu veux avoir bonheur et joie en ton cœur car elle te sera toujours reconnaissante.»

Enfin, le terme de «l’épouse à fertiliser» se réfère à l’acte d’aimer pleinement la nature. L’aimer pour ce qu’elle est, c’est-à-dire précieuse, irremplaçable et d’une valeur inestimable. Oui, la femme est précieuse car sans elle l’homme n’aurait point connu la grandeur de la civilisation. Je me réfère ici au récit légendaire de Gilgamesh où l’homme a été dans l’obligation de se civiliser afin de pouvoir courtiser la femme convoitée. La nudité de la femme démontre aussi son caractère irremplaçable car rien en ce monde, est-ce voulu par le Créateur? c’est fort possible, ne pourra égaler l’aide qu’elle a apporté à l’homme. Sa nudité est pure comme l’est la nature et c’est à l’homme d’entretenir cette pureté pour son bien-être actuel et futur. Elle est également d’une valeur inestimable car, malgré toute la richesse que les hommes peuvent acquérir durant leurs vies bien éphémères, seul l’amour véritable d’une femme peut donner sens à leurs existences.

Il s’agit ici de mes interprétations tout à fait personnelles de la place de la nudité de la femme au sein de la nature. Une place qui reflète à la perfection le respect que l’on se doit de manifester à la fois à la femme et à la nature. Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Source artistique: http://ubufoto.deviantart.com/

Le fruit défendu et la nudité féminine

fruits-defendus-par-rick

Le fruit défendu et la nudité féminine (Permis accordé par le photographe Rick B.)

Le fruit défendu et la nudité féminine

Bonjour tout le monde,

C’est avec une joie immense que je vous présente une oeuvre plus que magnifique réalisée par un photographe allemand lequel publie régulièrement au sein du site artistique connu sous le vocable de devianArt. Un site dont votre humble serviteur est lui-même membre depuis maintenant cinq ans. Et, à ce titre, il m’arrive parfois d’y découvrir des oeuvres tout à fait remarquables et dignes d’être connues au sein de mon blogue. Il va de soi que par un souci d’honnêteté intellectuelle, je ne publie pas d’oeuvre sans avoir au préalable obtenu la permission de son auteur. C’est ici une question de gros bon sens.

Force est d’admettre que l’émotivité ressentie par votre humble serviteur en admirant une oeuvre est la pierre angulaire de mon choix d’en rédiger un article. Une émotivité qui doit venir au plus profond de mon être, tel un gisement de larve expulsé par un volcan en furie. Une furie de vivre! Une furie de beauté! Une furie tirée de la force vitale qui anime chaque être vivant! Oui, c’est exactement ce à quoi cette oeuvre a suscité en moi dès l’instant où mes yeux se posèrent. J’oserais même écrire « se reposèrent » tellement la douceur se dégage de chaque fibre qui émane de la nudité de ces femmes. Une nudité qui m’incite à élaborer, et c’est une simple dissertation que je qualifierais de non-scientifique mais qui pourrait susciter un débat auprès de mes abonnés-es, sur la juxtaposition entre le fruit défendu et la nudité féminine. Ah! La fameuse nudité féminine! Ce fameux fruit tant convoité par les hommes depuis la nuit des temps.

Que pouvons-nous dire exactement du fruit défendu? Absolument rien sinon qu’il est défendu, soit parce qu’il détiendrait les clés de l’intelligence, alors-là permettez-moi d’en douter lorsque je vois comment l’humanité a évolué au sein de son histoire vu le nombre de bêtises catastrophiques que l’on a pas cessé de répéter, soit parce qu’il serait la source de l’immortalité tel que rapporté dans le récit de Gilgamesh lequel est à l’origine de l’histoire biblique du jardin d’Eden dans l’Ancien Testament. Toutefois, les concepts de l’intelligence et d’immortalité se retrouvent de manière subtile dans la représentation de la femme, plus particulièrement dans sa nudité. N’oublions pas que c’est la femme qui a apporté à l’homme la conception de la civilisation, qui lui a amené l’amour de la culture, la douceur de la poésie, l’importance de la musique et bien d’autres aspects qui distinguent les hommes des animaux. Une distinction qui trouve sa source de l’importance de la femme aux yeux de l’homme.

D’ailleurs, la nudité de la femme a été, et l’est encore dans de nombreuses cultures et ce même à notre époque, un fruit défendu, voire proscrit soit par la moralité populaire, soit par une religion omniprésente au sein de certaines sociétés actuelles. « Cacher ce sein que je ne saurai voir, mais montrez-moi les innocents tués en mon Nom » pourrait être le leitmotiv de cette intolérance basée à la fois sur la superstition et l’ignorance. Or, la femme est foncièrement belle et sans sa beauté, l’homme ne serait pas la moitié de ce qu’il est. Aimer la nudité féminine, c’est savoir en respecter ses nombreuses facettes allant de sa fragilité inscrite dans la moindre parcelle de sa peau et dans son regard jusqu’à la capacité incroyable de donner la vie et même d’être la rivière qui  la désaltère et qui la nourrie. Ce qui est, c’est le moins que l’on peut dire, aux antipodes de la pornographie. N’est-ce pas?!

En conclusion, on peut reconnaître une certaine volonté de la part du photographe allemand du nom de Rick B., de dévoiler de tels aspects au sein de cette oeuvre que je qualifie volontiers de grandiose. En effet, le geste que pose la jeune dame, c’est-à-dire de faire goûter un fruit quelconque, serait-ce le fruit défendu tant décrié dans les saintes écritures?, à son aînée est une transposition moderne du récit de Gilgamesh où la femme et de sa nudité prennent la place qui leur reviennent. Une place hautement honorable!

Merci sincèrement à Rick B. d’Allemagne pour sa permission de m’être inspiré de son oeuvre dans la rédaction du présent article!

Merci infiniment de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Liens des publications de Rick B. sur deviantArt:

http://rickb500.deviantart.com/

http://rickb500.deviantart.com/art/Nastya-The-Book-Just-a-few-copies-left-566315428

http://rickb500.deviantart.com/art/Marmor-The-Book-511759556

 

Hommage à Milo Moiré: Une artiste et une modèle nue digne d’être découverte par le grand public

Milo-Moire

Hommage à Milo Moiré:

Une artiste et une modèle nue digne d’être découverte par le grand public

PP_012_B_OR1Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous profitez de cette saison estivale extraordinaire. Pour ma part, je vais très bien depuis ma sortie d’hôpital où je fus traité pour un problème de santé majeur. Soyez sans crainte, il me reste encore de nombreuses années à vivre devant moi et je compte bien développer tout mon potentiel artistique tant au plan de la poésie, de la prose que de la nudité. Le tout est fait, vous l’avez sans aucun doute deviné, avec classe et bon goût. D’ailleurs, ces trois éléments sont à la base de ce blogue et ce, depuis le tout début de sa création. Ce qui ne m’empêche guère de réaliser de manière occasionnelle quelques réflexions sur des sujets qui touchent de près ou de loin, de près est de loin ce qui attire mon intérêt, sur la nudité artistique vue, interprétée et vécue ainsi que véhiculée par des artistes que je qualifierais, est-ce bien le bon terme? je l’ignore, plutôt du genre dit “underground”. Voilà pourquoi il m’est apparu plus que nécessaire de rédiger un article afin de rendre hommage à une artiste provocante, qui suscite la controverse et qui ose outrepasser tout, ou presque, ce qui a été fait jusqu’à nos jours en ce a trait à la nudité artistique.

Certaines raisons m’ont incité à écrire un tel article dans mon blogue. J’en retiendrai tout simplement troisPP_011_T_SR simplement par mesure de simplifier votre lecture. Tout d’abord, la parution d’un article sur un site web m’a quelque peu perturbé tant par la sévérité des propos de quelques intervenants, je le reconnais avec une certaine honte que j’en faisais partie du nombre, que par le manque flagrant de profondeur de la part de ce site. Ensuite, une série d’interrogations fit son chemin à travers les méandres de mes pensées. Pourquoi fait-elle cela? Quels sont ses objectifs? Qui est-elle? Quel est son cheminement artistique dans le domaine de la nudité? Pourquoi poser nue? Ce sont-là des questions qui m’ont poussé à mettre un grand bémol sur ma vision première de sont travail. Enfin, une présentation critique de son travail me parait être cruciale afin de rétablir les faits sur l’une des plus grandes modèles nues et artistes de notre époque. Une modèle nue qui sait exactement comment présenter son corps magnifique afin de susciter une provocation interrogative chez autrui. Une artiste qui ose aller plus loin que la majorité des artistes en occident.    

Milo-Moire-performance-Art-Basel-2015Je ne m’en cache pas. J’aime beaucoup son corps qui respire la beauté de la nudité à l’état pur. Un état où les idées préconçues face à la pudeur, je dirais plutôt la fausse pudeur, sont totalement absents. Elle se sent libre face à sa nudité et ne force pas qui que ce soit à enfreindre les règles sociales. Elle le fait pour elle-même et non pas pour les autres. Qui plus est! Personne est dans l’obligation d’acquiescer à ses principes ni d’aimer ses œuvres. Vivre et se réaliser dans ce qu’elle aime avant toute chose. Voilà son leitmotiv!

En ce qui me concerne, je partage sa vision de la nudité et de la réalisation de soi surtout si cela va quelque peu à l’encontre de la soi-disant bonne morale au sein de la société. Une société qui est prête à mettre au pilori quiconque n’entre pas dans le moule alors qu’elle donne des médailles à des tueurs en séries. Une société avide de sensations fortes, à la recherche de tout ce qui dérange, qui fait défaut ou encore qui suscite un voyeurisme.À mes yeux, une telle société a perdu tout repère d’une civilisation digne d’être qualifiée de “humaine”.1

Comme elle le dit elle-même sur son site web, “Art is transformation. It gives a fundamental inner meaning to THE area of freedom. The moment in which man finds himself in this unconscious language of perceived images, he experiences an art transformation. What happiness! What makes art so special is that it is born from the physical sensation of a universal understanding and, in turn, feeds it.” 2 Oui, l’art est et doit rester avant toute chose une transformation de ce que l’on est, ce que l’on voit et ce que l’on vit. Autrement, ce ne peut être de l’art à proprement dit.

En effet, ce que l’artiste réalise, même vous qui me lisez en ce moment, ne peut rester insensible à tout ceplopegg-milo-moire qui l’entoure pour la simple raison qu’il est imbriqué à son environnement lequel influence sa perception des choses. D’ailleurs, il n’existe pas une réalité en soi. Chacun(e) d’entre nous perçoit tout ce qui est dans son milieu à la lumière de son vécu. Ce qui semble, ici, être l’un des fondements du travail artistique de Milo Moiré car elle est diplômée en psychologie de l’université de Berne en Suisse alémanique. Comme quoi elle a su joindre son art avec sa profession. Un facteur qui ne doit, est-il nécessaire de le souligner au sein du présent article?, jamais être négligé lorsque l’on désire critiquer son art.3

Il y a peut-être ce point en commun entre cette illustre artiste et votre humble serviteur: la capacité de juxtaposer son expérience de vie et ses connaissances universitaires via la nudité artistique surtout si cela peut aider à une remise en question de nos valeurs personnelles. D’ailleurs, sont-elles réellement personnelles ou n’ont-elles pas été plutôt imposées par nos pairs? Parfois, il est bien de se questionner à ce sujet.4 Rappelons-nous que mon désir de devenir un modèle nu tout en créant ce blogue est apparu à la suite de mes nombreuses lectures sur l’eugénisme dans le cadre de ma formation universitaire en théologie. Tout le reste a fait boule de neige. Ai-je le droit d’en retirer une certaine fierté? Bien sûr que si, mais en n’oubliant pas de remercier toutes les personnes, la majorité est composée de femmes, qui m’ont encouragé dans mes démarches au sein de ce domaine particulier qu’est la nudité artistique.

922795238De plus, certains individus ont déjà parlé dans mon dos tout en se questionnant des raisons qui m’ont amené à devenir modèle nu malgré ma situation physique assez, je l’avoue d’emblée, particulière. Situation causée par la Thalidomide. Tout comme Milo Moiré, quelques-uns ont trouvé mon idée tout à fait farfelue, voire puérile ou tout bonnement que j’étais en manque d’attention. Or, je peux leur répondre que les médias ont fait leur choux gras avec mon histoire en tant que victime de la Thalidomide et ce, à maintes reprises au cours de ma vie.5 Et, croyez-moi, leur attention à mon égard n’était pas toujours à mon avantage. Idée farfelue? Pas du tout puisque une telle idée a été maintes et maintes fois analysée, soupesée et méditée sous toutes les facettes possibles. Idée puérile? Demander aux nombreux artistes pour qui j’ai posé nu depuis le tout début de ma carrière et vous comprendrez aisément que c’est loin d’être le cas.

En résumé, je suis heureux d’avoir fait mes recherches sur cette artiste à la fois prodigieuse et formidable qu’est Milo Moiré. Mais, je suis tout aussi heureux d’avoir été un peu plus loin que le commun des mortels en ce qui concerne l’analyse de l’ensemble des œuvres de cette Bernoise. Un tel ensemble est quasi similaire, fait cocasse à retenir et je l’affirme bien modestement, à ce que j’ai moi-même réalisé au fil de mon expérience puisque d’une part, personne ne reste indifférent à ce que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui et que d’autre part, je n’oblige pas qui que ce soit à suivre mes traces dans ce domaine.

Autrement dit, publier un article à propos d’un sujet tout simplement parce qu’il peut susciter une curiosité plus ou moins malsaine auprès des lecteurs est tout à fait normal. Mais, que ce dernier désire réaliser sa propre recherche de manière plus approfondie sur ledit sujet est beaucoup plus éthiquement plus noble de sa part.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 


1. Je me rappelle de certains reportages télévisés où l’armée américaine, comme bien d’autres armées en Occident ou sur d’autres continents, donna des médailles à des soldats pour le simple motif d’avoir participé à des conflits armés. Or, et c’est notamment le cas à l’époque de la guerre du Vietnam, bon nombre de ces soldats ont commis des actes d’une cruauté inouïe à l’égard de la population civile. Qui plus est! Souvenons-nous des nombreux tirages de quotidiens qui augmentent de manière presque exponentielle à l’annonce de tel ou tel massacre. C’est un triste constat à ne jamais oublier.

2. http://www.milomoire.com/?page_id=1559

3. En effet, je possède plusieurs formations universitaires dont en histoire, en science politique et en communication publique ainsi qu’en théologie. Comme quoi, la connaissance et l’ouverture sur le monde constituent sans contredit les plus grandes richesses que l’être humain se doit d’acquérir le plus possible et selon ses capacités au cours de son existence terrestre.

4. Combien de personnes ont-elles craint de se réaliser au cours de leurs vies tout simplement par la peur du qu’en-dira-t-on? Poser la question est un peu y répondre.

5. Il est à retenir que j’ai tout fait en mon possible pour me tenir loin des médias en ce qui a trait au recours d’une certaine association contre le gouvernement canadien à la fin de 2014 et au début de 2015. Pourquoi donc? Comme l’affirme le dicton : “Chat échaudé craint l’eau froide.”

Le corps de la femme nue dans l’imaginaire populaire

Le corps de la femme nue dans l’imaginaire populaire

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous? Pour ma part, je vais merveilleusement bien même si les services météorologiques du Canada ont annoncé un mois de mars assez froid. Ce n’est pas grave puisque nous les Québécois, du moins pour plusieurs d’entre nous, sommes habitués aux soubresauts de Dame Nature. Et, entre vous et moi, il y a tout de même de belles activités à faire durant le reste de la saison hivernale. Bon! Je ne suis pas ici pour vous parler de la météo mais plutôt du domaine artistique plus particulièrement du modèle nu.

Il va de soi que la nudité a été utilisée selon différentes approches, tantôt de manière que je qualifierais de noble voire « humanisante », tantôt  de façon tout à fait dégradante voir même, en particulier dans la pornographie, bestiale. Ce qui est malheureusement davantage le cas à l’égard de la femme. Ne vous fiez pas aux apparences! L’image de l’homme nu peut aussi être malmenée mais tout autrement. C’est, selon moi, important de retenir. D’ailleurs, et cela est prouvé, la vision de la nudité a évoluée, dans certains cas je dirais plutôt régressée, au fil des siècles. De nombreux facteurs ont joué un rôle prépondérant dans ce fait. L’on a qu’à penser, à titre d’exemple, à la politique et à la religion lesquelles ne se sont guère gênées pour les utiliser selon leur « besoin ». Une petite recherche sur le web à propos du nazisme et de sa philosophie sur la perfection selon les critères de pureté raciale saura certainement vous convaincre en ce qui concerne mon premier exemple.

Mais, qu’en est-il de la religion? Quelle en est l’image de la nudité, et plus particulièrement celle de la femme? Une chose est sûr: La femme mérite, et j’espère que vous partager mon opinion, plus de respect que ce l’on lui a donnée jusqu’à maintenant. Encore-là, il faut éviter de faire une généralisation. Bien des artistes ont créé des œuvres d’art, ayant pour fondement le « religieux », réellement remarquables. Encore de nos jours, plusieurs artistes excellent dans ce domaine. Je sais bien de quoi je parle puisque je suis abonné à la page Facebook intitulée «Modèle vivant à Montréal» dont certains des artistes qui y sont membres y publient quelques-unes de leurs œuvres. À cela s’ajoute mon abonnement au site DeviantArt dans lequel je suis moi-même membre. J’y publies régulièrement des photos que j’ai la chance de réaliser.

Revenons à cette question: «Quelle est l’image de la nudité sous un angle religieux?» Chose étrange, l’on a presque toujours mixé la femme au péché, au mal, voire le mal absolu et ce, grâce à un texte qui relève beaucoup plus de la mythologie que de la science et j’ai nommée : »La Genèse ». Non! La femme n’est pas à l’origine de tous les maux, pas plus que l’homme peut l’être. Qui plus est! Sa nudité mérite autant de respect que celle de son partenaire au sein de l’humanité. D’ailleurs, c’est exactement ce qui est écrit au tout début de ce livre saint contenu dans la Bible: « L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte. »1

Malencontreusement, une telle image est encore galvaudée de nos jours. Je pense notamment à un fait bien réel mais qui est tabou dans notre société. Une femme qui pose nue pour un magazine érotique, à ne pas confondre à de la pornographie, est souvent perçue comme une femme facile, dénuée de pudeur et d’amour-propre. Or, semble-t-il, qu’il en est strictement rien. Je me souviens d’un reportage diffusé sur la chaine PlayboyTV où l’on y présentait quelques-unes des playmates choisies pour les douze prochaines parutions du célèbre magazine. Chose tout à fait remarquable! On les présentait sous un angle totalement différent de ce que je m’attendais de voir sur une telle chaine de télévision. Est-il utile de vous dire que l’on y mettait l’accent sur leurs parcours de vie, sur leurs rêves, sur leurs espoirs et sur leurs déceptions. Bref, elles sont certes fières de poser nues pour ce célèbre magazine mais il n’en demeure pas moins qu’elles sont avant tout des femmes accomplies dont une grande majorité ont des conjoints et des enfants. Je n’ai pu faire autrement que d’applaudir, au sens figuré, les responsables d’un tel documentaire où l’aspect pleinement humain de la femme y était présenté en avant-plan. Bravo!

En résumé, il est impératif de détruire à tout jamais l’image négative de la nudité, et de surcroît mais pas exclusivement celle de la femme, au sein de la société. Je parle ici, vous le savez bien, de la nudité saine. Ce qui est d’autant plus le cas où le domaine artistique peut devenir un catalyseur de toutes les forces qui ont pour objectif de changer les mentalités à l’égard du droit d’être ce que l’on est purement et simplement, c’est-à-dire un être humain, et ce, peu importe nos différences. Pourtant, les religions ont été à elles seules la source de bien des divisions. Étrange! N’est-ce pas?!

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

1. Genèse 2, 25