Archives de tags | instances gouvernementales

Marcher sur la ligne mince

Marcher sur la ligne mince Texte de RollandJr St-Gelais Photo de cable9tuba Source : https://www.deviantart.com/cable9tuba/art/A-New-Beginning-12-861699907

Marcher sur la ligne mince

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. De mon côté, je prends la vie du bon côté tout en suivant les consignes sanitaires imposées par les instances gouvernementales. Une telle situation est propice à la réflexion et à la rétrospection. En effet, être plus ou moins confiné, ayant la musique et la lecture pour m’accompagner dans mon quotidien, tout ceci invite votre humble serviteur à se poser des questions à la fois d’ordre philosophique et théologique. Oui, les deux sont des sujets de réflexion pouvant se ressembler alors qu’en réalité ils sont assez différents l’un de l’autre.

Une question s’est imposée au fil de mes réflexions. Une question qui peut concerner plusieurs d’entre nous et ce, tant du côté des hommes que celui du côté des femmes puisque ces dernières ont pour la majorité d’entre elles, des connaissances, des amis, des membres de leurs familles des personnes appartenant à la gente masculine. Posons-nous donc cette question : La gente masculine possède-t-elle des privilèges la rendant, par ce fait, supérieure à la gente féminine? Une telle problématique, que je qualifierais d’ordre sociologique, est de plus en plus omniprésente dans les médias tant électroniques que sociaux. 

Sans vouloir occulter des pages sombres de l’histoire occidentale, loin d’être favorable au droit à l’égalité pleine et entière entre les sexes opposés, il semblerait que le mouvement du balancier ait dépassé une limite que j’appellerai du gros bon sens. En effet, une certaine démagogie à l’encontre de l’homme, et de l’homme hétérosexuel en particuliers, s’est imposée au fil des années. Une démagogie qui a pour conséquence d’accuser celui-ci de tous les maux de la terre. J’irais même dire que d’être des criminels contre l’humanité.

Or, tout ceci me révolte au plus haut point. En effet, l’homme n’est ni pire ni meilleur que la femme puisqu’ils sont en soi que des êtres humains avec leurs forces, leurs faiblesses, leurs capacités et leurs limites. Il est toutefois certes vrai que l’éducation varie d’un continent à l’autre, d’une société à une autre, voire même des familles habitant dans le même quartier. Une telle éducation peut être défavorable à l’égard des filles qui y sont nées et qui y sont élevées. Une telle situation est à la fois déplorable et condamnable. 

Mais, est-ce une raison pour mettre les hommes, tous les hommes dans le même panier? Bien sûr que non. Or, la réalité est telle que de nos jours, le fait d’être un homme amène celui à marcher sur la ligne mince. Une ligne tellement mince qu’à la moindre expression d’opinion allant à l’encontre des médias, ces derniers affirmant parler pour l’intérêt général alors qu’ils ne servent qu’aux intérêts de leurs patrons et de leurs éditeurs, la vindicative populaire se jette sur eux comme des chiens affamés sur une boulette de viande bien saignante.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

 

Vivre les émotions

motions

Vivre les émotions Texte de RollandJr St-Gelais DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Vivre les émotions

Vivre ses émotions ! Quel grand défi pour la plupart d’entre nous. En effet, rien de plus difficile de bien vivre nos émotions. De les vivre avec authenticité et non pas de survivre et encore moins de les occulter. Vivre ce qui nous fait découvrir à la fois notre fragilité et notre force. Bref, ce qui fait de nous des êtres humains.

Trop souvent, nous ne savons guère nommer les émotions et encore plus de les manifester de manière adéquate. Un tel phénomène aurait-il pour cause une éducation basée sur la retenue de soi, une pression sociale de plus en plus axée sur la suppression de ce que ce que ressentons en soi, un confinement ordonné et encouragé par les instances gouvernementales, des rapprochements physiques impossibles entre les individus ou bien par l’omniprésence des réseaux sociaux où convergent les échanges entre les individus? Tout ceci est fort possible.

Qui plus est ! L’avènement de l’internet aussi utile que cela puisse être à bien des égards a accru de manière significative l’isolement de bon nombre d’individus. Bien entendu que je fais ici référence à un isolement physique. Or, c’est justement par et grâce à des interactions physiques que les émotions peuvent être vécues pleinement. Milles mots pourront décrire ce qu’est un sourire tout comme la plus belle des photos présenter à des milliers, voir des millions d’individus, pourra n’être qu’une simple esquisse mais un seul sourire fait dans une interrelation physique aura toujours une valeur pleinement humaine.

Et s’il y a un domaine où les émotions sont bel et bien biaisées, voir ici manipulées avec plus ou moins brio, c’est bien celui de la sexualité. Combien de fois nous retrouvons des scènes de sexe qui sont loin de refléter la réalité d’une relation basée sur l’amour entre deux individus. Un amour qui culmine vers une sexualité épanouie et satisfaisante pour les partenaires? N’oublions que l’amour qui se vit d’abord et avant tout comme une émotion laquelle a été galvaudée à maintes reprises. Tellement vulgarisée qu’il est de plus en plus ardu à la fois de le définir de manière adéquate.

La liste des émotions que l’on peut vivre en une seule journée est quasi illimitée. Comment pouvons-nous alors les vivre comme il se doit dans un monde de plus en plus fragmenté, stérilisé et cyberdépendant? N’oublions pas que le fait de détruire toutes émotions a été depuis toujours la meilleure façon de tuer l’humanité en l’Homme.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Certaines personnes trouvent leur religion au-delà des églises

Certaines personnes trouvent leur religion au-delà d'une église
Certaines personnes trouvent leur religion au-delà d’une église Texte par RollandJr St-Gelais Réalisation photo par David Hobbs Photography Modèle : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Some-find-their-religion-outside-of-a-church-634483278

Certaines personnes trouvent leur religion au-delà des églises

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que vous avez pu trouver des activités qui vous plaisent en vu du déconfinement graduel mis-en-place par les instances gouvernementales respectives. Pour ma part tout va bien. Chose étrange ! Le seul aspect négatif lié à cette période de confinement a été l’interdiction de se rassembler dans des lieux de culte. Vous le savez sûrement déjà mais j’avais pour habitude d’aller chaque dimanche à la célébration eucharistique à l’église catholique de mon quartier à Québec pour, ensuite, aller prendre un bon petit-déjeuner dans l’un des nombreux petits restaurants situés près de l’église. Une habitude que j’ai prise dès mon arrivé dans la capitale de la province du Québec.

Oui, je suis croyant, catholique et pratiquant et grand amateur de la bonne bouffe. Il n’y a aucun mal à cela. N’est-ce pas? Le fait d’agir ainsi à chaque dimanche me permettait de couper le lien, de manière symbolique, avec la semaine précédente pour débuter une nouvelle du bon pied. Ne dit-on pas que le dimanche est une commémoration de la résurrection du Christ par laquelle tout est renouvelé? Or, une telle pratique a été interdite par les instances gouvernementales afin de freiner la propagation d’un certain virus parmi la population et ainsi de protéger les gens ayant une santé précaire. 

Vous pouvez aisément imaginer la carence qu’une telle interdiction a amené chez votre humble serviteur. Or, ceci m’a amené à réfléchir sur un aspect de la foi. La foi se résume telle à se réunir une fois par semaine dans un édifice religieux aussi majestueux puisse-t-il l’être? Bien sûr que non. Pas plus qu’elle se résume à la récitation de milliers de prières et encore moins à porter des, permettez-moi cette expression, bondieuseries. Le fait de porter une croix autour de son cou ne fait pas de nous une meilleure personne. Mais, comment peut-on vivre la foi ou du moins une certaine forme de spiritualité? Voilà bien une question qui est la suite logique de la question posée précédemment.

Il est un fait intéressant à retenir que certaines personnes, dont le nombre est plus important que l’on pourrait même l’imaginer, trouvent leur religion bien au-delà des religions institutionnalisées et ce, peu importe leurs genres. Certes, bon nombre d’entre elles ont une connaissance limitée des ouvrages écrits par des êtres que l’on nomme des  »saints », tout en ayant adopté des règles morales fort louables. Tout comme de très nombreux individus qui se réclament être de grands croyants mais qui pourtant ont une ligne de conduite aux diapasons de la morale. Comme on dit au Québec, les bottines ne suivent pas toujours les babines. 

Toutefois, il existe en ce monde une cathédrale bâtie par nul autre que le créateur. Oui, j’utilise un langage d’un croyant en un Dieu ou si vous préférez en un être suprême dans le présent texte et c’est mon droit le plus stricte. Une telle cathédrale ne se trouve guère dans les grands centres urbains là où les gens sont souvent davantage préoccupés à suivre la cadence de la vie de consommation et même de surconsommation. C’est dans la nature qu’une telle cathédrale se trouve.

Une cathédrale dans laquelle nous pouvons nous recueillir et prier dans le plus profond de notre être. Prier sans dire un mot. Prier sans s’agenouiller. Prier sans la nécessité de porter un signe religieux de manière ostentatoire. Prier simplement en écoutant, en marchant et en profitant de l’instant présent. Cela ne coûte rien et nous apporte tellement de riches leçons de vie. Leçons de vie qui se retrouvent dans les livres saints de toutes les religions confondues depuis l’aube de l’humanité. Une humanité qui a vu en son sein de nombreux saints. Or, d’où ont-ils tiré leurs enseignements si ce n’est qu’au sein même de la nature, la cathédrale par excellence? Poser la question, c’est y répondre.

Je vous remercie pour votre attention.

RollandJr St-Gelais de la ville de Québec Canada

Renouons avec le plaisir de la lecture

renouer avec le plaisir de la lecture
« renouer avec le plaisir de la lecture » réalisation photographique par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-love-books-835483239

Renouons avec le plaisir de la lecture

En cette période de confinement décrété par les instances gouvernementales, ce serait le temps de renouer avec le plaisir de la lecture. Un plaisir que je partage volontiers avec cette charmante dame qui me semble être très cultivée. Serait-elle disponible pour que j’aille lui faire la lecture ? Je le souhaite ardemment.

Vous comprenez qu’un brin d’humour fait souvent du bien.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Plaisir des coïncidences

Plaisir des coïncidences
Plaisir des coïncidences par Mci-Ardant de la France Source : https://www.deviantart.com/mic-ardant/art/Pleasure-of-the-coincidences-74421430

Plaisir des coïncidences

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que votre confinement ne vous soit pas trop pénible. Pour ma part, je vais merveilleusement bien et, fait étonnant, mon confinement est plutôt profitable pour moi. En effet, je profite de cette période imposée par les instances gouvernementales pour réaliser des activités d’ordre intellectuel. L’on a qu’à penser à la lecture, la musique, la redécouverte de grands classiques du cinéma présentés sur certains sites de streaming et des livres qui ont fait la renommée de leurs auteurs. Bref, je peux très bien vivre en autarcie pendant un temps assez long.

Sur le plan social, c’est peut-être un peu plus ardu pour moi. J’adore créer des liens avec les gens et surtout faire la rencontre de femmes à la beauté magique. Je suis fait ainsi. Que voulez-vous? Certains sont plutôt asociales et préfèrent vivre en solitaire sur le plan humain. Très peu pour moi. Mais, pour mon bien et celui des autres, je m’adapte. Ne dit-on pas que c’est celui qui s’adapte qui survit? Encore là, c’est une question de gros bon sens.

Toutefois, et je l’avoue avec une certaine fierté, rien absolument rien enlèvera ma passion pour la nudité artistique. Ni maladie, ni accident, ni même la mort. Pourquoi donc? Parce que la nudité artistique, qui présente la pureté d’être nu et tout ce qui implique de près ou de loin avec une sexualité saine, est le symbole même de la vie. Nous entrons dans la vie tout simplement nus. Et, de surcroît, nous vivons nus à plusieurs périodes de la vie. Je dirais même que la nudité est la vie. Or, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Et l’espoir fait vivre… Drôle de coïncidences. N’est-ce pas ?!

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada