Archives de tags | aventures

Les jours « seins » de la semaine sainte

Les jours seins de la semaine sainte Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Joel Pèlerin Source : https://www.deviantart.com/charmeurindien/art/So-Beautiful-867729139

Les jours « seins » de la semaine sainte

 

Cette semaine est particulière.

À vrai dire, elle est celle que je préfère.

Pourquoi donc ? Me demanderez-vous ?

Allons donc ! Vous savez bien que je suis un peu fou.

 

Il s’agit bien entendu de la semaine sainte.

Une période où seraient permises les plaintes.

Mais, vous me connaissez bien, je crois.

Me plaindre, ce n’est vraiment pas pour moi.

 

C’est donc avec plaisir que je vous présente ma signification.

En ce temps de la fin de carême, de cette morne saison.

Sept jours vraiment spéciaux au sein de mon calendrier.

Une éphéméride que je vous présente volontiers.

 

Tout débute avec le dimanche des Rameaux.

Qui me rappelle qu’arrivent les jours beaux et chauds.

Il va de soi qu’assister à la célébration eucharistique,

Est pour moi un devoir sacré en attendant la venue messianique.

 

Que puis-je dire du lundi « sein » ?

Si ce n’est qu’à la confession j’y vais d’un pas serein.

Car, dans sa grande sagesse, Dieu est tellement miséricordieux.

Il sait bien que pour moi, rien de plus beau que les femmes sous les cieux.

 

Et puis ? Qu’y a-t-il pour le mardi ?

C’est la journée où j’ai fait la rencontre de Julie.

Une demoiselle si mignonne et si coquette !

Qu’elle me faisait penser à une belle pâquerette.

 

Mercredi ! À quoi s’attendre ?

Celui où tout a commencé par l’imposition des cendres.

Ce qui ne m’a jamais empêché de faire la rencontre de dames esseulées.

Vous voyez mes amis ! De tous les péchés, le pire est celui du plaisir non partagé.

 

Mais, celui qui, à ma surprise, me fait sans cesse sourire.

Le jeudi « sein » me rappelle tant suaves et sublimes souvenirs.

À la cérémonie du lavement des pieds par notre divin Sauveur.

Je revois en effet celles avec qui j’ai passé d’inoubliables heures.

 

Puis vient le jour sacré du vendredi.

Au pied de la croix, je lui rends grâce pour ma vie.

Et, pour toute sa bonté envers son humble créature.

Je lui dis merci pour toutes ces dames aux belles parures.

 

C’est tout de même étrange qu’à la veillée pascale.

Je me remémore une nuit passée jadis avec la grande Pascale.

Une femme originaire de la France plus particulièrement de Chamonix.

N’ayez crainte ! En bon chrétien que je suis, je prie pour elle en cette cérémonie.

 

Que faire en ce jour de Pâques si c’est de savourer du bon chocolat ?

En songeant à celle qui, dans son lit de pécheresse, avec joie m’y amènera.

Mais en paraphrasant si bien Saint-Augustin évêque d’Hippone :

« Mon Dieu ! Permettez-moi de faire encore la rencontre de ces friponnes.

 

Il faut savoir apprécier du plaisir de la chair en abondance.

Pour saisir la valeur de votre miséricorde en surabondance.

Mais, accorder la grâce qu’en chacune de mes aventures,

Conservez en vos mains, je vous prie, mon âme pure ! »

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

De tous ces feux, elle brille

De tous ces feux, elle brille Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Shining-910768098

De tous ses feux, elle brille.

 

Je songeais justement à toi.

J’étais déjà loin de chez-moi.

Une pensée remplie de pureté,

En ce printemps qui vient de débuter.

 

Je me demandais ce que tu étais devenue.

Depuis la séance de pose où je t’avais aperçue.

Tu paraissais si enjouée devant les étudiants étonnés.

De voir en une jeune femme une humeur joyeuse et de beauté.

 

Tu étais arrivée avec grande gaieté à l’heure prévue.

Aussitôt entrée, tu as retiré tes vêtements pour être nue.

Continuant ma promenade sous les rayons du soleil.

Je me suis rappelé tout ce que ce monde a de merveilles.

 

Des voix d’enfants un peu moqueurs qui me ramènent dans le temps.

Où mes amis et moi faisions les cent coups sans jamais être méchants.

Des chansons sur lesquelles je me déhanchais sur les pistes de danse.

Ces souvenirs m’entraînent à une douce époque de romance !

 

Heureusement, il y a encore de beaux moments dans mes aventures.

Des instants si précieux qui me donnent de l’espoir en mon futur.

Mais, par-dessus tout, se trouve dans mes pensées une très jolie fille.

Et dans mon cœur, chaque jour, de tous ses feux, elle brille.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sous ce crucifix

Sous ce crucifix Poème et photo par Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Sous ce crucifix

 

Sous ce crucifix,

Je suis à genoux et je prie.

Je suis venu pour demander à Dieu.

En homme si pieux et si religieux.

 

Une petite faveur.

Même si j’ai bien peur.

Que cela risque de vous déplaire.

Mais, dans le fond, je n’ai que faire.

 

De vos jugements, de vos condamnations.

Nous sommes, à lire les nouvelles, en damnation.

Une guerre mondiale est, selon certains, à nos portes.

Que puis-je alors faire? Que puis-je dire ? Que le diable l’emporte.

 

Oh mon Dieu, si vraiment vous existez.

Veuillez, je vous prie, mon humble requête exaucer!

Que je puisse satisfaire, en bon soumis, les désirs de ma maîtresse.

Celle qui me prodigue tant de douceur et de douleur par ses caresses.

 

Qu’en ce temps de carême, elle m’apprenne l’obéissance.

Que j’admire sa beauté légendaire jusqu’à en perdre conscience.

Qu’elle m’enseigne les bonnes manières telle une bonne mère.

Et de ses mains expertes, qu’elle me comble de son savoir-faire.

 

En ce temps si incertain.

J’ignore comment est mon destin.

Mais, une seule chose compte à mes yeux.

C’est d’être aujourd’hui vraiment heureux.

 

Oh mon Dieu ! Si mes jours sont comptés.

De ma faute, de mon mignon péché, veuillez me pardonner.

Mais avant tout, veuillez exaucer cette humble prière.

Que je puisse encore réaliser ces aventures été comme hiver.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le boudoir

Le boudoir Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par ElegantJaydePhotography Modèle par JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Boudoir-906103832

Le boudoir

 

Je suis dans le boudoir.

En souhaitant que tu sois là.

En espérant que tu sois tout près de moi.

Je me suis légèrement vêtue pour te plaire ce soir.

 

Tu sais, mon amour, j’attendais ce moment depuis toujours.

Un bain parfumé de centaines de pétales de roses j’ai pris avec plaisir.

En imaginant ce doux instant où, dans mon lit, nous allons jouir.

Ô, comme j’ai rêvé de toi cette nuit jusqu’au lever du jour.

 

Peu m’importe ce que les autres pensent de nos aventures.

Je t’aime tout simplement comme on devrait aimer.

La vie est si courte, il faut alors savoir en profiter.

Pour toi, une lampe rouge sur la devanture.

 

Il est vrai qu’il est encore vraiment tôt.

Le temps me semble pourtant interminable.

Viens vers moi, je veux être le chaperon rouge de la fable.

Ne tarde donc pas, chéri. Mon cœur bat que pour toi, mon beau.

 

La tête légèrement penchée et les yeux clos.

 J’imagine ce moment que nous passerons ensemble,

Rien qu’à y penser, tout en mon corps tremble.

Mes coudes légèrement appuyés pour reposer mon dos.

 

Les secondes tictaquent sur l’horloge grand-mère.

Une pièce de collection que j’affectionne particulièrement.

Un peu, je l’avoue sans rougir, comme pour tous mes amants.

Une passion formidable que m’a léguée ma douce mère.

 

Je suis assise sagement dans le boudoir.

J’aimerais tant te faire connaître les sources de jouissance.

Que même les curés n’oseraient point me faire de remontrance.

Ô, mon chéri. Pour toi, je me suis faite belle pour ce soir.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Miroir, miroir

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Miroir, miroir

 

Miroir, miroir.

C’est déjà le soir.

Tout semble terne.

Tout est que baliverne.

 

Je ne regarde plus les nouvelles,

Car j’ose croire que la vie est encore belle.

Je me contente alors d’écouter de vieilles chansons,

Que mes amants et moi avec joie fredonnions.

 

Suis-je la seule en ce monde si étrange,

Qui croit aux fées, aux farfadets et aux anges ?

Suis-je la seule qui espère en un temps meilleur ?

Qui rêve de grands jardins parsemés de mille fleurs.

 

Ô miroir ! Gentil miroir.

Dis-moi qu’il n’est pas trop tard.

D’avoir foi en un avenir prometteur,

Et d’éloigner de moi les craintes et les peurs.

 

Tu reflètes si bien le blond de ma chevelure,

Qui est digne d’un oiseau à la plus belle parure.

Tu me renvoies avec finesse le bleu de mes yeux,

Un bleu comme était le ciel en un temps radieux.

 

Toi seul sais si bien épouser mon corps,

Et dont l’envie de faire l’amour à pleines dents le mord.

Et que dire de mes lèvres rouges comme le sang ?

Ces lèvres qui n’ont pas été embrassées depuis si longtemps.

 

Miroir, ô, miroir ! Devrais-je invoquer les saints ?

Afin qu’un ange puisse descendre du ciel pour me caresser les seins.

Que me pèsent ces jours de solitude loin de mes aventures.

Toutefois, je garde en mon cœur de l’espoir, car rien ne dure.

 

Tu es toujours là fort heureusement.

Toi qui me rassures affectueusement.

Et qui reflète avec grande douceur ma beauté,

Alors que j’attends la venue de la matinée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada