Archives de tags | aventures

Raconte-moi

Raconte-moi
Poème inspiré par une photo réalisée par Rick B., et en hommage à l’une des plus grandes icônes de la chrétienté. https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de
 

Raconte-moi

 

Raconte-moi une histoire,

Un conte du pays au-delà de la Loire,

De cette vie d’un moine vivant en Russie,

De cet être si pieux et de ses nombreuses amies.

 

De cet homme aux mains miraculeuses,

Qui savait si bien rendre une femme heureuse,

De ce moine aux prières qui guérissaient les maux,

Les maux du corps se logeant tant du bas que du haut.

 

De cet être si religieux,

Qu’aucune requête ne lui refusa Dieu,

Bien malgré ses nombreux péchés de la chair,

Car quel homme résiste au parfum de femme flottant dans l’air?

 

Raconte-moi une de ses aventures,

De cet aimant des femmes à la beauté pure,

À la masculinité si vive qu’il fit bien des jaloux,

Tant chez les jeunes et les vieux, les solitaires et les époux.

 

De ce moine, raconte une de ses péripéties.

De ce temps où il jouissait sans mesure de la vie,

Vivre sa vie sans se soucier du lendemain et du destin,

Car il avait compris que le pardon de Dieu est dans ses mains.

 

Raconte-moi, s’il-te-plaît, pour une dernière fois,

La vie de ce saint ayant vécu dans le péché sans y perdre la foi,

Car bien légitime est le péché de la chair à celui qui sait l’apprécier,

Puisque Dieu dans sa miséricorde saura en temps et lieu lui pardonner.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec

 Canada

C’est le temps du Carême

Temps du Carême
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

C’est le temps du Carême

 

C’est le temps du Carême,

Chérie, veux-tu un café crème?

Un peu de crème pour un café velouté,

Sucré telle cette nuit que nous avons savourée.

 

Une nuit que je ne pourrai jamais oublier,

Car je dois maintenant un grand secret te confier,

Nous avons vécu tant de choses, tant d’aventures et de péripéties,

Que je me rappellerai à chaque instant à chaque moment de ma vie.

 

Au fond, ce que j’ai à te dire,

Me fait, crois-moi, si cruellement souffrir,

Que je ressens en mon corps la marque des clous,

Ces clous qui s’enfoncent en mon esprit et qui me rendent fou.

 

J’ai reçu une missive d’une femme jadis rencontrée,

Une de celles que j’ai à, mon humble regret, tant aimées.

Une femme qui a enfanté un beau garçon qui est aussi le mien.

Un bel enfant qui, semble-t-il, me ressemble en de nombreux points.

 

J’assumerais mes fautes en portant ma croix,

En lui donnant tout mon amour comme il se doit.

En ce début de Carême, je ferai face à mes choix à mon destin.

En ce temps de pénitence, je dois t’annoncer que je partirai dès demain.

 

Veux-tu peu de crème dans ton café?

C’est la seule chose que je peux te proposer,

Ne me pose pas de question car j’ignore quoi te répondre,

Si ce n’est qu’en moi demeure une incommensurable honte.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Et de tes berceuses …

Et de tes berceuses
Photographer: Marc Brosius Model is JenovaxLilith on DeviantArt Avec la permission de JenovaxLilith. https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/lullabies-822301072

Et de tes berceuses …

 

Dans la noirceur de ma chambre,

Peinte à la couleur d’ambre,

Je me suis mise à danser,

Pour me réconforter.

 

De ces nouvelles d’hier,

De mes craintes imaginaires,

De ces rumeurs face à la guerre,

Où était parti depuis longtemps mon père.

 

Doucement sur la pointe des pieds,

Vers mon vieux tourne-disque je suis allé,

Pour y faire jouer quelques chansons de mon enfance,

Afin que je puisse me sortir de ma douleur et de ma démence.

 

Dès les premières notes entendues,

Bien lentement, avec délice, je me suis détendue.

Sans aucune retenue et sans gêne, je me suis dévêtue.

Avec un étourdissement libérateur, je me suis retrouvée nue.

 

Sois courageuse ma fille !

Mon tendre père me répétait-il.

Je reviendrai solennellement je te le promets,

Mais, voilà qu’en dépit de tout et malgré lui, le mal est fait.

 

Jamais plus je ne sentirais ses vigoureux bras,

Me serrer délicatement quand j’en ressentais le besoin,

Lui seul savait me consoler et me traiter aux petits soins,

Depuis qu’une balle ennemie l’a tué, je sais qu’il ne reviendra pas.

 

Pour toi papa cette danse je ferai,

Pour toi papa une dernière fois je sourirai,

En revoyant les beaux souvenirs que tu m’as laissés,

En revoyant tous ces beaux pays que nous avons visités.

 

De tes leçons de vie, je m’en souviendrai.

De tes aventures que tu me racontas pour m’endormir.

Je les raconterai à mes enfants comme mes plus beaux souvenirs,

Et de tes berceuses que tu me chantas, avec grande tristesse, je fredonnerai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

En lisant

En lisant
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

En lisant

 

En lisant tranquillement,

Dans mon lit et nue parfaitement,

Un album que j’ai cherché très longtemps,

Je me suis rappelé comme j’étais heureuse en ce temps.

 

Un temps qui fuit comme le sable du sablier,

Quand j’y pense, ce que j’en suis tout étonnée.

Car jamais je n’aurais songé que le nombre des années,

Allait emporter les souvenirs de mes amants que j’ai pourtant aimés.

 

Telle la languissante note d’un majestueux violoncelle,

J’entends leurs voix mielleuses me répéter comme je suis belle,

Dans les boîtes de nuits où nous allions danser jusqu’aux petites-heures,

Folies de jeunesse ! Folies de tant d’ivresse ! Tant d’innocence et sans peur.

 

Jeux dangereux des aventures d’un soir où j’étais une réelle experte,

Car à chaque fois, je remportais le premier prix sans jamais connaître la défaite.

J’aimais me risquer à ce jeu car je n’avais que faire de cette époque bacchanale,

Et puis, entre vous et moi, ma destinée était loin d’être vraiment banale.

 

Ne craignant ni dieux, ni diables, ni anges, ni démons.

Je faisais tout mon possible sans nuire à autrui comme de raison,

Profiter de la vie, travailler avec honnêteté et surtout jouir le plus souvent.

Voilà mes raisons de vivre car j’étais satisfaite de peu de choses évidemment.

 

Et puis les printemps sont passés tel un vent sur les champs de blé,

Et puis les étés sont passés tel le sacré bréviaire et ses plus belles prières,

Et puis les automnes sont passés telles des feuilles aux pieds des arbres tombées,

Mais je me rends compte que malgré tout loin est de mon corps le froid hiver!

 

Je n’ai point de regret de cette vie de volupté,

Et si les cieux le veuillent bien, avec plaisir je le ferai.

Car nous savons tous que la vie est semblable qu’à un bout de file,

Alors, et sans nuire à notre prochain, profitons-en avant qu’elle se défile.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada