Archives de tags | aventures

Quelques touchés

dct31i0-931c00a9-ee79-42fb-82c3-4bb95775c51d

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Quelques touchés

 

Silence ma chérie,

Sois tranquille mon amour,

En cet instant qui ne peut durer toujours,

Mon amour de cet instant en cette tendre nuit.

 

Jamais je ne te brusquerai,

Car en mon cœur je t’ai sans cesse aimée,

J’ai tant rêvé de ce moment tant souhaité de cette heure,

Tant désiré accomplir ces gestes, réalisé ces caresses pour ton bonheur.

 

Entendre avec sensualité sous les draps blancs,

Tes respirations entrecoupées d’un sourire satisfaisant,

Me démontrant avec grande certitude mon savoir-faire,

Enrichi par tant de nuits où amants et maîtresses je savais leur plaire.

 

De mes doigts glissant sur la pente de ton dos,

En fredonnant quelques airs d’une chanson sans mots,

Cherchant ces zones de plaisirs en voulant entendre tes soupirs,

Tel un explorateur d’une forêt vierge découvrant amazones jouant de la lyre.

 

Sous l’œil de la lumière tamisée du matin,

Après avoir partagé avec toi mes secrets et mes chagrins,

Avoir écouté mille péripéties de tes aventures en cette vie,

Rendormons-nous alors que nous le pouvons mon amour, mon amie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

À quoi bon aimer ?

 

DSC_1111B

 

Croquis fort intéressant réalisé lors de ma prestation tenue le 15 septembre 2018 à Montréal

 

À quoi bon aimer ?

 

Il arrive parfois dans la vie, 

Que même dans le silence tout est dit, 

Aucun mot, aucun geste, aucune pensée, 

Ne saurait permettre de changer notre destiné. 

 

Rêver de revenir sur nos pas … si sages, 

De ces pas légers de notre enfance, 

Qui deviennent lourds à notre adolescence, 

Et que dire de ceux qui nous suivent jusqu’au vieil âge ? 

 

La solitude est certes une compagne lourde à supporter, 

Mais elle devient tellement légère une fois apprivoisée. 

Solitude qui me dirige la main vers des zones inexplorées, 

Dans les livres où ont lieu des aventures insoupçonnées. 

 

Et que dire de toutes ces grandes douleurs de la vie ? 

De ces douleurs qui lui donnent des milliers de couleurs ? 

Pourquoi amener avec un amour dans ce monde de frayeurs ? 

Que ce soit un amour d’un pays lointain ou d’une femme d’ici. 

 

Maintenant que ma tête est claire, 

Et que mon corps est libéré de cette pierre, 

Et loin sont les chaînes de mes mains désormais libres, 

Et que se trouve en mon âme une question qui sans cesse vibre. 

 

Que me convient-il vraiment pour être heureux ? 

Serait-ce, comme veut la tradition, un jour de vivre à deux ? 

Je me permets avec grande sincérité d’en douter. 

Car rien de pire de faire pleurer celles que l’on a aimées. 

 

Alors dites-moi ! Serait-ce la fin de mon rêve ? 

Celle d’être un nouvel Adam pour une autre Ève. 

Le temps passe sans arrêt tel le sable du sablier, 

Et qui passe entre les doigts du Grand Horloger. 

 

À quoi bon aimer si c’est pour faire souffrir ? 

À quoi bon aimer si c’est pour détruire ? 

Faire souffrir par notre suffisance ? 

Et détruire par notre imprudence ? 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada

Concentrée

Superbe dessin par mon ami et collaborateur précieux Eri Kel de la France

Concentrée

 

 

Elle vient juste d’arriver,

Qu’elle s’est immédiatement dénudée,

Sans dire un mot sans qui que ce soit saluer,

Enlevant jupe, chemise, brassière, petite culotte et ses souliers.

 

Elle s’est promenée regardant ici et là,

À pas feutrés ! À pas délicats ! À petits pas !

Comme si nous n’étions pas là, enfin je crois.

Toutefois, elle est vraiment belle tel que je la vois.

 

Femme magnifique ! Femme au corps mature !

Qui malgré ses années paraît encore si pur.

Femme ayant connu bien des aventures,

Sous le ciel des tropiques au bleu azur.

 

Puis, la cloche qui annonce le début sonna.

Vers mon chevalet avec joie je me dirigea.

Comme mes collègues en ce lieu.

Je voulais faire de mon mieux.

 

Femme dénudée s’est alors installée,

Devant nos yeux si émerveillés,

Par tant de grâce et de beauté,

Que nous en étions médusés.

 

Elle s’est assise simplement,

Sans nous regarder assurément,

Prenant sa place bien tranquillement,

Comme elle le fait habituellement.

 

Elle était devenue figée,

Semblable à une statue de musée,

Nous l’entendions à peine respirer,

Tellement elle était fière et si concentrée.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Péché originel

 

 

Péché originel

 

Ô mon amour, bien le bonsoir !
Je t’attendais depuis la nuit tombée,
J’avais envie de te couvrir de mille baisers,
Viens ! Entre ! Ne reste pas là car il est déjà tard.

 

Dis-moi ! Comment a été ta journée ?
Raconte-moi ! Tes aventures qui t’ont tourmentée.
Confies-moi tes rêves brisées et tes déceptions consumées,
Avoues-moi tes fantasmes immondes que tu désires tant réaliser.

 

Satisfaire nos silencieuses envies ma belle !
Nous donnerait, crois-moi chérie, de gracieuses ailes,
Connaître tous ces plaisirs tant interdits et si immoraux,
Voilà véritable péché originel que d’y succomber sans dire un mot !

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

L’allumeuse

FB_IMG_1510518552854

L’allumeuse

 

L’allumeuse ?
C’est pire qu’une tueuse,
Car de ses belles paroles,
Vos rêves et aventures s’envolent.

 

Ses désirs inassouvis et ses promesses,
Ne valent point la beauté de ses tendres fesses.
Que d’hommes amoureux d’une telle femme,
Finirent brûlés par l’enfer et ses flammes.

 

Et pourtant point de geôle
Pour ses nymphes qui se trouvent drôles.
Mais peut-être la pire de toutes les punitions,
De voir ternir à jamais leurs noms et leurs réputations.

 

Faites des promesses ô belles dames
Si cela est votre plaisir et de vos ardeurs vous calme.
Mais hommes valables vous n’en trouverez point,
Ainsi vous terminerez votre vie sans tendres mains.

 

De

 

Rollandjr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Des yeux pour te caresser

New Image1

Des yeux pour te caresser

 

Au crépuscule de la vie,
Là où tout devient gris,
De mes souvenirs de mon enfance,
Viennent ceux où je n’ai point d’errance.

 

Blottis dans les bras de ma mère,
Protégé par ceux de mon père,
Aucun souci vient troubler mes rêves,
Rêves de tomber amoureux d’une Eve.

 

Vieillissant malgré moi au gré du temps,
Je ne pouvais y échapper malencontreusement,
Adolescence où j’y découvris des amours perdus,
J’y fis bien des expériences et aventures farfelues.

 

Puis vint le temps où il faut être homme un vrai,
Et à la guerre, de nos illusions, y faire les frais,
Tant d’amis tués, de rêves brisés et d’espoirs détruits,
Pour quelques tyrans à la cupidité inassouvie.

 

De ce temps révolu jamais je ne me suis lassé,
De ces dames connues au fil des années d’aimer,
Épouse j’ai prise car à mes yeux elle était de grand prix,
Et de sa beauté de corps et d’esprit j’en étais épris.

 

Famille fondée et maintenant enfants dispersés,
Que puis je encore depuis ton départ vers l’Au-delà espérer?,
Au seuil de ce voyage vers l’inconnu pour enfin te retrouver,
Mon désir est de pouvoir avec mes yeux te caresser.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada