Archives de tags | espoirs

Pensée dans la nuit

capture-1

Pensée dans la nuit

 

Alors qu’il n’y a point de bruit,
Alors que tout semble à jamais fini,
Viennent en mon esprit bien des songes,
Qui sont peut-être vérité ou bien mensonges.

 

Certains me trouvent prétentieux,
D’autres tout simplement orgueilleux,
Bien d’autres encore très courageux,
Je leur réponds que je fais ce que je peux.

 

Mes rêves et mes espoirs me font bien vivre,
Alors que bien des gens en ce monde ne font que survivre,
Mes chagrins d’amour m’ont enseigné l’humilité,
Car chose sûre qu’à chacun sa destinée.

 

Ainsi va la vie de l’homme et de la femme,
Dans leurs cœurs existe une ultime flamme,
Celle de trouver sa raison d’être et d’aimer,
Voilà l’importance de toujours et sans cesse espérer.

 

De

 

RollandJr St Gelais 
Québec (Québec)
Canada

La simplicité a souvent meilleur goût

statuina_2_by_anioblica_dbs5xb8-fullview

Rechercher l’harmonie entre la beauté et l’excellence.

La simplicité a souvent meilleur goût

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien. Pour ma part, je dois reconnaître que la vie coule bien tranquillement à l’image d’une rivière se préparant à accueillir l’hiver canadien. En effet, j’accueille la vie comme elle vient avec amour, patience et espérance. L’amour en la vie, la patience au quotidien et l’espérance en l’avenir. Voilà ce qui motive mon humble existence.

Bien des gens rêves de devenir riches, populaires et voyager dans le monde entier alors que moi, je désire profiter de l’instant présent, être apprécié dans le domaine qui me passionne vraiment, c’est-à-dire la nudité artistique et, enfin, découvrir ma belle province qu’est le Québec. La terre qui m’a vu naître et qui, à moins d’un imprévu majeur, me verra rendre le dernier soupir. Attention ! Je ne dis pas qu’il y a en moi l’absence de projets. Bien au contraire ! Mais devant l’inconnu face à notre époque, je préfère être modeste dans mes attentes. Serait-ce une question de prudence ? C’est fort possible.

img_20180915_161410256215794692612413.jpgQuoiqu’il en soit, s’il y a une chose que la vie m’a enseigné c’est que la simplicité a souvent meilleur goût. Combien de gens ignorent apprécier la vie comme elle est, avec ses hauts et ses bas, avec ses surprises et parfois avec ses déceptions, avec les espoirs et les rêves inachevés sans omettre bien d’autres aspects de l’existence humaine ? C’est une réalité indéniable : Nul d’entre nous ne peut savoir ce dont l’avenir sera fait. Mais, nous pouvons tous contribuer à notre bonheur actuel en y apportant notre contribution.

Là encore, faisons attention de croire que je ne donneLe pélerin aucune importance à l’avenir. Ce serait à la fois superflu et honteux d’affirmer une telle chose. Superflu par le simple fait que nos ancêtres ont cru en un avenir meilleur pour leurs descendants et ce, travaillant souvent pour ne pas dire toujours d’arrache pieds dans des milieux hostiles. Honteux de ne pas reconnaître notre responsabilité à l’égard du monde que nous laisserons aux générations futures et, par conséquent, d’accorder toutes priorités aux actions positives afin de leur éviter de vivre dans un monde invivable. C’est à mon avis une question de logique pure.

En résumé, la simplicité est devenue au fil du temps la pierre angulaire de mon existence. Une simplicité où il m’est tout de même permis de rechercher l’harmonie entre d’une part, la beauté en toutes choses et, d’autre part, la réalisation de l’excellence dans le monde qui m’entoure. Croyez-moi sur parole ! Une telle possibilité existe. Il suffit d’ouvrir grand les yeux et de prendre le temps en prenant tout son temps. Je vous souhaite de le découvrir par vous- mêmes.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’ultime loi de la vie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’ultime loi de la vie

 

Il arrive que parfois, 

Bien malgré nous et bien malgré moi, 

Que le chemin de nos vies prend un grand détour, 

Et que l’on s’aperçoit qu’il nous a joué bien des vilains tours.

 

Nous naissons et grandissons loin des tumultes de l’existence, 

Disons que cela peut dépendre de sa propre enfance, 

Nous sommes alors animés par une grande vitalité, 

Sans savoir que ce ne sera jamais pour l’éternité.

 

Puis, vient le temps des premiers amours.

Le temps des chagrins qui semblent durer toujours. 

Ceux qui blessent au plus profond de soi et de nos âmes, 

Celles qui brûlent tout notre être par une horrible flamme.

 

Puis, un jour ou un autre et où on s’y attend le moins. 

Apparaît l’âge adulte qui contemple l’enfance disparaître au loin. 

Avec elle s’égrainent nos rêves, nos illusions et parfois nos espoirs. 

Tel le feraient les rayons du soleil à l’approche de dame lune au soir.

 

À la virginité de nos idées préconçues, 

Viennent s’y frotter grande vérité toute nue. 

Nous bousculant sans cesse dans les recoins de nos valeurs, 

Nous faisant avec raison vivre bien des craintes et bien des peurs.

 

Comment cela se peut-il ? 

Comment cela est-il un tant soit peu possible ? 

Souvent, essayer de comprendre ne fut-ce qu’un seul instant est impossible. 

Qui et où en sommes-nous ? Pourquoi de tels mensonges existent-ils ?

 

Serait-il nécessaire de faire une mise au point ? 

Que la lumière nous frappe en plein visage à coups de poings ? 

Maintenant que l’âge de la vieillesse annonce sa grise couleur, 

Mes folles pensées et rêves de jeunesse s’envolent vers les hauteurs.

 

À quoi bon avoir d’éternels regrets ? 

Bien et mal ont été, bon gré et mal gré, faits. 

Toutefois, s’il y a une chose que la vie m’a enseigné. 

C’est de ne jamais faire pleurer celles qui nous a aimés.

 

Et pourtant, ce que j’aimerais revenir en arrière. 

Aussi loin que le jour où je naquis tel un rescapé de la guerre. 

Pour éviter toutes ces erreurs que j’ai commises depuis naguère. 

Mais, c’est l’ultime loi de la vie et je ne peux rien y faire.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

 

Repos de l’âme

40054322_476563546158862_1010890011324710912_n

« Repos de l’âme » dessin réalisé par Juste Angèle de la France

Repos de l’âme

 

Fatiguée de cette vie, 

Épuisée de voir mes rêves brisés, 

De voir mes espoirs s’envoler et se fracasser, 

Pour ne plus les revoir en cet instant dès aujourd’hui.

 

Oui, je le sais trop bien. 

Tu n’étais certainement pas le mien, 

Car, avec certitude, je comprends ton désarroi. 

Je devenais ta grande reine sans que tu sois mon roi.

 

Était-ce trop te demander ? 

Qu’en tout temps simplement me respecter. 

Je désirais sentir sur moi tes tendres caresses, 

Sur chacune des parties de mon corps en détresse.

 

Que Dieu m’en soit témoin, 

Dès maintenant et sans lendemain, 

Ce que je t’aimais dès que tu m’adressas la parole, 

De tes mots d’amour devenus promesses qui s’envolent.

 

Je suis femme forte, 

Jadis peut-être un peu sotte, 

Mais de la fierté j’en ai gage de renom, 

Puisque de mes ancêtres j’en tire mon nom.

 

C’est pourquoi je me relèverai, 

Car resté couchée, jamais je ne le ferai. 

Devant l’adversité, tête haute je marcherai. 

Une fois le repos mérité à mon âme je donnerai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada

Un goût inné pour le bonheur

DSCN1390

À l’occasion d’un séjour à Montréal pour des séances de nudité artistique voilà déjà quelques années

Un goût inné pour le bonheur

 

Êtes-vous jaloux de mon bonheur ?

Je n’ai pourtant reçu que bribes,

Avec lesquelles je survis,

Avec lesquelles je me grise,

Allant de surprise en surprise,

D’être si heureux à toute heure.

 

Êtes-vous choqués de mon métier

Je cache ma détresse au soir

Avec du soleil sur mon corps

Avec des regards sur mon corps

Allant de miracle en espoirs

Et le ferai jusqu’à ma mort

 

Ne croyez-vous pas à la chance,

Je l’ai reçue à l’intérieur

En lot excessif de présence

Avec au lieu de mes manques

Avec au lieu de mes absences

Un goût inné pour le bonheur

 

Par

 

Ghislaine Lavoie

Québec (Québec)

Canada

Regard absent

Dessin de mon ami Eri Kel de la France

Regard absent

 

Temps si lourd,

Pour un moment sourd,

Pensées tellement lointaines,

Pour toutes ces inconsolables peines.

 

Ne sachant quoi faire,

Ne sachant quoi dire pour me défaire,

D’un tel poids ! D’un tel ce secret qui m’accable.

Et sans savoir vraiment pourquoi je me sens si coupable.

 

En moi règne donc le mutisme,

Qui tortura mon âme avec pur sadisme,

De cette profonde blessure qui me ronge,

En dépit de mes espoirs et de mes vivifiants songes.

 

Comment puis-je être en ce lieu présente ?

Alors que mon âme depuis ce moment m’a quittée ?

Me laissant avec mes doutes, mes questions et ces iniquités ?

Je suis là même si rien me fait rire et rien ne m’enchante.

 

Depuis ce geste si interdit,

Où tout en moi fut brisé et à jamais maudit,

Pour toujours je resterai en mon jardin secret,

Faisant de mon regard absent le témoin de ce mal qui est.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Avancer en âge

new-image78

Avancer en âge!

Avancer en âge semble être semblable à s’enfoncer tranquillement mais inexorablement dans les profondeurs de la terre. Seuls nos souvenirs d’antan nous retiennent dans ce monde qui a l’illusion ultime d’être le nôtre. Nos amours de jadis, nos espoirs, nos rêves et nos êtres disparus, tout çà qui nous fait avancer pas à pas. Mais, vers où et pourquoi? Répondez-moi! Je vous en pries.

de

RollandJr St-Gelais Québec (Québec)

Quand Eve regarde Adam … Deuxième partie: Adam

Quand Eve regarde Adam …

Deuxième partie: Adam

new-image33

D’abord !

 

D’abord un regard,
Ton regard tel un premier rempart !
Je ne baisserai pas les yeux,
N’investirai pas d’autres lieux !

 

Je commencerai par tendrement lire,
Tout ce que tes yeux ont à me dire,
Des espoirs avoués de ne plus cacher,
Tout ce dont la nature t’a doté.

 

Quand, paupière baissées,
Comme un parcours fléché,
Tu me feras de ta virilité,
L’unique invitée.

 

Alors, seulement, j’admirerai,
D’Adam toute l’ « hommanité »,
Alors, seulement nous nous abandonnerons,
Aux charmes d’une étreinte, une ascension.

 

De

 

Idéelle

(Collaboration spéciale)

Je crois en la vie et je crois en Dieu.

cropped-rol-01-low.jpg

Je crois en la vie et je crois en Dieu.

Bonjour tout le monde,

Je tiens tout d’abord à vous souhaiter de Joyeuses Pâques et que la paix, la sérénité et la joie règnent dans vos cœurs. Oui, je suis croyant. Croyant en la vie qui m’a été gracieusement transmise par l’amour d’un père et d’une mère qui se sont tendrement aimés. Un père et une mère dévoués à leurs enfants. Ma foi en la vie qui est la mienne est un don magnifique qu’ils m’ont offert dès mon plus jeune âge, et ce malgré les nombreux obstacles qui se sont érigés au cours de mon existence.

Croire en la vie implique bien entendu le fait d’assumer pleinement qui je suis: Un homme sexué, avec ses forces et ses faiblesses, ses rêves, ses espoirs, ses peines et ses joies. Homme sexué fier de sa virilité! Homme avec ses forces lesquelles doivent être utilisées à bon escient. Homme avec ses faiblesses lui rappelant qu’il est vulnérable et semblable au commun des mortels. Homme avec rêves qui l’incitent à aller plus loin et plus haut de ce qu’il aurait même pu envisager. Homme avec ses espoirs en un lendemain toujours meilleur. Homme avec ses peines qui le ramènent parfois de manière cruelle à la réalité de la vie. Homme avec ses joies qui se multiplient lorsqu’il les partage avec ses frères et sœurs en cette humanité.

Mais, ce que l’on doit surtout retenir, c’est la grande fierté que m’ont inculquée mes parents de vivre avec un corps particulier. Un corps qui fait, c’est le moins que l’on puisse dire, de moi un être unique en son genre. Je n’ai pas de mains, mais j’écris. Je n’ai pas de pieds, mais je réussis à parcourir le monde à ma façon. Je n’ai pas de langue, mais je réussis à partager avec autrui, et ce de manière fort satisfaisante. Certes, mon corps est loin d’être celui d’un bel Adonis, et pourtant je suis heureux de pouvoir être un modèle vivant (nu) lorsque l’occasion m’est donnée. Tout ceci, je le dois à mes parents qui jamais de leurs vies ont chercher à me soustraire aux yeux des autres, de ces inconnus qui, pour la majorité d’entre eux, ont accepté de m’ouvrir leurs bras. Bien sûr que certains ont manifesté une forme ou une autre de mépris ou de curiosité malsaine à mon endroit, mais cela fait belle lurette que loin est de moi l’idée de m’en préoccuper.

Toutefois, un autre legs que me firent mes tendres parents consiste à croire en un Dieu d’amour en qui je pourrai toujours avoir confiance. Une confiance qui est basée sur ma foi en tant que son enfant, un enfant parmi ceux et celles qui forment l’ensemble de la fraternité humaine, et ce indépendamment  de sa race, de sa religion, de ses options politiques et de bien d’autres éléments. Seule compte sa foi en Lui.

Personnellement, je suis catholique pratiquant. Mais attention! Cela ne fait pas de votre humble serviteur une grenouille de bénitier. Ma foi est enrichie par ma pratique et cette dernière donne un sens à la première. Un peu à l’image d’une paire de jambes sur lesquelles l’homme, et bien entendu la femme, doit s’appuyer en alternance si il désire avancer vers le chemin qui lui donne un sens à son existence. Une existence qui prend toute sa valeur par son caractère éphémère puisque chacune de ses décisions aura une conséquence pour le reste de sa vie et … une seule vie.

Voilà pourquoi j’ai librement choisi de croire en la vie, il en est ainsi de ma foi chrétienne, tel que mes parents ont bien voulu m’inculquer. Savez-vous quoi?! C’est-là ma plus grande richesse laquelle je désire vous transmettre au sein de cet article rédigé en cette fête de Pâques. Que cette fête soit pour vous l’occasion de renouer avec la vie, de lui faire confiance et, si cela vous le dit, d’ouvrir votre cœur à Dieu.

Joyeuses Pâques à chacun(e) d’entre vous.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Vendredi soir!

 

Vendredi soir!

Ô vendredi soir où se reposent tous nos espoirs,

De nos labeurs, nous fuyons trop souvent dans la solitude.

De nos craintes journalières, nous essayons de ne plus voir.

Souhaitant rencontrer un bref instant la beauté d’une femme prude.

 

Vous aurais-je offensée chère dame par une triste parole?

Veuillez me pardonner, je m’en repens, si c’est le cas.

Tendez-mois votre bras pour aller danser de ce pas.

Il est plus que temps, car la soirée est jeune, d’éviter nos babioles.

 

Vendredi soir! Soirée de plaisirs inédits!

Vous êtes belle tendre dame! Je vous l’ai déjà dit.

Prenons de ces boissons enivrantes pendant que nous avons le temps.

Un temps qui, hélas!, passe de plus en plus vite au cours des ans.

 

Vous êtes magnifique douce dame de mon cœur.

Vous l’êtes encore davantage en ce vendredi soir.

Pour vous les anges du Ciel doivent chanter tous en chœur.

Ayez la bonté, je vous en conjure, de partager mes draps de satin noir.

 

Vendredi soir où perdure le froid sibérien de notre hiver.

Je rêve de caresser votre corps ma tendre bien-aimée.

De vous faire l’amour avec toute cette délicatesse qui m’est chère.

Après cette soirée sur la piste viennent les plaisirs que l’on peut nommer.

 

De

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada