Archives de tags | dame

Surprise dans la forêt

Surprise dans la forêt Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Surprise-in-the-forest-919981672

Surprise dans la forêt

 

En ce 21 de ce mois,

Je suis allé me promener,

En cette forêt pour y respirer,

Un air si pur, très loin de chez-moi.

 

Il faisait tout de même frais,

Pour le début de la saison estivale,

Retirant de ma mémoire la température hivernale,

Celui d’une femme rencontrée dans un bar où je m’y trouvais.

 

Une dame à la beauté resplendissante,

Qui, après avoir pris quelques verres de bière.

Elle m’a accompagné en ma maison sans faire de prières.

Quelle nuit torride j’ai partagée avec cette blonde éblouissante !

 

Après avoir baisé avec une passion telle que de vieux amants,

Elle profita de mon sommeil pour partir sur la pointe des pieds,

Ce qui, à mon réveil tardif, m’avait, je l’avoue, fort étonné.

Quel merveilleux souvenir soit ainsi envolé au vent !

 

Continuant dans un silence monacal mon chemin,

Écoutant avec simplicité de cœur les oiseaux chantants,

Leurs douces mélodies transportées vers les lieux environnants,

J’ai aperçu une silhouette familière venant vers moi avec entrain.

 

Comme la vie fait parfois bien les choses dans les moments de solitude.

Cette dame à la chevelure dorée avec qui j’ai partagé mon intimité.

S’approcha avec un sourire angélique et une incroyable gaieté.

Quelle belle surprise dans la forêt malgré mes incertitudes !

 

L’existence de l’être humain est ainsi faite.

Tout est sujet à mille questions, mille interrogations.

Que l’on vit dans la chasteté absolue ou dans la plus délectable fornication,

Que l’on expérimente sans cesse les victoires ou bien que l’on sombre dans les défaites.

 

Savoir maîtriser le temps qui passe et des souvenirs qui restent.

Connaissons-nous vraiment de notre avenir et de notre destin ?

La réalité dépend parfois d’un coup de dés par une bonne main.

Il suffit alors pour continuer la route que laisser tomber du lest.

 

Ô, nature splendide. Quelle surprise en cette forêt,

De revoir celle qui m’a fait découvrir la légèreté de la vie.

Depuis ce temps, le cœur heureux, mon chemin, je poursuis.

Tant qu’en moi restera sa présence, joyeux et serein, je serais.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

De sa fenêtre

De sa fenêtre Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par MTL3 Source : https://www.deviantart.com/mtl3/art/Bedroom-Window-907237199

De sa fenêtre

 

Parmi mes souvenirs,

De ma lointaine adolescence,

Période qui nous tire de l’innocence,

Il y en a un qui me fait particulièrement sourire.

 

Une de mes voisines.

Qui, je crois, s’appelait Françoise.

Avec sa chevelure parfumée à la framboise.

Elle suscitait en moi mes premières pensées coquines.

 

N’allez pas douter que je lui aurais manqué de respect.

Bien au contraire, mes yeux étaient ébahis par sa beauté.

Celle d’une jeune femme, qui, de mon regard, avait tant attiré.

De bonnes éducations, aucun affront envers elle, je lui aurais fait.

 

En silence, devant sa fenêtre, souvent, elle se trouvait.

Elle s’y découvrait dès l’instant où elle sortait de sa douche.

Prenant grand soin à se badigeonner d’une crème sur sa peau douce.

Une vision qui certes peupla mes songes lorsque dans mes draps je m’y glissais.

 

Ce que j’aurais donné pour avoir été plus âgé !

Adolescence ! Le temps où tant de rêves sont irréalistes.

Ô, vieillesse pour laquelle le passé, ne pouvoir le rejoindre est si triste.

Ainsi en est-il pour tous les êtres humains de leur ultime destinée !

 

Je dois reconnaître sans aucun regret mes amis.

Que j’ai fait plus tard la rencontre de femmes magnifiques !

Avec qui, j’ai vécu bien des moments semblables à des contes magiques.

C’est Françoise pourtant qui m’a fait découvrir ce qu’une dame pouvait être jolie.

 

De la fenêtre de sa chambre, elle tira avec lenteur le rideau.

Y laissant pénétrer, avec parcimonie, la lumière tamisée du ciel étoilé.

C’est avec ma voisine que mon premier grand amour allait l’accompagner.

Sans le savoir, j’étais épris de passion en ces jours de jeunesse où tout était beau.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Trésor dévoilé

« Trésor dévoilé » Poème de Rolland Jr St-Gelais Modèle nu : Marie Avec la collaboration de Alain et Atsuko.

Trésor dévoilé

 

Aujourd’hui, j’ai opté pour un changement.

J’ai choisi un parcours différent avec le temps.

Par mon imagination, je me suis transporté en un autre lieu.

Une plage ensoleillée de la France où je pourrais admirer le ciel bleu.

 

Fait bien étrange, j’y étais entièrement nu.

À quoi bon m’en préoccuper en cet endroit inconnu ?

En ce pays d’épicuriens, de libertins, au joyeux destin.

J’ai laissé libre cours à mes lubies sans penser à demain.

 

Laissant mes traces de pas sur les grains de sable.

Admirant les vagues de la mer d’une douceur incroyable.

Je me sentais bizarrement épier par un regard curieux.

Sans pour autant être ensorcelé par un sort malicieux.

 

Quoiqu’il en soit, je voulais en avoir le cœur net.

Malgré ma fragilité, contre tout danger, mon âme était prête.

J’ai donc décidé de m’avancer vers un morcellement de pierres,

Je me préparais avec hâte à y grimper pour y voir plus clair.

 

Une fois rendu à cet endroit, j’ai découvert la réponse à ma question.

Qui pouvait bien me regarder en ce coin perdu comme ma raison ?

Une femme au corps magnifique surplombait cet endroit inabordable.

Une dame aux yeux de feu qui me fit sentir tellement coupable.

 

Fautif pour avoir envahi tel un barbare son terrain privé.

Pour lui offrir mes excuses, vers elle, je me suis dirigé.

À mon étonnement, elle resta immobile, si naturelle.

Elle me faisait penser à Cybèle tellement elle était belle.

 

Plus j’avançai, plus un engourdissement m’envahissait.

Alors, à la vitesse de l’éclair, malgré moi, elle se poussait.

Mon réveille-matin, en fidèle ami, s’est mis alors à siffler.

Dieu merci ! Son trésor dévoilé, j’ai admiré avant de me réveiller.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quelle femme !

Quelle femme ! Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Joel Pèlerin Source : https://www.deviantart.com/charmeurindien/art/What-a-woman-776255972

Quelle femme !

 

Ce soir, j’ai rencontré.

Une dame belle à croquer.

Elle avait tellement de charmes.

Que devant son talent, j’ai rendu les armes.

 

Que pouvais-je faire devant une femme si experte ?

Face à ses courbes découpées, je courais à ma perte.

Dans sa chambre de pécheresse brillait une lampe tamisée.

Un fanal rouge à la porte de sa demeure me rappelait ma destinée.

 

Elle savait si bien raviver en mon être ma fière masculinité.

Par le fait de ma bonne santé et d’une telle beauté, ma virilité.

Dites-moi ! Est-ce un crime de succomber aux plaisirs de la chair ?

Si c’est le cas, je plaide coupable au risque de vous déplaire.

 

Que voulez-vous ? Gens, d’ici, et d’ailleurs.

Il fallait savoir me défaire de la moralité et de mes peurs.

Au risque même de me retrouver en enfer et dans ses flammes !

Après cette nuit de volupté, je me suis exclamé : « Quelle femme ! »

 

J’en ai rencontré de ces femmes aux mœurs légères.

Elles savaient, par leurs sourires et leurs gestes choisis, me plaire.

Une belle rousse qui connaissait à la perfection les poses du Kâmasûtra.

Elle maîtrisait l’art de m’amener en des zones interdites jusqu’à ce moment-là.

 

Une jolie blonde aux yeux d’un bleu d’azur m’attendait.

Car, chacune de nos rencontres, un bouquet de fleurs, je lui offrais.

Hé oui, mes amis ! L’homme que je suis est avant un cœur épris.

Un être sensible à toutes celles qui partagent avec lui leurs lits.

 

Que puis-je dire de cette brunette connue un samedi soir ?

Alors que la nuit était déjà tombée et qu’il était tard.

Une dame qui, par son expérience, m’avait beaucoup plu.

Femme fidèle à son époux chéri. Si seulement je l’avais su.

 

Il y a aussi cette dame d’origine africaine.

Qui paraissait, aux yeux de tous, bien loin d’être vilaine.

Et à qui, on lui donnerait la sainte communion sans confession.

Mais, avouons-le avec sincérité, la luxure est le cadet de tous les péchés.

Tout débute par une belle pensée, prélude d’une passion déchaînée.

 

Oui, je sais bien. Ces mots peuvent vous offusquer.

Mais, dites-vous bien. Une seule chose peut me choquer.

C’est de voir en ce monde tant de malheur et si peu de joie.

J’éprouve tant de plaisir d’être dans les bras d’une femme sous son toit.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Notre monde est à l’envers

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Notre monde est à l’envers

 

Je me suis réveillée en pleine nuit.

Il était depuis longtemps passé minuit.

J’entendais chez la voisine une douce mélodie.

Qui m’a fait penser à une prière tellement c’était joli.

 

J’avais une seule fois rencontré.

Cette voisine, une dame d’un âge avancé.

Elle jouait souvent d’un instrument venu de sa contrée.

Où la guerre l’avait obligée pour toujours quitter.

 

En cette nuit étrange.

Je croyais entendre chanter les anges.

Accompagnés en cette mélodie par les archanges.

Une chanson qui monta au ciel sans que rien ne dérange.

 

En un élan décontracté,

Je me suis jetée nue sur le plancher.

J’ai offert mon corps par un sentiment de culpabilité.

À Dieu en espérant que mes péchés soient pardonnés.

 

Oui, notre monde est devenu à l’envers.

À tel point, que je crois être depuis peu en enfer.

Tout ce que je peux faire c’est de réciter quelques prières.

Ces prières enseignées par une religieuse vivant dans un monastère.

 

Nue comme Ève dans le jardin d’Eden lors de la Création.

Où tout devait être pour toujours si agréable, si bon.

Mais, que puis-je faire de plus, de toute façon ?

Ce monde court à sa perte tel un vagabond.

 

Je n’en crois pas les yeux.

Tout était jadis si merveilleux.

Tout semblait prêt pour les amoureux.

Puis-je espérer encore des jours heureux ?

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada