Archives de tags | saveur

Bon appétit

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Bon appétit

 

Bon appétit,

Prenez tout votre temps,

Que votre plaisir dure longtemps,

Je vous souhaite bonne dégustation, les amies.

 

J’attendais ce moment,

Vous ne pouvez pas vous imaginer comment.

Ce moment que je croyais être irréalisable certainement.

Prenez une place! Mettez-vous à l’aise! Soyez installée confortablement.

 

Que votre désir de vous abreuver,

À même ma fontaine de jouvence, soit réalisé.

Prenez tout le temps qu’il le faudra pour me déboutonner,

Et je vous en prie, de votre imagination, vous pouvez, utiliser.

 

Que ce moment soit parmi vos plus beaux souvenirs,

Qui un jour fort lointain vous fera certainement sourire,

Et, souvenez-vous de ceci, il faut avant tout vivre avant de mourir.

Il n’y a pas plus grand drame en ce monde que de mourir avant même de vivre.

 

Que la saveur de ma semence agrémente vos palais,

Et que cet instant de rêve demeure en vos esprits à jamais,

Bon appétit mes amis! De votre faim, le combler, je le ferais.

Que votre soif soit étanchée! Voilà ce qui avec passion, me comblerait.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Émoi … et moi?

Émoi … et moi? Poésie par Rolland Jr St-Gelais Photo par Mic-Ardant Source : https://www.deviantart.com/mic-ardant/art/Emoi-et-moi-887483666

Émoi … et moi?

 

Champignon magique!

Moment tellement féerique!

Tu m’as fait découvrir des instants atypiques,

Peu importe que tu sois Isabelle, Jacinthe ou Monique.

 

Tu m’invitas à prendre un verre,

En cette soirée qui me fait oublier l’hiver,

Car nous sommes en plein été et loin de ce calvaire,

De cette saison qui, je le crains, reviendra en un éclair.

 

Formule étrange que tu versas!

Que tu glissas le long de tes doigts,

Car, une idée bien coquine, habitait en toi.

Une envie que tu voulais partager avec moi.

 

Succombant à tes caresses de doigts de fée,

À ta chaleur, je ne pouvais pas malgré moi y résister.

À la saveur de fruit défendu sortant de tes lèvres j’ai savouré.

Savouré jusqu’à en perdre ma raison en ce début de soirée.

 

Était-ce un rêve, une illusion, une fantaisie?

Une pensée qui émergea au plus loin de mon esprit?

De mon esprit vagabond qui par ta féminité en est tout ébloui.

Une féminité rarement vue dans le monde d’aujourd’hui.

 

Qu’as-tu donc mis dans ce vin capiteux?

Quel est ce champignon au goût si délicieux?

Toi qui m’amenas dans cet endroit merveilleux,

Ô dame, si belle, serais-tu envoyée par les cieux?

 

De ma solitude bien lourde qui accable mon existence,

Par ce geste, tu as osé alléger ma terrible souffrance.

En y déposant avec discrétion dans ce vin cette noble substance,

Rassure-toi! Jamais je ne te ferai une quelconque remontrance.

 

En mon pauvre cœur, j’ai ressenti un tel émoi.

Lorsque tu as daigné prendre dans tes tendres bras,

Mon corps fatigué d’avoir mené tant de luttes, tant de combats.

Nos cœurs enlacés, le temps d’une nuit passée, ensemble toi et … moi?

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Bannis du paradis

Bannis du paradis Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par JRekas Source : https://www.deviantart.com/jrekas/art/Taken-out-of-paradise-874100301

Bannis du paradis

 

Bannis du paradis,

Mais, qu’est-ce qu’il nous a pris?

D’avoir agi ainsi en ce jour qui devint la nuit,

Un geste, une désobéissance, un acte de pure folie.

 

Tous les fruits du jardin nous étaient alloués,

Nous pouvions en déguster leurs saveurs à satiété,

Nous pouvions nous promener comme bon nous semblait,

Au gré de la brise fraîche et du soleil qui de tous ses feux brillait.

 

Mais, quoi de plus captivant, de désobéir?

L’espace d’un bref instant, le temps d’un soupir.

Voyant la beauté de l’arbre qui resplendissait de ses feuillages,

Se souviendra-t-on d’avoir dégusté l’un de ses fruits à travers les âges?

 

Par mon charme irrésistible, j’invitai mon bel amant.

D’enfreindre l’interdit en croyant que tout sera comme avant,

Fruit défendu qui se laissa prendre par nos mains avec délicatesse,

À la saveur si mystérieuse nous a transportés vers l’extase de l’ivresse.

 

 Une ivresse qui nous amena dans un sommeil incompréhensible,

Qui a fait de nous des êtres à la fois si hargneux et si sensibles,

Débarrassés au plus profond de nous de cette pureté angélique,

Nous avons plongé dans le gouffre de la connaissance diabolique.

 

De mon homme adoré, je suis devenue une femme à convoiter.

De cet homme de confiance, il est devenu la cause de ma perplexité.

Notre union sans limites se transforma alors en des désirs inassouvis.

C’est alors qu’à ce moment précis que nous avons été bannis du paradis.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La qualité à l’état pur

La qualité à l’état pur Texte par Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/It-s-driving-me-mad-866265304

La qualité à l’état pur

Bonjour tout le monde,

Il m’arrive souvent de découvrir des œuvres photographiques que je pourrais qualifier de pures merveilles tant la qualité y est dévoilée de manière à mettre en avant la beauté omniprésente. Vous pouvez me croire sur parole qu’il est inutile que le tout soit accompagné de mille artifices. Bien au contraire! Souvent la simplicité est une pièce majeure dans le résultat final.

 J’ai à titre d’exemple cette photo réalisée par mon ami et mon fidèle collaborateur Gb. D’Allemagne. Une œuvre qui démontre avec justesse la véracité de mon propos. En effet, tout y est présenté avec sobriété. Une sobriété qui révèle la recherche du bon goût tant chez le photographe que chez le modèle féminin. Eh oui! Le modèle joue un rôle considérable dans l’élaboration du produit. Souvenons-nous que les positions des membres, la manière dont le corps est placé et l’attitude qui transcende l’expression corporelle comptent pour beaucoup lors d’une séance de nudité artistique.

Personnellement, je reconnais que cette photo rassemble les critères de ce que doit être un nu artistique. En effet, tout y est sobrement parfait. La tendresse de la couleur des paupières, la position des membres qui dévoile en toute simplicité la féminité du modèle, les mains qui laissent entrevoir une expression corporelle à la fois tangible et mystérieuse et, enfin, la disposition du corps sur la chaise qui révèle un classique toujours appréciable.

Bien entendu, l’agencement de l’éclairage agrémente le tout. Un éclairage qui rehausse, un peu comme le ferait une pincée d’épices dans un mets de haute gastronomie, la saveur qui se dégage de cette photo. Bref, c’est avec plaisir que j’inclus cette superbe œuvre photographique au sein de mon blogue artistique consacré au nu, à la photographie, à la poésie et à la réflexion.

Je vous remercie de votre attention.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

 

En écoutant au loin résonner La Marseillaise!

En écoutant au loin résonner La Marseillaise
En écoutant au loin résonner La Marseillaise Poème par RollandJr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-01011-847582429

En écoutant au loin résonner La Marseillaise!

 

Te souviens-tu ma douce France ?

Quel temps magnifique il faisait ce jour-là.

Je t’avais rencontrée au bistro à deux pas de chez-moi,

Tu m’avais enjôlé par le jeu bien subtil de tes belles hanches.

 

J’y étais allé savourer un verre de pastis,

En y dégustant un je-ne-sais-quoi aux épices.

Dès mis en ma bouche, une saveur tellement inoubliable.

En mes pensées dès l’instant je t’ai vue tellement inavouables.

 

Apercevant mon regard, tu me souriais.

Distinguant ton léger sourire, je te le rendais.

Sans gêne et d’un pas léger, vers moi tu avanças.

Ton charme bien français, je l’avoue allègrement m’étonna.

 

Nous échangeâmes quelques paroles,

Qui sonnèrent étrangement à une drôle de parabole,

Car tu compris vite la solitude d’un homme loin de sa mère-patrie,

Un homme qui a besoin de tant de tendresse par un bel après-midi.

 

Sans dire un mot, tu me pris par mon bras meurtri par la vie.

Car pour une aventure sans lendemain, ton cœur envers moi était épris.

Et de mon cœur, je te le jure, jamais je ne saurais t’oublier.

Car tu incarnais en toi toute la France et sa beauté.

 

En ta demeure, tu m’y amenas,

Dans ta chambre là-haut, aussitôt on y monta.

Ébahie par la vigueur de mon membre fier tel un coq gaulois,

Qui conquis par le charme de tes courbes, se tenait bien droit devant toi.

 

Se laissant aller à nos caresses avec bel ardeur,

Sentant le parfum de ta peau envahie par une telle chaleur,

Tu t’étendis sur le drap blanc empoignant ma hampe d’une main assurée,

Je me laissai entraîné par cette ultime passion vers ta suintante intimité.

 

Sentant tes jambes serrer le haut de mes hanches avec force,

Je te mordais gaiement le cou en t’entendant crier telle une bête féroce,

Au profond de moi une substance se préparait à sortir avec puissance,

Nos gestes d’amour aboutirent en une extraordinaire jouissance.

 

Cherchant à reprendre notre respiration,

Tu me supplias de recommencer car c’était si bon.

Les désirs de gente dame sont pour moi ordre à obéir,

Voyant mon hampe prête à te satisfaire de nouveau tu fis un beau sourire.

 

J’ai cru vivre une chanson de Serge Gainsbourg,

Car je venais allègrement entre tes reins tel un refrain.

Un refrain que nous chantions en jouant à ces jeux de mains,

J’allais et je venais comme tu le voulais en grognant tel un vieil ours.

 

À ton signal et sans attendre, je laissai sortir ce jet d’amour.

Ce jet que je retenais depuis si longtemps depuis toujours,

Ô ma belle France, dans ce lit, nous étions si à l’aise.

En écoutant au loin résonner La Marseillaise!

 

Par

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec) Canada