Archives de tags | mille regrets

Par un bon matin

Par un bon matin Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Pajunen Source : https://www.deviantart.com/pajunen/art/May-914942263

Par un bon matin

 

En ce temps-là, nous pouvions aimer.

Toutes les femmes que nous admirions.

Que nos regards portaient jusqu’à la vénération.

Être un homme authentique était loin d’être un péché.

 

Nous ne nous posions jamais mille questions.

Pas de réseaux sociaux peuplés de gens asociaux.

Qui ont plaisir à juger ceux qui font quoi de beau.

La vie, avec sa simplicité et sa beauté, nous la vivions.

 

Nous prenions les journées comme elles venaient.

Un jour mauvais ? Ce sera mieux demain ! Voilà le secret.

On se disait, avec raison, à quoi bon craindre mille regrets.

On s’arrangeait comme l’on pouvait avec ce que l’on avait.

 

Il y avait certes des reportages sur les conflits armés.

Mais, on savait fort bien quoi faire pour s’en défaire.

On éteignait la télévision et on partait prendre de l’air.

Aujourd’hui, on a les cellulaires pour être à l’affût de l’actualité.

 

Ne vous demandez pas pourquoi tant de gens marchent au Ritalin.

Tout porte à croire qu’il est interdit d’être simplement heureux.

Pourtant, les mers font encore de belles vagues sous le ciel bleu.

Et que tout soit possible si nous prenions entre nos mains notre destin.

 

Reviendra-t-il un jour, ce temps de l’amour sans chagrin ?

Cet âge où nous nous baladions dans le jardin de l’innocence.

En ce temps-là, il était permis respecter le droit au silence.

Je rêve tant me réveiller dans cette époque par un bon matin.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Ô mystérieuse

 

15032639_158956527905443_8982724031840438232_n

Dessin de Sylvie Verhoye

 

Ô mystérieuse

 

Me glissant dans mon lit,

En voulant oublier cette journée enfin finie,

Mes pensées divaguèrent sans répit, sans relâche,

Voyant tous ces gens les bons, les braves comme les cons et les lâches.

 

Puis vint une légère brume,

Où apparue la silhouette d’une brune,

Une dame d’une éternelle jeunesse à la peau de satin,

Devant moi, un homme aux milles regrets et cents chagrins.

 

Est-elle un ange envoyé du Ciel ?

Pour m’amener bonne ou triste nouvelle ?

Ou un démon venu me tenter par des désirs d’impureté ?

Afin de me faire succomber et dans les Enfers m’y précipiter ?

 

Femme si belle ! Femme idéale !

Dites-moi ! Vous aurais-je fait du mal ?

Pourtant, mon coeur serait nul autre qu’à vous.

Si vous le voulez car, en réalité, vous me rendez fou.

 

Femme de mes rêves,

Seriez-vous la nouvelle Ève ?

Je reconnais que de votre splendide féminité,

Je ne saurais maintenant et à jamais m’en passer.

 

Laissez-moi déposer sur vos lèvres un baiser,

Laissez-moi caresser votre peau si fragile si veloutée.

Sans vous brusquer, je vous serrerai avec joie dans mes bras.

Non, que de cette nuit au clair de lune bleue, je ne me réveille pas.

 

Que mes paupières restent fermées pour toujours,

Car je sais maintenant que vous serez à jamais mon amour.

Tel un amour impossible dans ce monde si insipide et si morose,

Ô mystérieuse ! Votre grâce n’a d’égale que la plus belle des roses.

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada