Archives de tags | deviantART

Libre sous l’eau

Libre sous l’eau Poème de Rolland Jr Modèle JenovaxLilith Photo par Craig Gum Photography Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Under-the-Sea-924299782

Libre sous l’eau

 

Bonjour mes chéris ! Je fais depuis quelque temps,

Le même rêve que je faisais quand j’étais une enfant.

Je me balade posément sur une plage de sable fin,

En suivant en silence un bien étrange chemin.

 

Le soleil me réchauffe de ses rayons,

Alors que j’écoute de la mer une chanson.

Les vagues de couleur bleutée m’invitent à pénétrer,

Dans un monde inconnu attendant à se manifester.

 

Avec prudence, je me laisse glisser entre chaque lame.

Une sensation de bien-être envahit alors mon âme.

Peu à peu, j’entre en douceur dans cette mer.

Petit à petit, je m’écarte de la terre.

 

C’est en ce moment précis que j’ouvris les yeux,

Et je découvrais un endroit si magique, si merveilleux.

Mon esprit totalement vide, j’étais libre sous l’eau.

Je n’avais jamais vu un monde si beau.

 

L’onde épousait mon corps.

La lumière brillait sur moi tel de l’or.

Mes cheveux voguèrent sur les courants.

Les faisant valser ici et là allègrement.

 

Toutes les couleurs apparaissaient si féériques.

Je me rappelais alors les contes fantastiques.

Que me relatait ma défunte mère le soir,

Lorsque venait l’heure de me dire « au revoir ».

 

Et qu’elle déposait un tendre baiser sur ma joue,

En me souhaitant bonne nuit en m’offrant mon toutou.

Libre sous l’eau ! Quel rêve formidable que j’ai fait cette nuit !

Ce que je donnerais afin que ma maman puisse être encore en vie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En prenant du soleil

En prenant du soleil Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par ErosTime Source : https://www.deviantart.com/erostime/art/001-924040474

En prenant du soleil

 

En prenant du soleil,

J’ai vu une véritable merveille,

Une femme aux seins nus avec un beau sourire.

Quoi de mieux pour me sentir si heureux et me faire plaisir ?

 

Elle était étendue sur un banc public,

Cela semblait être une aventure érotique,

Qui agrémentait mon imagination si fertile,

Car, en cette journée d’été, je me sentais fébrile.

 

Elle se tenait sur ses mains,

Me permettant d’admirer ses seins,

Et même d’y toucher avec mes yeux,

Oh mon Dieu ! Quel moment si délicieux.

 

Pour un jour si chaud en cette fin de mois de juillet,

Jamais de ma vie, une telle découverte je m’y attendais.

Merci mon Dieu pour cet instant si beau et si précieux !

Que je me souviendrai en des temps pluvieux !

 

À cela s’ajoute une chanson sortie de je ne sais d’où.

Qui me fait danser avec un plaisir qui me rend un peu fou.

En cet après-midi, j’ai observé d’une femme aux seins magnifiques.

Cela a fait de moi un enfant qui découvrit un royaume magique.

 

Je n’en avais pas demandé autant en cette journée,

Alors que je me promenais simplement sur la Grande-Allée.

Quelle belle surprise en ce samedi qui restera gravée dans ma mémoire !

Lorsque viendront les froides nuits d’hiver où je me reverrai cette histoire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

L’apprivoisé

« L’apprivoisé » Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/H0837-l47953290-923914346

L’apprivoisé

 

Perdu en cette forêt,

Je suis devenu sauvage,

Depuis mon tout jeune âge,

Éprouvant seulement la faim et le regret.

 

De ne pas avoir connu mes géniteurs,

Laissé à moi-même en ce lieu ombrageux,

Bravant souvent des animaux féroces et dangereux,

Pour lesquels, je devais surmonter mes craintes et mes peurs.

 

Mais, par un pur hasard, une étrangère m’a recueilli.

Une femme si belle tant de corps que d’âme,

Qu’elle a réussi à calmer en moi la flamme,

Qui sans cesse me rendait pénible ma vie.

 

Avec patience, elle est venue vers cette créature.

De ce qui devait être un humain parmi tant d’autres

Mais, de cette forêt peuplée d’animaux, en était l’hôte.

Ses gestes témoignèrent d’une bienveillance si pure.

 

Pas à pas, elle venait vers moi avec une patience angélique.

Avec douceur, elle inculqua en moi les rudiments de la civilisation.

Avec une grande persévérance, elle a fait de moi un fils des nations.

Par son exemple, elle a su m’éduquer avec une constance monastique.

 

 Elle m’a enseigné à marcher droit,

À me tenir debout telle une craie blanche,

J’admirais en secret la forme féminine de ses hanches,

Tout en me rappelant qu’elle faisait, à mes yeux, la figure de loi.

 

Je suis peu à peu passé d’une bête de foire.

Voué à la curiosité des gens mal intentionnés,

À un être humain sur le chemin d’une autre destinée,

Je suis « L’apprivoisé » et je suis prêt à connaître la gloire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

La sorcière de feu

La sorcière de feu Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source ; https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-witch-of-fire-923993501

La sorcière de feu

 

Je suis la sorcière,

Qui a connu les guerres,

Ces conflits armés ont tellement ravagé,

Ce monde que vous osez appeler humanité.

 

Je viens de très loin d’un autre lieu,

Bien loin de vos anges et de vos dieux,

Dans les profondeurs de la terre,

De ce que vous nommez les enfers.

 

Voyant ce que vous faites de la création,

Les démons et les déités ont voulu votre punition,

Ils m’ont formée avec la rage au cœur,

Afin de susciter en vous la pire des frayeurs.

 

Je passerai au milieu de vous,

Autant parmi les sages que chez les fous,

Je ne ferai point de miséricorde aux coupables,

Mais, j’épargnerai avec plaisir aux esprits charitables.

 

Je ne mélangerai pas le sang de l’innocent,

Avec celui qui bafoue la beauté de l’enfant,

Car, j’ai été envoyé en ce monde pour le purger.

De toutes les impuretés que sans cesse vous avez souillées.

 

Âmes perverses qui jouissent de la détresse d’autrui !

C’est maintenant le moment de payer vos dettes à la vie.

Je suis la sorcière de feu qui fera grâce aux cœurs purs,

Mais qui n’épargnera guère l’abomination de vos gestes impurs.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

La triade

La Triade Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Nikongriffen Source : https://www.deviantart.com/nikongriffin/art/From-The-Archives-42-923799423

La triade

 

Je suis la Triade, nous sommes « Une en trois ».

Tu n’as pas le choix de croire en moi.

Mets en nous ta foi ou bien meurs.

Opte pour le malheur ou le bonheur.

 

Nous sommes des femmes mystérieuses.

Des entités des époques si lointaines et fabuleuses.

Nous avons parcouru tellement d’univers insoupçonnés,

Y laissant notre savoir du plaisir de la chair tant apprécié.

 

Déesse vivant hors du temps,

Esprit se manifestant en un corps charmant.

Je suis trois et pourtant je suis unique depuis toujours.

De mes seins, j’arrose la Voie lactée depuis le début des jours.

 

Admire ma nudité qui est gage de pureté.

Je réserve à celui qui sera mon élu ma virginité.

Je n’ai point trouvé malgré nous l’être qui saura ouvrir

Notre cœur ! Et de notre être immatériel cesser de souffrir.

 

Touche de tes doigts mes seins sacrés.

Lèche-les afin d’en retirer leur nectar sucré.

Savoure le contour de mes délicates mamelles.

Une douceur qui te fera penser au goût du miel.

 

Je suis à la fois créatrice du néant et de la vie.

Car nul ne peut exister, sans être voué vers l’infini.

Je possède la sagesse des confrontations mystiques.

De ces mondes, tantôt diaboliques, parfois angéliques.

 

Je suis la triade féminine parcourant les étoiles.

Sur une monture gouvernée par une céleste voile.

Nous sommes trois, mais en moi pèse une profonde solitude.

Seule la virilité d’un être pur saura répondre à notre féminitude.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada