Archives de tags | tort

J’ai comme une idée

J’ai comme une idée Photo par Gb62da poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-m-feeling-a-bit-naughty-today-882114278

J’ai comme une idée

 

J’ai comme idée,

Que cela pourrait marcher,

Mais, jamais je ne te brusquerai.

En ce jour, mon amour, je veux te montrer.

 

Te démontrer par mes caresses,

Que je te ferai de la tête jusqu’aux fesses,

Avec passion te faire vibrer avec entrain,

Te faire connaître belles sensations dans ton bassin.

 

Te faire crier d’un immense plaisir,

Sans cesse, et avec joie, te faire jouir.

Sans relâche embrasser avec tendresse ton corps,

Tu verras bien en ce jour ou en cette nuit si j’ai tort.

 

Mon savoir-faire te sera dévoilé,

Avec des gestes suaves, je t’aimerai.

Tu comprendras jusqu’à tel point tu seras mienne,

Nous voguerons en pensées de notre lit jusqu’à Vienne.

 

Cette ville de la valse où je t’ai rencontrée,

En ces lieux où tu m’as montré comment danser.

J’ai appris à suivre tes pas si gracieux, si merveilleux.

Que nous avons finalement suivis deux par deux.

 

Car nos corps et nos âmes se sont unis,

À partir de cet instant mémorable et pour la vie.

Mais, en gentilhomme que je suis, j’ai préféré attendre,

Ton plein consentement venant de toi simplement entendre.

 

Alors, dis-moi, mon amour, ma chérie.

Allons-nous passer ensemble cette nuit?

Je t’enseignerai les positions du Kâmasûtra,

Ma connaissance en ce domaine, tu découvriras.

 

Cette drôle de sensation m’a envahi,

Mon cœur est submergé depuis que je t’ai vue ainsi,

Laisse-moi te rejoindre en haut de ses marches de marbre,

Une force coule en mes veines fortifiant ma hampe tel un arbre.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Savoir garder son équilibre

Savoir garder son équilibre
Photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin

Savoir garder son équilibre

Bonjour tout le monde,

J’ai choisi aujourd’hui de traiter d’un sujet particulier en cette période dans laquelle les médias d’information, et parfois de désinformation, nous entraînent de manière que je jugerai à première vue concertée. En effet, et c’est mon opinion personnelle, tout porte à croire que plus nous avançons dans le temps, plus la tendance à présenter le futur le plus sombre possible semble être de mise pour la majorité des sources d’actualité. Cela me fait sourire un peu puisque la crainte de la Grande Peste semble être revenue à l’aube des années 2020.

C’est un fait indéniable, l’humanité fait face à des situations qui étaient inconnues jusqu’à maintenant ou du moins loin d’être parmi ses priorités. Or, les époques changent et les problèmes qui les accompagnent changent aussi. Oui, l’humanité a fait des bons prodigieux dans bien des domaines. L’on a qu’à penser à la médecine, aux sciences pures qui nous éclairent sur tout ce qui nous entoure, aux sciences humaines lesquelles contribuent à mieux comprendre les aspects de l’être humain et des mouvements sociaux favorisant la prise de conscience de tout ce qui menace le bien-être commun tant présent que futur. Ce sont-là des éléments à ne jamais oublier.

Certes, je suis pleinement conscient de ce qui risque de mettre en péril notre avenir collectif. Un avenir qui concerne chacun d’entre nous. Mais, est-ce une raison de paniquer? Tel un incendie dans une salle de cinéma, la panique peut causer plus de tort, de dommage et même des pertes de vies humaines que l’incendie proprement dit. Voilà pourquoi savoir garder son équilibre face à tout ce que nous apprenons aux nouvelles est, selon moi, la meilleure chose à faire dans les circonstances.

En ce qui me concerne, je tente de répondre à ces deux questions existentielles, et de la façon la plus honnête qui soit, afin de prendre un recul face aux événements qui nous sont présentés. En premier lieu, ai-je un quelconque pouvoir sur ce que je vois? En second lieu, en tenant compte que la réponse soit positive, que puis-je faire et corollairement comment puis-je le faire? Néanmoins, je dois garder à l’esprit qu’il est impératif de toujours garder mon équilibre et ce peu importe les réponses que je jugerai raisonnables.

Chose plus facile à dire qu’à faire surtout lorsque la grande majorité des réseaux sociaux relayent une vision plutôt apocalyptique de l’avenir dans lequel nous devons tous affronter d’une manière ou d’une autre. Une vision qui, fait étrange, a alimenté l’imagination des hommes et des femmes depuis l’aube de l’humanité.

À l’image d’un pole dance, l’essentiel est de maintenir en tout temps son équilibre ayant pour points d’appui deux éléments essentiels, un peu à l’image d’une paire de mains, pour le bien-être à la fois spirituel qu’intellectuel. C’est ainsi qu’une foi inébranlable en la capacité de l’Homme à relever des défis lui paraissant à première vue être insurmontables constitue la main droite tandis que la soif de la connaissance laquelle permet de faire face aux pires fléaux constitue sa main gauche. La foi et la connaissance sont bel et bien les fondements d’un équilibre approprié face aux aléas de l’avenir. Un avenir que nous transformons tôt ou tard en histoire.

Sachons garder notre équilibre !

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Les lambeaux de mon coeur

a_girl_tired_in_an_elevator_by_rickb500_dd4r12y-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Les lambeaux de mon cœur

 

Voilà maintenant trois mois,
Que tu es parti étudier loin de moi,
Une langue étrangère sur une terre inconnue,
En nous jurant fidélité tel que nous en avions convenu.

 

Chaque nuit, je pensais sans cesse à toi.
Dans tes lettres, tu jurais de vivre pour moi.
J’attendais avec grande fébrilité tes rares appels,
Car tu me disais souvent à tel point à tes yeux j’étais belle.

 

Puis un jour, une folle idée m’a prise.
Car de toi, je te le jure, follement j’étais éprise.
De prendre le train pour te faire une surprise, j’en avais décidé
En fantasmant que nous aurions fait l’amour avec passion dès mon arrivé.

 

Parvenue sur le seuil de ton appartement,
Je sentais mon cœur saisi de tant de battements,
Espérant te rendre heureux par ma présence inattendue,
Mais en ouvrant la porte, des cris de femme en jouissance, j’ai entendus.

 

Me dirigeant irrésistiblement vers cette porte,
Cette porte de bois qui alla me mener vers l’enfer,
Te voyant ainsi nu sur cette étrangère, je ne savais que faire.
Mes rêves de mariage et d’une famille nombreuse s’envolèrent.

 

Je n’en veux pas à cette beauté radieuse,
Même si, en plus, qu’elle soit très gracieuse.
Avec ses cheveux roux et sa peau blanche comme tu lait,
Car elle n’est en rien responsable de tout le mal que tu m’as fait.

 

Quelles belles paroles lui as-tu dites ?
Quelles formules magiques as-tu prononcées ?
Pour l’amener dans ton lit bien que nous fussions fiancés ?
En un seul instant, je me suis sentie trahie et tout autant maudite.

 

Tu avais bien fait de ne point dire un mot,
En t’apercevant de ce que tu as fait comme maux,
Tout le mal a été fait et maintenant c’est hélas trop tard,
Car aucun geste, aucune excuse, ni aucune parole ne saurait réparer ce tort.

 

Retournant alors sur mes pas pour me diriger vers l’ascenseur,
Évitant de tourner vers toi mon regard de femme trahie et blessée,
En souhaitant ardemment qu’un jour peut-être je pourrai enfin t’oublier,
Dans le silence, je m’y suis engloutie afin d’y ramasser les lambeaux de mon cœur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Corps en souffrance

20171129_153219-1

Corps en souffrance

 

Je suis là,

Pour combien de temps,

C’est vrai que passent les ans,

Comme s’effacent les traces de pas.

 

Ce n’est point la mort,

Qui m’effraie ou me cause tort,

C’est de quitter la splendeur,

De la vie qui me fait peur.

 

Entendre battre le cœur d’une femme,

Sentir la chaleur des bras telle une flamme,

Voilà ce qui me blesse,

Tel un glaive qui me traverse.

 

Ô belle jeunesse!

Qui me rappelle la venue de la vieillesse,

Sentir le souffle de ta fraîcheur,

Sur mon cou courbé par tant de labeur.

 

Corps en souffrance,

Transportant mon âme en errance,

Attendant le jour qui n’est pas,

Où je passerai de vie à trépas.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada