Archives de tags | sentiments

Rome : Berceau de notre civilisation

New Image 69

Rome :

Berceau de notre civilisation

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous aller bien. Pour ma part, je continue à faire le tri au New Image 58sein de mes nombreuses photos prises lors de mon séjour extraordinaire en Europe. Croyez-moi sur parole ! Il m’est très difficile de faire un choix parmi toutes mes photos tellement elles me rappellent de beaux souvenirs. Des souvenirs qui resteront dans mon cœur pour toujours. Mais, au-delà de mes souvenirs, il existe de nombreux éléments qui m’ont souvent interpelé au fil de mes découvertes, plus particulièrement la prise de conscience de la richesse de notre civilisation. Une richesse que nous risquons de perdre au cours des années à venir si nous ne faisons rien pour d’une part, la promouvoir au sein des générations actuelles et d’autre part, lui redonner toute sa splendeur de jadis. Pas question ici d’être réactionnaire mais simplement de redevenir fiers de ce que nous sommes et de nos origines.

New Image 71Il va de soi que Rome occupe une place prépondérante dans mes réflexions sur l’importance de préserver notre culture et nos traditions gréco-romaines sans omettre nos principes judéo-chrétiens qui sont à la base de ce que nous sommes devenus jusqu’à aujourd’hui. Il faut bien sûr retenir toute l’importance que Rome possède dans la préservation des arts au fil des siècles. D’ailleurs, une visite dans les rues de cette ville millénaire démontre toute la véracité de mes propos.

En effet, les rues de Rome témoignent de l’importance de préserver etNew Image 79 de faire découvrir, et même dans certains cas de redécouvrir, toute la richesse que nous ont laissé ceux et celles qui ont fait du monde occidental actuel l’un des plus grands, sinon le plus grand, de tous les temps. Chaque coin de rue, chaque parc et presque chaque édifice semble raconter l’histoire glorieuse de Rome. Et, croyez-moi sur parole, j’exagère à peine dans mes propos comme en témoignent les très nombreuses photos que j’ai réalisées au fil de mes pérégrinations pédestres dans les quartiers romains.

New Image 82Que puis-je dire des monuments qui jalonnent les multiples endroits et carrefours ? Que puis-je affirmer de mes sentiments lorsque de mes yeux j’ai pu admirer la grandeur titanesque de la Cité du Vatican ? Quelles sensations ai-je vécues au plus profond de moi lorsque mon regard se porta sur toutes ces personnes qui ont donné leurs vies à un concept de vie lequel est appelé Dieu ? (1) Quels sentiments ai-je ressentis lorsque je toucha tant par mes bras que par mes yeux les statues des saints tels Pierre et Paul ou bien j’ai prié devant des tombeaux des hommes, étrangement il n’y a aucune femme, qui ont marqué de leurs empreintes, l’histoire moderne de l’église catholique ? Une église qui a pour fondement la foi en la parole d’un simple charpentier d’une bourgade de Palestine appelé Nazareth et qui se nomma Jésus ?

Voilà les thèmes que je développerai au cours de mes articles à venir au sein de mon blogue.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

(1) Dieu est avant toute chose un concept puisque malgré toute la foi possible en ce monde, rien ne peut ni confirmer, ni infirmer de manière absolue son existence. 

Ne cache rien

zj1gtrpd59

(Avec la permission de Sandrine C.)

Ne cache rien

 

Bonjour chère amie,

N’aie pas peur de moi, je t’en prie !

La clarté de ta nudité n’a d’égale que le plus pur des rubis,

Ne crains pas mon regard posé sur ton corps qui respire la douceur de la vie.

 

Sur ce drap de satin,

Qui te caresse telles des mains !

Ce corps fébrile attend celui qui saura ton cœur ouvrir,

Pourquoi ? Réponds-moi ! Pourquoi veux-tu le faire autant languir ?

 

Dévoile-toi à mes yeux,

Révèle ta beauté voulue par les dieux,

Ta chair troublée par ton désir inassouvi sera enfin récompensée,

Par les milles et une nuit de plaisir, de volupté et de mignons péchés.

 

Ouvre-toi doucement,

Que je te découvre avec mes nobles sentiments,

Aie confiance ! Bientôt, nous nous connaitrons divinement,

Sans nous brusquer, nos corps atteindrons les délices sous le firmament.

 

Que puis-je dire ?

Quels mots puis-je choisir ?

Afin de décrire à sa juste valeur la sensualité,

De ton corps pleinement offert par la grâce de ta nudité.

 

De cette pose si distinguée,

Tu as su la choisir afin de te manifester,

Sur cet étoffe cousu avec grand soin par mille vierges,

Tu t’y étendis allègrement sans en mesurer toutes ces verges.

 

De ton regard, tu sais me séduire !

Séduire mon âme perdue jusqu’à en plus finir !

Je te le dis, crois-moi chère Dulcinée, je ne suis guère un vaurien.

Accepte la prière de l’homme que je suis. De grâce, ne cache rien !

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

 

 

 

 

La sainte trinité

74yzvq80ia

Avec la permission de Sandrine C.

La sainte trinité

Bonjour tout le monde,

Il me fait grandement plaisir de vous présenter une réalisation de nudité artistique où ma chère amie et correspondante de la France Sandra C. y fait une démonstration de tout son savoir-faire dans ce domaine. Vous savez ! Cela fait déjà plusieurs années que je dialogue avec des artistes avec qui je partage cet intérêt. Pas le seul tout de même. Et je dois reconnaître que Sandrine C. possède un je-ne-sais-quoi de vraiment particulier.

J’ai cherché, avec sa permission, de trouver parmi ses photos une qui témoigne de son expérience au sein d’une telle pratique. Croyez-moi sur parole ! Le choix était très difficile à faire puisque son portfolio est bien garni. Toutefois, j’ai réussi à en dénicher une qui m’a fait immédiatement penser à une doctrine propre au christianisme. Serait-ce une influence de ma formation universitaire en théologie de l’université Laval de Québec ? C’est fort possible. Quoiqu’il en soit, dénicher une telle photo m’a permis une certaine réflexion sur l’importance de réussir à faire vibrer les cordes sensibles chez les spectateurs. Une photo n’est strictement rien si elle n’arrive pas à faire émerger des sentiments, des sensations, des interrogations ou bien des souvenirs auprès du public visé. Bon ! C’est mon humble opinion.

Pour ma part, ma réflexion porta sur deux notions propres d’une part, à la philosophie et d’autre part, à la théologie chrétienne. La première concerne la tri dimensionnalité de l’être humain. Celui-ci est composé d’un corps visible, d’un esprit qui tire son origine de l’Esprit universel et de l’âme laquelle est plus ou moins le médiateur entre le corps et l’esprit. Ne dit-on pas « un esprit sain dans un corps sain » ? Or, c’est par l’intermédiaire de l’âme que le tout peut vivre en harmonie ou, au contraire, être dans une discordance totale. Qui d’entre vous ne connaît pas l’expression « avoir la vague à l’âme » ?

La seconde réflexion porta sur la notion de la Sainte Trinité laquelle fut élaborée par les Pères de l’Église notamment par saint Augustin évêque d’Hyppone (13 novembre 354-28 août 430). Soyez rassurés ! Nul n’est mon intention de vous convertir. Toutefois, force est d’admettre qu’une telle photo est venue me chercher au plus profond de moi. Et pour cause ! En effet, rarement ai-je eu la chance de voir un tel chef-d’œuvre à la fois photographique et artistiquement érotique. Tout, absolument tout, y est parfait. C’est un fait indéniable.

Nonobstant l’aspect érotique d’une telle réalisation, il y a celui de la présence de trois éléments qui donnent un cachet que je qualifierais de sacré à cette photo. Un tel cachet fut possible par la présence de la sensualité, du désir et celui du fantasme. Tous les trois mis ensemble ne font qu’un. Un genre de sainte trinité. Sainte parce que rien de vulgaire y est présenté et trinité en référence à la présence des trois aspects les plus importants de la sexualité lesquels sont englobés dans la pur Amour. Bravo à ce modèle formidable !

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

 

 

 

 

Mon bonheur, c’est toi.

000000810003

Mon bonheur, c’est toi.

 

Du petit matin où l’aube pointe son nez,

Jusqu’à la salutation de dame Lune perchée tout là-haut,

Mes plus tendres sentiments pour toi sont aussi les plus beaux,

Sans oublier mes plus nobles pensées qui te sont destinées.

 

Bien des hommes de ce monde virevoltent à cette quête ultime,

Bien des hommes de notre temps perdent leurs âmes à jamais,

Bien des hommes de jadis cherchèrent ce qu’il leur manquait,

Bien des hommes ne trouvèrent point ce trésor si intime.

 

Et pourtant, il leur suffisait de regarder tout près de soi.

Et pourtant, il leur suffisait d’ouvrir leurs cœurs à la beauté,

À la beauté offerte par la vie, celle qui demeure pour l’éternité,

Dieu merci, c’est elle qui m’a trouvé car mon bonheur c’est toi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada