Archives de tags | faire l

L’escalier

l'escalier
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

L’escalier

 

En cette journée si chaude et si ensoleillée,
Je vois jolie dame aux cheveux blonds comme le blé,
Aux cheveux blonds et à la peau si tendre si satinée,
Ah ! Ce que j’aimerais avec délicatesse l’embrasser.

 

Elle m’a vu,
Même si elle est nue,
Elle s’est aperçue que je la désirais,
Car mon cœur ne peut lui cacher que je l’aimais.

 

Femme au corps parfait,
Vers moi, avec fierté elle déambulait.
Me présentant ses seins dignes de tous les saints,
Sans gênes elle ne chercha pas à les cacher avec ses mains.

 

Femme venue d’une autre ère,
Celle où n’existent plus ces famines et ces guerres,
Où seul compte faire l’amour de jours comme de nuits,
Où le malheur et les maladies font partis de tous les oublis.

 

Permettez-moi madame,
De vous serrer dans mes bras,
Je le ferai avec attention comme il se doit,
Permettez-moi-même si vous êtes une grande dame.

 

Seriez-vous un démon sorti des enfers ?
Car votre beauté m’emprisonne dans les fers,
Dans les fers de mes désirs et de mes fantasmes inassouvis,
Et de vous faire l’amour, Dieu sait comme j’en tant envie.

 

Je suis en haut de cet escalier,
Prenez votre temps, je vous y attendrai.
Allez ! Venez ! Venez vers votre humble serviteur !
Venez ! Soyez rassurée ! De moi, n’ayez jamais peur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Faire l’amour avec toi

Tu m'as quitté pour toujour
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Faire l’amour avec toi

 

Je me rappelle en ces nuits froides d’hiver,
Quand je ferme les yeux pour me réfugier dans les bras de Morphée,
Comment dans le secret mon cœur je t’ai sans cesse aimée,
Et je t’aimerai toujours ! Ô mon Dieu ! Quel enfer !

 

J’ai respecté l’intimité de ton corps,
Qui avait à mes yeux la valeur de l’or,
Je ne t’ai jamais brusquée par un geste de trop,
Ni avoir élevé un mot afin de t’éviter quelques maux.

 

Je revis la sensation bienfaitrice,
De l’eau chaude qui m’enveloppa,
En imaginant être une seule fois dans tes bras,
Et embrasser ton corps digne de la plus belle des cantatrices.

 

Ce que j’aimerais revenir dans le passé,
Afin de revivre ces instants où nous étions heureux,
Car c’est-ce qui comptait vraiment à mes yeux,
Et maintenant te voir ainsi mon cœur en est blessé.

 

Ô ma chère ! Ce que j’aimerais te faire l’amour,
Et te prouver comme je suis un homme sans détour,
Tu es là devant moi et en cet instant entièrement nue,
Te couvrir de mes baisers afin de t’amener vers les nues.

 

Oui, je sais que trop bien.
Que mon corps ne vaut rien.
Mais avant toute chose, homme je suis né
Te faire l’amour, pardonne-moi de t’avoir demandée.

 

Être nus sans gêne et sans pudeur,
Car tu n’auras pas raison d’avoir peur,
Puisque mon seul vœu serait de te combler,
Et te faire jouir, chaque nuit je ne cesse d’en rêver.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Vous en avez tellement envie

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Vous en avez tellement envie

 

En ce lieu de prières,

Je vous y attendais depuis hier,

En ayant pour vous des pensées impures,

Des pensées de mes gestes sur votre corps si pur.

 

Dieu de bonté devant mes supplications,

Fit preuve d’indulgence devant mes actes d’adoration,

Voyant la faiblesse de mon esprit face à votre beauté,

Voulu m’éviter la pire des peines de toute éternité.

 

Celle, ô ma sœur, de ne point vous connaître,

Celle, ô ma sœur, de ne point vous faire l’amour,

De regretter cette nuit de sensualité pour toujours,

Car le pire regret est de ne pas réaliser notre raison de naître.

 

Maintenant que vous vous offrez tel un don,

Nos âmes et nos corps vibreront en cette nuit à l’unisson.

De mes souvenirs où nous jouions lorsque nous étions gamins,

Mon cœur vous était déjà réservé en caressant vos mains.

 

De mes caresses de réconfort lorsque vous aviez peur,

De mes caresses de consolation lorsqu’on vous brisa le cœur,

De mes caresses pour vous réchauffer lorsque vous aviez froid,

Oui ! Je me souviens combien en vous écoutant j’étais en émoi.

 

Je ne vous demande pas de renier votre grande foi,

Je n’exige point de vous d’outrepasser vos vœux et vos droits,

Simplement de revenir vers le grand amour de votre vie,

Car je sais que tout comme moi vous en avez tellement envie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada