Archives de tags | fruit défendu

Signe de féminité : le buste

30582315_10156452982538919_5891354876977348608_o

 

Dessin de Buste par mon ami Eri Kel de la France

 

Signe de féminité : le buste

( Les dessins qui accompagnent ledit article sont réalisés par Nicole Boileau )

Bonjour tout le monde,

FB_IMG_1523409271284Aujourd’hui, je désire vous entretenir d’un aspect particulier du modèle vivant et plus précisément celui du modèle de sexe féminin, c’est-à-dire le buste. Cela peut vous paraître étrange que j’aborde un tel aspect au sein de mon blogue. Cependant rien est plus démonstratif que le buste pour représenter à la perfection la féminité à part peut-être certaines représentations plus que rarissimes de la vulve. Mais encore-là, les exceptions semblent confirmer la règle.

Pourquoi donc utiliser le buste et non pas uneFB_IMG_1523409280067 quelconque autre partie de l’anatomie féminine ? Je vous répondrai, et c’est mon humble opinion, qu’il y a là une certaine sacralité du corps de la femme. En effet, quoi de plus sacré que le buste d’une femme ? Une sacralité qui tire sûrement sa source sur l’imaginaire tant religieuse que populaire concernant la nourriture donnée par la mère à son enfant. Une mère qui donne à la fois la vie et la nourriture permettant à celle-ci de se poursuivre, du moins pour un laps de temps plus ou moins défini une fois sortie en son sein, renferme sans contredit un message clair à la création. Un message qui dit que l’humanité tire ses origines de la féminité. Un aspect religieux âprement combattu par les trois grandes religions monothéistes au cours de l’histoire.

FB_IMG_1523409290249D’ailleurs, pourquoi donc utiliser le terme « sortir en son sein » puisqu’en réalité l’enfant entre dans notre monde par une voie tout à fait différente ? Qui plus est ! Bien des représentations de divinités femelles du monde antique ont été fabriquées en mettant l’accent sur les seins, symbole de maternité et de virginité. Comme quoi les religions officielles se sont intéressées depuis la nuit des temps à ce symbole mythique propre au corps féminin.

Un autre aspect qui me vient à l’esprit concerne l’aspect psychologique de la représentation du sein dans le milieu du nu. Notez bien qu’il s’agit ici que de mon humble opinion. Ceci dit, le sein a bel et bien une valeur quasi sacrée chez la majorité des artistes. Ces derniers tentent par tous les moyens de travailler un tel sujet avec une minutie que je qualifierais, avec un petit sourire sur le coin de mes lèvres, digne d’un moine.

En effet, la plupart des artistes qui travaillent à une représentation d’un buste, ou dans certains cas un sein, semblent avoir un respect indéniable. Serait-ce l’image du sein maternel ? C’est plus que probable. Serait-ce plutôt l’objet d’un fantasme à l’égard du fruit défendu ? C’est aussi fort possible. Quoiqu’il en soit, et j’en suis tout à fait convaincu, il y a autant de raisons de travailler sur une présentation du buste qu’il y a d’artistes.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’amour fait mal.

L'amour fait mal

L’amour fait mal.

 

L’amour fait mal,

Parce qu’il nous renvoie,

Sur cette étrange et sinueuse voie,

Sur ce chemin qui nous semble si fatal.

 

Deux êtres se rencontrent,

Dans l’intimité se découvrent et se montrent,

Se racontent dans leurs faiblesses et leurs caresses,

Dans leurs baisers à en rendent jalouses des déesses.

 

De cet lointain Adam,

Pour qui nous sommes descendants,

Et de son épouse Ève qui le fit sortir du Paradis.

Ils connurent le véritable amour, celui qui est interdit.

 

Ève ! Ô belle Ève !

Toi qui lui offris le fruit défendu,

Alors que vous gambadiez si pures et si nus,

Toi qui l’abreuvas d’amour avec tes pulpeuses lèvres.

 

Il se souvenait de ce doux matin,

Où tu lui offris la suavité de tes seins,

Il les savourait avec délice telles des sucreries,

En contemplant ton visage de beauté qui lui sourie.

 

Que tu étais belle en ce temps-là !

Dans ce jardin où vous y étiez heureux,

Où tout était merveilleux et brillait à vos yeux,

Que peut-il accomplir pour revivre ce temps-là ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le fruit défendu

Capture 2

Le fruit défendu

 

Au jardin d’Éden vivait un couple,

Amoureux dans l’âme et le vent en poupe,

Faisant sans cesse l’amour du matin au soir,

Ils ne vivaient qu’un peu d’eau fraîche et d’espoir.

 

Homme nu devant sa bien-aimée,

Celle-ci remarqua ce fruit et il voulu y goûter,

Goûter et savourer à en tirer son précieux nectar,

Allez ! Allez ma belle ! Lui dit-il, avant qu’il ne soit trop tard.

 

Ô toi, le fruit défendu !

Fruit d’un amour à jamais perdu,

Comme ce couple à jamais banni de leur jardin,

Saurions-nous revenir à ce temps où la nudité se vivra au matin ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le fruit défendu et la nudité féminine

fruits-defendus-par-rick

Le fruit défendu et la nudité féminine (Permis accordé par le photographe Rick B.)

Le fruit défendu et la nudité féminine

Bonjour tout le monde,

C’est avec une joie immense que je vous présente une oeuvre plus que magnifique réalisée par un photographe allemand lequel publie régulièrement au sein du site artistique connu sous le vocable de devianArt. Un site dont votre humble serviteur est lui-même membre depuis maintenant cinq ans. Et, à ce titre, il m’arrive parfois d’y découvrir des oeuvres tout à fait remarquables et dignes d’être connues au sein de mon blogue. Il va de soi que par un souci d’honnêteté intellectuelle, je ne publie pas d’oeuvre sans avoir au préalable obtenu la permission de son auteur. C’est ici une question de gros bon sens.

Force est d’admettre que l’émotivité ressentie par votre humble serviteur en admirant une oeuvre est la pierre angulaire de mon choix d’en rédiger un article. Une émotivité qui doit venir au plus profond de mon être, tel un gisement de larve expulsé par un volcan en furie. Une furie de vivre! Une furie de beauté! Une furie tirée de la force vitale qui anime chaque être vivant! Oui, c’est exactement ce à quoi cette oeuvre a suscité en moi dès l’instant où mes yeux se posèrent. J’oserais même écrire « se reposèrent » tellement la douceur se dégage de chaque fibre qui émane de la nudité de ces femmes. Une nudité qui m’incite à élaborer, et c’est une simple dissertation que je qualifierais de non-scientifique mais qui pourrait susciter un débat auprès de mes abonnés-es, sur la juxtaposition entre le fruit défendu et la nudité féminine. Ah! La fameuse nudité féminine! Ce fameux fruit tant convoité par les hommes depuis la nuit des temps.

Que pouvons-nous dire exactement du fruit défendu? Absolument rien sinon qu’il est défendu, soit parce qu’il détiendrait les clés de l’intelligence, alors-là permettez-moi d’en douter lorsque je vois comment l’humanité a évolué au sein de son histoire vu le nombre de bêtises catastrophiques que l’on a pas cessé de répéter, soit parce qu’il serait la source de l’immortalité tel que rapporté dans le récit de Gilgamesh lequel est à l’origine de l’histoire biblique du jardin d’Eden dans l’Ancien Testament. Toutefois, les concepts de l’intelligence et d’immortalité se retrouvent de manière subtile dans la représentation de la femme, plus particulièrement dans sa nudité. N’oublions pas que c’est la femme qui a apporté à l’homme la conception de la civilisation, qui lui a amené l’amour de la culture, la douceur de la poésie, l’importance de la musique et bien d’autres aspects qui distinguent les hommes des animaux. Une distinction qui trouve sa source de l’importance de la femme aux yeux de l’homme.

D’ailleurs, la nudité de la femme a été, et l’est encore dans de nombreuses cultures et ce même à notre époque, un fruit défendu, voire proscrit soit par la moralité populaire, soit par une religion omniprésente au sein de certaines sociétés actuelles. « Cacher ce sein que je ne saurai voir, mais montrez-moi les innocents tués en mon Nom » pourrait être le leitmotiv de cette intolérance basée à la fois sur la superstition et l’ignorance. Or, la femme est foncièrement belle et sans sa beauté, l’homme ne serait pas la moitié de ce qu’il est. Aimer la nudité féminine, c’est savoir en respecter ses nombreuses facettes allant de sa fragilité inscrite dans la moindre parcelle de sa peau et dans son regard jusqu’à la capacité incroyable de donner la vie et même d’être la rivière qui  la désaltère et qui la nourrie. Ce qui est, c’est le moins que l’on peut dire, aux antipodes de la pornographie. N’est-ce pas?!

En conclusion, on peut reconnaître une certaine volonté de la part du photographe allemand du nom de Rick B., de dévoiler de tels aspects au sein de cette oeuvre que je qualifie volontiers de grandiose. En effet, le geste que pose la jeune dame, c’est-à-dire de faire goûter un fruit quelconque, serait-ce le fruit défendu tant décrié dans les saintes écritures?, à son aînée est une transposition moderne du récit de Gilgamesh où la femme et de sa nudité prennent la place qui leur reviennent. Une place hautement honorable!

Merci sincèrement à Rick B. d’Allemagne pour sa permission de m’être inspiré de son oeuvre dans la rédaction du présent article!

Merci infiniment de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Liens des publications de Rick B. sur deviantArt:

http://rickb500.deviantart.com/

http://rickb500.deviantart.com/art/Nastya-The-Book-Just-a-few-copies-left-566315428

http://rickb500.deviantart.com/art/Marmor-The-Book-511759556

 

Quand Eve regarde Adam … Dernière partie: Mon doux

new-image32

Quand Eve regarde Adam …

Dernière partie: Mon doux

 

« Mon très cher Adam,

Je quitte à l’instant ce nid douillet, notre refuge sans avoir osé te réveiller. Tu dormais si profondément …. Je t’ai longuement admiré, ainsi assoupi, face enfouie au creux de nos draps, nu et innocent comme au premier jour ….

Tu cachais avec cette étonnante  inconscience, si totalement tienne, tes attributs masculins, ton corps d’homme si plein de vie, ta virilité, comme un fruit défendu …

… Temps comme suspendu, à rien, à un souffle, un soupir ….

Bien qu’endormi je devine tes rêves d’amour et d’éternité qui rejoignent mes espoirs!

Quand tu ouvriras les yeux, brillants des espoirs de la nuit, tu liras mes mots et ma renaissance ….

Ton Eve »

Collaboration spéciale de Idéelle

Quand Eve regarde Adam … Première partie: Ève

new-image31

Quand Eve regarde Adam …

Première partie: Ève

Elle avait d’Eve toute la vivacité, toute la curiosité, toute l’en-Vie de croquer à pleines dents le fruit défendu …

Il avait d’Adam, les attributs d’Homme, l’insouciance de l’apparence, l’innocence que seul confère l’amour pur … Et l’intimité d’une alcôve pour Eden !

Rien à cacher, rien à dissimuler, mais tout à offrir ! L’un à l’autre suspendus … Amour, des amours …. Espoir, des espoirs … Suspendus à cette fraction de seconde qui ouvre la porte sur l’éternité et ses rêves !

Seul le temps fuyait … Ignorant que cette étincelle  là, brillait pour Lui, pour Elle, pour Eux telle l’Etoile du Berger … Telle non pas une naissance, telle une RE-naissance !

Collaboration spéciale : Idéelle