Archives de tags | tours

C’est à partir de cette séance

C’est à partir de cette séance Poème de Rolland Jr St-Gelais Source de la photo : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/173a-945461889

C’est à partir de cette séance

 

Je me promenais dans les rues,

C’est alors que me vint subitement une fringale.

L’une de ces faims qui me crevaient la dalle.

Alors que je profitais du bon temps à pleine vue.

 

Apercevant un kiosque de restauration rapide,

Je m’y suis alors dirigé sans un seul instant me douter.

Que je deviendrai amoureux d’une dame de toute beauté !

Elle y œuvrait afin de payer ses cours avec une attention insipide.

 

Constatant qu’il y avait peu de gens qui attendaient leurs tours,

J’en ai donc profité pour lui demander en quoi elle étudiait.

« En art ! » Elle m’a alors répondu pendant qu’elle me servait.

Ce à quoi je lui ai dit que je cherchais un modèle en ce jour.

 

Je lui ai expliqué que j’étais photographe de profession.

Et que, sans cesse, j’étais à la recherche de modèles,

Une personne qui de corps et d’âme serait belle.

Que je lui prodiguerais un bon cachet comme de raison !

 

Sans hésiter, elle glissa de quoi pour écrire sur le comptoir.

J’ai très vite compris qu’elle souhaitait m’offrir un tel service.

Griffonnant avec empressement : 460 de la rue aux mille vices !

Je lui ai prestement remis ce papier en admirant ses yeux noirs.

 

Les jours et les nuits, puis les mois passèrent inlassablement.

Puis, un soir, on frappa par trois coups à la porte de mon atelier.

Quelle belle surprise d’y trouver celle que j’avais jadis rencontrée !

Sans plus attendre, elle s’introduisit en ma demeure précipitamment.

 

Nous nous regardâmes droit dans les yeux.

C’est alors que j’ai compris la raison de sa venue.

Vers le sofa, elle y alla en ôtant ses vêtements jusqu’à être nue.

Jamais de ma vie, une femme aussi magnifique, je n’avais encore vu.

 

Son corps de jeune dame s’harmonisait impeccablement.

À l’horizon qui s’offrait à la lentille de ma précieuse caméra.

Qui en cette soirée magique pour toujours elle l’immortalisera !

Voilà pourquoi, elle et moi, nous avons œuvré si joyeusement.

 

Ses longs cheveux descendaient jusqu’aux fesses.

De sa bouche, une haleine se dégageait de menthe rafraîchie.

Son être resplendissait, à la fois, de tellement de bonté et de vie.

Devant tant de splendeur qui se manifestait, j’étais en détresse.

 

C’est sur des notes de piano jouées à la radio,

Que cette agréable soirée s’est poursuivie allègrement !

C’est lorsque l’on s’y attend le moins que l’amour naît subitement.

C’est à partir de cette séance qu’elle et moi avons connu des jours si beaux.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tu étais troublée

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Tu étais troublée

 

Tu étais tellement belle.

Tu ressemblais à une tourterelle.

Tu semblais fragile comme un papillon.

Qui était sortie tout de droit de son cocon.

 

Je t’avais invitée sur une île.

Un des îlots situés dans les Antilles.

En pleine saison hivernale afin de profiter du soleil,

Et d’admirer les paysages qui sont de pures merveilles.

 

J’avais tout offert sans rien attendre en retour.

Mais, parfois, malgré soi, la vie peut jouer des tours.

Nos cœurs étaient pris mais nos corps nous appartenaient.

Au gré du bon temps qui sans relâche, avec plaisir, on profitait.

 

Chaque nuit, tel que prévu, nous faisions chambre à part.

Mais, nous savions depuis si longtemps qu’il était trop tard.

Nos gestes, nos paroles et nos regards, en secret, nous trahissaient.

Au fil des grains qui coulent dans le sablier, notre amour grandissait.

 

Puis, malgré nos efforts, à cette tentation, nous avons cédée.

Quel bonheur d’être dans nos bras pour mon amour enfin l’exprimer.

Un silence voguait dans cette chambre où un clair de lune éclairait ton visage !

Une plénitude nageait dans nos âmes qui avaient peut-être traversé bien des âges !

 

Puis, lorsque tout fut dans les règles accompli,

Nous nous sommes étreint tel un seul cœur épris.

Ce que nous étions heureux loin de ce monde aussi incapable.

De cette foule inerte qui, de savoir aimer avec vérité, en est coupable.

 

Tu t’es levée sur la pointe des pieds aux premières lueurs de l’aurore.

J’ai alors scruté, ce qui me rappelait une nymphe, ton magnifique corps.

Je te jure que ce secret restera à jamais et pour toujours en nos cœurs gravé.

Dès l’instant où tu as placé le drap devant toi, j’ai compris que tu étais troublée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ta peau d’ébène

Ta peau d’ébène Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source ; https://www.deviantart.com/gb62da/art/He-told-me-to-wait-in-this-way-926562867

Ta peau d’ébène

 

Ô, ma chérie.

Tu es tellement jolie.

Je t’attends dans notre lit.

Où, toi et moi, nous passerons la nuit !

 

Quel désir si inavouable !

Quel plaisir quelque peu coupable !

De ma patience, en subir, j’en suis incapable.

Car j’ai si envie de te prouver que je suis capable.

 

De te satisfaire comme un Dieu.

De te démontrer ma virilité plein les yeux.

De te faire découvrir mon talent que m’ont offert les cieux.

Une telle jouissance sera le summum de tout ce qui est merveilleux.

 

Ô, mon amour.

Rejoins-moi maintenant pour toujours.

Tu l’ignores, mais je t’aime comme les premiers jours.

Te souviens-tu ? Je t’avais fait bien rire avec mes nombreux tours.

 

Les années sont bien entendu passées.

Mais, mes sentiments pour toi sont à jamais restés.

Tu es aussi magnifique que la première fois où je t’ai rencontrée.

L’instant où, avec grande délicatesse, sur ton cou, je t’ai embrassé.

 

Ta peau d’ébène est tellement agréable à caresser.

Comment pourrais-je, serait-ce un seul instant, m’en lasser ?

Et ton corps élancé, chaque fois, le découvrir, l’admirer et l’explorer !

Le rideau de notre chambre est tiré afin que la lune puisse l’éclairer.

 

Sois rassurée ! J’irai légèrement.

Pour ta satisfaction, je serai très prudent.

Pour ton plus grand bonheur, j’irai si passionnément.

Avec mon savoir-faire, tu seras au septième ciel assurément.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tu es pour toujours dans ma toile

Tu es pour toujours dans ma toile Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par TexasShibary Source : https://www.deviantart.com/texasshibari/art/Spider-Web-Shibari-925374735

Tu es pour toujours dans ma toile

 

Cela m’a pris du temps.

J’ai attendu depuis très longuement.

Tranquillement, j’ai tissé les bouts de mon fil.

J’ai installé avec prudence mon piège avant que tu te défiles.

 

Que de compliments je t’ai faits !

Des promesses que je ne tiendrai jamais.

Je maîtrise l’art de l’enjôlement par la parole.

Je t’ai gratifié par mes caresses telles des oboles.

 

J’avais décelé en toi tant de faiblesses.

Je reconnaissais bien tes signes de détresse.

Avec mon expérience, je savais bien comment t’attraper.

Il me suffisait d’un peu de patience afin de t’enrôler.

 

Tu avais tant besoin d’affection.

Je t’en avais prodigué à profusion.

De mes baisers, ton corps en était parsemé.

C’était tellement facile pour moi de te berner.

 

Des rêves illusoires, j’en ai fait miroiter.

Des romans à l’eau de rose, j’en ai tant raconté.

Comment as-tu pu te laisser avoir par tant de mensonges ?

Ton espoir d’une vie meilleure est devenu qu’un lointain songe.

 

À présent, il est trop tard pour opérer un demi-tour.

Tu as été ébahie par mon talent de magicien et ses nombreux tours.

Ô, ma chérie. J’ai tout fait pour éviter que mon plan jamais ne se dévoile.

À travers les rets rouges que j’ai tissés, tu es pour toujours dans ma toile.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mains de femmes

Mains de femmes
Mains de femmes ! Poème de RollandJr St-Gelais Modèle ? Princess de Québec accompagnée par son amie.

Mains de femmes

 

Mains tendres de la mère,

Qui réconfortent l’absence du père,

Mains d’une sœur qui nous éloignent de la peur,

Mains de nos premiers amours qui à jamais nous brisent le cœur.

 

Mains d’une enseignante,

Au cœur jeune mais à la voix tremblotante,

Mains de ces dames courageuses et vaillantes,

Qui rien en ce monde en temps de paix ou de guerre ne les épouvante.

 

Mains fatiguées d’une grand-mère,

Qui a tant à raconter de ses souvenirs de grand-père,

Mains qui ont tant donné et si peu reçu en retour,

Quel chemin le destin peut-il prendre pour nous jouer des tours?

 

Mains construites pour ceux nés sans celles-ci,

Car à chacun son arrivé lui est réservé en cette vie.

Mains qui donnent la vie et bien d’autres la anéantissent,

Mais rien n’est plus grandiose que les mains qui anoblissent.

 

Mains de femmes qui se rejoignent pour un instant,

Mains de femmes qui désirent passer du bon temps,

Mains de femmes qui deviendront épouses ou maitresses,

Mains de femmes qui recevront une bague ou de tendres caresses.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada