Archives de tags | dieux

Un peu de lumière

Un peu de lumière
Un peu de lumière Poème de RollandJr St-Gelais Réalisation photographie par Craig Gum Photography & Emily Pittman Photography. Modèle : JenovaxLilith

Un peu de lumière

 

Enfin, te voilà!

Viens près de moi,

Allez! N’aie pas peur.

Je t’attendais à cette heure.

 

Au loin, je te voyais naviguer.

Sur des mers aux vagues si agitées,

Regardant au loin à la recherche d’un rivage,

Cherchant pour y trouver un lieu sûr et un doux visage.

 

Naviguant sur les flots déchainés,

Face contre vents puissants et hautes marées,

Cœur chaviré et lèvres serrées par les courants incessants,

Courage au ventre et les mains serrées sur les cordages du voile blanc.

 

Affrontant le froid mordant venu des océans,

Telle la volonté des dieux chantant leurs funestes chants,

En envoyant les vagues frapper la coque de ton navire dansant,

Jamais tu n’abandonnas car tu savais que je pensais à toi en priant.

 

Je t’ai maintes fois appelé,

À chaque fois, ton âme m’a répondu.

J’arrive. Attends-moi, je serai là le moment venu.

Et en mon âme, j’ai sans cesse cru à ton retour si espéré.

 

Avec ton sang-froid, tu arrivas à bon port.

Je n’en ai jamais douté car depuis toujours tu es le plus fort,

Voilà pourquoi depuis tout ce temps, pour toi je me suis préparée.

Avec délicatesse, je me suis fait belle afin de mon amour te le prouver.

 

Allez ! Rentre mon amour en ma demeure.

Que cette tempête devienne qu’un simple leurre,

Un mauvais rêve qui fait place à ce doux moment de bonheur,

Voici un peu de lumière après avoir vécu ces instants de grande noirceur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Station balnéaire

Station blanéraire
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Station balnéaire

 

Je me souviens de l’été dernier,

Où nous nous sommes rencontrés,

Je ne me doutais pas que je pourrais,

Découvrir celle que toute ma vie j’aimerai.

 

J’étais venu passer mes vacances d’été,

Pour de ma vie triste et sans but, un peu l’oublier.

M’éloigner de ces villes sans âmes et sans profondeur,

Dans lesquelles règnent tant de crainte et tant de peur.

 

Longeant la plage au sable si chaud, si bon.

Je chantais de mon répertoire d’adolescent une chanson,

De mon adolescence où je ne me souciais guère de mon futur,

De cette belle période qui me revenait en mémoire sous le ciel si pur.

 

Tu m’as, la première, salué,

Je t’ai répondue en notant ta beauté,

Nos regards semblèrent longtemps se croiser,

Était-ce la volonté des dieux? Était-ce là un signe de la destinée?

 

À chaque jour, je t’ai courtisée.

À chaque jour, tu as volontiers accepté.

À chaque jour, avec simplicité nous nous sommes dévoilés,

À chaque jour, sans se brusquer, nous avons appris à nous aimer.

 

Jusqu’à ce moment crucial, ce point de non-retour,

Cet instant dans lequel mon cœur virevoltait mille tours,

Je t’ai demandée si tu voulais bien m’accompagner pour la vie,

Tu m’as alors répondu avec la douceur de ta voix par un précieux oui.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Que vois-tu?

Que vois-tu
Que vois-tu ? Photo par spitting-to-windward https://www.deviantart.com/spitting-to-windward/art/The-Nipple-in-the-looking-glass-837911934

Que vois-tu ?

 

Femme ésotérique,

Quelles sont tes formules magiques?

Pour apaiser les cœurs craintifs en ces temps incertains,

De ces gens qui redoutent même de prendre un enfant par la main.

 

Femme au regard pénétrant jusqu’à l’âme,

De nos âmes angoissées et épuisées par tant de larmes,

Femme de grande beauté et au sein soigneusement présenté,

Tu ne dis point de mots et pourtant tout sera dit, tout sera expliqué.

 

Raconte-nous ce qui s’est passé,

Raconte-nous ce qui est réellement arrivé,

Raconte-nous comment en sommes-nous arrivé là,

Raconte-nous comment maintenant et à l’avenir corriger nos pas.

 

Tu tiens en ta main tellement de secrets,

Des secrets cachés depuis que l’univers est,

Dans cette boule de cristal, tu y vois le futur assurément.

Y vois-tu le passé de tout un chacun? Je l’imagine certainement.

 

Belle femme tout de noir vêtu,

À la peau délicate et au corps menu,

Main possédant à son doigt du plaisir un anneau,

Un anneau d’or et miraculeux guérissant tous les maux.

 

Dis-nous ce que l’avenir nous réserve,

Peut-être les Dieux souhaitent que tu en préserve,

Mais, je vois dans tes yeux tellement d’amour à donner,

De désirs à combler que de ces mauvais augures tu sauras nous en protéger.

 

Alors, dis-moi ce que bon te semblera.

Car le désir de vivre est si fort au fond de toi,

Que par la puissance de tes sorts tu sauras nous éloigner,

Nous protéger de toutes ces calamités, de ces si nombreux dangers.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Vers cet étang de sang

Vers cet étang de sang
Photographer: JenovaxLilith Model is Ashley Splooshie on DeviantArt Avec la permission de JenovaxLilith. https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/love-829103744

Vers cet étang de sang

 

Sans cesse je suis envahie,

Et pour me protéger, je pries.

Je pries tous les dieux du panthéon,

Que prièrent mes ancêtres à l’unisson.

 

Depuis que tes yeux plongèrent vers moi,

J’ai su que j’étais dès lors possédée par toi,

Possédée de mon désir de t’appartenir tel un jouet,

Un jouet pour satisfaire ton besoin de chair tel qu’il est.

 

Je le désirais de mon aveu bien à mon tour,

Et quelque chose me disait que cela en valait le détour,

Car nul ne pouvait rester de marbre devant ma beauté de déesse,

Bien des hommes étaient prêts à mendier pour une seule de mes caresses.

 

Pour toi, ô chéri de ces terres étrangères, tout est différent,

Car je sais bien en mon âme que jamais mon cœur ne me ment,

De cette passion langoureuse qui m’anime est partagé je le sens,

De ta venue en mon humble vie, je l’attendais depuis longtemps.

 

Je n’arrives plus à respirer car sans toi je ne peux exister,

Vers cet étang de sang bien lentement je me suis enfoncée,

Car mes précieuses veines avec une lame affûtée j’ai ouvert,

Puisque sans toi mon destin est devenu un véritable enfer.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En lisant

En lisant
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

En lisant

 

En lisant tranquillement,

Dans mon lit et nue parfaitement,

Un album que j’ai cherché très longtemps,

Je me suis rappelé comme j’étais heureuse en ce temps.

 

Un temps qui fuit comme le sable du sablier,

Quand j’y pense, ce que j’en suis tout étonnée.

Car jamais je n’aurais songé que le nombre des années,

Allait emporter les souvenirs de mes amants que j’ai pourtant aimés.

 

Telle la languissante note d’un majestueux violoncelle,

J’entends leurs voix mielleuses me répéter comme je suis belle,

Dans les boîtes de nuits où nous allions danser jusqu’aux petites-heures,

Folies de jeunesse ! Folies de tant d’ivresse ! Tant d’innocence et sans peur.

 

Jeux dangereux des aventures d’un soir où j’étais une réelle experte,

Car à chaque fois, je remportais le premier prix sans jamais connaître la défaite.

J’aimais me risquer à ce jeu car je n’avais que faire de cette époque bacchanale,

Et puis, entre vous et moi, ma destinée était loin d’être vraiment banale.

 

Ne craignant ni dieux, ni diables, ni anges, ni démons.

Je faisais tout mon possible sans nuire à autrui comme de raison,

Profiter de la vie, travailler avec honnêteté et surtout jouir le plus souvent.

Voilà mes raisons de vivre car j’étais satisfaite de peu de choses évidemment.

 

Et puis les printemps sont passés tel un vent sur les champs de blé,

Et puis les étés sont passés tel le sacré bréviaire et ses plus belles prières,

Et puis les automnes sont passés telles des feuilles aux pieds des arbres tombées,

Mais je me rends compte que malgré tout loin est de mon corps le froid hiver!

 

Je n’ai point de regret de cette vie de volupté,

Et si les cieux le veuillent bien, avec plaisir je le ferai.

Car nous savons tous que la vie est semblable qu’à un bout de file,

Alors, et sans nuire à notre prochain, profitons-en avant qu’elle se défile.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada