Archives de tags | maître

Je suis l’ultime gardien

Je suis l’ultime gardien Photo & poème de Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada Source : Ghost The Watcher by lequebecois1962 on DeviantArt 

 

Je suis l’ultime gardien

 

Je suis l’ultime gardien,

De cette demeure qui est mon jardin.

Je veille sur ce lieu de jour comme de nuit.

J’ai été tiré des profondeurs des enfers parmi de puissants esprits.

 

Incantations mainte fois répétées !

Que mon maître a sans cesse mentionné !

Par ma désignation ineffable, il m’a invoqué avec ardeur.

Celui que l’on craint depuis ma chute infernale avec tant de frayeur.

 

Qui profère ma dénomination satanique connaîtra ma fureur.

Je suis celui qui dompta Cerbère dans les flammes de la torpeur.

Je ne redoute rien en ce monde, y compris les pauvres êtres humains.

Leurs œuvres perverses les approchent irrémédiablement de leur destin.

 

D’une cape d’un noir lugubre, je suis entièrement vêtu.

Croyez-moi ! De toute votre vie, jamais vous n’avez vu.

De mon regard diabolique, je terrorise tous les étrangers.

Ces individus qui osent, en ce domicile prohibé, y être entrés.

 

Je veillerai jusqu’au trépas de mon mystérieux invocateur.

Je le protégerai contre tout ce qui peut lui faire peur.

Au jour final, je lui tendrai alors ma main invisible.

Afin de l’amener dans mon monde si imperceptible.

 

Mais, prenez bien garde, insensés, de ne jamais le troubler.

Contre tous les dangers, avec des sorts, je le préserverai.

La connaissance des formules ensorcelées est mon savoir.

Au plus profond de moi se trouvent les forces de la magie noire.

 

En ces temps durs et incertains, ne me cherchez pas !

Il est mon seul et unique maître, car il est tout pour moi.

Je suis parmi les derniers des plus grands archanges déchus.

Soyez convaincus ! Une telle force, vous n’avez jamais vu.

 

Je reste bien sagement pour le jour qui n’est pas encore venu.

Où, en ce lieu qui est si précieux, y pénétrera un pur inconnu.

Je déclencherai alors toute la puissance de ma colère.

Celle que je retiens depuis ma sortie des enfers.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sabbat noir

 

Sabbat noir Poème de Rolland Jr St-Gelais Peinture par Heinrich Klay Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Tumblr-338280af1c4d1460fe50b054c0f0057b-E19367e0-1-944283298

 

Sabbat noir

 

Nous sommes bien un vendredi treize.

Certaines personnes éprouvent un véritable malaise.

Il faut avouer qu’il s’agit d’un jour maléfique pour l’église.

Une institution qui a été incapable de convertir ces insoumises.

 

Ces femmes et leurs dévots qui voleront,

Sur leurs montures vers une étrange destination.

Ils invoqueront le maître de l’enfer et des damnés.

Ils lui voueront une allégeance par leur sang versé.

 

Depuis le moyen-âge, ce moment est si maudit.

C’est le massacre d’un ordre pour toujours interdit.

Ces templiers, ces chevaliers, défenseurs du christianisme.

Ils ont imputé à tort à des peuples de pratiquer le satanisme.

 

Depuis lors, les servantes du bouc infernal ont promis de venger.

Ces innocents qui, à cause d’une foi aveugle, de leurs vies ont payé.

Pour le plaisir de ces hommes d’Église de voir leurs congénères anéantis.

Elles ont juré depuis toujours que ces crimes ne resteront jamais impunis.

 

Elles voguent avec légèreté entièrement nues sur leurs montures.

Ces bêtes à l’allure insolite et au pelage d’un blanc étonnement pur !

Avec une aisance, elles lèvent leurs bras vers le ciel en signe de bravade.

Dans le temps sombre de la nuit sans lune, elles effectuent leurs escapades.

 

Accompagnées par les êtres de l’ombre par de splendides chauves-souris,

Elles continuent sans relâche leur chemin, alors qu’arrive l’heure de minuit.

Un clocher d’une chapelle au milieu d’un village carillonne les douze coups,

Leur rappelant ainsi que de vendre leurs âmes à Satan a un énorme coût.

 

Préparer le feu autour duquel où danseront les sorcières !

Elles invoqueront leurs formules magiques dont elles sont fières.

Cette nuit vous est depuis toujours consacrée, mes sœurs adorables.

Mais, je vous en supplie. Retenez bien ceci : méfiez-vous du diable.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La brûlure de la colère

La brûlure de la colère Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par DerBuetter Source : https://www.deviantart.com/derbuettner/art/Free-942248412

La brûlure de la colère

 

Seule et nue sur une plage,

Je sens la vague frapper sur le rivage.

Une étrange sensation m’envahit depuis peu.

Je lève avec ardeur les yeux remplis de larmes vers les cieux.

 

Je vois défiler le fil de ma vie devant moi.

Je me souviens des gens avec qui j’ai vécu tant de fois.

Dans mes pensées, je serre dans mes bras ceux que j’ai aimés.

J’adorerais tant pouvoir leur dire en ce jour comme je les ai appréciés.

 

Devant l’inévitable, je lève ma main vers les dieux.

Pour leur dire ceci en cet instant tellement précieux.

Désormais, je vais vous défier jusqu’à la fin des temps.

Maintenant, et à jamais, j’aurai que pour maître Satan.

 

J’abjurerai mes promesses que l’on prononça à mon baptême.

Pour toujours, j’honorerai les fêtes païennes en reniant les carêmes.

Je ferai une grande miséricorde aux faibles et aux indigents.

Mais, je ferai payer au centuple ceux qui blessent les innocents.

 

Que cette eau de mer devienne la source intarissable de ma colère.

Que j’emporte avec moi mes ennemis jusqu’aux lourdes portes des enfers.

J’ai une fois pour toutes détruit les chaînes de la mythologie chrétienne.

Je poursuivrai avec la joie au cœur mon chemin selon les lois païennes.

 

Je suis libre d’être pour toujours comme je suis.

Avant que prenne fin pour de bon ma seule vie.

Mais, mon simple regret est que j’aurai aimé une fois encore.

Serrer dans mes bras mon père qui était à mes yeux si fort.

 

Unique instant vécu sur ce chaud rivage.

Je ressens le vent de la côte qui caresse mon visage.

Une sensation tellement étonnante remplit mon âme.

La brûlure de la juste colère en mon être qui s’enflamme.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un doux abandon

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Un doux abandon

 

Tu es arrivée à l’heure convenue,

Dans tes yeux, je voyais ta hâte d’être nue.

De vivre ensemble ces soirées de domination,

De te faire découvrir sans cesse l’art de la soumission.

 

Une fois installée confortablement,

Sur le tissu qui épouse ton corps délicatement.

Tu réaliseras que tu es devenue l’objet de mes délices.

Celui qui connaîtra de ma fantaisie les plus suaves supplices.

 

Ce rouge écarlate te va si bien.

Il camouflera les mouvements du va-et-vient.

De mes instruments de torture longtemps préparés,

Afin de te prodiguer des coups minutieusement infligés.

 

Les pieds et les mains enchaînés, tu sauras qui est ton maître.

Avec patience, tu saisiras la source de ton âme et de tout ton être.

Par une douleur vive que je te porterai avec amour et attention,

Tu découvriras l’importance de me manifester une véritable dévotion.

 

Ta privation de liberté te mènera vers un labyrinthe mystérieux.

Où tu verras la passion qui se trouve au plus profond de mes yeux.

Cette affection qui te fera comprendre le sens authentique de l’abandon.

Assez discuté ! C’est maintenant le moment de t’enseigner une bonne leçon.

 

J’exige qu’en chaque instant que tu sois docile.

Accorde-moi ta confiance, telle ferait à son père, une fille.

Je te porterai sur une terre fertile que tu n’as jamais explorée.

Un domaine où nous pourrions nous laisser aller jusqu’au soleil levé.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La vieille veste de cuir

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

La vieille veste de cuir

 

Je ne suis qu’une vieille veste de cuir

J’ai parcouru bien des pays et des contrées

J’y ai vu des gens à la recherche d’une âme à aimer

Des gens comme bien d’autres qui n’en finissent plus de souffrir.

 

Mon maître possédait une moto sur laquelle il voyageait

Partout où en ce monde il y allait, jamais il ne m’oubliait

Dans ses randonnées en terres étrangères, il croisait belles dames

Qui ravinaient en lui d’un vieil amour une auguste flamme.

 

Nous dormions souvent à la belle étoile

De ces étoiles brillantes dans le ciel qui lui servaient de voile

Que ce temps de ses chansons de bonheur me paraît si lointain

Quand je me rappelle toutes ces mélodies, tous ces refrains.

 

Puis, il fut un jour ou bien peut-être même une nuit

Pardonnez-moi, je ne me souviens plus tellement je m’ennuie

Il rencontra au bar d’une auberge une dame à la beauté exquise

Quel coup de foudre ! Combien de fois, se sont-ils fait la bise?

 

Oh surprise ! Le grand amour était au rendez-vous.

Comme des enfants devant un jeu, ils étaient un peu fous.

Devinant au plus profond de moi mon souhait tenu si discret

Sa vieille veste de cuir, il lui pria de la mettre afin de voir s’il lui allait.

 

Quelle nuit de plaisir interdit, de passion charnelle et de volupté

Comme des amants portés dans leur extase, ils ont ensemble passé

De toutes les vestes de cuir en ce monde, j’étais sûrement le plus heureux.

Car pour combler de caresses cette femme si jolie, nous étions deux.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada