Archives de tags | peau

Les masques

Les masques Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo 19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Masks-three-924805113

Les masques

 

Dans l’ensemble de toutes nos vies,

De ces « hier » comme les « aujourd’hui »,

Comme le sera certainement demain,

Et, très probablement, le destin.

 

Nous avons tôt ou tard porté un masque.

Afin de prévenir de notre futur ses frasques.

C’est souvent pour une question de pudeur,

Que nous cachons nos frayeurs et nos douleurs.

 

La société est, qu’on le veuille ou non, ainsi faite,

Que nous fuyons allègrement les images de défaite,

Mais, nous glorifions les réussites des géants de ce monde.

Même si, pour y parvenir, ils commirent des gestes immondes.

 

Ne nous y trompons pas ! Chacun porte son déguisement.

En effet, pour subsister, y faut savoir user de discernement.

Ce n’est guère faire preuve d’hypocrisie d’agir de la sorte.

Tant d’âmes innocentes ont agi autrement et en sont mortes.

 

Mais, il peut arriver à l’occasion d’être authentique.

Et d’arrêter de se raconter mille histoires épiques.

Être franc et honnête avec soi-même,

C’est là seulement que l’on s’aime.

 

Certes, il y a tant de loups près de la bergerie.

Mais, que cela ne nous empêche pas d’apprécier la vie.

L’essentiel est d’être heureux et bien dans sa peau.

Et de découvrir de ce monde ce qu’il a de beau.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

L’amour est souvent la pire des tortures

Lamour est souvent la pire des tortures Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Tastewine Source : https://www.deviantart.com/tastethewine/art/180723-180722-5674-Dedieu-921750887

L’amour est souvent la pire des tortures

 

Quoi que l’on pense que l’on dit.

Une énorme méprise en ce monde grandit.

Sur le thème préféré des poètes et des chanteurs.

Tant de mélodies sont en son nom sifflées chaque heure.

 

L’attachement est, pour qui en est victime, loin d’être un cadeau.

Car il cache parfois la laideur pour le travestir en ce qui est beau.

Combien de gens ont-ils commis tant de regrettables folies ?

Combien d’amants éconduits se sont-ils enlevés la vie ?

 

Oui, il peut arriver que, en son nom, l’existence,

Ai pris un chemin nouveau, un autre sens.

Que de grandes choses ont été accomplies !

Que le néant noir ait été parfois détruit.

 

Mais, que l’on s’égare face à la réalité à l’évidence.

Au risque de perdre à la fois ses esprits et sa conscience.

C’était donc bien vrai ce que disait ma mère.

Alors qu’elle voyait mon père partir à la guerre.

 

L’amour est souvent la pire des tortures.

Il serre sa proie dans une douleur qui perdure.

Ses cordes transpercent la peau jusqu’au sang.

S’en défaire est impossible depuis fort longtemps. 

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Allez-vous me suivre ?

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Allez-vous me suivre ?

 

Oui, mon amour, ma chérie.

Je te suivrai chaque jour de ma vie.

J’irai jusque dans les enfers pour ces chaînes te défaire.

J’irai dérober dans le jardin des cieux la plus belle fleur pour te plaire.

 

J’arrêterai de mes mains le Dieu du temps.

Pour contempler ta divine beauté indéfiniment.

Je marcherai sans cesse à tes côtés pour te protéger.

Contre tous ces vents menaçants et ces violentes marées.

 

Je continuerai sans relâche avec toi mon humble route.

Sinon mon esprit meurtri s’en va inévitablement vers la déroute.

La fougue de ma jeunesse se manifeste par la vigueur de ma verge.

Et, mon tendre amour, pour toi, telle une grâce, qui le submerge.

 

Enlève cette serviette qui cache ton corps.

Cette merveille qui est plus précieuse que l’or.

Permets-moi d’admirer chaque parcelle de ta peau.

Qui me rappelle qu’il y a encore en ce monde du beau.

 

Je te rejoindrai au plus profond de ton intimité.

Afin de te satisfaire de ces plaisirs jusqu’à satiété.

De ton fluide corporel, je m’en abreuverai allègrement.

Ô, ma bien-aimée ! Je le jure. Avec toi, je serai éternellement.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Tu as fait le bon choix

Tu as fait le bon choix Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Veggie-day-2-907297875

Tu as fait le bon choix

 

Bonjour, chérie.

As-tu bien dormi cette nuit?

Que j’étais bien, collé contre toi !

Je sentais la douceur de ta peau contre moi.

 

Que c’était bon ! Que c’était merveilleux !

D’être tous les deux dans ce lit en amoureux.

Y découvrir les positions du Kâmasûtra.

Si tu savais à tel point, tu m’étonnas.

 

Que c’était chaud ! Que c’était fantastique !

Que c’était féérique toutes ces positions érotiques !

Jamais je n’arriverai à oublier la moiteur de ton intimité.

Tu m’as offert ton cœur et ton corps sans oublier ta féminité.

 

Je t’ai offert tout autant ainsi que ma masculinité.

Des gestes d’amour et de passion accompagnés de ma virilité.

Nous nous sommes tant aimés tout donnés, en cette nuit sans lune.

J’ai gravé le mont de Vénus avec lenteur telle une fragile dune.

 

C’était, ma maîtresse adorée, tellement extraordinaire.

De t’entendre crier de jouissance sans jamais te taire.

Tu haletas allègrement jusqu’au plus profond du paradis.

Pour tout le reste de ma vie, je ne pourrais oublier cette nuit.

 

Tu m’as choisi, ô, mon amour, entre tous tes prétendants.

Crois-moi, ô, ma chérie, cela a été pour moi fort surprenant.

De tes attentes, je souhaite ardemment avoir été à la hauteur.

Je serai toujours là pour te satisfaire pour te combler de bonheur.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

À travers les champs

À travers les champs Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-runner-897691959

À travers les champs

 

Écoutant le vent souffler,

Je me suis mise à respirer,

Sentant monter en moi l’envie de courir,

Éprouvant en mon être le désir irrésistible de vivre.

 

Ayant pour seul vêtement.

Ma peau douce comme le satin blanc,

Regardant sans cesse droit devant moi,

Contemplant cette nature avec tant d’émoi.

 

De cette nature à la fois simple et merveilleuse,

Qui sait si bien rendre une âme pure tellement heureuse.

Pieds nus courant sur la terre éloignée de toutes les guerres,

Je passe à vive allure sous les arbres qu’avait plantés mon père.

 

À travers tous ces champs,

Je laisse entrer en mon être l’air du temps,

Être comme je suis, et simplement moi-même.

Je laisse fuir tout ce qui en moi me donne le flegme.

 

Je cours sans cesse avec joie à travers l’herbe.

Courir ! Vivre ! Respirer ! Quels beaux verbes !

À travers ces champs parsemés de blé,

De la vie, j’en suis tellement émerveillée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada