Archives de tags | auberge

Mon aventure

Mon aventure Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Work-is-done-915256884

Mon aventure

 

Laissez-moi vous raconter.

Ce qui m’est arrivé au cours de cet été.

Je suis allé me promener à la belle campagne.

Avec, dans mes bagages, une bouteille de champagne.

 

Libre comme l’air, je parcourais les villages environnants.

En profitant du bon temps tout en découvrant des gens étonnants.

Toujours le sourire aux lèvres, ils témoignèrent d’une joie de vivre remarquable.

Puis, soudain, j’y ai trouvé une auberge où l’on y servait de mets savoureux aux tables.

 

Ventre affamé n’a point d’oreilles ! dit-on. Bel endroit pour y prendre un repas.

Pourquoi voyager si on ne peut pas déguster de ces régions leurs meilleurs plats ?

Ne pouvant résister davantage, j’ai succombé à la tentation de la gourmandise.

En ne me doutant pas que j’y allais y vivre une féérique surprise.

 

Aussitôt arrivé en ce lieu fort sympathique, je me dirigeai près du foyer.

Un feu abondant permit à l’humble visiteur que je suis de s’y réchauffer.

Une grande dame de belle allure vint alors à moi avec un je-ne-sais-quoi.

Pour m’offrir une boisson de cette contrée qui d’un bouquet exquis m’étonna.

 

En guise d’entrée, je pris un potage propre à cette adorable région.

Suivi par une tranche de viande de sanglier avec quelques lardons.

Le tout accompagné de légumes qui agrémentèrent ce festin de leurs saveurs.

Cependant, je ne prévoyais pas le dessert qui allait venir en pareille heure.

 

Dans un silence absolu, après avoir versé quelques rasades de ce nectar délicieux.

Mon hôtesse ferma à double clé les portes afin que nous soyons les seuls en ce lieu.

Se retournant vers moi, elle me fit signe avec sa main de la suivre sans plus attendre.

Jamais de ma vie, j’aurai pensé, en aucune occasion, connaître un moment si tendre.

 

 

Sur la paille fraîchement étalée, elle s’était étendue frêle et nue.

De toute mon existence, rien n’était plus beau que j’avais vu.

Dans un élan de passion, nous avons succombé à la luxure.

Comme il fait bon de vivre à la campagne avec cet air si pur.

 

Mais, toute bonne chose a une fin ! disait ma défunte mère.

En effet, je devais me rhabiller avec en mon cœur un goût amer.

Ma balade alla bientôt se terminer en cette admirable journée.

Un jour qui restera pour toujours, en mon âme, gravé.

 

Avant de partir, il allait de soi lui demander mon addition.

Elle me répondit que mon savoir-faire suffisait en une telle occasion.

Que ma notoriété dans l’art de faire l’amour est connue des alentours.

Et qu’elle se remémorera de cet instant magique à jamais et pour toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Gustave le mangeur de saucisse

Gustave le mangeur de saucisse Poème de Rolland Jr St-Gelais Peinture par Noble Roro de la France

Gustave le mangeur de saucisse

 

Ce week-end, je suis allé en un coin de l’Allemagne.

Un de ces pays qui formaient jadis un véritable empire.

Une de ces régions où l’on aime bien boire et bien vivre.

Un empire fondé par mon ancêtre, l’empereur Charlemagne.

 

Dans un joli petit village de Bavière,

Je suis arrêté pour y déguster une bonne choucroute.

En savourer dans une auberge, peu importe ce que cela me coûte.

Il va de soi qu’en cette région tout s’accompagne d’une bonne bière.

 

Aussitôt entré dans un lieu quelque peu étranger.

Une belle dame aux yeux bleus et aux cheveux blonds,

Est venue à ma table de fleurs décorée en quelques bonds.

Elle me demanda, avec grand sourire, ce que je désirais manger.

 

Bien que je parle très bien la langue de Martin Luther,

Je lui montrai sur le menu une bonne choucroute appétissante,

En lui indiquant une bière de cette région fort étonnante.

Ô, mon Dieu, que ce petit péché ne m’amène point en enfer.

 

Mais, au fait, j’ai oublié de me présenter, mes amis.

Je m’appelle Gustave, originaire de l’Alsace et de la Lorraine.

Une région de la France où j’ai rencontré la belle Helen.

Une femme, avec grand amour, j’ai marié pour la vie.

 

Nous parlions tant la langue de Goethe que celle de Molière.

Nous nous disions des mots d’amour et de tendresse,

Hélas, nous n’avions pas d’enfant à notre détresse.

Toutefois, elle était une excellente cuisinière.

 

Oui, je parle bel et bien au temps passé.

Car, il y a de cela quelque temps, elle est partie.

Rejoindre un lieu que l’on appelle avec affection le paradis.

Ô, si vous saviez comme je l’ai aimée, voire adorée.

 

Heureusement, elle me faisait cuire sa grande spécialité.

Je suis le seul, et l’unique, Gustave le mangeur de saucisse.

Je l’avoue d’emblée, la gourmandise est mon humble vice.

Quel bonheur de pouvoir déguster de la saucisse bien apprêtée !

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La vieille veste de cuir

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

La vieille veste de cuir

 

Je ne suis qu’une vieille veste de cuir

J’ai parcouru bien des pays et des contrées

J’y ai vu des gens à la recherche d’une âme à aimer

Des gens comme bien d’autres qui n’en finissent plus de souffrir.

 

Mon maître possédait une moto sur laquelle il voyageait

Partout où en ce monde il y allait, jamais il ne m’oubliait

Dans ses randonnées en terres étrangères, il croisait belles dames

Qui ravinaient en lui d’un vieil amour une auguste flamme.

 

Nous dormions souvent à la belle étoile

De ces étoiles brillantes dans le ciel qui lui servaient de voile

Que ce temps de ses chansons de bonheur me paraît si lointain

Quand je me rappelle toutes ces mélodies, tous ces refrains.

 

Puis, il fut un jour ou bien peut-être même une nuit

Pardonnez-moi, je ne me souviens plus tellement je m’ennuie

Il rencontra au bar d’une auberge une dame à la beauté exquise

Quel coup de foudre ! Combien de fois, se sont-ils fait la bise?

 

Oh surprise ! Le grand amour était au rendez-vous.

Comme des enfants devant un jeu, ils étaient un peu fous.

Devinant au plus profond de moi mon souhait tenu si discret

Sa vieille veste de cuir, il lui pria de la mettre afin de voir s’il lui allait.

 

Quelle nuit de plaisir interdit, de passion charnelle et de volupté

Comme des amants portés dans leur extase, ils ont ensemble passé

De toutes les vestes de cuir en ce monde, j’étais sûrement le plus heureux.

Car pour combler de caresses cette femme si jolie, nous étions deux.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada