Archives de tags | airs

En ne sachant que faire

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

En ne sachant que faire

 

Perdu dans la brume de mes pensées.

Dans l’aurore dorée, j’ignorais où mes pas, diriger.

Que de questions marquèrent de leurs empreintes mes idées.

Idées confuses qui sont apparues en ce jour où j’ai été damné.

 

Étais-je une si mauvaise personne?

Voilà au fond de mon être ce qui sans cesse résonne.

Dans ma tête, une telle question est telle une cloche qui sonne.

Qui pourra me dire la vérité afin que je me pardonne?

 

Comme dit si bien l’adage, une vérité avouée est à moitié pardonnée.

Ce que mon cœur languit de ne pas pouvoir revenir dans le passé.

Et, de mes erreurs, pouvoir un tant soit peu, les effacer.

Est-ce là, à la vie ou à Dieu, trop demander?

 

Je suis qu’un être de chair.

Une âme qui jadis voguait sur les airs.

Un être immatériel qui devait apprendre afin de se parfaire.

S’incarner dans un corps malgré le risque de l’amour et de la guerre.

 

C’est ainsi que je naquis dans un village.

Peuplé de gens aux coutumes et à la langue slaves.

Nous vivions modestement sans pour autant être des esclaves.

Dans un village entouré de montagnes enneigées lui servant d’enclave.

 

Ma bien-aimée et moi sommes nés dans des familles où la paix régnait.

Avec des gens modestes qui, malgré les soubresauts de la vie, s’aimaient.

Nous nous sommes connus à l’école du village où l’institutrice enseignait.

La grammaire, les tables de multiplication et autres choses, elle nous expliquait.

 

 Nous avons grandi dans ce village paisible béni des cieux.

Combien de jours sont passés en ce temps où nous y étions si heureux?

Un bonheur qui culmina à l’instant où je me sentis tel un bienheureux.

Ce moment où elle réalisa, par sa réponse, mon souhait le plus précieux.

 

Le jour de nos noces était si extraordinaire !

Elle était si belle au pied de l’autel à côté de son père.

Devant le prêtre, nous avons juré fidélité et amour sous une belle lumière.

Une aura multicolore qui provenait des vitraux qu’avait réalisés mon grand-père.

 

Un banquet avait été offert par les membres de notre parenté.

Ce fut de leur part, un geste rempli d’amour, un geste de pure bonté.

Mon vieux père m’avait donné sa boutique afin que je puisse travailler.

Et que ma famille soit, par mon travail, en tout temps, comblée.

 

Quelle nuit de noces avons-nous eue!

Dans le lit conjugal, nous étions entièrement nus.

Elle était belle comme le premier jour que je l’avais vue.

En mon cœur, je bénissais le ciel de ce présent que j’ai reçu.

 

Tout passe tellement vite dans le livre de la vie.

Voilà pourquoi, il faut faire attention à nos rêves, à nos envies.

Le coq avait chanté trois fois avant la trahison de Saint-Pierre à ce que l’on dit.

Pour avoir mis fin à mon bonheur, une seule fois avait amplement suffi.

 

Une balle perdue traversa la faitière.

Amenant tout mon être dans les flammes de l’enfer.

Sans crier gare ! Mon pays se trouvait désormais en guerre.

J’ai alors pris le corps de mon épouse dans mes bras en ne sachant que faire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Exclu

Exclu Poème de RollandJr St-Gelais Photo par GFriedberg Source : https://www.deviantart.com/gfriedberg/art/Expelled-907965148

Exclu

 

Dans l’innocence de ma jeunesse,

J’ai tant rêvé d’un monde sans tristesse.

J’ai tant espéré d’une paix, d’une fraternité.

Qui aurait duré pour toujours et pour l’éternité.

 

J’écrivais des poèmes d’amour.

J’écoutais des chansons sur les 33 tours.

Des airs qui allaient durer au-delà du temps.

Des mots fredonnés tant par les parents et leurs enfants.

 

Il va de soi que j’ai vieilli chaque instant bien malgré moi.

Afin de rester en vie, vieillir est pour le mortel l’ultime loi.

Où sont alors passés mes rêves, mes espoirs de jadis?

Puis-je encore croire en un lieu nommé le paradis?

 

Étais-je si crédule de croire en un futur meilleur?

Étais-je si naïf de souhaiter que l’amour remplace la peur?

J’ai passé l’âge de l’innocence depuis tellement longtemps.

Les illusions ont disparu depuis tout ce temps.

 

N’allez pas croire que je suis insensible à la douleur.

De jour comme de nuit, l’amertume tourmente mon cœur.

Vulnérable en mon âme et mon corps, je suis devenu.

Depuis que de mes rêves de jeunesse, j’en suis exclu.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Cet instrument fétiche

Cet instrument fétiche Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/08-Dec-80-900152235

(Poème composé à la mémoire de John Lennon 9 octobre 1940- 8 décembre 1980)

 

Cet instrument fétiche

 

Aujourd’hui, j’ai un souvenir.

Qui me hante quand je respire,

Qui me bouleverse à chaque fois,

Que j’y pense au plus profond de moi.

 

Je me souviens d’une nouvelle à la radio,

En cette journée où il faisait tellement beau,

On annonça l’assassinat de mon chanteur,

Celui qui avait réussi à faire battre mon cœur.

 

Je me rappelle bien cette chanson de son cri à l’aide,

Qui était aussi les miens alors que je me trouvais laide,

À l’époque de l’adolescence qui était pour moi loin d’une romance,

De cette période de remises en question qui me donnait tant de souffrance.

 

Il y était un membre d’un groupe originaire de la divine Albion.

Qui jouait de belles balades d’amour de si magnifiques chansons.

Il y avait parmi ce groupe un homme qui allait un jour prôner la paix.

Ses airs, ses paroles, sa musique et ses mélodies, comme je les aimais.

 

Que de larmes j’ai versées en apprenant la nouvelle,

En apprenant le départ de celui qui m’a dit que je suis belle.

Il avait mis tant de joie de beauté dans ma vie d’adolescente,

Une vie comme toutes les filles de mon âge tout à fait innocente.

 

« Give Peace a chance! » Cette chanson qu’il fredonnait dans un lit.

À Montréal dans une chambre d’hôtel loin de l’Europe et de Paris.

Quel beau souvenir de ma jeunesse maintenant et à jamais envolé,

Le jour où j’ai appris à la radio qu’un homme lui avait la vie enlevée.

 

Maintenant, il me reste quelques souvenirs lointains,

Des idées que j’ai peine à retenir de mes deux mains,

Cet instrument fétiche qu’il m’avait en secret offert,

Et qui me console tant bien que mal dans mon enfer.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’indomptable

L’indomptable Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-untamable-894740770

L’indomptable

 

Je suis un être de chair,

Une femme fière et belle,

Une femme libre de voler de ses ailes,

Une femme libre de voguer dans les airs.

 

Vous voulez m’asservir?

N’y pensez pas même dans vos rêves.

Car je suis descendante de Lilith et non d’Ève,

Pour ma liberté, je combattrai jusqu’à mon dernier soupir.

 

Ma conscience m’appartient,

Mon corps est mon bien le plus précieux,

Le donner, je le ferai seulement quand je le veux.

Je suis fière d’être ce que je suis et je sais que je le vaux bien.

 

J’enlève ce vêtement qui m’étouffe,

Ce vêtement qui n’est pas fait de chair,

Cette tenue que vous vouliez que je porte pour vous plaire,

Car à vos yeux, je suis simplement que de la bouffe.

 

Je crie ma liberté avec pleine fierté,

Je suis celle que vous ne dompterez jamais,

Femme d’aujourd’hui, et non d’hier, c’est ce que je voulais.

L’indomptable! Voilà qui je suis maintenant et pour l’éternité.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Ne sois pas triste, mon amour

Ne sois pas triste, mon amour Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Why-am-I-so-sad-886647548

Ne sois pas triste, mon amour

 

Ne sois pas triste, mon amour.

Ces temps sont loin pour toujours,

Essuie tes larmes, c’est un nouveau jour.

Va mettre ta plus belle robe, tes plus beaux atours.

 

Cesse de penser à ces journées lointaines,

Dès maintenant, ta douce main sera à jamais mienne,

Je te donne mon cœur et le sang qui coule dans mes veines,

Éloigne de toi toutes ces pensées de crainte, de peur et de haine.

 

Ma chérie, tu mérites vraiment mieux.

Ma chérie, tu mérites de connaître d’autres cieux,

Des jours et des nuits où toi et moi serons enfin heureux,

Des nuits et des jours où tes yeux brilleront de tous leurs feux.

 

Ensemble, nous passerons des moments de gaieté,

Sans cesse, je saurai regarder ton exceptionnelle beauté,

Les jours d’automne et d’hiver, ceux du printemps et ceux d’été,

Je te dirai des mots d’amour et de tendresse alors que je t’embrasserai.

 

Être enfin ensemble pour vivre de belles et grandes aventures,

Découvrir des contrées où coulent à flots des ruisseaux d’eau pure,

Parcourir des forêts vierges et y discerner le silence tel un murmure,

Marcher sur la pointe des pieds, mais d’un pas agréable et sûr.

 

Allez ! Lève-toi et recouvre ta nudité.

Il y a tant de choses à découvrir jusqu’à satiété,

Des merveilles à explorer qui sans cesse sauront nous étonner,

De ce monde magique, parfois tragique, dans lequel nous sommes nés.

 

Allez ! Allez ! Donne-moi la main.

Je t’enseignerai douces chansons et joyeux refrains,

Des airs de mon pays que nous fredonnerons jusqu’au matin,

Lève-toi, car à partir de maintenant tu as un extraordinaire destin.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada