Archives de tags | navires

Le retour

DANS2305-Modifier
Photo réalisée par Phylactère à l’occasion de la séance photo du 2 décembre 2019

Le retour

(Poème dédié à Victoria)

 

 

Bonsoir ! Bonsoir mon trésor,

Je suis vraiment désolé pour mon retard,

Je t’avais promis de partir pour quelques temps,

Mais la guerre si lointaine en a voulu autrement.

 

Aussitôt arrivé au camp,

On nous a mis à l’entraînement,

Mis aux ordres des pas cadencés donnés,

Plutôt criés par des généraux face à leurs vies désabusés.

 

Une fois rendus obéissants comme il se doit,

Armés jusqu’aux dents et prêts au grand combat,

Nous traversâmes mer houleuse évitant les sous-marins ennemis,

Ces sous-marins tant redoutés par tous les convois amis.

 

Arrivés sur la terre de la divine Albion,

On nous rappela que la force est celle où réside l’union,

Mais pour trouver en moi la vraie flamme du courage,

J’ai pensée à celle que j’aime depuis mon jeune âge.

 

Et par un bon matin d’une journée qu’on ne s’y attendais pas,

On nous ordonna de monter à bord de ces navires de guerre,

Crois-moi ! Je m’en souviens comme si c’était hier.

Ces navires nous amenèrent tout près là-bas.

 

Débarqués sur la plage d’une mer abreuvée de sang,

J’ai vu bien de mes frères d’armes tombés rapidement,

Avançant avec tête baissée tout en maintenant ma fierté,

Car il en allait tant de mon honneur ainsi que de ma loyauté.

 

Aux champs d’honneur, je suis allé sans jamais tomber.

Dans mon foyer, c’est là où je voulais y retourner.

Tu me trouves courageux ? Tu le penses vraiment ?

Devant cette souffrance je devais l’être sûrement.

 

J’ai avec mes confrères libéré bien des pays occupés,

Mais, toi seule occupa toutes mes belles pensées.

La noblesse qui réside dans le coeur du soldat,

Est celle vers qui sa bien-aimée l’emmènera.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je ne baisserai jamais les yeux

forehead_by_rickb500_dd1zvqd-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je ne baisserai jamais les yeux

 

Femme à la peau blanche,
Fille de reine au-delà de La Manche,
Descendante d’un peuple sans cesse insoumis,
D’un peuple fier, au sang noble et au tempérament aguerri.

 

Témoin de l’arrivé de vos navires,
Vous, barbares, pour qui tout chavire,
Soyez sûrs que vos connaîtrez douleur et défaite,
Que vos cris de guerre se changeront en larmes de pertes.

 

Nos rives de diamants deviendront vos cimetières,
Dès l’instant où, armes aux poings, vous foulerez nos terres.
Vos bras glorieux aussitôt levés vous seront prestement arrachés,
Et vos yeux ébahis par la terreur et le désarroi vous seront transpercés.

 

Je suis celle qui commandera nos armées,
De ces hommes aux cœurs épris de leurs bien-aimées,
Et qui, jusqu’au dernier, vous jetteront à la mer là d’où vous venez.
Devant vous je ne baisserai jamais les yeux car fille de reine, je suis née.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Bouteille à la mer!

Bouteille à la mer!

 

Je suis une bouteille jetée à la mer.

Qui va et vient au gré du vent,

Et attendant nul autre que le bon moment,

Pour me fracasser sur une vulgaire pierre.

 

Je suis qu’une simple bouteille qui jadis étancha la soif brûlante,

D’un matelot qui navigua sur bien des mers bouleversantes,

Amoureux d’une sirène perdue sur une île isolée,

Et ne désirant ardemment que de retrouver sa bien-aimée.

 

Je ne suis qu’une banale bouteille,

Qui a connu des guerres et des merveilles.

Bouteille de vin pour égayer les marins au cœur battant tel un tambour,

Accompagnée de chants interprétés par des joyeux troubadours.

 

Je suis qu’une modeste bouteille jetée au loin des navires,

Navires naufragés! Navires où il faisait autrefois bon rire.

Une bouteille de rhum pour réchauffer les jeunes matelots,

Qui écrivent à leurs mères pour les rassurer avec quelques mots.

 

Je suis une bouteille jetée à la mer,

Et pourtant, j’en aurais long à vous raconter.

Des péripéties vécues dans des pays aux éternels étés,

Jusqu’aux sommets les plus hauts là où il neige aujourd’hui comme hier.

 

Je suis une bouteille au florissant passé,

Et je ne désire qu’une chose qui ferait mon bonheur,

Vous qui ne vivez que par des leurres,

Redonnez-moi ma simple réalité.

 

Rejetez-moi loin de vous et de votre monde,

De cette terre où règnent des tyrans immondes.

Je désire retrouver les océans, mes véritables amis,

Car aucun d’entre vous n’est leur semblable, je vous le dis.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je me noie dans tes yeux.

Je me noie dans tes yeux.

J’ai navigué sur bien des mers immenses à l’infini horizon,

Et sur des navires ô tellement titanesques,

Que je crains d’en avoir à jamais perdu la raison,

Et même de ne pouvoir dessiner que de simples fresques.

J’ai admiré bien des cieux étoilés,

Avec le regard d’un nouveau-né.

Et découvert des pays aux milles richesses,

Que pourraient envier bien des déesses.

Et pourtant, c’est dans tes yeux que je trouve la beauté du monde.

C’est dans la douceur de ton regard que je peux y déposer mon esprit.

Car il me conduit dans une eau calme et profonde,

C’est-là, je le jure humblement, que j’y trouve ma vie.

Oui, je me noie dans l’océan de tes yeux.

Ces yeux si beaux qu’aucune divinité,

Ne saurait, qui oserait me contredire?, égaler.

Tellement, ils sont si merveilleux.

De

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada