Archives de tags | magazine

Avec un plaisir immense

IMG_20191010_165053
Phylactère et votre humble serviteur

Avec un plaisir immense

Bonjour tout le monde,

Comme vous le savez déjà, j’ai eu l’occasion de vivreCapture d’écran, le 2019-12-02 à 13.05.47 une séance de nudité artistique lundi le 2 décembre dernier. Une séance photo dirigée de main de maître par la photographe Phylactère qui a été accompagnée par deux assistantes formidables. Ce qui est amusant de noter, c’est que ladite séance se déroula dans mon appartement à Québec par une belle journée de la fin d’automne.

Que de poses tenues ! Que de photos prises ! Que de recherche de l’excellence ! Et, surtout, que de plaisir à avoir travaillé ensemble. En effet, il s’agissait-là d’un travail d’équipe entre d’une part, votre humble serviteur et, d’autre part, la magnifique Phylactère et ce, sans oublier les assistantes. Ces dernières manifestèrent une grande attention face à tout le travail accompli.

Capture d’écran, le 2019-12-02 à 13.04.39Toutefois, après avoir longuement réfléchi à la question suivante :  » Mais, que peut bien rechercher cette photographe au sein de sa passion ?  » Il s’agit bien entendu d’une question tout à fait légitime et à laquelle je me trouvais de trouver une réponse satisfaisante dans les circonstances. C’est en réfléchissant à résoudre cette problématique que l’idée de partager avec vous, lecteurs et lectrices, un article rédigé par nul autre que Phylactère au sein d’un magazine dans laquelle elle collabore depuis plusieurs années.

C’est en lisant un tel article que vous saisirez, je leCapture d’écran, le 2019-12-02 à 12.47.18 souhaite de tout cœur, tout l’humanisme qui réside en cette formidable personne, la grandeur d’âme de cette femme et le professionnalisme aigu de cette photographe. Pour ma part, je peux affirmer sans l’ombre d’un doute qu’elle est parmi l’une des artistes avec qui j’ai eu le plus de plaisir de travailler.

Merci infiniment de m’avoir lu. Je vous souhaite ardemment d’avoir bien du plaisir à lire ce qui suit en annexe.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Lien à suivre : https://www.neverapart.com/fr/articles/in-spirit-about-physical-pain/

Une journée inoubliable!

DSCN0586

Une journée inoubliable!

DSCN0594Bonjour à tous mes amis qui suivent mes nombreuses publications au sein de mon blogue artistique. J’espère que vous allez bien et que la vie vous sourit à belles dents. Pour ma part, tout va très bien. En effet, ma petite mésaventure liée à ma santé est maintenant bel et bien chose du passé. Il suffit simplement de garder une alimentation saine et équilibrée, faire un peu de sport et de garder le moral au beau fixe. Oui, il est vrai que certains évènements liés à mon passé en tant que « victime » de la thalidomide étaient venus me hanter au cours des derniers mois dans un dossier auquel je préfère, et de loin, ne pas élaborer. En effet, mon amour de la vie m’incite à passer à autre chose de plus valorisant à mes yeux. Qui plus est! Comme l’affirme si bien ce dicton : « À quoi bon vouloir cacher le beau ciel bleu du temps présent par les nuages gris du passé? » Se poser la question est un peu y répondre. N’est-ce pas?

Voilà pourquoi l’idée m’est venue de partager avec vous mon expérience vécue ce lundi 3 août 2015 dans la métropole du Québec qu’est Montréal. Une ville où j’y ai vécu plusieurs années de ma vie et qu’il m’arrive très souvent d’y retourner dans la cadre de mes activités dans l’un des domaines qui me fascinent au plus au point, et qui constituent par le fait même ma profession, être un modèle nu. Modèle nu? Modèle vivant? L’un ne va pas sans l’autre puisque nous naissons tous dans la nudité la plus complète. De plus, c’est à Montréal que ma carrière formidable a commencé. Un peu comme une renaissance où l’apport d’artistes aux talents extraordinaires a favorisé la création d’un nouveau moi, vu, perçu et présenté de manière pleinement humaine, loin d’une quelconque vision pécuniaire comme j’ai jadis connue au cours de mon périple existentiel. Croyez-moi sur parole, je sais bien de quoi je parle.

DSCN0588 (2)En passant, j’adore la ville de Montréal car elle possède une diversité à la fois intellectuelle, linguistique et ethnique ainsi que culturelle fort remarquable. Une diversité intellectuelle alimentée par un cortège impressionnant d’artistes de tout acabit où l’échange d’idées rend la vie citadine tout à fait impressionnante. Diversité linguistique qui prouve, au sens symbolique du terme, la destruction de la Tour de Babel. Une destruction qui est une pure bénédiction pour le genre humain. Ne dit-on pas que le mélange des gênes enrichie le patrimoine génétique chez l’individu le rendant ainsi plus fort face aux maladies potentiellement mortelles? Il en est de même de la diversité linguistique et ethnique chez une population puisque c’est en apprenant chez l’autre que nous pouvons nous adapter à notre monde environnant. Et que dire de la diversité culturelle laquelle favorise l’élévation des âmes vers des sommets souvent méconnus du commun des mortels? Oui, j’adore vraiment la ville de Montréal tout comme la ville de Québec où j’ai élu domicile depuis maintenant plus de 17 ans, mais pour d’autres raisons, disons-le honnêtement, plus personnelles. Merci de respecter ma discrétion.

DSCN0601 (2)C’est ainsi qu’il m’arrive de voyager très souvent dans cette belle ville qu’est Montréal dans le cadre de ma passion en tant que modèle nu. Une passion qui m’a permis de faire la connaissance de gens tout à fait exceptionnels. De plus, mon expérience a favorisé la création de liens amicaux qui sont précieux à mes yeux. Je pense notamment à madame Audrey Desrosiers qui a eu recours à mes services pour son projet artistique des plus inusités. Un projet qui ne laissera sans aucun doute personne indifférente lors de sa parution. J’en suis plus que convaincu. D’ailleurs, c’est grâce à elle qu’un photographe spécialisé dans le « underground » ait pu communiquer avec votre humble serviteur dans l’optique de réaliser une séance de nudité artistique dont le résultat final a été publié dans le magazine spécialisé en art du nom de « 106U Magazine » dans son édition du 6 juillet 2015. Une telle réalisation est non seulement pour moi mais aussi pour mon bon ami Jérôme Bertrand l’aboutissement d’une séance photo où nous y avons mis tout notre cœur. Merci Audrey pour ton intervention. Je t’en serai toujours reconnaissant.

Il va de soi que j’ai rendu une visite à mon bon ami Jérôme Bertrand lors de mon dernier séjour à Montréal. Une visite qui m’a fait beaucoup de bien puisque d’une part, nous avons discuté sur divers sujets autre que le domaine artistique et que d’autre part, il m’a présenté quelques-uns de ses projets futurs dont l’un d’entre eux m’intéresse beaucoup. Je lui tends la main pour ma participation. Libre à lui de l’accepter ou pas. Entre vous et moi, j’espère que sa réponse sera positive.

DSCN0604C’est après mes rencontres avec Jérôme Bertrand et Audrey Desrosiers que le moment d’aller vivre mon expérience en tant que modèle nu arriva. Ladite expérience a eu lieu au sein de l’Atelier libre de modèle vivant de Montréal au 2019 de la rue Moreau à Montréal. Un endroit propice à la nudité artistique non seulement pour l’agencement de la pièce principale mais aussi par la chaleur humaine qui imprègne chaque parcelle de l’endroit. Un endroit où plusieurs centaines d’hommes et de femmes ont offert leurs corps à ceux et celles qui désirèrent qu’une chose, voir autrement le corps nu afin d’en extirper toute sa noblesse.

Je passerai toutefois sous silence le déroulement de ma prestation artistique dans ce présent billet pour trois motifs majeurs. En effet, vous vous doutez bien que je publierai de nombreux articles sur le sujet au cours des prochains jours. D’ailleurs, vous pouvez lire quelques publications qui sont déjà présentés dans ce blogue. À cela s’ajoute le fait que je désirais m’en tenir à l’aspect plutôt relationnel entre les personnes rencontrées et moi-même Un aspect pas tellement développé au sein de mon blogue. Voilà pourquoi j’ai voulu corriger un peu la situation en publiant cet article. Enfin, vous montrer qu’être un modèle nu, c’est d’abord exister en tant qu’être humain vivant en interdépendance non seulement avec son milieu environnant mais aussi avec ses pairs. Qu’en pensez-vous?

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le corps de la femme nue dans l’imaginaire populaire

Le corps de la femme nue dans l’imaginaire populaire

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous? Pour ma part, je vais merveilleusement bien même si les services météorologiques du Canada ont annoncé un mois de mars assez froid. Ce n’est pas grave puisque nous les Québécois, du moins pour plusieurs d’entre nous, sommes habitués aux soubresauts de Dame Nature. Et, entre vous et moi, il y a tout de même de belles activités à faire durant le reste de la saison hivernale. Bon! Je ne suis pas ici pour vous parler de la météo mais plutôt du domaine artistique plus particulièrement du modèle nu.

Il va de soi que la nudité a été utilisée selon différentes approches, tantôt de manière que je qualifierais de noble voire « humanisante », tantôt  de façon tout à fait dégradante voir même, en particulier dans la pornographie, bestiale. Ce qui est malheureusement davantage le cas à l’égard de la femme. Ne vous fiez pas aux apparences! L’image de l’homme nu peut aussi être malmenée mais tout autrement. C’est, selon moi, important de retenir. D’ailleurs, et cela est prouvé, la vision de la nudité a évoluée, dans certains cas je dirais plutôt régressée, au fil des siècles. De nombreux facteurs ont joué un rôle prépondérant dans ce fait. L’on a qu’à penser, à titre d’exemple, à la politique et à la religion lesquelles ne se sont guère gênées pour les utiliser selon leur « besoin ». Une petite recherche sur le web à propos du nazisme et de sa philosophie sur la perfection selon les critères de pureté raciale saura certainement vous convaincre en ce qui concerne mon premier exemple.

Mais, qu’en est-il de la religion? Quelle en est l’image de la nudité, et plus particulièrement celle de la femme? Une chose est sûr: La femme mérite, et j’espère que vous partager mon opinion, plus de respect que ce l’on lui a donnée jusqu’à maintenant. Encore-là, il faut éviter de faire une généralisation. Bien des artistes ont créé des œuvres d’art, ayant pour fondement le « religieux », réellement remarquables. Encore de nos jours, plusieurs artistes excellent dans ce domaine. Je sais bien de quoi je parle puisque je suis abonné à la page Facebook intitulée «Modèle vivant à Montréal» dont certains des artistes qui y sont membres y publient quelques-unes de leurs œuvres. À cela s’ajoute mon abonnement au site DeviantArt dans lequel je suis moi-même membre. J’y publies régulièrement des photos que j’ai la chance de réaliser.

Revenons à cette question: «Quelle est l’image de la nudité sous un angle religieux?» Chose étrange, l’on a presque toujours mixé la femme au péché, au mal, voire le mal absolu et ce, grâce à un texte qui relève beaucoup plus de la mythologie que de la science et j’ai nommée : »La Genèse ». Non! La femme n’est pas à l’origine de tous les maux, pas plus que l’homme peut l’être. Qui plus est! Sa nudité mérite autant de respect que celle de son partenaire au sein de l’humanité. D’ailleurs, c’est exactement ce qui est écrit au tout début de ce livre saint contenu dans la Bible: « L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte. »1

Malencontreusement, une telle image est encore galvaudée de nos jours. Je pense notamment à un fait bien réel mais qui est tabou dans notre société. Une femme qui pose nue pour un magazine érotique, à ne pas confondre à de la pornographie, est souvent perçue comme une femme facile, dénuée de pudeur et d’amour-propre. Or, semble-t-il, qu’il en est strictement rien. Je me souviens d’un reportage diffusé sur la chaine PlayboyTV où l’on y présentait quelques-unes des playmates choisies pour les douze prochaines parutions du célèbre magazine. Chose tout à fait remarquable! On les présentait sous un angle totalement différent de ce que je m’attendais de voir sur une telle chaine de télévision. Est-il utile de vous dire que l’on y mettait l’accent sur leurs parcours de vie, sur leurs rêves, sur leurs espoirs et sur leurs déceptions. Bref, elles sont certes fières de poser nues pour ce célèbre magazine mais il n’en demeure pas moins qu’elles sont avant tout des femmes accomplies dont une grande majorité ont des conjoints et des enfants. Je n’ai pu faire autrement que d’applaudir, au sens figuré, les responsables d’un tel documentaire où l’aspect pleinement humain de la femme y était présenté en avant-plan. Bravo!

En résumé, il est impératif de détruire à tout jamais l’image négative de la nudité, et de surcroît mais pas exclusivement celle de la femme, au sein de la société. Je parle ici, vous le savez bien, de la nudité saine. Ce qui est d’autant plus le cas où le domaine artistique peut devenir un catalyseur de toutes les forces qui ont pour objectif de changer les mentalités à l’égard du droit d’être ce que l’on est purement et simplement, c’est-à-dire un être humain, et ce, peu importe nos différences. Pourtant, les religions ont été à elles seules la source de bien des divisions. Étrange! N’est-ce pas?!

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

1. Genèse 2, 25

Merci infiniment!

Merci infiniment!

Bonjour tout le monde!

Rolland St-Gelais

Rolland St-Gelais

Je désire par la présente remercier humblement le magazine « La vie au Soleil » pour avoir publié un magnifique reportage à propos de mon expérience en tant que modèle nu. Ledit reportage agit un peu tel un baume sur certaines blessures que j’ai subies en certaines circonstances au cours de mon existence. Soyez rassurés-es mes amis-es, je ne suis pas venu ici pour me plaindre. Quoiqu’il en soit, un tel reportage ravive en moi mon désir d’outre-passer les qu’en-dira-t-on?, les préjugés face à la nudité, à la sexualité et le droit au bonheur. Je ne le fais pas pour moi, mais d’abord et avant tout pour toutes les personnes qui se croient à tord non-désirables.

Toute personne a une beauté qui lui est unique, qui la rende agréable aux yeux des autres, qui fait d’elle de quelqu’un d’exceptionnel et, je dirais même qui en fait un être divin. Non pas une divinité inaccessible mais qui, plutôt, la relie à ses semblables aussi différentes qu’elle.  Ce qui m’a particulièrement touché, ce sont les commentaires de quelques-unes de mes amies qui m’ont fait part à la suite de leur lecture.  Par exemple, l’une d’entre elles m’ avait affirmé  » c’est comme si en quelque sorte on t’avait remis au monde. » Je le prend comme un véritable compliment car c’est un peu l’effet que je recherche, c’est-à-dire de venir de nouveau dans ce monde à travers les regards d’artistes lesquels m’aident à naître sans douleur, sans crainte et sans curiosité malsaine. Ces artistes deviennent la sage-femme de ma mère qui n’est plus et qui, j’en suis plus que convaincu, aurait souhaité donner naissance à un enfant au corps parfait.

Quoi? Un corps parfait?! Mais, ce corps est parfait puisqu’il possède une histoire qui lui est propre, qui lui donne toute sa richesse et qui a

La beauté de la vie

La beauté de la vie

su, souvent contre toutes attentes, déjouer les pronostics les plus sombres. Un corps qui est complet car il est né ainsi et dans lequel l’âme qui l’habite l’a apprivoisé pour en faire un œuvre digne d’attention. Un corps sexué où l’âme y est typiquement masculine, qui apprécie la beauté féminine, qui désire communiquer avec autrui et qui ne craint pas de faire les premiers pas. Je suis fier de mon corps et je le dorlote comme il se doit. D’ailleurs, qui le ferait à ma place si je ne le fais pas? Poser la question, c’est y répondre.

Plusieurs de mes amis-es m’ont affirmé qu’il m’a fallu avoir beaucoup de courage afin de pouvoir le faire. Ce à quoi je réponds que c’est le plaisir qui généralement motive mes actions, je suis épicurien de nature, et qui dicte ma règle de conduite. « Aimes ce que tu fais! Et, en ce faisant, tu pourras aimer ton prochain en te réalisant pleinement. Combien de personnes de notre entourage craignent de s’accomplir et de réaliser leurs rêves pour la simple raison qu’elles doivent outrepasser les normes sociales qui agissent comme de véritables barrières psychologiques? Pour ma part, je suis habitué à passer outre les conventions sociales. Souvenons-nous que des personnes bien-pensantes affirmèrent à ma naissance que je ne marcherai, ne parlerai, n’écrirai jamais et que j’aurais quitté ce monde à l’âge de sept ans. Je ris souvent dans ma barbe, permettez-moi l’expression, quand je pense à mes formations universitaires, aux années où j’ai pratiqué les arts martiaux et aux nombreux voyages que j’ai faits tant en Amérique du Nord qu’en Europe. C’est la preuve qu’il ne faut jamais croire aux oiseaux de malheur.

La beauté de la vie

La beauté de la vie

Certains d’entre vous doivent se questionner à savoir si j’ai l’intention de refaire cette expérience. Ce à quoi je leur réponds qu’il y a eu bien d’autres expériences que celle-ci. Et qu’effectivement, je suis toujours prêt à travailler dans ce domaine. Toutefois, cela doit se faire sous trois conditions sine qua none. Primo, le respect mutuel doit être de mise entre les participants-es. Secundo, il est impératif de rester en tout temps au naturel. Autrement dit, habillé ou nu, je suis toujours le même Rolland. Un être imparfait mais qui aime la vie par-dessus tout. Et tertio, que tout soit établi à l’avance autant faire que peu. La possibilité de changer certains aspects de la séance de pose nu est toujours possible, mais si les balises sont bien établies, les risque de dérayer sont minimes.

En terminant cette exposé, je désire souligner un dernier point. Je suis conscient de toute la chance que j’ai de pouvoir vivre de telles expériences. Mais, je sais très bien que n’eut été l’appui indéfectible et de l’amour inconditionnel de mes parents et de ma famille, les choses auraient été fort différentes. Il m’arrive souvent, pas trop tout de même, de penser comment ma vie aurait été si j’étais né au sein d’une famille disloquée, dans un autre pays ou bien si j’étais né déficient intellectuel. Je suis reconnaissant aux artistes avec qui j’ai travaillé et qui ont vu en moi un chef d’œuvre à découvrir et à présenter au reste du monde. Un monde beau et magnifique!

Je ne regrette pas d’avoir posé nu, ni d’avoir été vu nu par possiblement des milliers de personnes à la suite de mes publications diverses ou bien par la parution du magazine français auquel je fais référence. Je ne regrette rien car j’ai une seule vie à vivre et je désire la vivre au maximum selon mes capacités.

De grâce, foncez!

Merci de m’avoir lu! Merci la vie!

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

http://lavieausoleil.fr/parutions.php