Archive | février 2014

Cette plume…

Cette plume…

 

Cette plume est pour toi car tu es la seule qui réchauffe mon âme en ce temps de froid.

Elle cherche les mots pour te dire jusqu’à tel point tu es unique à mes yeux.

Oui, bien des femmes sont jolies mais aucune l’est autant que toi.

Si bien que mon cœur a été créé que pour t’aimer selon la volonté des Cieux.

 

Sois convaincue! Mon corps t’est à jamais dédié.

Sois rassurée! Mes pensées sont envers toi tournées.

Sois en paix! Ta confiance, jamais je ne voudrais la trahir.

Sois certaine! Admirer ta beauté est pour toujours mon ultime plaisir.

 

Si j’ai posé un seul geste par mégarde ou inadvertance, j’en suis désolé.

Si j’ai pu te blesser un seul, oui un seul, instant,

Dieu m’en sois témoin, je m’en repends.

Car c’est à toi que l’amour de mon cœur est dédié.

 

Tu es, je te le jure, ma préférée.

Tu es, que l’on m’enlève la vie si je mens, celle qui m’a comblé.

Sans cesse je le dirai que je t’aime plus que tout.

Sans toi, et nul autre que toi, je deviendrai fou.

 

de

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Femme dans le vent!

Femme dans le vent

Salut beauté! Toi qui es la plus belle des femmes de ma destiné.

Comment puis-je admirer la candeur de ton visage sans en éprouver cette sensation?

Une véritable bouffée de chaleur qui transcende les pores de ma peau avec grande émotion.

Salut beauté! Toi qui devant mes yeux ne fait que passer.

 

De mes attentes interminables, cela je l’avoue m’importe peu.

Car t’apercevoir dans le silence de la foule agitée,

Me réconforte de cette solitude qui m’abreuve de son vin langoureux,

Et de ces quelques mots de gentillesse n’ont d’égalent que ta bonté.

 

Femme d’hier, cela m’importe guère!

Femme de demain, je me moque du destin.

Femme d’aujourd’hui, tu me tiens dans le creux de tes mains.

Femme dans le vent, la suavité de tes lèvres m’invite à vouloir te plaire.

 

Sois sans crainte, chère amie, je ne veux pas te courtiser.

Soyez convaincue, jolie dame, votre charme m’a envoûté.

Sois heureuse! Quelle est pour toi mon ultime souhait.

Sois resplendissante comme tu es. Mais, quel est donc ton secret?

 

de

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

J’ignore.

J’ignore.

 

J’ignore quoi dire, quoi faire et comment être,

Car à chaque seconde je crains de ne point te plaire.

‘ignore quoi ne pas dire, quoi ne pas faire et surtout ne plus être,

Car à chacune de mes respirations, sont pour toi mes bouffées d’air.

 

J’apprécie avec raison la présence féminine,

Mais, il n’y a que toi qui occupe dans mon cœur une place divine.

Je peux sourire à celles que je vois dans ma journée,

Toutefois sois rassurée, tu seras toujours ma préférée.

 

J’ignore simplement qui je suis,

Dis-moi le! Je t’en supplies.

Sans toi, plus de sens n’aura ma triste vie,

D’ici-là, j’attends qu’à nouveau tu me souries.

 

de

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pour toi et rien que pour toi

C’est pour toi et rien que pour toi.

Des premières lueurs de l’aube jusqu’aux derniers instants du crépuscule,

Telles des vagues tumultueuses sur un courant indomptable

Mes pensées se dirigent vers toi de manière inlassable,

Avec mes craintes et mes espoirs qui sont loin, crois-moi, d’être nuls.

Oui, je le sais que trop bien, difficile à comprendre je le suis.

Pour en arriver là, il faut creuser en moi tel un puits.

Afin d’y découvrir profondes blessures de mon enfance,

Lesquelles risquent d’ouvrir une plaie qui sans fin s’élance.

Et, pourtant, je ne désire qu’une chose.

Non pas de t’offrir mille bouquets de roses,

Mais de te savoir tout simplement comblée,

Et de voir un sourire sur ton visage illuminé.

C’est pour toi et rien que pour toi,

Que je te dédies ce tendre poème.

Car celui qui possède un cœur de bohème,

Trouveras dans le tien la récompense d’un roi.

Nullement, je n’ai l’intention de te courtiser.

Comme moi, tu apprécies la liberté.

Néanmoins, il n’est point interdit dans ce pays,

De dire à une dame si magnifique, à tel point je l’apprécies.

de

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

J’ai peur…

J’ai peur…

 

J’ai peur non pas de la mort car nous humains sommes tous confrontés.

J’ai peur non pas du lendemain car nul d’entre nous sait de quoi il en est.

J’ai peur non pas de mon destin car j’ai presque tout vu dans mon passé.

J’ai peur non pas de perdre ma vie car sans toi elle ne vaut rien.

 

J’ai peur de voir sur ta joue une larme coulée,

Une larme dont malgré moi j’en serai l’origine.

J’ai peur de te perdre et de ne plus en ce monde exister,

Exister en ce temps qui grâce à toi est telle une tangerine.

 

Ton sourire me remplit d’allégresse,

Et je ne crains d’aller à la confesse,

Pour avouer cet ultime mais tendre péché,

Qu’à mes yeux rien n’a d’égal que ton ultime beauté.

 

de

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans le silence…

Dans le silence…

 

Bonjour toi qui lit ce mot écrit avec l’encre de mon cœur.

Sois rassurée, point mon intention est de te faire peur.

Je voulais te dire avec toute la simplicité de mon âme,

Tu es celle qui guide mes pensées sur les douces vagues.

 

Dans le silence, je te regarde avec de nobles pensées.

Dans le silence, je t’admire avec mes tendres yeux.

Qui sont remplis de larmes car je voudrais tant ne jamais te blesser.

Car ton bonheur est tout ce que je veux.

 

Bonsoir toi qui est la source de ma joie,

Tu es si précieuse pour moi. Crois-moi!

Telle une perle, je crains de faire un faux mouvement,

Et à jamais de te perdre ce qui causerait le pire des tourments.

 

Je ne peux te nommer,

Car je respecte ton intimité.

Mais tous mes plus beaux poèmes te sont dédiés,

Puisque toi seule a su ouvrir les portes de mon cœur verrouillées.

 

Tu es vraiment parmi les femmes les plus magnifiques de ma vie.

Une vie fantastique illuminée par milles soleils.

Que vous seules les femmes savez donner aux hommes ces merveilles.

Et, souviens-toi ma chère amie, que je te trouve vraiment jolie.

 

de

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Hommages

Hommages

 

Gens riches ou gens pauvres vivant sur cette terre ancestrale du mieux qu’ils le peuvent,

Nul enfant se croyant heureux ne doit tourner son cœur de ses parents pour vivre longtemps.

Une telle parole de sagesse en ce temps incertain et lugubre on ne peut dire qu’elle pleuve.

Enfance éloignée de maintenant, je suis à mes tendres parents pleinement reconnaissant.

 

Qui d’entre nous peuvent se vanter d’être comblé n’eut été la présence de parents adorables?

Ils sont sans conteste dans nos veines rougeâtres la source même de notre sève tel un érable.

C’est ainsi qu’une douce mère bien-aimée et soutenue par un conjoint attentionné.

Et accompagnée par un père protecteur fait de sa famille une heureuse maisonnée.

 

Ô mon enfance bénie du temps de jadis où mes rêves prirent naissance,

De tous ces beaux moments vécus qui ne reviendront jamais.

Je remercie le Ciel  d’avoir pu dire à mes parents que je les aimais.

Tout en étant, avec grande raison, fière d’être le fruit de leurs semences.

 

Père !  Toi, cet homme merveilleux, cet infatigable travailleur,

Qui a nourrit sa famille en n’épargnant guère de son front toute sa sueur.

De ses bras, il  les ouvrit pour accueillir ces enfants chéris.

De ses mains, il les dirigea avec amour sur le chemin de la liberté d’esprit.

 

Mère ! Toi, vraie femme à l’avant-garde de ton temps.

Tu as su voir peines et joies dans les cœurs de tes enfants.

Les écouter avec entrain sans les juger promptement,

Et les conseiller avec très grand discernement.

 

Ces quelques mots sont tout simplement pour vous,

Pour vous exprimer ma gratitude de votre dévouement,

Et vous remercier de votre présence que n’aurait pu avoir une nounou.

Je suis heureux d’avoir eu de tels parents.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Vendredi soir!

 

Vendredi soir!

Ô vendredi soir où se reposent tous nos espoirs,

De nos labeurs, nous fuyons trop souvent dans la solitude.

De nos craintes journalières, nous essayons de ne plus voir.

Souhaitant rencontrer un bref instant la beauté d’une femme prude.

 

Vous aurais-je offensée chère dame par une triste parole?

Veuillez me pardonner, je m’en repens, si c’est le cas.

Tendez-mois votre bras pour aller danser de ce pas.

Il est plus que temps, car la soirée est jeune, d’éviter nos babioles.

 

Vendredi soir! Soirée de plaisirs inédits!

Vous êtes belle tendre dame! Je vous l’ai déjà dit.

Prenons de ces boissons enivrantes pendant que nous avons le temps.

Un temps qui, hélas!, passe de plus en plus vite au cours des ans.

 

Vous êtes magnifique douce dame de mon cœur.

Vous l’êtes encore davantage en ce vendredi soir.

Pour vous les anges du Ciel doivent chanter tous en chœur.

Ayez la bonté, je vous en conjure, de partager mes draps de satin noir.

 

Vendredi soir où perdure le froid sibérien de notre hiver.

Je rêve de caresser votre corps ma tendre bien-aimée.

De vous faire l’amour avec toute cette délicatesse qui m’est chère.

Après cette soirée sur la piste viennent les plaisirs que l’on peut nommer.

 

De

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Être un homme!

 

Être un homme

 

Question existentielle la plus important, si en est une.

Devrais-je, pour la résoudre, aller vers la lune?

Et admirer de loin notre pauvre vieille terre,

Qu’est-ce qu’un homme, un vrai, à notre ère?

 

Être homme, c’est reconnaître sa force sans nier ses faiblesse.

Être homme, c’est craindre tous ces moments de solitude.

Être homme, c’est d’aller droit devant avec hardiesse.

Être homme, c’est d’être fier d’en être un avec une sagesse prude.

 

Je suis homme quand je pleure avec ceux qui vivent du chagrin.

Je suis homme quand je partage avec ceux qui n’ont rien.

Je suis homme quand je relève celui qui se perçoit comme un vaurien.

Je suis homme quand je mets ma main dans le sable fin.

 

Philosophes des temps modernes ou de l’antique Grèce,

Vous qui sans cesse vous vous questionnez sur l’humanité.

Dites-moi! Êtes-vous hommes par vos simples pensées?

Répondez-moi! De vous harceler, je n’aurai de cesse.

 

de

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mes pensées vont vers toi…

 

Mes pensées vont vers toi….

Cette nuit qui en est une bien triste.

Car je m’inquiète plus que tout de toi.

Je ne suis sans ta présence que l’ombre de moi.

Ton sourire me manque et cela m’attriste.

Mes pensées vont vers toi chère dame,

Qui ravive de par ton sourire mon âme.

Un seul de tes regards d’une douceur inégalée,

Comble d’une joie indescriptible ma journée.

Je m’étend tout doucement sur mon lit,

En songeant à toi avec des nobles pensées.

Avec une extrême prudence et une grande pureté,

Je te fais la bise sur ta joue qui est si jolie.

Je te serre dans mes bras meurtris par la vie,

Pour te protéger contre les démons de la nuit.

Et de veiller dans un silence total sur ton sommeil,

Pour ne jamais quitter de mes yeux ta beauté, une vraie merveille!

Dors bien! Je suis prêt de toi ma dulcinée.

Dors bien! Je serai dans la quiétude de la nuit ton serviteur.

Dors bien! Heureux est celui qui partage ta destiné.

Dors bien! Il possède le plus comblé des cœurs.

de

Rolland de Québec