Archives de tags | belle humeur

Un coup d’œil sur mon expérience en compagnie de Priscilla Vaillancourt

Séance photo UQAC le 27 octobre 2019 1Bis
Un coup d’œil avec mes deux yeux

Un coup d’œil sur mon expérience en compagnie de Priscilla Vaillancourt

Bonjour tout le monde,

Séance photo UQAC le 27 octobre 2019 1BisJ’espère que cette dernière semaine du mois d’octobre vous est profitable autant qu’elle l’est pour moi. En effet, je ne peux que remercier le ciel pour cette belle semaine qui m’a permis de renouer avec l’une de mes passions qui enrichissent ma vie. C’est à dire être un modèle vivant pour des séances de nudité artistique. Bien entendu que la poésie et la photographie constituent des passions, comme bien d’autres aussi, qui animent mon quotidien. Cependant, le fait d’être un modèle vivant donne un cachet particulier à mon parcours de vie.

D’ailleurs, un des nombreux avantages d’être modèle vivant consiste à rencontrer des gens formidables avec lesquels je peux échanger surSéance photo UQAC le 27 octobre 2019 5 nos parcours, et ce dans un respect mutuel. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Priscilla Vaillancourt, une charmante étudiante à la maîtrise en arts visuels à l’université du Québec à Chicoutimi, ce dimanche 27 octobre. Une étudiante qui m’a permis de vivre une expérience très valorisante tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel. Professionnel dans le sens que l’objectif premier est d’offrir un service de qualité à l’artiste qui requiert mon aide, et ce après avoir discuté de nos attentes réciproques. Personnel dans le sens que l’artiste avec qui je ferai affaires est d’abord et avant toute chose un être humain avec qui une interaction positive devra toujours être envisagée. Après tout, il s’agit d’individus qui possèdent leurs valeurs et leurs cheminements particuliers. Ici, l’importance de maintenir un lien de respect avant, pendant et après avoir réalisé ladite séance est un prérequis.

Séance photo UQAC le 27 octobre 2019 2En ce qui concerne ma séance vécue ce dimanche 27 octobre dernier, je peux vous dire sans aucune retenue que cela a été tout simplement fantastique. En effet, la chaleur humaine, la belle humeur, l’ouverture d’esprit et la bonne entente ont été les pierres angulaires qui ont favorisé un travail à la fois sérieux et méticuleux en cette après-midi automnale. Sérieux car nous voulions nous consacrer pleinement à nos tâches réciproques et méticuleux puisque nous souhaitions réaliser une séance photo digne de mention. N’oublions pas que votre humble serviteur a parcouru plusieurs kilomètres en bus pour offrir son aide à une étudiante en arts visuels, et ce avec un grand plaisir, bien entendu. Il n’était donc pas question de faire perdre son temps ni à l’un, ni à l’autre.

Pour le moment, et par un souci d’honnêteté intellectuelle, je ne peuxSéance photo UQAC le 27 octobre 2019 4 pas élaborer sur l’ensemble des poses que j’ai réalisées ni sur les photos prises par Priscilla Vaillancourt. En effet, il y a deux raisons qui m’incitent à jeter un voile pudique sur de tels sujets. En premier lieu, je dois attendre de recevoir les photos retravaillées par Priscilla Vaillancourt afin de pouvoir faire un tri sur lesquelles j’utiliserai ou pas au sein de mon blogue artistique. En second lieu, je crois qu’une considération doit être prise en compte sur le projet de maitrise de cette étudiante. Comme on dit si bien, il est toujours préférable de ne pas trop en dire que le contraire. À cela s’ajoute le plaisir de mettre un peu de suspense pour aiguiser votre appétit dans savoir un peu plus à mes prochaines publications sur le sujet.

C’est à suivre …

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Comment je me trouve ?

Comment je me trouve
Votre humble serviteur

Comment je me trouve ?

Texte dédié à la belle Émilie

Bonjour tout le monde,

Enrichir son blogueJ’espère que vous allez bien et que vous vous préparez pour la saison automnale qui frappe à nos portes. Pour ma part, tout va pour le mieux. En effet, outre quelques problèmes de dos qui m’ont quelque peu perturbé mon existence depuis les derniers jours, la vie poursuit son cours inlassablement à l’image d’une rivière longeant une des nombreuses contrées de mon beau coin de pays. Certes, mon pays ne possède pas l’histoire du continent européen et encore moins celui de l’Asie ni de l’Afrique, mais c’est mon pays et je ne l’échangerais pour aucun autre.

Cette réflexion sur mon coin de pays m’amène àIMG_20190623_153018 répondre à une question d’ordre existentialiste : Comment je me trouve ? Question bizarroïde puisque je passe d’une réflexion sur mon coin de pays à celle sur ma vision de mon corps. Une vision qui s’est construite au fil des années, du temps, des expériences de vie et de mon cheminement quotidien. En effet, tout est une construction liée de près à son existence de tous les jours. Puisque la vie est semblable à une ligne continue faite de milliards de petits points noirs qui se collent les uns sur les autres, il en est ainsi des secondes qui nous quittent dès leurs apparitions faisant ce que nous sommes. Je devrais plutôt écrire « ce que nous décidons d’en faire » puisque tout est relié à notre décision finale et à elle seule.

 

AdonisCe que je suis en ce moment même où je compose le présent texte est différent de ce que je serai une fois que j’aurai terminé. Certes, une différence minime mais tout de même présente puisque ma réflexion sur un tel thème s’est posée sur un texte en utilisant des mots ayant chacun une signification précise. Autrement dit, je suis passé d’une réflexion abstraite à une réflexion, s’il est possible d’utiliser une telle expression, plus concrète. Il en est ainsi pour nous tous car, que nous le voulions ou pas, nous changeons tout aussi lentement qu’inexorablement.

Certes, il y a des événements qui peuvent nous marquer tellement au fer rouge que notre fort intérieur peut être transformé à tout jamais. J’ai, à titre d’exemples, des deuils de personnes qui nous ont quitté et dont leurs départs ont laissé un grand vide, des peines d’amour qui nous fait douter de notre capacité d’aimer et surtout d’être aimés et, le dernier exemple, des rejets voir même des insultes non méritées. La liste pourrait s’allonger presqu’indéfiniment.

Il est vrai que l’image que j’ai de mon corps, de saScreenshot_20190823-170943 différence, de ses forces, de ses faiblesses et de tout ce qu’il me reste à découvrir est intimement liée à mon parcours de vie. En effet, ayant souvent été utilisé par des avocats sans scrupules et immoraux dont leur seul objectif était de s’enrichir au dépend de la crédulité de mes parents tout en servant de cobaye pour faire avancer la science dans l’espoir de réparer les erreurs du domaine pharmaceutique aurait pu m’amener à me révolter. Or, il en n’est strictement rien.

IMG_20190802_162232_587Un vieil adage amérindien affirme que le meilleur moyen de se venger du mauvais sort c’est de lui faire un grand sourire et de poursuivre son chemin. C’est ce que j’ai fait et jamais je ne l’ai regretté. Oui, certaines personnes m’ont déjà insulté sur mon physique et en des termes que par un souci de respect envers moi-même je me refuse de les retranscrire tellement ils dignes du zéro kelvin en ce qui a trait sur le plan intellectuel. Et ce, même dans des lieux de cultes. Certes, cela ne m’est guère arrivé souvent. Quoiqu’il en soit, c’est loin d’être agréable. Chose amusante à retenir, je n’ai jamais vécu de pareilles situations en des lieux où tout bon chrétien n’oserait pas y mettre les pieds. Et comme je n’ai guère la prétention de me définir comme un chrétien exemplaire mais plutôt comme un modeste pécheur, j’adore y mettre les pieds à l’occasion.

Un autre élément à souligner : C’est un fait. Je suis très orgueilleux. Il n’est pas question pour moi de m’agenouiller devant qui que ce soit, si ce n’est à Dieu et à lui seul. C’est à la fois ma principale qualité mais aussi mon plus grand défaut. En effet, d’un côté, je me serais refusé de réaliser bien des choses n’eut été mon orgueil. Je pense notamment à ma volonté d’être autonome, de faire bien des choses que le commun des mortels n’oserait pas essayer de faire, même pas en pensées, de franchir des barrières presque à la limite de la permissivité. Mais attention ! Toujours en ayant un respect mutuel entre les personnes concernées. Un orgueil qui m’a fait comprendre que je suis plus qu’un animal de foire ni un être sur qui on va s’enrichir. Toutefois, mon orgueil m’a aussi joué de vilains tours tout en y apprenant des leçons parfois amères mais toujours profitables. Ainsi va la vie !

IMG_20190901_113123Suis-je beau ! Comme j’ai répondu à une amie sur le réseau social Facebook, je ne suis peut-être pas le plus bel homme au monde, mais je possède tout de même une belle humeur et un optimisme qui me donne, semble-t-il, un certain charme auprès de la gente féminine. À cela s’ajoute mon goût prononcé pour les vêtements haut de gamme et une présentation soignée de ma personne. Et puis comme je le répète souvent : « La beauté n’est point un péché, mais la laideur est loin d’être une vertu ». Qui plus est ! La beauté est un concept des plus difficiles à définir, à lui mettre garde-fous, et même à circonscrire dans le temps et l’espace. De plus, chacun d’entre nous a sa propre vision de ce qu’est la beauté. Pour certains, la beauté se résume au plan physique tandis que pour d’autres, cela sera davantage au plan cérébral et pour d’autres … la liste pourrait être sans limite.

Pour ma part, j’ai décidé de me trouver beau tout simplement. Pourquoi donc ? Il faut d’abord plaire à soi-même avant de vouloir plaire coûte que coûte aux autres. Aucune autre personne que soi-même peut réellement nous sentir belle même si la beauté se trouve dans les yeux de … celui qui regarde.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Permets que je me retourne

Permets-moi que je me retourne
Dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Permets que je me retourne

 

Quoi? Est-ce vrai? Que dis-tu?
Trois heures que je suis ainsi nue?
À poser nue pour ton plaisir et le mien,
J’aurais pu continuer jusqu’au matin.

 

Mais, fais-moi cette faveur.
J’aimerais bien continuer encore une heure.
Car vois-tu, je suis tellement de belle humeur,
Allons! Allons! Poursuivons! N’ai pas peur.

 

J’ai posé de dos et de côté,
Sans oublier quelques fois couchée.
En écoutant des chansons que la radio a diffusées,
Des chansons en langues étrangères mais que j’ai bien aimées.

 

Des mélodies! Des balades! Des airs joyeux!
Qui rendirent en ce temps si précieux, si heureux.
Dans mon coin de pays qui est le Québec,
Où nous nous embrassons avec des beaux becs.

 

Nous appelons ces refrains des tounes,
Des airs qui nous font danser et bouger les foufounes,
Alors, mon ami, avant que la tête me tourne,
Avant de poursuivre, permets que je me retourne.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Une séance de nudité artistique : C’est quoi ?

Une séance de nudité artistique : C’est quoi ?

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous allez bien et que l’automne vous apporte dans son royaume de mille couleurs. En effet, il faut bien reconnaître que cette saison possède un charme tout à fait indéniable qui la rende tout simplement magnifique. Que de rouge ! Que de jaune ! Que de teintes orangées ! Que de jeux de lumière et d’ombre ! Toutes ces facettes font de cette saison une source d’inspiration pour toutes les personnes sensibles à la moindre parcelle de beauté au sein de la création. Et que dire de la chance de m’en rendre-compte une fois de plus en parcourant en bus le trajet Québec-Sept-Îles, mais aussi l’inverse lors du retour vers ma demeure, à l’occasion de ma dernière prestation artistique en ma terre natale ? C’est un fait ! J’adore l’automne.

IMG_20170929_114643_033Sous un autre ordre d’idée, j’ai été invité à collaborer en tant que modèle nu pour une séance de nudité artistique au sein du C.É.G.E.P. de Sept-Îles par madame Laurence Boulay, professeure de dessin et d’arts. Une invitation à laquelle j’ai bien entendu accepté avec grand plaisir malgré la distance incroyable qui sépare Québec de Sept-Îles et du fait que j’y étais déjà allé en début du mois d’octobre dernier. Mais, me rappelant la belle humeur, la complicité entre ces élèves et votre humble serviteur et sans oublier le professionnalisme indéniable de madame Laurence Boulay en tant qu’enseignante ainsi que mon amour pour ma terre d’origine, il m’était un devoir d’y répondre par l’affirmatif.

Toutefois, une question se posa dans ma tête. À quoi peut bien ressembler une séance de nudité artistique vue dans les yeux du commun des mortels ? J’aurais tout simplement pu vous faire un résumé plus ou moins explicatif d’une telle séance. Mais, voulant rendre la chose plus intéressante tout en me rappelant le dicton voulant qu’« une image vaut mille mots », il m’a semblé être davantage utile de vous présenter une vidéo réalisée lors d’une des poses nues que votre humble serviteur a accomplies pendant ladite séance. Une telle vidéo a été faite grâce à l’aide indispensable de madame Laurence Boulay.

20171110_100908En terminant cette missive, je désire vous informer sur les trois éléments que je qualifierais d’une extrême importance lors d’une séance de nudité artistique. Tout d’abord, le silence est requis tout au long des poses à l’exception des directives énoncées de manière brève par la professeure à ses élèves. Ensuite, et cela relève de mon éthique personnelle au sein de ma profession, je me dois de demander aux élèves présents en salle de cours de m’informer si la pose que j’ai choisie les indispose dès les premières secondes afin d’éviter un quelconque inconfort parmi ces derniers. Enfin, je me fais un devoir de dialoguer tant avant les poses et pendant les moments de répits et à la fin de chaque séance afin d’établir et de conserver un lien véritablement humain entre les élèves et moi-même. Après tout, il s’agit d’un être humain vivant, c’est-à-dire le modèle, qui offre sa nudité à d’autres êtres humains bien vivants, en l’occurrence les élèves dans le cadre de la découverte de l’autre et un peu de soi.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Se découvrir ? Pourquoi donc ?

18902170_1950274475203653_398644017_n

Par Déborah Lyra de Montréal

Se découvrir ? Pourquoi donc ?

Bonjour tout le monde,

received_1960126477551786J’espère que vous vous portez bien et que la saison estivale vous comble de ses milles petits plaisirs. De mon côté, tout va à merveille. Le soleil inonde ma vie, ma santé est impeccable et la belle humeur m’accompagne au quotidien. Bien entendu que, comme tout le monde, il m’arrive parfois de vivre des situations auxquelles il m’aurait été préférable d’éviter. Mais, bon ! La vie est ainsi faite. Mieux vaut passer à autre chose.

Vous savez que cela fait maintenant plusieurs années que je suisnew-image11 modèle nu pour des écoles d’arts et des artistes, et ce de manière occasionnelle. J’adore ce que je fais car d’une part, cela permet à un nombre impressionnant d’artistes de connaître et d’apprivoiser un corps masculin à la fois hors-normes mais possédant aussi une grande fierté tant de ses formes que de sa puissance. Un corps ayant une histoire bien particulière et une masculinité qui ferait l’envie de bien des hommes. Oui, je suis heureux dans cette profession qui possède ses lettres de noblesse depuis l’époque de l’Antiquité.

new-image3Toutefois, une question doit être résolue, et qui m’apparaît être d’une importance capitale, pour la compréhension de mes fidèles lecteurs sur ce que peut bien m’apporter le fait de poser nu. Devrais-je me contenter de composer des poèmes ou bien de réaliser des photos même si, semblerait-il, je possède un certain talent dans ces deux domaines ? D’ailleurs, ma capacité de rédaction a incité plusieurs de mes amis et connaissances de me suggérer d’écrire un livre sur ma vie. C’est certes une suggestion fort louable compte-tenu de mon parcours personnel. Cependant, et comme mon père le dit si bien, il est préférable d’admirer le beau soleil du temps présent que de ressasser les nuages sombres d’un passé habité par des chimères.

Bref, je préfère, et de loin être modèle nu que de me contenter de composer des poèmes ou faire de la photographie même si dans le premier cas je découvre le monde environnant avec les yeux de mon âme et que, dans le second cas, je le vois avec les yeux de mon corps. Mais, dans un cas comme dans l’autre, ce n’est pas moi qui me découvre ainsi au reste du monde.

Voilà pourquoi être modèle nu m’a permis de me « découvrir » au plusNew Image24 profond de mon âme aussi bien qu’aux yeux d’un public averti. En effet, il est impératif, c’est mon humble opinion, d’avoir une confiance absolue envers soi-même pour accepter de se dévêtir devant une tierce-personne, voire un groupe composé de gens provenant d’horizons diverses. Et pour cause, puisque ce n’est pas seulement mes vêtements que je retire en début de séance, mais bien davantage ce qui me protège des regards susceptibles d’être malsains à mon endroit.

new-image26D’ailleurs, le verbe « se découvrir » comporte à mon avis un double sens. Tout d’abord, il y a celui de « se découdre » tels de multiples tissus dans les mains imaginaires des artistes qui immortalisent notre corps sur un support physique. Les tissus qui nous ont formés jusqu’au moment fatidique où l’on se retrouve entre leurs mains sont transformés dans un magma d’où en sortira un être totalement nouveau. Ensuite, on y retrouve celui de « s’ouvrir ». C’est là un élément des plus importants dans mon analyse puisque c’est au modèle, et exclusivement à lui, que revient la tâche de se mettre à la disposition de l’autre. Et pour cela, non seulement la confiance doit être présente de façon absolue, mais il est tout aussi nécessaire, voire primordial, que l’ensemble de nos boucliers, ces derniers se retrouvent dans nos vêtements, soient levés afin d’établir un pont authentique et sans préjudices entre les participants.

En résumé, se découvrir est plus que le simple fait d’enlever ses vêtements. C’est exprimer à la fois une confiance envers soi et envers autrui, mais également de vivre en harmonie au plus profond de son âme. Avouons-le ! Avoir une telle opportunité est une en soi une denrée de plus en plus rare en ce monde où la méfiance, la suspicion et le doute semblent empoisonner de manière significative nos relations interpersonnelles. Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada