Archives de tags | belle humeur

Un courriel pour mon père

Un courriel pour mon père Texte de Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Un courriel pour mon père  

Bonjour papa, 

J’ignore si tu peux lire ce courriel là où tu es maintenant. J’ose espérer que c’est le cas. 

Tu es parti en ce dimanche 22 mai 2022 à 13h30. Parti où ? Une question à laquelle tout un chacun a sa réponse. Personnellement, grâce à maman et à toi, je crois que tu es parti vers la maison du Seigneur. Une maison où une pièce t’a été préparée avec le plus grand soin et avec un amour tel que seul Dieu peut offrir à ses enfants. 

Fait étrange ! Je ressens au plus profond de mon être une certaine joie que tu nous aies quittés pour retrouver celle avec qui tu as partagé la majorité des années de ta vie. Maman est là pour t’accueillir les bras grands ouverts en compagnie de mon frère Hermann. À cela s’ajoutent ceux et celles que tu as bien connus au cours de ta présence sur cette bonne vieille terre. Certes, il s’agit d’une joie mélangée de tristesse, car tu n’es plus avec nous maintenant. 

Je profite de l’occasion pour te remercier du plus profond de mon cœur pour tout ce que tu as fait pour chaque membre de la famille. Tu as toujours été présent dans les bons moments comme dans les pires. Tu nous as enseigné les plus belles valeurs que chaque être humain digne de ce nom doit avoir. Tu nous les as inculquées non seulement par la parole, mais aussi par l’action.  

Tes qualités resteront à jamais gravées en nos mémoires. Je pense, entre autres, à ta force de caractère incroyable, à ta résilience hors de l’ordinaire, à ta détermination rarissime sans oublier ta belle humeur. Tu aimais la vie et tu nous as légué cet amour pour celle-ci. Je n’exagérerais pas si je disais que ces qualités ont été remarquées par toutes les personnes qui ont eu la chance de t’avoir connu.

Tu as eu une vie pas toujours facile, mais tu l’as affrontée avec un courage incroyable. Tu as su relever de nombreux défis sans jamais te plaindre. Tu as encaissé des coups très durs en certaines circonstances. Est-il utile de les remémorer ? Je ne le pense pas.  

Dieu merci ! Tu as eu aussi une belle vie. Cette belle vie, je souhaite qu’elle soit éternelle. Oui, tu es parti pour une nouvelle vie. Une vie dans laquelle tu recevras au centuple la plus belle chose que tu as donnée à nous, tes enfants. Je fais bel et bien référence à l’amour. Un amour indéfectible, vrai et authentique.  

Je termine cette missive en te disant ceci. Tu seras toujours dans mon cœur le meilleur des pères. Merci, papa, d’être mon père ! 

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada  

Le bon Gilbert

Le bon Gilbert Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin par Noble Roro de la France

Le bon Gilbert

 

J’ai connu voilà longtemps,

Alors que j’étais qu’un jeune enfant,

Un homme qui jamais ne se plaignait,

Et qui beau temps mauvais temps souriait.

 

Un homme comme bien d’autres en mon pays.

Un pays où brillait le soleil dans la région du Midi.

Il se levait dès le chant du coq chaque matin,

En chantant joyeusement un mystérieux refrain.

 

En des mots connus des gens de la région de l’occitan.

Cette région peuplée de gens fiers de leur histoire et de leur accent.

Un pays où il fait si bon de vivre et de faire l’amour,

Qu’une fois arrivé, on veut y être pour toujours.

 

Les villageois l’aimaient bien.

Car jamais il ne leur demandait rien.

Il prenait tant soin de ses poules si jolies,

Elles étaient un peu comme ses enfants chéris.

 

Puis, un jour, sans crier gare, on ne le voyait plus.

Tous les villageois se demandèrent où il avait disparu.

Au maire du village, ils demandèrent d’aller à sa porte frapper.

Après avoir écouté ses citoyens, il alla de ce pas chez Gilbert se renseigner.

 

Il eut pour réponse à ses toc-toc, un silence mystérieux.

Il décida donc d’ouvrir et pénétra, avec grand respect en ce lieu.

Quelle surprise de voir le bon Gilbert qui gisait sagement sur son lit.

Tenant en sa main, brûlée par le soleil, un manuscrit que le maire prit.

 

Une missive lui annonçant le décès de sa tendre mère.

Le bon Gilbert devenait ainsi orphelin, sans sœurs ni frères.

Son cœur ne pouvait guère supporter une pareille douleur.

Même le maire, à la lecture de cette lettre, fut en pleurs.

 

Le lendemain, il convoqua tous les villageois à la mairie.

« Mes chers concitoyens, écoutez-moi, je vous prie.

Nous avons perdu l’un de nos plus braves villageois.

Un homme qui par sa belle humeur semait tant de joie. »

 

Avec solennité, il poursuivit son discours.

« Nous l’avons vu sourire à la vie chaque jour.

Acceptez, je vous en supplie, cette humble proposition.

Allons ensemble porter à son dernier repos cet enfant de la nation. »

 

C’est donc par un vendredi après-midi.

Que se rassemblèrent tous les gens du Midi.

Afin d’aller porter en terre consacrée le bon Gilbert.

Au son du glas, d’un seul cœur, ils récitèrent un Pater.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Je t’offrirai

Je t’offrirai

 

En ce jour, je t’offrirai.

Un bouquet de superbes fleurs,

Pour te donner joie de vivre et belle humeur,

Quelques fleurs pour que cette journée soit égayée.

 

En ce jour, je t’amènerai

Dans le plus fastueux des restaurants,

Je te conterai fleurette en admirant ta beauté ardemment,

À la lumière d’une chandelle, te dire des mots d’amour, de cesse je n’aurai.

 

C’est jour de ton anniversaire,

Voilà pourquoi je désire être avec celle,

Qui a su transformer ma vie en une merveille,

Moi qui en mon cœur ne vivait que de craintes et de guerre.

 

Femme qui a la beauté de la jeunesse,

Tu as su me tendre la main pour espérer en l’avenir,

De m’extirper de mon passé qui me faisait tant souffrir,

Femme qui a su mettre en moi un peu d’amour malgré ma vieillesse.

 

Dis-moi ce que je pourrais faire,

Pour en ce jour spécial faire briller tes yeux,

Tes yeux dans lesquels j’ai vu comme ce monde est merveilleux,

Puisque je suis un simple homme, je peux que t’offrir ces fleurs pour te plaire.

 

Tu me rappelles ma tendre fiancée d’autrefois,

Femme douce comme une colombe et belle comme le printemps,

Qui a quitté cette vie à la suite d’un accident voilà déjà trop longtemps,

J’ai tellement voulu en Dieu que j’en ai perdu la moindre parcelle de foi.

 

Mais, devant tant de grâce, c’est un peu grâce à toi.

Que je me rends compte de toute la chance que j’ai maintenant,

Un chagrin d’amour dure qu’un instant alors que la vie dure éternellement,

Et que la vieillesse n’empêchera jamais mon cœur d’être en émoi.

 

Joyeux anniversaire, ô charmante jeune dame.

Que cette journée soit le début d’une vie longue et magnifique,

Et que ces quelques fleurs soient le gage d’un succès féérique,

 Et que votre avenir soit accompagné d’un amour sans larmes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Aujourd’hui, je dis oui

« Aujourd’hui, je dis oui » Photo et poème de Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Aujourd’hui, je dis oui

 

Aujourd’hui, je dis oui.

Je dis oui simplement à la vie,

Et avec toute ma belle humeur, je souris.

J’ai décidé en cet instant précis qu’il en sera ainsi.

 

Qu’il pleuve ou qu’il fasse soleil,

Ce jour est pour moi une merveille,

Car tout est différent depuis la veille,

Des airs joyeux parviennent à mes oreilles.

 

Je ne cherche plus à tout comprendre,

Je ne désire plus absolument tout apprendre,

Cette vie, simplement comme elle est, la prendre.

De vivre cet unique moment sans plus attendre.

 

Hier est un jour passé, dit-on!

Demain n’est pas arrivé, affirme-t-on!

Aujourd’hui est l’essentiel, proclame le dicton.

Alors que seule cette minute compte sans contrefaçon.

 

Sortant avec entrain aussitôt le soleil levé de mon lit douillet,

J’ai serré dans mes bras mon chat pour lui dire comme je l’aimais,

Un chat noir comme le charbon aux yeux dorés qui reluisaient,

Qui étincelaient dans la pénombre alors que les fantômes fuyaient.

 

 Aujourd’hui, je veux simplement prendre le temps.

Prendre le temps de vivre chacun des moments,

De ces moments qui disparaîtront en un instant,

Et qui rendent mon destin si passionnant.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Déjà 25 ans

Déjà 25 ans Photo et texte par Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Déjà 25 ans

(16 juin 1996- 16 juin 2021)

Chère maman,

Cela fait plus de 25 ans que tu es partie vers, dit-on, un monde meilleur. J’ose croire, comme la grande majorité des êtres humains qui ont vécu et qui vivent encore sur cette terre, que cette croyance soit vraie. Toutefois, la seule chose qui m’importe, c’est que tu reçois tout l’amour que tu as manifesté envers ceux et celles qui ont eu la chance de t’avoir côtoyée, et ce peu importe l’endroit où tu te trouves depuis ton départ. Quel amour et quelle générosité tu as su partager non seulement envers tes proches, mais aussi envers les plus démunis.

Que de beaux souvenirs tu as aussi laissés dans mon cœur. Ta belle humeur et ton optimisme ont certainement eu un impact positif dans la construction de ma personnalité puisque je me fais un devoir d’éviter toutes formes d’apitoiement et de négativité à chaque jour que Dieu m’accorde de vivre.

Et que dire de ta foi en Dieu ? Une foi inébranlable malgré le vent qui, à maintes occasions, a malmené l’embarcation de ton existence. Une foi en un Dieu qui, par sa présence silencieuse et la tendresse de sa force, a su te mener à bon port. Un Dieu que tu m’as présenté comme un père bienveillant loin d’être un juge, mais qui désire en tout temps le meilleur de moi-même.

Je me souviens de quelques-unes de tes passions qui ont animé plus d’une fois ta joie de vivre. Je pense notamment à la musique qui accompagnait chaque jour de ta vie. Que de fois, tu as écouté certains albums que mes frères et moi-même avions. Une passion que tu as laissée dans mon cœur. Un cœur qui se souvient de la mère extraordinaire que tu étais.

Cependant, parmi ces passions il y en a une qui me revient en mémoire chaque printemps. Saison de la nature qui renaît, de la vie qui ressurgit de sa torpeur et des fleurs qui sortent tout de leurs bourgeons silencieusement. C’est un fait. Ta passion pour les fleurs était connue de chaque membre de la famille, petits et grands.

En ce vingt-cinquième anniversaire de ton grand voyage vers les jardins éternels, je t’offre ces quelques fleurs. Oui, elles doivent être bien modestes à comparer à toutes celles que tu as l’occasion de sentir leur doux parfum dans le jardin des Cieux. Mais, sache que je pense à toi chaque fois que je peux humer l’arôme de celles qui se présentent devant moi. Une pensée qui réchauffe mon cœur tel un rayon de soleil qui me caresse tendrement la joue.

Merci, maman, de m’avoir permis d’être heureux aujourd’hui.

Ton fils qui t’aime.

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada