Archives de tags | nation

Une question cruciale

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une question cruciale

L’amour est semblable à un coup de poker.
Parfois on peut tout gagner ou bien tout perdre.

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon coeur que vous allez bien en ce début du mois d’août et que la vie soit bonne pour vous. De mon côté, je profite de chaque instant qui s’offre à moi. D’ailleurs, j’ai la chance de vivre dans l’une des plus belles villes d’Amérique. En effet, la ville de Québec a de nombreuses particularités dont celle d’être le berceau de la présence française tant au Canada qu’aux États-Unis et, fait intéressant è noter, de posséder la plus vieille église de tradition catholique en sol canadien. Que puis-je écrire d’autres ? Tout fait de Québec un lieu où il fait d’y vivre. J’aime ma ville, ma province et ma nation. Une nation qui a su lutter contre vents et marées pour préserver son identité sans pour cela rejeter l’autre dans sa différence, mais d’y voir un enrichissement potentiel pour l’intérêt commun.

Une question crucialeVous avez certainement remarqué l’utilisation du verbe aimer dans le précédent article. Certes, nous pouvons aimer une chanson, un lieu, un état d’esprit, un animal et, dans la logique des choses, une personne. L’on peut aimer de manière si intense dans le temps et l’espace que le sentiment d’un amour dit en grecque classique agapes passe à un amour de plus en plus intime pour se transformer en éros. Il n’en demeure pas moins que la notion même d’aimer apporte son lot de questions dont la plus importante d’entre toutes. En effet, que signifie donc aimer ? Voilà la question cruciale que votre humble serviteur tentera de répondre du mieux qu’il le peut. Soyez rassurés que je n’oserai jamais prétendre posséder la connaissance infuse. Après tout, je ne suis qu’un simple mortel devant l’éternité comme chacun d’entre vous.

Bien des chansons sur l’amour figurent parmi les plusSouffle du vent belles des répertoires des langues qui sont parlées, voire chantées dans ce cas-ci, sur la terre. On a qu’à penser à La vie en rose d’Edith Piaf ou bien celles composées par les Beatles ou encore Elvis Presley et bien encore d’autres pour se rendre compte que l’amour a fait rêver plus d’un chanteur, d’un poète ou un romancier. Mais, pourquoi donc? S’agirait-il d’une parcelle de divinité chez l’être humain ou plutôt la nécessité de survie qui pousse ce dernier à aller vers l’autre au point de s’unir tant sur le plan physique que spirituel? Ne serait-ce pas plutôt la crainte de se retrouver seul face à soi-même qui nous incite à trouver ce que l’on appelle dans le jargon populaire l’âme-sœur? Et, pourquoi pas, l’amour naitrait-il pas d’une construction mentale qu’on se fait soi-même de la personne aimée?

Remise en questionSelon moi, la réponse se trouve autant dans l’une ou l’autre de ces questions. Tout d’abord, nous construisons notre propre image de l’être que nous avons choisi d’aimer. C’est d’ailleurs un choix qui se fait à chaque instant de notre relation avec celui-ci. Une telle image peut être une source d’admiration quasi sans limite chez l’individu l’amenant parfois dans des situations potentiellement dangereuses. Voilà pourquoi la devise selon laquelle l’amour rend aveugle prend tout son sens. Cependant, force est de constater que l’amour qui se construit de manière quotidienne avec tous les hauts et les bas de la vie peut élever les personnes qui partagent un tel sentiment l’un envers l’autre à des sommets peu connus pour un grand nombre d’entre nous. Ici, l’amour passion s’est graduellement métamorphosé en un amour entre deux êtres spirituels. Un tel cas démontre bien que l’amour véritable est d’une certaine manière une parcelle du divin chez l’être humain. De la même façon que la haine serait un germe démoniaque en la personne qui en est atteinte. Vous comprendrez ici que de telles expressions sont de simples métaphores pour tenter autant que possible d’expliquer la réalité.

Passer sous silence la nécessité de survie qui pousse l’être humain vers l’autre au point de s’unir avec lui tant sur le plan physique que spirituel serait sans contredit une grave erreur de ma part. En effet, nul être en ce monde ne peut prétendre vivre en totale autarcie. Le besoin d’aller vers l’autre est tout aussi essentiel que de boire, manger et respirer. Ce qui est encore plus le cas en ce qui concerne le besoin d’aimer et d’être aimé. Bon ! Il est tout de même vrai que le désir de s’unir sur le plan strictement charnel varie grandement d’un individu à un autre mais sans un tel désir aucune, j’ai bien écrit AUCUNE société n’aurait pu voir le jour. Qu’on le veuille ou non tout, absolument tout, est une question de survie et pour se faire tout est bon, à plus forte raison, le désir d’être aimé et d’aimer. Voulez-vous détruire une personne de manière réellement efficace ? Empêchez-la d’être aimée et d’aimer. Le résultat vous étonnera.

À une époque où le poids effarant de la solitude pèseQue la musique est terminée sur une population de plus en plus vieillissante, la crainte de se retrouver seul face à soi-même se fait sentir chez un nombre impressionnant de nos contemporains. D’ailleurs, nous n’avons qu’à lire les rubriques de nos quotidiens dans lesquelles on raconte la découverte de cadavres de personnes vivant seules dans les centres urbains pour se rendre-compte que l’absence d’amour est le lot de nos sociétés dites civilisées. Le désir d’aimer, parfois coûte que coûte, incite plusieurs d’entre nous à trouver ce que l’on appelle dans le jargon populaire l’âme-sœur auprès des sites de rencontre qui pullulent sur le web. Est-il utile de préciser que le danger d’y trouver quelques beaux parleurs, incluant les membres de la gente féminine, y est fort présent? Fort heureusement, certaines des plus belles histoires d’amour y sont nées. Comme quoi tout est encore possible en ce monde.

AdonisEnfin, je désire résoudre cette question : pourquoi l’amour naitrait-il pas d’une construction qu’on se fait soi-même de la personne aimée? N’oublions pas que le sentiment amoureux prend ses origines dans la psyché de l’individu. Il aime bien souvent malgré lui souvent sur un coup de foudre lequel peut tomber dans l’eau la plus froide mais qui, parfois, peut être à la source d’un amour construit lentement mais sûrement sur le roc. Ce qui est d’autant plus vrai avenant le cas où le coup de foudre est réciproque chez les personnes concernées. Comme quoi Cupidon peut faire des miracles.

Miracle? Voilà en un ce seul mot ce que signifie le sentiment amoureux. Mais c’est aussi un don de la vie. Un don qui a permis aux hommes et aux femmes de traverser les époques, les siècles et d’être encore présents sur cette terre. Aussi longtemps que le désir d’aimer et d’être aimés habitera dans le cœur de l’humanité cette dernière sera capable, à l’image de la foi, de déplacer des montagnes.

Je vous souhaite beaucoup d’amour.

Merci de m’avoir lu.

Rolland St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Photos de nudité artistique réalisées par :

G.B. d’Allemagne : Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Rick B. d’Allemagne : DeviantArt https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

 

 

Je te porterai mon enfant

pride_by_rickb500_dc3yp9q-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je te porterai mon enfant

 

Je te porterai mon enfant,
Avec fierté, je pense à tes ascendants.
Et tu en feras de même pour tes descendants,
Pour se souvenir de ceux qui furent enlevés de notre continent.

 

Arrachés de nos lointaines terres,
Afin d’enrichir bien des terres étrangères,
De ces terres abreuvées de notre sang et de notre chair,
Avec pour consolation nos chants ancestraux portés dans l’air.

 

Fière de ma peau d’ébène,
Qui est aussi noble que l’antique Hélène,
De cette peau témoin de l’ardeur du soleil,
Qui brille sur nos sols montrant toutes ses merveilles.

 

Tu es en moi comme je suis en toi,
En moi, j’ai reçu la douce semence de ton père,
De cet homme qui aimait tant la paix et méprisait la guerre,
Un homme d’humble condition mais qui se tenait comme un roi.

 

Je te nourrirai avec joie du lait de mes seins,
À la saveur tellement exquise et au goût divin,
Te donnant mon savoir par un don transmis de ma mère,
De ma défunte mère qui fut jadis une inestimable sorcière.

 

Tu feras grand honneur à notre nation,
Et à ta mère comme de raison et avec passion,
Une passion de vivre et de combattre les injustices,
Sans oublier d’offrir à Dieu avec empressement tes prémices.

 

Je te porterai en mon âme lorsque tu naîtras,
Et dans mon cœur de chair, je te suivrai pas à pas,
De ma main bienveillante, je t’inciterai à te surpasser,
Ainsi j’aurai accompli ma mission lorsque je trépasserai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Vive l’amour dans la langue de Molière

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Votre humble serviteur bientôt de retour en tant que modèle vivant (nu intégral)

 

Vive l’amour dans la langue de Molière

Bonjour tout le monde,

C’est avec un plaisir immense que je vous informe de ma sortie prévue pour ce vendredi 15 février. En effet, les médecins et les spécialistes du centre de convalescence où je suis hospitalisé depuis trois semaines m’ont confirmé la guérison de mon bras gauche. À vrai dire, il s’agit d’une guérison de transition puisqu’il me faudra attendre jusqu’à la fin mars avant de pouvoir me servir de mon bras de manière pleine et totale. Ici, tout sera une question de prudence pour les semaines à venir.

Sous un autre ordre d’idée, J’ai eu la chance d’assister à un mini-spectacle offert par un duo musical qui a permis aux personnes présentes en salle de se remémorer certaines des plus belles chansons d’amour de la langue française. Mais, à bien y penser, quelle est la plus belle langue au monde sinon le français ? Oui, c’est un fait. Je suis à la fois nationaliste, fier de mes racines ancestrales et passionné par tout ce qui touche au beau, au bien et au bon. Mais, je suis également un francophile. C’est-à-dire, pour ceux et celles qui ignorent ce que ce mot signifie, que je suis un amoureux de la langue française.

Pour moi, la langue française est la langue de l’amour. Je devrais même dire « des amours »: amour de la nation, de la patrie, de ses terres en y incluant les « amours » de l’amitié fraternelle, de la famille sans oublier l’amour dit des amoureux et, pourquoi pas ?, celui des amants. J’aime ma langue et elle me le rend bien.

Aurais-je autant de plaisir à composer mes poèmes dans une autre langue que le français ? C’est possible. Aurais-je la même passion d’écrire mes textes dans une autre langue que ma langue maternelle ? C’est probable. Aurais-je le sentiment d’être privilégié de vivre, de penser, d’explorer et de découvrir le monde qui m’entoure dans une autre langue que le français ? Pourquoi pas ?! Cependant, c’est dans la langue française que chaque fibre de mon corps, de mon âme et de mon esprit vibre d’une vibration incomparable en ce monde.

Bref, j’ai réellement adoré cette soirée musicale où les chansons d’amour en français étaient à l’honneur et ce, en compagnie de gens formidables. Des gens qui m’ont appris de nouveau que le véritable bonheur se retrouve dans la simplicité de la vie. Croyez-moi sur parole ! C’est là une grande leçon existentielle.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Bouleau de mon enfance

27540639_10213529071454785_254659313235201464_n

Photo réalisée par madame Délisca Doucet de la Gaspésie (permission accordée)

Bouleau de mon enfance

 

Dans la douce neige de cette bienfaitrice hibernation,

Où naquit ce peuple généreux en un pays bâti par notre nation,

Me remémorant grands bonheurs et petites peines d’autrefois,

Où tout était possible par notre pur amour et par notre noble foi.

 

De ces gens venus défricher ces vierges terres,

Afin d’y fonder familles nombreuses et heureuses maisons,

Où se trouveront les croix suspendues sur les chaudes cheminées,

Témoignant de leur piété aux enfants que la Providence leur a donnés.

 

Dans la froideur des nuits polaires,

Doux rêves se firent en actes comme en paroles,

De leurs gestes d’amour point ne sert d’en faire une parabole,

Car bien des nouveau-nés peuvent témoigner de leurs joies de plaire.

 

Vaste pays d’amour et de contrées conquises,

Où chacun trouva son humble chemin face à la bise,

Terre à la barbe blanche en cet hiver tellement rigoureux,

Mais qui fera place à vertes forêts et riches lieux si généreux.

 

Voilà mes pensées en ce jour sacré pour ce repos béni,

Repos vécu en récitant avec dévotion mes modestes prières,

Prières récitées en mon cœur pour dans le Christ mes sœurs et frères,  

Comme je le fis jadis sous le bouleau de mon enfance où encore je prie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce soir

20170820_202514

Ce soir

Ce soir,
Je ressens le besoin de boire,
De boire en moi tout mon désespoir,
Car j’ignore qui je suis où je vais : Ciboire !

Un gros mot,
Qui exprime bien des maux,
En moi coule le sang de mes aïeux,
Qui m’ont transmis la noblesse d’être valeureux.

Mes dents sont ceux d’un loup,
Mon regard plonge dans la nuit à chaque coup,
De mon corps blessé par les médecins et leurs scalpels,
Et pourtant, je crie, je hurle et au loin des terres j’appelle.

Ce soir, je suis seul.
Seul de corps et d’esprit,
Ainsi en a voulu la vie et c’est ainsi.
Qui d’entre vous me suis ? Qui bien le veuille ?

Boire un verre imaginaire,
Pour effacer mes peines de cet hier,
Trouver le courage de continuer le combat,
Protéger le futur de ma nation, de ma patrie de ces faux pas.

Ce soir ou cette nuit,
Ou bien serait-ce un autre demain ?
Où le peuple se prendra peut-être en main ?
Alors là, entre vous et moi, je n’en sais vraiment rien.

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Raconte-moi, grand-mère !

20170821_153035

Raconte-moi, grand-mère !

 

Raconte-moi, grand-mère !

Une histoire d’amour, une histoire de guerre.

Un récit de ta jeunesse loin de ta présente vieillesse,

De cette époque où tu aimais recevoir de ton amoureux ses caresses.

 

Enseigne-moi une leçon,

Leçon de la vie avant que tu sois partis.

Partis retrouver celui dont ton cœur s’est épris,

Tu le sais bien ? Il t’attend avec un bouquet de fleurs qui sent si bon.

 

Dis-moi: le sais-tu mère-grand ?!

Que deviendra ce pays que tu léguas à tes enfants ?

Pays où naquit ce peuple si fier et tellement courageux,

Serait-il condamné à disparaître dans un futur ténébreux ?

 

Raconte-moi, grand-mère !

Comment raviver ce peuple au cœur de pierre ?

Donne-moi, je t’en prie, ô grand-mère, ta grande sagesse !

Avant qu’il ne soit trop tard et que cette nation disparaisse.

 

De

 

RolllandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La beauté de la nudité en nature

La beauté de la nudité en nature

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. De mon côté, j’ai passé une journée extraordinaire en compagnie de gens formidables. Des gens soucieux de leur patrie, de leur nation, de leur langue et de leur identité. Je partage leurs inquiétudes face à tout ce qui est susceptible de détruire tout ce que nos ancêtres ont construit d’arrache-pied au fil du temps.

New Phototastic Collage 3Oui, j’aime ma patrie car c’est sur cette parcelle de terre que je suis né, où je vis et que, fort probablement, je serai enterré. Oui, j’aime ma nation car c’est en elle et par elle que je me reconnais. Une nation qui a su relever des défis quasi insurmontables malgré une situation géopolitique, qui a été jusqu’à aujourd’hui et pour les années à venir, loin de lui être favorable. Oui, je suis fier de ma langue car elle est riche  tant de mots que d’expressions pour exprimer ce que l’on voit, ce que l’on ressent et ce que l’ont est réellement.

Oui, je suis fier de mon identité canadienne-française car elle regroupe12705448_1731267483771021_3433353519302731544_n à elle seule deux cultures extraordinaires. D’abord, la culture canadienne qui a été façonnée par le milieu géographique et, fait à ne jamais sous-estimer, les relations d’entraide avec les peuples autochtones qui étaient là bien avant nous. Ensuite, la culture française qui est restée, si vous me permettez d’utiliser une telle expression, dans nos gènes en dépit des siècles d’occupation britannique et de ruptures plus ou moins complètes avec la mère-Patrie. Ici, ce qui est amusant à remarquer c’est la complémentarité qui existe entre ces deux cultures.

En effet, la culture française est portée incontestablement sur la liberté de conscience, fruit de la Révolution française alors que la culture canadienne tire ses racines, c’est le moins que l’on puisse dire, de la présence de la nature. Nature et liberté de conscience ! Quelles réalités qui se complètent à merveille. N’est-ce pas ?! Voilà pourquoi l’idée de vous présenter une si belle vidéo m’est venue en mon esprit. Une vidéo qui démontre à la perfection que la beauté de la nudité se reflète à la perfection au sein même de la nature laquelle est source ultime de notre identité à tous et à toutes.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Bon citoyen !

DSCN0011

Bon citoyen !

« Respecter et protéger sa nation est le devoir de tout bon citoyen. »

de

RollandJr St-Gelais de Québec

Reprendre le flambeau !!!

New Phototastic Collage 3

Reprendre le flambeau !!!

J’aime la langue française car elle est celle que m’ont laissé mes ancêtres. J’aime ma nation car elle a su se relever contre vents et marées et bien d’autres adversités. J’aime ma religion car elle m’a inculqué de nobles valeurs et l’espérance en un monde meilleur. J’aime ma race car coule en mon sang celle de bien des héros de jadis qui donnèrent de leurs vies afin que je puisse exister.

Maintenant, c’est à moi et à mes frères et sœurs de reprendre le flambeau afin que notre lumière puisse briller sur nos terres.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Perdu dans la forêt

New Image48

Perdu dans la forêt

 

Dans le blizzard,

Où rien est laissé au hasard,

Car des choix que fait l’homme,

La mort peut survenir telle une ombre.

 

Regardant autour de moi,

Je n’y trouvai qu’arbres qui guerroient,

Pas autre son que ce vent froid et lugubre,

Que me chantent sorcières et malfaisantes succubes.

 

Allez forêt sauvage ! Emporte-moi loin de cette terre.

Mais je te le jure devant Dieu et la Court céleste que je te ferai la guerre.

Et je te combattrai avec ardeur et sans relâche de toute ma force déchaînée,

Que me transmirent mes héroïques et fiers aïeux depuis le jour où je suis né.

 

Oui, je suis perdu dans cette forêt.

Mais pour le bien de ma nation je lutterai.

Comme cette nation semble être, aux yeux de nos ennemis, perdue.

Croyez-moi ! Attendez un peu ! Vous n’avez encore, je vous le jure, rien vu.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada