Archives de tags | heure

Je danse dans la noirceur

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je danse dans la noirceur

 

Ce soir, je sors dans les bars.

Je serai en vie même s’il se fait tard.

Je vais dans un bar clandestin,

Jusqu’au petit matin.

 

Je me moque du couvre-feu.

Danser, c’est tout ce que je veux.

J’en ferai à ma tête,

J’ai décidé de faire la fête.

 

Ne me parler surtout pas de pandémie,

Profiter du bon temps, voilà ce dont j’ai envie.

Ce soir, plus rien ne me fait peur.

Je danse dans la noirceur.

 

Aussitôt arrivée sur les lieux,

Je vois braqués sur moi tous les yeux.

Sans hésiter, je me dirige sur le plancher.

Pour m’éclater dans une ambiance tellement réchauffée.

 

Fini le temps du confinement,

Terminée cette sensation d’emprisonnement,

Pour un instant de folie, je veux pleinement vivre.

Combien de temps devrions-nous simplement survivre ?

 

J’en ai assez de toujours me renfermer,

Vivre et, à mes amours, leur proclamer.

Que je serai à eux pour toute la nuit,

Car nous vivons qu’une seule vie.

 

Devrais-je déjà m’asseoir ?

Non, car vient juste commencer le soir.

Je suis debout et je compte bien le rester.

Jusqu’à ce que s’enflamment mes pieds.

 

Sans gêne aucune, j’enlève tous mes vêtements.

Fait amusant, tout le monde en fait autant.

En ce mois de janvier où tout est clos,

Ce moment me semble si beau.

 

Devrais-je alors m’en faire ?

Irais-je, pour ce moment de bonheur, en enfer ?

Si c’est le cas alors j’irai jusqu’au bout de mes pulsions.

Je ferai tout ce qui me plaît au risque de perdre la raison.

 

Danser dans la noirceur et ignorer la peur.

Voilà ma raison de vivre en cette heure.

Danser, boire un coup et faire l’amour !

Voilà quel est mon souhait depuis toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ils tentaient de tutoyer les nuages

Ils tentaient de tutoyer les nuages Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Eri Kel de la France

Ils tentaient de tutoyer les nuages

 

Par un dimanche d’hiver,

Je me promenais dans un champ,

Tout en chantant un refrain gaiement,

À travers les sapins blancs et verts.

 

Entendant le vent se manifester,

Dans les arbres si majestueux,

Contemplant cet instant savoureux,

Alors que la neige tournoya avec légèreté.

 

Levant les yeux vers le ciel couvert,

Par un vieux manteau gris et lourd,

Sous lequel avec torpeur hibernent les ours,

J’ai compris alors que maintenant c’est mon tour.

 

Tournant avec assurance mes pas vers ma demeure,

Je longeais les souches avant que vienne la tombée de la nuit,

De cette nuit noire où seul le ruisseau se manifeste par son bruit,

Je me dirigeai vers ma cabane de bois pour échapper à cette heure.

 

Une cabane de bois que seuls savent faire les gens de mon pays.

Pays de neige d’un blanc immaculé et d’étendue à perte de vue.

Découvert par des gens, de la lointaine Europe, par la mer, venus.

Avec peine, je pressais le pas face au vent et la poudrerie.

 

Arrivé en ma modeste chaumière,

Je fis avec grande joie mon humble repas,

Quelques ingrédients suffiront pour mon pâté chinois,

Sans toutefois oublier le plus important, réciter une prière.

 

Assis devant le chaud fourneau allumé,

À ce que j’allais bien pouvoir faire, j’ai songé.

De ces arbres qui jadis faisaient ma fierté vu leur vénérable âge.

Maintenant morts de fatigue à force d’avoir essayé de tutoyer les nuages.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Marie Antoinette

Marie Antoinette poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par WanderlustBoudoir Modèle : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Marie-Antoinette-898649094

Marie Antoinette

 

Il sera bientôt la nuit,

Je ferme les yeux et je souris,

Car une dame m’accompagnera,

Dans mes rêves et je lui ouvrirai les bras.

 

Ces bras si courts qui avec douceur la rapprocheront,

De mon cœur solitaire qui lui chantera une chanson.

Un refrain rempli de tant d’espoir avant que disparaisse le soir,

Mon âme, éprise par tant de beauté, fera face alors au désespoir.

 

Je ne veux pas de richesse ni gloires ni succès.

Mon seul désir est de reconquérir celle que j’aimais,

Avant de disparaître dans l’abîme de l’oubli que je redoutais,

Que je m’engloutisse dans le sable mouvant du passé à jamais !

 

Je revois ma bien-aimée entourée par la beauté,

De ces fleurs cueillies dans mon jardin immaculé.

Qui l’enveloppe de leur parfum si enivrant,

D’un arôme qui la caresse si tendrement.

 

Je revois mon amour éclairé par trois chandelles,

Qui divulgue à mes yeux épuisés comme elle est si belle.

Quel crime ai-je commis pour qu’elle ne soit plus dans ma vie?

Répondez-moi, je vous prie, car, au plus profond de moi, je suis détruit.

 

Ô ma belle Marie Antoinette,

Dites-moi, quelle est donc la raison de cette défaite?

Qui vous a éloignée de celui qui était prêt à tout vous donner.

Qui était prêt, par amour pour vous, à tout sacrifier, à tout partager.

 

Maintenant, je ferme les yeux afin de ne plus jamais les ouvrir.

Car, sans votre présence à mes côtés, je ne peux plus vivre.

Enfin, c’est l’heure pour moi de partir pour toujours.

Mais, pour vous, je préserverai tout mon amour.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce n’est pas ce que tu crois

Ce n’est pas ce que tu crois Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/It-s-not-what-you-might-think-896218645

Ce n’est pas ce que tu crois

 

Ô ma tendre chérie !

Sincèrement désolé de t’avoir surpris,

Mon cœur, je ne voulais pas te déranger.

En cet instant, pas question de t’importuner.

 

Un moment de douceur,

Qui est délicieux en toute heure.

Des gestes de plaisir intimes et agréables à recevoir,

Avec des mots de tendresse, d’amour de jour comme de soir.

 

Je suis entré par étourderie,

Alors que bien des pensées traversèrent l’esprit.

Des pensées si légères que j’aurais pu t’entendre gémir,

Gémir de jouissance en imaginant sur tes lèvres ton plus beau sourire.

 

Quelle belle surprise ! Te voir dans cette posture.

Une posture qui a mis en moi un membre bien dur.

Comment en aurait-il pu être autrement à te voir ainsi ?

Mes yeux, par tant de beauté, en sont éblouis.

 

La grâce d’un sein dévoilé,

Une vulve magnifique à peine cachée,

Un corps par un jeu d’ombre et de lumière,

M’ont fait prendre conscience comme tout est éphémère.

 

Mais, ô mon amour, ne t’en fais pas.

Si tel est ton souhait, je m’en irais, alors, dis-le-moi.

Mais, tu préfères que je t’accompagne à cet instant précis,

Fais-moi signe dès maintenant et je saurais combler tes envies.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je t’attendais

Je t’attendais 

 

Je m’étais mise belle pour toi, 

Je voulais tant que tu sois là, 

Être ensemble pour la soirée, 

Nous serions allés au ciné.

 

J’étais arrivée au lieu de rencontre,

Sans cesse je regardais ma montre, 

Vérifiant à chaque minute l’heure, 

Espérant que ce n’était pas un leurre.

 

Puis, je devais me rendre à l’évidence, 

Ces mots d’amour et de belle romance, 

Étaient des paroles de menteur, 

D’un pauvre et triste farceur.

 

On m’avait pourtant prévue, 

Mais je n’aurais jamais cru, 

Qu’une telle réalité, une telle vérité, 

Pouvait vraiment exister.

 

Mais, sois rassuré! Je ne t’en veux pas. 

Des mecs mieux que toi il y en a, 

Je vais poursuivre seule mon chemin,

J’irai voir un bon film, c’est certain. 

 

Tu sais quoi ?

Je trouverai mieux que toi.

Je t’attendais mais je m’en vais

Car ma vie, pour moi, je la vivrais.

 

De 

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada