Archives de tags | heure

Suis-moi !

Suis-moi ! Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Follow-me-929116868

Suis-moi !

 

Suis-moi !

Qui que tu sois.

Tends-moi la main,

Je t’emporterai vers demain.

 

Tu découvriras d’autres lieux.

Des endroits cachés sous les cieux.

Je te ferai goûter des mets raffinés.

Tes désirs les plus secrets seront enfin réalisés.

 

Qu’attends-tu pour être nu ?

Crains-tu être par le peuple être vu ?

Allez ! Fais-moi le plus beau de tes sourires.

Avec moi, tu cesseras pour toujours de souffrir.

 

Ne reste pas là ! Viens avec moi maintenant.

Prends le détour que je te montre à l’instant.

Allez courage ! Mon amour, sèche tes pleurs.

Ta vie a une nouvelle route à cette heure.

 

Regarde le soleil qui illumine cette journée.

Tourne enfin la page de ton lointain passé.

Ne crains rien ! Sois sans peur ! Fais-moi confiance !

Désormais, c’est l’heure ultime de ta renaissance.

 

À mes yeux, tout ce qui compte est le présent.

Ton vécu m’importe si peu depuis fort longtemps.

Chacun peut commettre des erreurs qui amènent du chagrin.

Tu as su te reprendre en main pour changer le cours de son destin.

 

Oui, comme moi, tu as fait bien des bêtises.

Pourtant, je suis devenue, de ton être, si éprise.

Ne trouves-tu pas que tu es si extraordinaire ?

Dès mon premier coup d’œil, tu as pu me plaire.

 

Allez ! Rentre avec moi dans la forêt vierge.

Je sais que tu as envie par la vigueur de ta verge.

De faire l’amour loin de toutes formes de civilisation.

N’attendons plus pour commettre le péché de la fornication.

 

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Fascination

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Fascination

 

Je suis réveillé depuis tellement longtemps.

J’ai fait un peu de ménage en prenant mon temps.

Tout en regardant avec admiration ton portrait accroché sur le mur.

Me remémorant la fois où j’avais été impressionné par ton attrait si pur.

 

Nous étions admis dans une école spécialisée en arts visuels.

Des cours de dessin, de peinture et de photo qui mirent ma vie si belle.

À mon grand étonnement, j’étais ravi de te voir assise à mes côtés.

Mes durées d’études ressemblèrent à des parcelles ensoleillées.

 

Puis, contre toute attente, nous devions travailler deux par deux.

Ne sachant trop pourquoi quelque chose nous rendait fort heureux.

Sans le vouloir, j’avais touché ta main en souhaitant prendre mon stylo.

Dès cet instant, en moi est apparu, dans le silence un jour nouveau.

 

Tu avais réagi à ma légère bévue par ton plus beau sourire.

Que ma vie si modeste m’a permis, avec joie, de découvrir !

Le travail accompli avec attention, nous l’avions remis au professeur.

Je t’avais offert de te ramener chez toi vu l’heure tardive et la noirceur.

 

Quelle allégresse en moi quand tu as accepté que je sois avec toi !

Car, sincèrement, je voulais te protéger tel l’aurait fait un roi.

Tu avais depuis le jour de la rentrée conquis mon cœur.

J’étais devenu, en cette occasion, un chevalier sans peur.

 

Au fil des jours et des nuits,

Tu m’as invité à passer un après-midi,

Chez toi, afin de faire plus amples connaissances,

J’imaginais à peine ce que tu m’avais donné comme chance.

 

Or, avant notre rencontre tant entendue, tu m’as conseillé.

Mon vieil appareil-photo apporter pour réaliser quelques clichés.

Sans me douter une seule seconde que j’y trouverais mon plus beau souvenir.

Qui allait devenir une consolation lorsque viendra le moment de vieillir.

 

Après avoir bu un bon café et grignoté quelques biscuits,

Du lustre de ta féminité, sur les films de mon engin, j’ai saisi.

Combien en ai-je pris? Et, à vrai dire, complètement, je m’en fous.

Mais, en ma mémoire, hélas, imparfaite, cet après-midi était si doux.

 

Une fois les études terminées, nous nous sommes avec regret, séparés.

Chacun de notre côté, comme est la vie, nous avons vécu notre destinée.

De tes nouvelles, de temps à autre, j’aurais tellement adoré en recevoir.

Mais, c’est un fait, l’existence humaine est parsemée par d’infinis au revoir.

 

Heureusement, j’ai conservé cet instantané.

Qui, dans mes temps de solitude glaciale, vient rallumer,

Le feu de mon amour pour toi toujours tenu dans le secret de mon cœur.

Et de cette présence bien modeste me rassure, face à la mort, de mes frayeurs.

 

Aurait-il une leçon à tirer de mon histoire ?

Je ne saurais quoi vous dire. Veuillez me croire !

Si, peut-être, en silence, nous nous aimions.

La réalité des choses est une fascination.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’heure de la vengeance

L’heure de la vengeance Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Fetishsongs Source : https://www.deviantart.com/fetishsongs/art/tattooed-sexy-girl-savage-hot-knife-fetish-925379179

L’heure de la vengeance

 

L’heure de la vengeance sonnera bientôt.

Et, il sera vraiment trop tard pour toi, mon beau.

Crois-moi ! Tu ne pourras pas échapper à ton destin.

Je te retrouverai un jour ou l’autre sur mon chemin.

 

Tu paieras tout ce que tu m’as fait subir.

Les tourments de l’enfer, je te ferai découvrir.

Tes cris de douleur seront à mes oreilles une mélodie.

Te voir souffrir sera pour moi l’aboutissement de mes envies.

 

Sois rassuré, je prendrai tout mon temps pour satisfaire.

Mon désir de t’initier à ma science, à mon savoir-faire.

Tu as joué avec mon cœur et mon corps désormais meurtris.

Par ta seule faute, d’un homme, je n’en ai plus envie.

 

Tu as joué avec mes sentiments comme on joue avec un pantin.

Mais, je saurai te retrouver et tu seras un sale objet entre les mains.

Je dégusterai chaque goutte de ton sang sur le bout de cette lame.

Après avoir expédié dans la géhenne la pourriture de ton âme.

 

Je serai à cette occasion aussi cruelle que je suis belle.

Grâce à mes bons soins, tes supplices te sembleront éternels.

Pour l’instant, je te laisse à tes craintes et à tes peurs.

Nous nous retrouverons bien lorsque viendra l’heure.

 

D’ici là, j’affûterai avec patience mon couteau.

En attendant le jour ou la nuit où j’aurais ta peau.

Qui recouvrira tel un tapis le plancher de mon salon,

Lorsque ma vengeance aura été accomplie pour de bon.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

J’ai perdu mon chemin

J’ai perdu mon chemin Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source ; https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-ve-lost-my-way-924209738

J’ai perdu mon chemin

 

En parcourant les bois,

Une femme magnifique, je rencontrai.

Dans une clairière à l’ombre des arbres parsemés,

Où elle était assise sur un tronc sec et droit.

 

Elle me semblait tellement troublée au premier regard.

Voulant jouer l’homme galant, je lui ai offert mon assistance.

La courtoisie est preuve d’une bonne éducation dès son plus jeune âge.

« Auriez-vous besoin de mon aide, ravissante dame ? » J’ai demandé sans retard.

 

« J’ai perdu mon chemin, charmant garçon. » Elle me répondit avec douceur.

M’avançant alors avec prudence vers elle, je lui ai tendu ma veste.

Car elle était à demi nue, offrant à mes yeux ébahis un joli sexe.

« Soyez rassurée ! » J’ai dit afin de calmer ses frayeurs.

 

Elle était si resplendissante avec ses cheveux de feu.

Sa peau blanche comme la neige tombée en un matin d’hiver.

Ses lèvres rouges étaient agrémentées par une mystérieuse pierre.

Une auréole se dégagea de son corps illuminant avec délicatesse ce lieu.

 

Une toge romaine laissa entrevoir un sein.

Tel un symbole de pureté digne d’une lointaine dynastie.

Un sang bleu devait couler en elle, preuve d’une monarchie.

Seule à cet endroit ? Serait-ce par un obscur dessein ?

 

Une étrange sensation m’envahit.

Je sentais nos cœurs battre à l’unisson.

Nos âmes entraient dans une secrète communion.

Avec une patience angélique, près d’elle je me suis assis.

 

Puis, elle me confia être la fée de cette forêt.

Qui attendait le moment pour trouver l’élu de son cœur.

Voyant mon geste, elle m’a choisi pour époux en cette heure.

Un brouillard nous entoura tel un manteau d’hiver lourd et épais.

 

Elle a entrepris une nouvelle route avec moi à ses côtés.

Dans son pays éloigné, elle m’y amena pour l’éternité.

Un véritable paradis où notre amour sera partagé,

Avec nos nombreux enfants heureux et comblés.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Libre sous l’eau

Libre sous l’eau Poème de Rolland Jr Modèle JenovaxLilith Photo par Craig Gum Photography Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Under-the-Sea-924299782

Libre sous l’eau

 

Bonjour mes chéris ! Je fais depuis quelque temps,

Le même rêve que je faisais quand j’étais une enfant.

Je me balade posément sur une plage de sable fin,

En suivant en silence un bien étrange chemin.

 

Le soleil me réchauffe de ses rayons,

Alors que j’écoute de la mer une chanson.

Les vagues de couleur bleutée m’invitent à pénétrer,

Dans un monde inconnu attendant à se manifester.

 

Avec prudence, je me laisse glisser entre chaque lame.

Une sensation de bien-être envahit alors mon âme.

Peu à peu, j’entre en douceur dans cette mer.

Petit à petit, je m’écarte de la terre.

 

C’est en ce moment précis que j’ouvris les yeux,

Et je découvrais un endroit si magique, si merveilleux.

Mon esprit totalement vide, j’étais libre sous l’eau.

Je n’avais jamais vu un monde si beau.

 

L’onde épousait mon corps.

La lumière brillait sur moi tel de l’or.

Mes cheveux voguèrent sur les courants.

Les faisant valser ici et là allègrement.

 

Toutes les couleurs apparaissaient si féériques.

Je me rappelais alors les contes fantastiques.

Que me relatait ma défunte mère le soir,

Lorsque venait l’heure de me dire « au revoir ».

 

Et qu’elle déposait un tendre baiser sur ma joue,

En me souhaitant bonne nuit en m’offrant mon toutou.

Libre sous l’eau ! Quel rêve formidable que j’ai fait cette nuit !

Ce que je donnerais afin que ma maman puisse être encore en vie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada