Archives de tags | mentir

Dans la lumière

Dans la lumière
« Dans la lumière » Poème par RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne

Dans la lumière

 

Dans la plus pure des lumières,
Je peux vivre une grande tristesse,
Un tel désarroi qui jamais ne cesse,
Qu’ai-je fait pour vivre un tel calvaire?

 

Immobile telle une statue de sel,
Figée dans le temps qui semble être éternel,
Retenant mes larmes au plus profond de mon âme,
Qu’aucune eau ne parviendra à éteindre les flammes.

 

On dit de vivre de manière toujours honnête,
Cela en vaut-il la peine pour tant de gens malhonnêtes ?
Jusqu’à ce que l’on se rencontre qu’il y a devant soi que mensonges,
Confiance brisée à tout jamais même dans nos rêves et nos songes.

 

J’aurais tant voulu t’aimer,
Mais toi, autrement tu en as décidé.
Ne t’en fais ! Jamais je n’irai t’importuner.
J’étais prête à t’offrir mon corps nu afin de l’admirer.

 

A-t-on fini de me mentir ?
A-t-on terminé de me trahir ?
Je tant  donné avec coeur et bonté,
Pour finalement en toi ne rien trouver.

 

Ferme cette lumière à tout jamais,
Car elle me rappelle comme je t’aimais,
Dans les ombres les plus sombres je veux vivre,
M’y enfouir pour toujours car mon âme me fait souffrir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Peux-tu la sentir ?

Peux-tu sentir
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Peux-tu la sentir ?

 

Sois rassurée !
Il est vrai que je t’ai aimée,
Aimée à la folie, aimée sincèrement,
Aimée du matin au soir et si passionnément.

 

Aimée de tout mon coeur et en silence,
Au risque de plier sous le poids de la démence,
J’étais prêt à te prendre avec tes qualités et tes défauts,
Car moi aussi j’en ai tout autant et même plus qu’il n’en faut.

 

J’étais heureux de te voir sourire,
Car au fond de moi je me sentais revivre,
J’avais aussi de la peine lorsque tu pleurais,
Car malgré moi, je le savais bien que je t’aimais.

 

Tu étais libre de faire ce qu’il te plaisait,
Mais en mon coeur me mentir, pardonner ? Jamais !
Liberté ? Je t’ai donnée. Te venir en aide ? Je l’ai fait.
Mais quand mes yeux s’ouvrirent, mon espoir s’envolait.

 

Je ne t’en veux pas car j’ai agi comme un fou.
Étais-je bercé par mes illusions en mon coeur doux ?
La vie m’enseigna qu’il faut savoir souvent faire un choix.
Peux-tu la sentir ? Deviner en mon âme tout le poids de ma croix.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Ce que tu es avare

Ce que tu es avare
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Ce que tu es avare

 

J’ai longtemps pensé à toi,
Dès que tu étais parti vers un autre toit,
Vers celui de ton épouse et de tes enfants,
Puis je devine qui tu choisiras assurément.

 

Trop de belles paroles pour ne rien dire,
Encore plus de gestes tendres pour me faire souffrir,
Des gestes et des mots évaporés dans la brume du temps,
Qui ont à jamais brisé en mon âme mes rêves si innocents.

 

J’ai cru à tes paroles et à tes beaux discours,
Alors que je m’étais mise sur mes plus beaux jours,
Je t’ai ouvert mon cœur, te confier mes craintes et mes peurs,
Sans cesse je t’ai comblé dans mon lit malgré ma douleur et mes pleurs.

 

Ho ! Ce que tu étais généreux en promesses,
En me disant que tu allais tout quitter pendant tes caresses,
Au plus profond mon être, je désirais tant cesser d’être ta maîtresse,
Mais tu préférais toujours me mentir me plongeant ainsi dans la détresse.

 

Avare de vérité ! Avare d’honnêteté !
Voilà la réalité qu’a découvert mon cœur brisé.
Comment ai-je pu succomber à ton grand art ?
Car de franchise et de droiture, ce que tu en es avare.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Étirement

37022998_10156686379523919_4043643346189549568_o

 

« Étirement » par Eri Kel

 

Étirement

 

Je m’étire,

Sans vous mentir,

Une jambe à la fois,

Les bras suivront ma foi.

 

Je me prépare,

À être nu chose rare,

Car je suis plutôt prude,

Holà là là là, quelle servitude.

 

Mais pour vous je le ferai,

Avec bon cœur et de mon plein gré,

Attendez quelques minutes quelques instants,

Pour être prêt comme il se doit, je dois prendre mon temps.

 

Prendre tout le temps d’être présent,

Car de mon corps, je vous l’offre tel un présent,

Je vous mentirais si je vous disais de ne point avoir le trac,

Voilà pourquoi je m’étire afin de calmer mon cœur qui fait tic tac.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le chant du combattant.

20170821_132844

Le chant du combattant.

 

Gens de mon pays,
Amants de ma patrie,
Unissons-nous contre la tyrannie.
Combattons ces traitres à notre nation chérie.

 

Refrain :
C’est le chant du combattant,
De celui qui refuse de voir disparaître son sang,
Le sang qui coule dans ses veines depuis la nuit des temps.

 

Contre ceux qui veuillent nous détruire,
Contre ceux qui ne cessent de nous mentir,
Contre ceux qui n’ont que ce seul désir,
C’est de nous voir dans le néant nous engloutir.

 

Refrain :
C’est le chant du combattant,
De celui qui refuse de voir disparaître son sang,
Le sang qui coule dans ses veines depuis la nuit des temps.

 

Qu’importe que l’on nous redoute,
Car seul notre courage effacera leur doute,
Et devant la noblesse de notre cause si pure,
D’autres viendront défendre nos enfants et leur futur.

 

Refrain :
C’est le chant du combattant,
De celui qui refuse de voir disparaître son sang,
Le sang qui coule dans ses veines depuis la nuit des temps.

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Mon âme divague

Mon âme divague

Mon âme divague

 

Mon âme divague

 

Où suis-je rendu?

Je me sens perdu.

Qui suis-je vraiment?

Je crains que l’on me ment.

 

D’où viens-je réellement?

Suis-je né simplement?

Je sens bien mon sang couler,

Dans mes veines bleutées.

 

Et mon cœur qui bat au rythme des flammes,

Qui caressent ma peau telles des langues brûlantes.

Mon âme lutte à la recherche de cette femme,

Qui viendra apaiser mes yeux telle une douce brunante.

 

Où es-tu ange envoyé par les Cieux?

Où te caches-tu dans cette mer de pleurs?

Montre-toi, je t’en supplie, n’aie pas peur.

Je ne suis que le descendant de mes aïeux.

 

Un homme succombant sous le poids de ses péchés.

Qui, crois-moi, s’en repent assurément.

Ô mon ange, tu peux en être rassuré.

En ton amour, il se confie allégrement.

 

Écoute mon humble prière!

Retire de moi cette lourde pierre.

Que je puisse aller de ce pas embrasser,

Celle dont je ne saurais de ma vie me passer.

 

Je n’ai point ma demeure dans le royaume d’Hadès.

Oui, j’ai encore ma place sous le soleil.

Ô bel ange, tends-moi l’oreille!

Car de tous mes péchés, je me confesse.

 

Je le reconnais sans aucune gêne.

Mon ultime souffrance dans cette Géhenne.

C’est d’être loin de celle que j’aime plus que tout,

De celle sans qui je deviens fou.

 

Entends cette modeste supplication!

Je veux que le bonheur de ma bien-aimée.

Quitte à revenir en ces lieux enflammés,

Quand mon heure de laisser les plaisirs de la vie sera arrivé.

 

De

 

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada