Archives de tags | chaînes

Allez-vous me suivre ?

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Allez-vous me suivre ?

 

Oui, mon amour, ma chérie.

Je te suivrai chaque jour de ma vie.

J’irai jusque dans les enfers pour ces chaînes te défaire.

J’irai dérober dans le jardin des cieux la plus belle fleur pour te plaire.

 

J’arrêterai de mes mains le Dieu du temps.

Pour contempler ta divine beauté indéfiniment.

Je marcherai sans cesse à tes côtés pour te protéger.

Contre tous ces vents menaçants et ces violentes marées.

 

Je continuerai sans relâche avec toi mon humble route.

Sinon mon esprit meurtri s’en va inévitablement vers la déroute.

La fougue de ma jeunesse se manifeste par la vigueur de ma verge.

Et, mon tendre amour, pour toi, telle une grâce, qui le submerge.

 

Enlève cette serviette qui cache ton corps.

Cette merveille qui est plus précieuse que l’or.

Permets-moi d’admirer chaque parcelle de ta peau.

Qui me rappelle qu’il y a encore en ce monde du beau.

 

Je te rejoindrai au plus profond de ton intimité.

Afin de te satisfaire de ces plaisirs jusqu’à satiété.

De ton fluide corporel, je m’en abreuverai allègrement.

Ô, ma bien-aimée ! Je le jure. Avec toi, je serai éternellement.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Dans l’œil du cyclone

Dans l’œil du cyclone Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Eri Kel de la France

Dans l’œil du cyclone

 

Aujourd’hui, je poursuis ma promenade.

Quelle belle occasion pour réfléchir qu’une balade.

Moment propice pour méditer sur le sens de la vie.

Alors que nous vivons tous sur une période de sursis.

 

« Mois d’avril, n’enlève pas un fil », affirme le dicton !

C’est davantage vrai en ce froid à en perdre la raison.

Quoi de mieux à faire que de se ressourcer en cette forêt ?

Où les arbres endormis attendent l’appel des farfadets.

 

C’est drôle comme je réfléchis ces jours-ci.

Oui, je le sais bien que, malgré tout, la vie me sourit.

Toutefois, certains événements me portent à la réflexion.

Des circonstances qui me poussent vers des questions.

 

Celle qui me revient souvent à l’esprit est d’une simplicité déconcertante.

La réponse est, à ma grande surprise, d’une véracité étonnante.

Quel sens peut-on donner à notre éphémère existence ?

Serions-nous destinés à offrir que patience et résistance ?

 

Tel un être perdu dans l’océan bleuté du temps.

Une mer d’un calme spartiate ou agitée par les vents.

Un simple mortel qui se remet des coups du destin.

Un être de chair qui sans cesse relève les mains.

 

Il y va de sa survie, de sa raison d’être, de sa progéniture, de son avenir.

Graines semées sur la terre pour qu’il puisse, sa famille, la nourrir.

Entre la tourmente sitôt passée et celle qui aussitôt gronde au loin.

C’est le lot des fils d’Adam et d’Ève depuis leur renvoi du divin jardin.

 

Heureusement qu’il y a en ce monde des moments de répit.

Ces instants où l’on peut reprendre doucement la liberté de l’esprit.

De ces temps alloués à l’amitié, à l’amour, à l’entraide et au partage.

Ces valeurs qui ont permis aux générations de sillonner les âges.

 

C’est dans l’œil du cyclone que nous pouvons nous ressourcer.

C’est auprès d’un Dieu silencieux que nous pouvons nous réfugier.

C’est un bien drôle de raisonnement que je fis auprès d’un chêne.

Un vieil arbre qui attend que la grande faucheuse lui retire ses chaînes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Les fissures du temps

Les fissures du temps. Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Eri Kel de la France

Les fissures du temps

 

Bien le bonjour mes précieux amis,

Je poursuis ma promenade en votre compagnie.

Une balade en cette forêt en ce début du printemps.

Un moment propice pour une réflexion en ce triste temps.

 

N’allez surtout pas croire que je suis du genre à me lamenter.

Vous savez depuis longtemps que j’adore la vie l’hiver comme l’été.

Voyez-vous ? Les situations actuelles me poussent à réfléchir.

Sur les multiples raisons de vivre bien avant de mourir.

 

Tout comme vous, je ne possède pas les réponses aux questions.

Je suis qu’un être humain qui tente au jour le jour de ne pas perdre la raison.

Une raison partagée avec la foi donnée par mes parents et transmise par leurs aïeux.

Ce sont des atouts pour découvrir en ce monde tout ce qu’il a de merveilleux.

 

Au fil de mes pas sur la terre fraîche, j’ai fait la rencontre d’un vieux chêne.

Un arbre qui, à mes yeux incrédules, semblait vouloir se libérer de ses chaînes.

Un témoin de l’histoire jonchée parfois d’illustres héros, plus souvent d’inconnus.

Des gens, comme vous et moi, qu’ils soient riches ou pauvres, naissent pourtant nus.

 

Contre toute attente, un miracle se produisit sous mon regard tel un inquisiteur.

Ma mère me disait jadis, face à mes questions, qu’à chaque chose arrive son heure.

Elle avait raison, car une chose prenait vie, sous l’écorce asséchée, de cet être si sage.

La réponse à la question que les êtres humains se posent depuis le fond des âges.

 

Pourquoi vivre si notre finalité est d’embrasser la froideur sidérale du néant ?

À vrai dire, la mort n’est pas la fin de la route, car il y aura toujours un printemps.

La vie existera toujours tant dans nos souvenirs qu’en nos espoirs en l’avenir.

Et ce, en dépit des mensonges colportés par les devins qui ne font que rire.

 

C’est au pied d’un arbre qui a connu aussi bien l’amour que la guerre.

Un chêne qui a grandi au fil des années sur les terres de mon grand-père.

Que j’ai compris que c’est souvent en nous promenant et en chantant !

Que nous résolvions nos questions à travers les fissures du temps !

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Se débarrasser de nos chaînes

Se débarrasser de nos chaînes Texte de Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/They-said-I-don-t-need-it-any-longer-887869360

Se débarrasser de nos chaînes

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le temps vous est bénéfique. Pour ma part, je profite de cette période estivale pour me promener avec mon quadriporteur, prendre du soleil et réfléchir sur des questions existentielles. Me promener en quadriporteur me permet de découvrir de magnifiques endroits de la ville de Québec. Prendre du soleil me permet de me remplir d’énergie, car, tout comme vous, je suis un être de lumière. Cette lumière intérieure a besoin de la lumière extérieure pour d’une part, vivre et, d’autre part, rayonner.

Vivre et rayonner ! Quels verbes merveilleux, mais, hélas, trop peu compris à notre époque ! Et, enfin, réfléchir sur des questions existentielles. En effet, c’est en réfléchissant sur le bon, le beau et le bien que l’être humain devient pleinement humain.

C’est un fait! J’aime beaucoup réfléchir sur de multiples sujets qui touchent l’existence humaine. Vous l’avez sans aucun doute découvert en parcourant mes nombreuses publications tant sur mon Facebook que sur mon blogue artistique. Réfléchir! Voilà un verbe dans lequel se trouve le sens propre de tout individu doué de raison. Qui dit être doué de raison, dit aussi un être capable de créer une suite logique dans ses pensées et dans ses actions lesquelles doivent porter à élever son être tout entier.

Toutefois, quel devrait être le sujet principal de nos vies? Pour ma part, je crois qu’il s’agit de se débarrasser de nos chaînes intérieures. Celles que nous avons construites au fil des événements qui ont jalonné notre vie. De telles chaînes sont les fruits de nos prises de décisions faites dans un temps précis, face à un événement particulier et souvent sous le coup d’une impulsion subite. Il va de soi que la question de sa survie tant psychologique que physique y est pour quelque chose.

Mais, de telles chaînes peuvent nous empêcher d’aller de l’avant, de connaître davantage notre potentiel et surtout de croître tant sur le plan de l’émotion que celui de la spiritualité. Combien de fois avons-nous refusé d’aller vers les autres de peur d’être rejetés? Combien de fois avons-nous reculé face à une possibilité d’une relation amicale ou amoureuse? Combien de fois avons-nous mis de côté la possibilité de découvrir la foi de l’autre ou, mieux encore, de redécouvrir notre foi? Celle que nous avons abandonnée à la suite de pressions extérieures? Combien de fois avons-nous fermé les yeux face à tout ce qui nous entoure? Mais, par-dessus toutes choses, combien de fois avons-nous fermé nos yeux sur ce qui ferait notre propre bonheur?

Oui, la peur du rejet est un boulet que bien des gens portent à la suite de mauvaises aventures. Oui, le fait de refuser la possibilité de créer des relations amicales ou amoureuses nous prive de nous connaître davantage. Souvenons-nous que c’est à travers de telles expériences que nous apprenons ce qui nous convient ou non. Oui, connaître la foi de l’autre peut aussi nous inciter à approfondir notre propre foi, si vous préférez notre propre spiritualité, laquelle regorge souvent de trésors inestimables. Oui, le fait d’être capable d’ouvrir les yeux, je parle entre autres de ceux de l’âme, constitue un pont vers de grandes possibilités. Oui, le refus du droit au bonheur est sûrement la chaîne la plus lourde que bien des gens portent en leurs seins.

Ne serait-il pas le temps de se débarrasser une fois pour toutes de toutes ces chaînes? Des chaînes que nous nous sommes imposées au fil des expériences de la vie. Une vie qui se vit chaque seconde, chaque minute et chaque heure. Je vous souhaite que cette heure soit la bonne. À la bonne heure !

De Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

 

Enchaînés

Enchaînés. Texte de RollandJr St-Gelais Photo par (et avec la permission de) Intravenusproject Source : https://www.deviantart.com/louisdemirabert/art/Kelly-enchainee-858061081

Enchaînés

Bonjour tout le monde,

J’ai longuement hésité avant de rédiger un tel article au sein de mon blog artistique. En effet, j’y aborde un sujet d’une complexité rarissime. Un sujet qui touche d’une manière ou d’une autre toutes personnes qui sont confrontées à cette période de pandémie et de confinement. Une période propice à broyer du noir et à voir la vie exclusivement de manière négative.

Plus le temps passe et plus nos pensées tendent à la négativité de l’existence. À cela viennent s’ajouter dans certains cas l’émergence de souvenirs douloureux qui ont façonné des chaînes souvent lourdes à supporter.  Qu’on le veuille ou non, nous avons tous des chaînes avec lesquelles nous devons vivre. Parfois, il s’agit de chaînes bien visibles tandis d’autres sont loin d’être évidentes au premier coup d’œil.

Or, pourquoi vouloir rédiger un tel article? Me demandez-vous. Excellente question à laquelle je vous réponds qu’une telle rédaction est tout à fait appropriée dans la situation actuelle. Nous sommes confrontés à vivre dans un confinement quasi généralisé. Une telle situation peut affecter un bon nombre d’entre nous.

Toutefois, une telle période est aussi le moment idéal pour faire le point sur bien des aspects de notre vie. Je dirais même qu’il s’agit du meilleur moment car tout est au ralenti dans la plupart des pays occidentaux. Faire le point sur ce qui nous convient réellement, sur ce dont nous avons besoin pour vivre et vivre en conformité avec nos valeurs les plus profondes. Celles qui nous motivent à avancer sur le chemin de la lumière, de notre lumière intérieure, qui nous poussent vers l’avant, qui nous éclairent dans nos choix lesquels façonneront notre destin.

Oui, je me répète, le destin est le résultat de nos choix passés qui nous ont amenés à poser nos actions d’où notre présent tire son origine. Jamais l’inverse puisque rien n’est écrit à l’avance.

Ceci écrit, nous avons tous des chaînes à supporter. Quelques-unes sont plus lourdes que d’autres. Ces chaînes sont parfois liées à des dépendances diverses. Je prends à titre d’exemples l’alcool, les drogues, le sexe, le travail, la dépendance affective et j’en passe. À vrai dire, je n’aurais pas assez de place pour toutes les nommer tellement elles sont variées et que leurs pouvoirs peuvent interférer dans nos vies.

Ici, deux réalités doivent être retenues. La première est que nous avons tous sans exception aucune des chaînes à supporter. Pour certaines d’entre elles, nous avons développé une résilience tout à fait remarquable. Cela me fait d’ailleurs penser à un article que j’ai lu aujourd’hui même dans un quotidien de Québec dans lequel on relatait la force de résilience d’une dame lourdement handicapée des suites du spina bifida face à son parcours de vie. Drôle de coïncidence, n’est-ce pas ?! La seconde est que nous avons plus souvent qu’autrement cette tendance à occulter les chaînes les plus insidieuses, celles qui se sont incrustées dans notre subconscient, et qui ont réussi à cacher notre réalité intérieure.

Rien n’est plus ardu que de se retrouver seul face à soi-même. Être seul face à nos démons intérieurs, parfois imaginaires mais qui peuvent être aussi bien réels, qui grugent notre âme en y insérant des pensées destructrices. Être seul, c’est aussi être avec cet autre que nous pensions bien connaître, c’est-à-dire soi-même. Certes, nous devons être un ami pour nous mais nous pouvons devenir également notre pire ennemi.

Oui, les chaînes peuvent avoir été imposées par la société à une époque où tout devait être conforme aux normes sociales et aux valeurs véhiculées par des instances ayant un poids démesuré par rapport à leur raison première. Je pense, entre autres, aux religions qui, encore à l’heure actuelle dans bon nombre de pays, exigent le respect de règles que l’on jugerait archaïques dans nos sociétés occidentales.

Je termine ce présent article en vous posant ces questions : Tout d’abord, quelles sont les chaînes qui vous empêchent d’être vous-mêmes ? Les découvrir est chose beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Ensuite, quelles sont les chaînes que vous chérissez le plus? Cela peut vous paraître étonnant, mais c’est une théorie de plus en plus admise en psychologie, que nous avons tendance à chérir, de manière plus ou moins importante, certaines chaînes qui sont ancrées dans le plus profond de notre être. Certaines ont un impact négatif pas trop important tandis que d’autres ont une force destructrice digne d’une bombe H.

Je vous souhaite de pouvoir profiter du confinement imposé par les autorités gouvernementales pour dénicher les chaînes qui entravent votre bonheur tout en faisant le point sur celles avec lesquelles vous avez été capables de vivre. Une telle découverte vous incitera à gravir la montagne qui vous mènera sur le sommet de la sérénité.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada