Archives de tags | désespoir

Voilà la question !

Pourquoi
Pourquoi ? Voilà la question ! photo réalisée par G.B., d’Allemagne deviantArt : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Why-832815043

Voilà la question !

Pourquoi ?  Voilà une question qui revient souvent à nos esprits tout au long de notre vie. Question que l’on se pose depuis notre plus tendre enfance. Pourquoi ceci ? Pourquoi cela ? Pourquoi pas ? Pourquoi est-ce comme-ci ou bien comme ça ? Question qui parfois peut nous amener à nous surpasser lorsque nous voulons connaître la réponse. Une réponse parmi tant d’autres. Une réponse qui peut soi nous apporter une certaine sérénité ou bien nous écraser par la douleur d’apprendre la vérité. C’est ainsi que nous le voulions ou non.

Pourquoi ? Question qui nous force à croire qu’il y a une cause à tout. Mais, dans les faits, bien des réalités peuvent ne pas avoir de causes. Les réalités sont là comme elles le sont. Un point, c’est tout. Certains naissent dans l’opulence et son élevés avec une cuillère d’argent dans la bouche et passe leurs existences dans des palais tandis que d’autres ne font qu’affronter un destin digne des plus grands romans d’horreur. Pourquoi ? Question aux réponses tant philosophiques que théologiques: Jeu cruel de la vie ! Volonté de Dieu ! Expiation du péché originel ! Loi du karma !

Pourquoi ? Ceci implique une volonté d’atteindre une sagesse de celui qui pose cette question. Une volonté qui peut tout aussi bien l’amener au bord de la folie ou du désespoir. Folie de ne jamais être contenté de la réponse trouvée. Désespoir d’avoir trouvé celle qui le désillusionnera. Pourtant, c’est cette même volonté qui peut parfois l’inciter à se surpasser, à percer les mystères de l’existence, de la nature et de la vie. Volonté d’aller toujours vers l’avant. 

Pourquoi ? Voilà la question qui fait de l’être humain un animal pas comme les autres. En effet, l’être humain est un animal. Mais, un animal doué de raison. Enfin, j’ose croire pour la majorité de ceux et de celles qui composent l’humanité. Une raison qui le pousse à atteindre des sommets invisibles tout en lui permettant de créer et de se recréer perpétuellement. De créer ce qui existait déjà dans son imagination. Un peu à l’image d’une sculpture sur bois dont le sculpteur ne fait que d’en extirper les moindres détails. Une raison qui lui permet de se recréer car ce qu’il est actuellement est souvent aux antipodes de ce qu’il a été jadis et de ce qu’il sera dans le futur. C’est ce que nous appelons l’évolution même si dans certains cas elle peut être plutôt négative. Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est comme ça. 

En terminant cette missive, je dois répondre à cette question : Pourquoi ai-je écrit un tel texte au sein de mon blogue. Je vous réponds que j’ai été inspiré par le titre même de cette magnifique photo de G.B. lequel est avec Rick B. l’un de mes amis et collaborateurs d’Allemagne. Une photo qui a fait surgir en mon esprit une autre question sous-ajacente à la première : Pourquoi pas ?

Je vous remercie de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

 

Il faut savoir garder son équilibre

Parfois la vie
Superbe photo d’une magnifique équilibriste réalisée par mon ami Joel Pèlerin

Il faut savoir garder son équilibre 

Bonjour tout le monde, 

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, je dois avouer que tout ce que l’on voit en ce moment au sein des médias d’information, voir dans certains cas de désinformation, m’inquiète de plus en plus.

En effet, je suis loin d’être insensible en ce qui concerne tout ce qui se passe actuellement tels que la menace grandissante du coronavirus, de la crise économique qui s’annonce à nos portes, des différentes catastrophes qui menacent notre planète laquelle est, il faut bien le reconnaître, malmenée depuis bien des décennies par les êtres humains. Dans le dernier cas, faut-il s’en étonner ?

C’est à mon humble avis le retour du balancier face à tout ce que les êtres humains lui ont fait subir en faits de surexploitation de ses richesses. N’oublions pas que nous sommes que des locataires et non pas des propriétaires puisque d’autres suivront bien après notre départ. 

Mais que pouvons-nous faire devant de telles informations, parfois erronées, parfois exagérées, qui empoisonnent à la fois nos âmes et nos esprits ? Devrions-nous paniquer au point de faire du porte-à-porte pour annoncer la fin des temps ou bien pratiquer la politique de l’autruche, c’est-à-dire de se cacher la tête dans le sable et de faire semblant qu’il ne se passe rien ? 

Certes, et là je parle en mon nom, la sagesse me semble être de savoir garder son équilibre en tout temps. Un équilibre qui se veut être à la fois prudence et tempérance. Prudence face à ce que je lis, à ce que j’écoute et à ce que je fais. Tempérance face à mes émotions qui, à l’instar de plusieurs d’entre nous, risquent tôt ou tard de me submerger. 

Tel une équilibriste perchée bien haut sur son cerceau, l’impulsivité est très mauvaise conseillère. Tout comme l’impulsivité, la panique, la crainte et le désespoir sont à éviter. Seul être capable de prendre un recul avant de faire le moindre mouvement compte dans ce cas. Il en est de même pour l’auteur de cet article face à tout ce qu’il voit dans les médias. L’essentiel se résume à ceci : savoir garder son équilibre en tout temps. Peu importe ce qu’il est susceptible d’arriver ou non, je n’ai aucun pouvoir sur le déroulement des événements.  

Et puis, nul d’entre nous ne peut changer le cours de l’histoire. De toute façon, l’histoire change en elle-même à chaque instant. Et c’est dans cet instant précis que l’on se doit de garder son équilibre. 

Je vous souhaite de garder votre équilibre face aux aléas des faits présents lesquels deviendront des événements du passé. Un passé qui formera l’histoire. 

Merci de m’avoir lu. 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Les yeux clos

Yeux clos
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Les yeux clos

 

Voilà déjà quelques jours que tu es parti,
Dans un lieu que l’on appelle le Paradis,
Tu es parti avec le calme et le sourire,
Tel que tu m’enseignas à bien vivre.

 

J’étais chez-moi lorsque le téléphone sonna,
Une voix féminine ton départ, elle m’annonça.
Retenant mes larmes autant que mon pauvre coeur,
Je sortis avec peine tant de ma demeure que de ma torpeur.

 

Prenant avec moi le stricte nécessaire,
Car dans le fond que pouvais-je de plus faire ?
Je pris le premier bus qui passa sur ma rue de nuit,
Que le temps défile lorsque du ciel tombent des gouttes de pluie.

 

Arrivée subitement devant ta dernière maison,
La même où ton épouse, ma mère, autrefois y vivait,
Ce lieu où des jours durant, avec joie elle nous recevait.
Maintenant c’est à mon tour d’aller te dire adieu avec raison.

 

Entrant par la porte tournante et coulissante,
Je sentais mes pieds fragiles glisser sur une pente,
Celle du désespoir malgré la foi précieuse que tu m’as inculquée,
De cette foi timide que tu t’efforças de faire grandir dès que je fus baptisée.

 

C’est alors que je me suis rappelé cette ultime promesse,
Que tu m’avais déjà faite et qui me fut douce telle une caresse,
Que le jour où ton corps en aura assez de souffrir et que ton âme vers les cieux partira,
Qu’en compagnie de ton épouse et de ma mère adorée, ensemble votre fille, tu veilleras.

 

Ayant décidé librement d’emprunter les escaliers,
Ce calvaire qui était le mien à pieds je l’ai monté sans rechigner,
Car je souhaitais que tu sois digne de ta fille en cet instant si crucial,
En cet instant où je voulais te manifester tout mon amour malgré en moi ce mal.

 

Devant cette porte signe de croix j’ai faite pieusement,
Afin de faire fuir à jamais de mon âme ces démons envahissants.
Avec légèreté en ce lieu je suis entrée, avec tes yeux bleus tu m’as saluée.
Nos présences furent suffisantes voilà pourquoi aucun mot en cette nuit furent prononcés.

 

Ayant senti en moi depuis longtemps le moment fatidique venir,
J’ai tenu ta main usée par l’âge et la vie témoignant de précieux souvenirs,
Ouvrant tes lèvres tu prononças le tendre prénom de ton épouse venue te chercher,
Le prénom de celle qui, vers en un jardin magnifique, t’a avec tout son amour amené.

 

Enfin, maintenant que tout est terminé que tout est bel et bien fini,
Que vos corps reposent pour toujours et à jamais en cette terre bénie,
Je prends le temps de revoir les moments passés ensemble où tout était si beau,
Une paix qui m’était inconnue jusqu’alors s’installe en moi dès que j’ai les yeux clos.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Avec ou sans toi

Avec ou sans toi
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Avec ou sans toi

 

Avec toi, j’ai découvert l’amour.
Sans toi, je l’ai perdu pour toujours.
Avec toi, la joie était dans mon cœur.
Sans toi, il n’y maintenant que la peur.

 

Avec toi, je vivais mes rêves.
Sans toi, j’ai tant de misère quand je me lève.
Avec toi, je regardais la vie avec espoir.
Sans toi, je ne vois que malheur et désespoir.

 

Avec toi, je savais qui j’étais.
Sans toi, j’ignore toujours où je vais.
Avec toi, je pouvais pleinement me réaliser.
Sans toi, je me questionne à savoir pourquoi exister.

 

Avec ou sans toi? Quelle est la question.
Sans toi, où est ma raison de vivre?
Sans toi, pourrais-je seulement survivre?
Avec toi, aimer est devenu de ma vie, son unique raison.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

L’esclave

Esclave
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

L’esclave

 

Debout,
Parfois à genoux,
Corps de sa beauté jaloux,
Grâce féminine qui peut rendre fou.

 

Statue de cire,
Qui devant la bêtise,
Des hommes de bien mauvaise surprise,
Préfère se taire même si parfois elle aimerait en rire.

 

Immobile depuis des lustres,
Ne sachant que faire cela me frustre,
Car devant cette beauté de femme j’aimerais lui parler,
De mes souvenirs, de mes rêves et de mes illusions lui raconter.

 

Cachant ses yeux remplis de tristesse des miens,
Que je lui donnerais pour pallier la lacune de mes mains,
Je lui offrirais avec amour mon épaule afin qu’elle puisse enfin pleurer,
D’avoir vu tant de désespoir, de méchanceté et de crimes sans pouvoir se révolter.

 

Bras replié sur sa chevelure,
Reflétant la pureté de sa parure,
Parure de noblesse ayant traversé les barrières,
Barrières du temps et de l’espace ne craignant pas les enfers.

 

Esclave de chair, d’os et de sang
Toute immobile depuis sa tendre création,
Faite par un artiste esseulé avec une infinie précaution,
Statue de pierre brute à qui il lui donna la vie éternellement.

 

Esclave ayant pour devoir de nous rappeler,
Que malgré nos erreurs, nos réussites et notre bonne volonté,
Sur cette terre à vivre ensemble nous y sommes tous condamnés,
Et que peu importe les origines, les religions et autres lubies, il faut savoir s’aimer.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada