Archives de tags | désespoir

Nu … par Brigitte Bizé

 

26231811_338498853299665_6067423322810350198_n

 

Avec la permission de Brigitte Bizé et de Arthur Art

 

 

Nu …

Par Brigitte Bizé

 

Être dans la réjouissance
Avoir la chance,
De pouvoir regarder cette femme
En ressentir les flammes .

Devant sa nudité parfaite
Et discrète ,
Habillée d’une tresse
Comme douce caresse .

 

Sur le galbe de ses seins
Au teint satin ,
A vous amener les soupirs
Et le désir .

 

De l’aimer
Sans pouvoir l’animer ,
Tendrement
À chaque instant .

 

Comme chaque soir
Être dans le désespoir ,
A ne voir sa sensualité
Que sur cette œuvre à satiété .

 

Réaliser par amour pour la femme
Par un Peintre et son âme,
Avec le respect dans son regard
À effectuer son Art .

 

Brigitte Bizé

 

Tous droits d’auteur réservés
15/01/2018

 

Photo :Arthur Art
Page :Arthur Art
Date de la réalisation :13/91/2018!

Si je pouvais revenir

1918166_1750892318475204_5194615352835956236_n

Si je pouvais revenir

 

Si je pouvais revenir,
Sur mes traces de pas,
Je le ferai dès cet instant là,
Pour te donner un éternel sourire.

 

Si je pouvais retourner,
Dans cet endroit si merveilleux,
Où, toi et moi, nous étions si heureux,
Dans le secret de mon cœur je t’ai aimée.

 

Si je pouvais arrêter de me détester,
De n’avoir pas su mon amour te manifester,
Mes jours sont devenus maintenant des nuits,
Je n’ai pas tenu ma promesse de toujours être ton ami.

 

Pourtant que Dieu m’en soit témoin,
Je t’ai tellement aimée du soir au petit matin,
De l’aube jusqu’au crépuscule où tout s’endort,
Mais dans mon âme est apparue désespoir et mort.

 

Si je pouvais revenir en arrière,
Mon cœur cesserait de subir cet enfer,
Si je pouvais revenir en cet instant dans ce temps,
J’aurais agit, crois-moi ô ma toute belle, autrement.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Cette tristesse

20171130_135019 (1)

Cette tristesse

 

Il y a des jours,

Il y a aussi des nuits,

Où j’aimerais te donner ma vie,

À impossible nul n’est tenu, m’a-t-on dit.

 

Je me souviens de ce temps,

Comme j’étais heureux tel un enfant,

Jouant gaiement sous le soleil si chaud si beau,

Ce temps est révolu laissant en moi bien des maux.

 

À quoi bon cette nostalgie,

Si ce n’est que pour nous pourrir la vie,

Je ferme les yeux pour revoir ton tendre visage,

Ce que je t’aurais donnée parole d’un vieux sage.

 

Aujourd’hui tout a changé,

Même si dans le secret de mon cœur,

J’ai respecté ton choix en m’éloignant dès cette heure,

Et pourtant, je continuerai pour toujours de t’aimer.

 

Le sablier du temps a depuis tourné,

Me faisant comprendre toute la peine qui m’envahit,

Suis-je un être immoral ? Un bête animal ? Dites-le moi je vous en pries.

Et puis non, car je sais qu’au plus profond de moi mon âme languit.

 

J’ai respecté, crois-moi, ton choix,

Malgré mon crie de désespoir et notre peine,

Depuis tout ce temps coule un nouveau sang dans mes veines,

Celui de mes ancêtres preux chevaliers et nobles comtes et ces rois.

 

C’est le lot de la sagesse,

La somme de cette expérience,

Qui m’amena sur la route de la démence,

Aujourd’hui je désire ne plus revivre cette tristesse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce soir

20170820_202514

Ce soir

Ce soir,
Je ressens le besoin de boire,
De boire en moi tout mon désespoir,
Car j’ignore qui je suis où je vais : Ciboire !

Un gros mot,
Qui exprime bien des maux,
En moi coule le sang de mes aïeux,
Qui m’ont transmis la noblesse d’être valeureux.

Mes dents sont ceux d’un loup,
Mon regard plonge dans la nuit à chaque coup,
De mon corps blessé par les médecins et leurs scalpels,
Et pourtant, je crie, je hurle et au loin des terres j’appelle.

Ce soir, je suis seul.
Seul de corps et d’esprit,
Ainsi en a voulu la vie et c’est ainsi.
Qui d’entre vous me suis ? Qui bien le veuille ?

Boire un verre imaginaire,
Pour effacer mes peines de cet hier,
Trouver le courage de continuer le combat,
Protéger le futur de ma nation, de ma patrie de ces faux pas.

Ce soir ou cette nuit,
Ou bien serait-ce un autre demain ?
Où le peuple se prendra peut-être en main ?
Alors là, entre vous et moi, je n’en sais vraiment rien.

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Telle est sa destinée !

Sacré-coeur 10

Photo : Jérôme Bertrand

Telle est sa destinée !

 

En ce temps de violence,
En ce temps où l’on brise l’enfance,
En ce temps où le désespoir est à l’adolescence,
En ce temps où l’incertitude plante en terre sa semence.

 

Gardons mes frères la foi en la vie,
Gardons mes sœurs le goût à l’amour infini,
Gardons vivace notre désir de la découverte d’autrui,
Gardons ferme le souhait de s’en faire pour toujours un ami.

 

Offrons nos mains aux démunis,
Offrons nos cœurs à ceux venus de lointains pays,
Offrons la bonté pure et sans attente aux malaimés de la terre,
Offrons notre présence secourable aux victimes de toutes ces guerres.

 

Ne laissons pas s’éteindre cette flamme,
Ne laissons pas disparaître le combat de ces âmes,
Ne laissons pas mourir la joie de vivre pour les générations futures,
Ne laissons pas passer la chance incroyable de détruire tous ces murs.

 

Crois-moi! Il n’en tient qu’à toi,
De faire le premier pas qui que tu sois,
Car devant la grandeur incommensurable de l’éternité,
L’humanité devra apprendre à s’unir pour sa survie telle est sa destinée.

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Mon amour sera tel un péché mortel et un plaisir coupable.

a_quoi_pensez_vous_by_lequebecois1962-db8hnp2

Mon amour sera tel un péché mortel et un plaisir coupable.

 

Regarde-moi quelques instants,

Droit dans les yeux pour un moment,

De quoi as-tu vraiment peur en ce triste jour ?

Que crains-tu maintenant et ce depuis toujours ?

 

Laisse-moi scruter les recoins de ton âme,

Existe-il encore une parcelle de cette brûlante flamme ?

Celle qui réchauffe l’univers de ton cœur maintenant assombri,

Par toute cette horreur qui ravage ce monde autrefois de justice épris.

 

Tel un navire naviguant sur une mer agitée,

Ton cœur chavire sur les vagues d’une tempête d’été,

Regarde mes yeux ! Accroche-toi à ces salvatrices bouées !

Je ressens en toi un immense désespoir et à tel point tu es si fatigué.

 

Ô mon amour, es-tu capable ?

Dis-le-moi, de poursuivre ta route à mes côtés ?

De me voir tel que je suis sans artifices ni cruauté ?

Mon amour sera tel un péché mortel et un plaisir coupable.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je t’attendrai en mes songes

18870997_10153966337538039_1787232560_n

Je t’attendrai en mes songes

 

Dans la profondeur de mon sommeil,

Là où mes pires démons se cachent et veillent,

Attendant le moment qui n’est pas encore venu,

Où ils surgiront dans ce corps fragile et entièrement nu.

 

Mes craintes sont-elles justifiées ?

Serais-je dès l’aube un vulgaire crucifié ?

Serais-je condamné à vivre loin de toi sur cette terre,

Terre promise ! Terre damnée ! Où mon âme sans cesse erre.

 

Je n’ose pas me réveiller,

De crainte de voir que tu t’en es allée,

Partie vers des contrées clémentes et ensoleillées,

Ne plus admirer tes yeux, de par mes caresses, si émerveillés.

 

Comment pourrais-je vivre ?

Sans t’entendre rire et te voir sourire ?

Comment puis-je, ne fut-ce un seul instant, respirer ?

Sans t’avoir dans mes bras pour te protéger et t’aimer ?

 

Où est passé le soleil ?

Où sont les étoiles dans le ciel ?

Ils sont cachés dans les abîmes profonds,

Là où se trouve le sable mouvant du désespoir sans fond.

 

Ô toi, ma chérie et mon amour !

Reviendras-tu maintenant en ce jour ?

Ranimeras-tu cette flamme qui était en moi ?

D’ici-là, je t’attendrai en mes songes où je suis encore roi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada