Archives de tags | mal

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de la lumière

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de la lumière Poème de RollandJr St-Gelais Photo par Samo19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Chiaroscuro-930540147

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de la lumière

 

La nuit est depuis longtemps tombée.

Autour de moi se trouve l’obscurité.

Une noirceur quasi infinie,

Qui assombrit ma vie.

 

De tout mon être, je t’ai aimé.

Pareil à un dieu omnipuissant, je t’ai adoré.

Je buvais chacune de tes paroles que tu prononçais.

Tes belles lettres de passion, en mon âme, je les amassais.

 

Au fil du temps, j’ai fini par comprendre.

À te voir agir ainsi, ton désir était de me prendre.

Tel un vulgaire objet pour satisfaire tes fantaisies,

Me laissant seule face à tes tendances à la mythomanie.

 

Les jours et les nuits sont inlassablement passés.

Mes yeux, devant l’inévitable, ont trouvé la vérité.

À bout de courage, je suis sortie de ce labyrinthe tortueux.

Mon unique souhait était de découvrir un monde merveilleux.

 

Combien de femmes as-tu prises dans tes filets ?

À tes conquêtes d’une aventure, quel mal leur as-tu fait ?

Mais, sache que pour moi tout est bel et bien terminé.

Jamais plus, dans tes toiles finement tissées, je ne tomberai.

 

De toi, j’ai cessé pour toujours d’avoir peur.

Inutilement, j’ai passé tellement de ces heures.

À ingérer tes histoires mensongères si saugrenues.

Maintenant, c’est révolu, car je n’en pouvais plus.

 

Mais, je te rassure, avec toi, je ne veux pas la guerre.

De ton emprise infernale, j’ai réussi à me défaire.

T’accorder la moindre de mes attentions !

Tu n’en vaux pas la peine, mon garçon.

 

J’ai tant d’amour à donner.

Il y a en moi tant de rêves à réaliser.

Je t’ai projeté loin de moi telle lourde pierre.

Pour qu’enfin vienne sur moi la chaleur de lumière.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Sorcière

Sorcière Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Wonderless Photography Modèle : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/W-I-T-C-H-930436960

Sorcière

 

Sorcière ! Vous avez dit « sorcière » !

Vous osez m’accabler des maux sur cette terre.

Mais, qui sont les responsables des pires crimes de l’humanité ?

Seraient-ce les religions qui ont tué des innocents au nom d’un Dieu de bonté ?

 

Mon savoir et ma science n’ont que faire de vos superstitions.

Mes notions ont été transmises sur de nombreuses générations.

En effet, la nature a révélé aux femmes sages ses mille secrets,

Pour concocter des potions magiques et des remèdes parfaits.

 

Combien d’enfants ai-je sauvés d’une mort certaine ?

Alors que la chrétienté déversait toute la haine,

Face à mes consœurs et envers moi-même par jalousie.

En projetant devant ses brebis l’image d’une sainte qui prie.

 

Heureusement qu’il y a la saison automnale.

Celle où la fraîcheur éloigne de moi toute forme de mal.

La légère luminosité du soleil septembral sur les feuilles.

Indique avec certitude que ces dernières feront une boisson forte.

 

Qu’est-ce qui est plus efficace que des extraits de potiron ?

Pour apprêter mes délicieux breuvages pour les garçons.

Quoi de plus sûr que de l’écorce de bouleaux ramassée à la file,

Pour mijoter de doux nectars afin de rallumer le cœur des jeunes filles.

 

Oui, sans aucune gêne, je suis bien une sorcière.

Et, je l’avoue, de tout mon être, de toute mon âme, j’en suis fière.

Vous avez certes deviné. Je suis évidemment cartomancienne à mes heures.

Toutefois, c’est pour ma propre satisfaction et pour votre grand bonheur.

 

Reconnaissez-le ! Confessez-le ! Vous redoutez mes pouvoirs.

Vous croyiez vivre dans la clarté alors que vous êtes dans le noir.

Soyez rassurés ! Sincèrement, je ne vous en veux pas.

Car, on craint toujours ce qui est différent de soi.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Fais-moi confiance

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Fais-moi confiance

 

Aujourd’hui, je suis allé voir un médecin.

Avec qui, je me sentirais entre de bonnes mains.

Cela faisait quelques temps que je ressentais des douleurs.

Et, j’en éprouvais à mon regret de plus en plus de peur.

 

La date de mon rendez-vous advint.

Prenant mon courage, j’y allai d’un pas certain.

Dans un cabinet privé, j’ai été accueilli avec respect.

Ne connaissant pas quoi m’attendre à ce qu’il m’arriverait.

 

Feuilletant un magazine, j’essayai d’occuper mes esprits.

Car, après tout, il est trop tard pour reculer à ce moment-ci.

J’ai remarqué que le décor avait un petit-je-ne-sais-quoi.

Une ambiance si chaleureuse qui me réconforta.

 

Les membres du personnel étaient légèrement vêtus.

Ce qui était loin de me déplaire à première vue.

Des femmes d’une beauté exquise œuvrèrent.

Elles se comportèrent telles des fourmis ouvrières.

 

Puis, l’une d’entre elles est venue me trouver,

Pour m’amener dans la grande pièce juste à-côté.

Elle me demanda sur le champ de retirer mes fringues,

Ce que je fis sans discuter, même si je me sentais dingue.

 

Soyez rassuré ! Je suis l’infirmière attitrée de votre docteur.

Elle arrivera pour la consultation dans un quart d’heure.

Elle possède une expertise médicale qui vous étonnera.

Sa connaissance, j’en suis certaine, vous médusera.

 

Une femme à la chevelure rougeâtre entra avec délicatesse

Elle portait des lunettes qui lui donnèrent une allure de déesse.

Un collier orangé pendu à son cou me faisait songer à l’automne.

Baissant sa monture, elle observa avec attention ma virilité d’homme.

 

Elle devina sans outre mesure le poids de mon célibat.

Et de ses mains expertes, de cette douleur, elle me soulagea.

Quand je pense que depuis des jours je m’en faisais pour si peu.

Et, maintenant, je peux dire que je suis un gars vraiment très heureux.

 

Elle m’a fait une ordonnance médicale.

Afin d’éviter de souffrir de nouveau d’un tel mal.

D’aller voir un établissement spécialisé dans ce domaine.

Elle me suggéra par écrit quelques endroits. Quelle veine !

 

Trois fois par mois seront, à mon avis, raisonnables.

Pas plus, car tout excès serait, à mes yeux, impardonnable.

Tenez mon cher ! Je vous donne mes honoraires pour aujourd’hui.

C’est avec un soupir de soulagement que je lui ai dit merci.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Elle me donna son chapelet

Elle me donna son chapelet Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Fetishsongs Source : https://www.deviantart.com/fetishsongs/art/Ink-tits-nun-fetish-sexy-seductive-girl-925324948

Elle me donna son chapelet

 

Bonjour mes chéris.

Venez vers moi, je vous en convie.

Pour admettre l’ensemble de vos péchés !

Dans mon isoloir vous serez vite pardonnés.

 

Je suis la vicaire d’une église un peu spéciale,

Qui possède des règles et des prières très originales.

Parmi celles-ci, la confession est tout à fait particulière.

Dans nos croyances, nous ne craignons guère les peines de l’enfer.

 

Surtout s’il s’agit du péché capital le plus pur.

Évidemment que je fais ici référence à la luxure.

Où se trouve le mal si cela est fait entre deux amants ?

Quoi de plus humain que l’acte de chair entre adultes consentants ?

 

Allez ! Mettez-vous à genoux, Humbles pécheurs repentis !

Le pardon vous sera accordé dès que vous aurez tout dit.

Vous pouvez avouer vos offenses en admirant mes jolis seins.

Pendant que je réciterai le chapelet qui est entre mes mains.

 

Les voies de Dieu sont impénétrables.

Mais, mon désir de vous satisfaire est vérifiable.

Il est vrai que j’ai fait le vœu d’obéissance et de pauvreté.

Bizarrement, je n’ai pas prononcé celui de chasteté.

 

J’aimerais apaiser quelque chose d’autre que votre conscience.

Et, admettons-le, la confession restitue l’innocence de l’enfance.

Cette période de notre vie où bien des choses restent cachées.

Des réalités souvent tristes qui sont en temps et lieu dévoilées.

 

Je suis une simple religieuse.

J’ai été élevée par une mère pieuse.

Elle travaillait tard le soir dans un endroit secret.

Chaque fois qu’elle y allait, elle me donnait son chapelet.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

L’amour blesse

L’amour blesse Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Love-hurts-918738894

L’amour blesse

 

Voilà maintenant quelques jours,

Que tu as quitté ma vie pour toujours !

Je ne sais plus quoi faire, quoi dire,

Pour que mon cœur puisse arrêter de souffrir.

 

J’ai longtemps attendu, assise dans le salon, ton appel.

En me souvenant qu’avec toi comme les nuits étaient belles.

Que ferais-je de cette vie si triste alors que tu n’es plus là ?

Il y a tant d’idées sombres et de soleils noirs au plus profond de moi.

 

Je pense à une jolie chanson qui était souvent diffusée,

Sur le poste de radio de mes parents qui m’avait alors bien amusée.

Je ne pouvais guère imaginer comme les paroles étaient si vraies.

Mais, je me rend-compte comme cela est réel quand le mal est fait.

 

Oui, comme l’amour véritable blesse.

Surtout lorsque j’ai tant besoin de tes caresses.

Que me reste-t-il pour me consoler de cette peine ?

De cette douleur incessante qui coule dans mes veines.

 

Prenant d’une main fragile cette fleur que tu m’avais offerte.

Je la passe sur mon avant-bras en admirant sa tige si verte.

Une rose tellement vivante alors que mon âme se meurt.

Et à chaque pétale que j’enlève, c’est un peu moi qui pleure.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada