Archives de tags | valeur

« V » comme victoire

« V » comme victoire Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Alain et modèle nu Atsuko

« V » comme victoire

 

Ô beauté étrangère,

Mets-toi près des étagères,

Penche-toi un peu vers l’arrière,

Sois prête telle une guerrière.

 

Ne sois pas, avec moi, gênée.

Car jamais je n’ai vu telle beauté,

Un corps si parfait dans ce monde effronté,

Qui ignore ce qu’est la chance que peut offrir la destinée.

 

Belles courbes qui jalonnent ce corps.

Ces courbes semblables à une toison d’or,

Et de cette zone interdite qui me porte à bon port,

Sois sans crainte, charmante dame, je ne te ferai aucun tors.

 

Je saurai transposer votre douceur sur ce papier,

Sur ce papier où avec grande précaution je naviguerai,

Je voguerai sur une houle aussi chaude que l’été,

De cette saison qui passe, hélas, trop vite en cette cité.

 

Plus j’admire votre corps magnifique,

Plus je suis possédé par votre charme authentique,

Mais, sans vouloir être insolent, ce qui me semble presque féérique.

C’est cet endroit si ténébreux que je qualifierais de magique.

 

Hypnotisé par les poils de ton pubis,

Je sens monter en moi une irrésistible envie,

Celle de les caresser afin d’en saisir toute la vie,

Mais, par respect pour vous, je garderai mes distances ainsi.

 

Poils pubiens ! Votre disposition évoque une page de l’histoire.

Celle d’un homme avec un verre d’alcool et qui veillait tard le soir,

Car grande est sa valeur pour avoir combattu des forces noires,

C’est en faisant le « V » qui galvanisait son peuple pour la victoire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Oiseau du paradis

Oiseau du paradis Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par JRekas Source : https://www.deviantart.com/jrekas/art/Paradise-Bird-609929227

Oiseau du paradis

 

Dans un grand jardin,

Je m’y promenais au matin,

Marchant simplement en ne pensant à rien,

Respirant l’arôme des fleurs de l’orient, tel le jasmin.

 

Dans la quiétude du levé du jour,

J’avançais d’un pas léger, mais d’un cœur lourd,

Un sentiment que je ressentais en imaginant le grand amour,

De ce sentiment éphémère qui débute par un coup de foudre sans détour.

 

Mes pieds caressaient avec douceur la fraîche verdure.

Alors que j’accordais le verbe « aimer » au passé, au présent et au futur.

Ce verbe, que connaissaient la valeur, les amoureux aux cœurs purs.

Ce verbe si malmené en notre époque où règnent les actes si durs.

 

C’est alors, en n’y prenant point garde, que je vis une merveille.

Un oiseau volait allègrement dans le ciel telle une hirondelle,

Un être ailé qui me paraissait être un ange descendu du ciel.

Était-ce un de ces chérubins qui cherchait ses ailes?

 

Je ne saurais point vous le dire,

Car, je ne suis qu’un être qui ne cesse de souffrir.

Souffrir en cette existence éphémère c’est aussi vivre,

Qui était cet être de lumière qui de sa beauté me rendait ivre?

 

Oiseau du paradis !

Veuillez rester un instant, je vous prie.

De votre présence, vous ensoleillez ma modeste vie.

Oiseau à la beauté toute féminine qui sans cesse m’éblouit.

 

Ne fuyez pas ma présence,

Vous me rappelez ma lointaine enfance,

Je vois en vous mes amours d’adolescence,

Que votre beauté soit à jamais de ma vie son essence.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Une œuvre d’art photographique

Une œuvre d’art photographique Texte de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne, Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/A-shy-wood-elf-861834832

Une œuvre d’art photographique

Bonjour tout le monde,

C’est avec un immense plaisir que je vous présente une œuvre d’art photographique tout à fait remarquable. À vrai dire, une telle œuvre est sans conteste digne des plus grandes salles d’exposition contemporaines. Et pour cause puisque l’on y retrouve une harmonie de plusieurs éléments qui rendent une telle photo vraiment extraordinaire.

Parmi lesdits éléments, il y en a trois qui ressortent du lot. En premier lieu, la pudeur qui se dégage du résultat final. En effet, la nudité du modèle féminin est dévoilée avec une douceur et un respect rarissime à notre époque. En deuxième lieu, l’angle d’approche avec laquelle la photo a été réalisée. Un angle d’approche où le corps du modèle semble épouser la nature environnante. Une nature qui, si je me permets une certaine poésie, désire protéger ce corps magnifique des yeux de gens qui seraient dans l’incapacité de l’admirer à sa juste valeur. Et, en dernier lieu, la distance entre le photographe et son modèle dénote un respect réciproque l’un envers l’autre. Un respect qui se veut être de mise dans le domaine de la nudité artistique.

Toutes mes félicitations à mon ami G.B. d’Allemagne et à son modèle Lyssa pour cette jolie photo.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Bois d’ébène

Bois d’ébène Poème de RollandJr St-Gelais Photo choisie par Appetive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Vb2098-857477761

Bois d’ébène

 

Femme de couleur,

Femme d’une tribu sans peur,

Femme d’une lointaine contrée,

Femme de ce continent où vous avez été extirpée.

 

Femme à la beauté exceptionnelle,

Femme à l’histoire si triste mais si belle,

Femme ayant connu la plaine de la savane,

Femme ayant voyagé sur les routes à dos d’âne.

 

Femme ayant des frères et des sœurs,

Femme ayant connu des gens avec bon cœur,

Femme qui doit maintenant affronter ces regards inquisiteurs,

De ces gens venus lieux si lointains tels que de vulgaires visiteurs.

 

Femme sur laquelle ces marchands tentent d’être d’accord sur votre valeur,

Femme qui cache en vous-même tant de questions et toute votre frayeur,

Femme qui changera son nom en celui d’une mystérieuse Hélène,

Car tel est le vœu de celui qui vous achetée tel du bois d’ébène!

 

de

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada