Archives de tags | nuit

Considère-le

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Considère-le !

 

Oui, j’ai passé avec toi la nuit.

Mais, qui crois-tu que je sois vraiment?

Une fille de joie que l’on oublie instantanément?

Je suis de celles qui aiment plus que tout cette vie.

 

Alors, prends bien garde de jouer avec mes sentiments.

Tu risques de le regretter pour très longtemps.

Je ne permettrai jamais une telle situation.

Je te promets l’enfer et la damnation.

 

Ma beauté et mon âme ne sont pas à vendre.

Malheur à ces imprudents qui se feraient prendre.

Mes yeux bleus deviendront rouge ardent comme les feux,

Du royaume de Satan qui me transformera en un succube ténébreux.

 

J’aspirerai chaque goutte de leur énergie vitale,

Mes langoureux baisers leur seront inévitablement fatals.

Ils me supplieront d’arrêter de les torturer, mais ce sera en vain.

Je tiendrai avec fermeté leurs esprits pervers entre les doigts acérés de mes mains.

 

Si j’ai accepté ce verre de vin que tu m’as gentiment offert.

Si j’ai voulu monter librement dans ta chambre aux rideaux verts.

C’est avant tout parce que je le désirais vraiment de tout mon cœur.

Des mecs comme toi, ô, mon cher ami, jamais je n’ai éprouvé de peur.

 

Que ceci soit bien clair entre nous, mon minou.

Mon charme féminin a rendu des hommes tellement fous.

Je suis la maîtresse de tant de conjoints désabusés par les illusions,

D’un amour qui promettait d’être passionnel lors de leurs unions.

 

Je suis de celles qui consolent les cœurs éclopés par tant de déceptions.

Que de secrets intimes on a chuchoté à mes oreilles en bien des occasions.

Des révélations interdites sur des conséquences inédites loin des médias.

À bien y penser, crois-moi, ô, chéri, c’est mieux que ce soit comme ça.

 

Des hommes d’État de passage jusqu’aux plus grands artistes.

Ces derniers ont souvent pour moi composé des chansons tristes.

Pourtant il y en a un dont je me souviendrai toujours pour son sourire.

Lui avoir donné un peu de bonheur dans ce monde insensible m’a fait plaisir.

 

Considère-le maintenant et pour de bon !

Si je te dis oui, ce sera avec joie, et avec ma raison.

Mais, dans le cas contraire, tu devras respecter mon refus.

Même si, toi et moi, dans mon lit nous serions entièrement nus.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans l’étang

Dans l’étang Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de la collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/9hssr3-a-938022953

Dans l’étang

 

Dans l’étang de mes souvenirs,

Je me suis perdue entre les pleurs et les rires.

Égarée dans les songes, les rêves et les espoirs du temps passé,

De cet avenir auquel j’ai cru, mais qu’il n’est finalement jamais arrivé.

 

Était-ce trop sollicité de m’extirper de cette noirceur ?

Qui, chaque nuit de mon enfance, nourrissait mes peurs.

Je ne demandais pas grand-chose en cette vie misérable,

Simplement d’arrêter de me sentir telle une vulgaire coupable.

 

C’est mon corps et c’est aussi ma conscience.

Je n’ai pas besoin de votre morale, de votre science.

Je suis une femme authentique et cela me suffit amplement.

Mettez fin à vos tribunaux vendus et à futiles jugements.

 

Ça fait longtemps que j’ai perdu foi en la justice des hommes,

En y incluant celles qui les servent telles des bêtes de somme.

Vous exigez de jurer sur les livres saints avec lesquels vous avez condamné,

Mes sœurs de sang sur les bûchers ardents ont été lâchement exécutées.

 

Elles connaissaient depuis la nuit des temps tant de potions miraculeuses,

Des remèdes de toutes les formes qui apaisèrent tant d’âmes malheureuses.

Elles prenaient grand soin de jour comme de nuit de notre mère Nature.

Et, pour démontrer leurs cœurs purs, elles avaient que leur nudité pour parure.

 

Je suis la descendante d’une sorcière originaire de l’Angleterre.

Mes pouvoirs ancestraux m’ont été transmis par ma grand-mère.

Peu avant qu’elle quitte cette terre pour le royaume mystérieux d’Hadès,

De garder ses nombreux secrets, avec solennité, je lui ai fait cette promesse.

 

Je suis maintenant au beau milieu de cet endroit étrange,

Afin d’y invoquer Satan et ses démons et non pas les anges.

Car, sans cesse, je vois tant de méchanceté et bien des injustices.

J’en viens même à croire que l’humanité est sur le bord du précipice.

 

Il serait peut-être le temps de déchaîner les terribles forces de l’enfer.

Car, la protection des chérubins et l’amour de Dieu, elle ne sait que faire.

Donnez-moi, en cet instant, une unique raison de ne pas agir de la sorte.

Et du royaume du Shéol ténébreux, à jamais, je fermerai ses portes.

 

Je suis dans l’étang cherchant avec mes yeux fatigués désespérément,

Cet ingrédient connu par des élues qui influera sur la volonté efficacement.

Mais avant que je décide de réciter une seule fois ce sortilège maléfique.

Car, je reconnais, d’emblée, que cette vie est tellement magnifique.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Exploration

Exploration Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de la collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Img-937643868

Exploration

 

Bonjour ma chérie,

Tu m’as invité à passer la nuit,

En ta compagnie pour me faire savourer,

Un plat délectable que tu as longtemps préparé.

 

Tu as su le mijoter dans un bain finement parfumé,

Alors que tu frottais méticuleusement ton corps léger,

Fier symbole de la féminité dans ce monde sans repères.

Où l’on s’empêche de dire la vérité afin de ne pas déplaire.

 

Quoiqu’il en soit, tu as eu la gentillesse,

De m’inviter à manger ce repas avec délicatesse.

Une pièce succulente digne des plus grands festins,

Et qui épouse à la perfection mes désirs les plus coquins.

 

Un mets secret que tu partages avec de rares élus,

Lesquels savent bien apprécier à leur valeur tes seins nus !

Sans pour autant prendre ta chair fraîche et pure pour un jouet,

À consommer sans modération puis la jeter tel un vulgaire objet.

 

Voilà pourquoi j’adore avoir vraiment tout mon temps,

Pour déguster les parcelles de ton intimité lentement,

Y passer à répétition avec volupté ma langue humide,

Qui a satisfait tant de ces femmes autrefois timides.

 

Mes lèvres embrasseront les tiennes avec passion,

Jusqu’au moment où j’entendrai tes cris de supplication.

Mes mains appuyées sur les bras de la chaise de bois,

Je ferai mon possible pour te conduire vers l’ultime joie.

 

Tu goûteras à ma médecine en une véritable dévergondée.

Sans cesse, tu en demanderas à en avoir la respiration saccadée.

Au moment venu, j’avalerai sans réserve jusqu’à la dernière larme,

La sève amère qui sortira de cette zone lorsque tu poseras les armes.

 

Allez ! En cette nuit noire d’automne, laisse-moi faire !

De tes futiles appréhensions, je pourrai bien t’en défaire.

D’une authentique satisfaction, je saurai tellement t’en donner.

Pour cela, ô, ma chérie, il te sera inutile de me remercier.

 

Rien ne peut égaler une parfaite exploration,

Lorsqu’elle est réalisée avec une entière attention.

Ma dextérité est sans contredit une notoriété en la matière.

Installe-toi aisément mon amour pendant que je ferme les lumières.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sortilège

Sortilège Poème de RollandJr St-Gelais Photo par Pasauvageot Source : https://www.deviantart.com/pasauvageot/art/Sortileges-A4-09-937359027

Sortilège

 

C’est la nuit.

Veux-tu rester en vie ?

Désires-tu rester jeune et belle ?

Rêves-tu de devenir éternelle ?

 

Alors, remets-toi entièrement à moi.

Je saurai contourner de la nature sa loi.

Tu seras enfin libérée de la peur de vieillir,

Et de la crainte, au jour fatidique, de mourir.

 

Laisse-moi m’abreuver de ton liquide précieux.

Jusqu’à la dernière goutte seulement si tu le veux.

Je planterai alors avec ardeur mes crocs aiguisés,

Dans ton cou pour en extraire ce jus tant convoité.

 

Mais, ne pas te brusquer, je prendrai garde.

Je ne suis pas un mercenaire usant de sa hallebarde.

Ne suis-je pas un seigneur des ténèbres et des enfers ?

Je devinerais, ô, ma tendre chérie, le moyen pour te plaire.

 

Sortilège d’amour ou de passion ?

Voilà donc, à mes yeux, l’unique question.

Car, bien que je sois le bourreau de tous les damnés.

Mon cœur de feu éprouve l’envie irrésistible de t’aimer.

 

Laisse-moi, en cet instant précis, t’embrasser !

Jette-toi dans mes bras afin que je puisse t’enlacer !

Que je puisse déposer, ma tête fatiguée, sur tes seins !

Si tu savais comme la solitude me pèse en mon jardin.

 

Je t’ai préparé une place à mes côtés.

Je t’en conjure. Dis-moi oui ! Ô, ma bien-aimée !

Aucun mal ne te sera fait, je te le promets solennellement.

Ô, beauté exquise ! Viens mettre une pause à mes tourments.

 

Femme au charme irrésistible et toute féminine.

Tu possèdes en ce monde cruel une grâce divine.

Lève, je t’en conjure, ce voile aussi inutile que pudique.

Laisse-moi admirer avec douceur ton visage angélique.

 

Es-tu un chérubin envoyé par le ciel pour me torturer ?

De mes nombreux péchés, sans fin pour me supplicier ?

Sois mon épouse en ma triste demeure, je t’en prie.

C’est alors que tu y apporteras un peu de la vie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Les néophytes

Les néophytes Poème de RollandJr St-Gelais Photo de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/1930-34-936479446

Les néophytes

 

Je suis allé à mon lieu de prédilection,

Y commettre le plaisir absolu de la fornication.

Que faire de mieux pour passer les veillées d’hiver ?

Il fait si bon d’y prendre en belles compagnies quelques verres.

 

Toutefois, j’ai rencontré l’autre soir,

Deux charmantes dames qui attendaient dans le noir,

Ma venue en ce coin pour leur présenter mes hommages.

Si je ne l’avais pas fait, cela aurait été tellement dommage.

 

Elles possédèrent des attributs physiques,

Que je qualifierais, en toute bonne foi, de magiques.

Elles resplendissaient toute la grâce de la pure féminité.

Celle que mère nature sait faire depuis l’aube de l’humanité.

 

Avouons-le ! Rien de plus élégant que la sublime perfection.

Que les dieux accordent à certaines femmes de la création.

Dire le contraire se résume en de la simple tromperie.

Pour consoler les centaines de milliers défavorisées par la vie.

 

C’est un fait ! La laideur n’est point une vertu.

Croyez-moi sur parole, de toutes les couleurs, j’ai vu.

J’ajouterais à cela que la beauté n’est point un défaut.

Dans l’une comme dans l’autre, on peut y puiser bien des maux.

 

Elles m’ont avoué qu’elles étaient des néophytes.

Soyez rassurées, je suis loin d’être un de ces hypocrites.

Je saurai vous guider avec un respect intégral de vos corps.

Car, ils sont à mes yeux aussi plus précieux que l’or.

 

Et de vos âmes, c’est juré, jamais je ne les brusquerai.

Toujours, votre liberté, avec bienveillance, je vous donnerai.

Vos désirs les plus intimes deviendront pour moi des injonctions.

Veuillez, je vous en prie, suivre simplement mes instructions.

 

Tout ce que j’espère est de faire votre bonheur,

Pas plus tard qu’en cette nuit à ces heures,

Avec générosité, vous faire l’amour à vous deux,

Croyez-moi, vous verrez comme je suis merveilleux.

 

Vos fantasmes deviendront des réalités,

Vos tendances seront satisfaites avec une bonté.

Je vous enseignerai l’art vénérable du Kâmasûtra,

Vous atteindrez le sommet de la jouissance avec moi.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada