Archives de tags | nuit

Amour sauveur

38638979_436629843517104_2227220866901475328_o

Dessin réalisé par Juste Angèle 

Amour sauveur

 

Le savais-tu, chérie?

J’ai un secret à te dire cette nuit.

Je suis un homme pas comme les autres,

Et c’est pour te le dire que je voulais être ton hôte.

 

J’ai tant de blessures à cacher,

Mais, ô combien, plus d’amour à donner.

Des souvenirs de guerre qui me semblent être si frais,

De ces témoignages qui prouvent en tout temps que le mal est.

 

À un âge où l’on connaît de nos parents que leurs câlins,

Pour des raisons connues que par des gens avides de gloire,

On me tendit la boisson amère des larmes que je devais boire,

Boire jusqu’à la dernière gorgée! Boire au sein d’un triste festin!

 

J’ai combattu mille ennemis,

En y perdant, malgré moi, de nombreux amis,

Sous des cieux sombres et sur des terres arides sorties des enfers,

Armes aux poings ayant pour seul désir de briser mes chaînes de fer.

 

Chaînes de fer transformant mon cœur en pierre,

Je quittais ce Vieux-continent sans aucune amertume,

En laissant derrière moi tristes pensées de brumes,

Avec espoir de trouver paix sur cette nouvelle terre.

 

Nouveau pays où tout semblait permis,

Des promesses de meilleurs lendemains,

Tout ce que je priais en joignant les mains,

En priant tout ces je-ne-sais-quoi et je-ne-sais-qui.

 

J’ai compris le jour où je t’ai rencontrée,

L’instant où tu m’as offert avec joie ton amitié,

Qu’en moi brûlait un feu que l’on appelait amour,

Et que je ne saurais lui résister pour toujours.

 

Et puis, nous nous sommes fréquentés,

Doucement parce que je ne voulais pas te heurter,

Car l’amour véritable se construit avec grande patience,

Et ne peut s’appuyer que sur une mutuelle confiance.

 

Je t’ai laissé le temps de m’apprivoiser,

Tel un renard d’un conte écrit depuis plusieurs années,

Tu m’as enseigné l’art d’être un homme de paix,

Ah mon Dieu! Quel bien incroyable tu m’as fait.

 

Enfin, un jour ou bien une nuit,

Est-ce important dans mon humble récit?

J’ai pour la première fois ouvert la porte de mon cœur,

Et c’est-là que j’ai compris que seul l’amour est sauveur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Les deux amants

38542139_2227911710771732_5226294459800485888_n

 

Par Juste Angèle

 

Les deux amants

 

Cette nuit, j’ai oublié mon âge et mon passé,

Lorsque tu t’es approchée de moi pour te faire caresser.

Ah comme la vie était si belle en cette nuit inoubliable,

Même si nous avons fait quelque chose de condamnable.

 

Oui je le sais que trop bien,

On nous le répète sans cesse et pour un rien.

Notre amour est interdit par cette populace avide de scandales,

Alors qu’en réalité, par le simple fait de nous aimer il n’y a pas de mal.

 

Mais, que veux-tu mon amour ?

Toi qui me rends si heureux en ces tristes jours.

Toi qui as su mettre sur mes lèvres un peu de baume,

Sur mes plaies et mon cœur blessé par la cupidité des hommes.

 

Puisque la vie est si sacrée,

Pourquoi alors ne pouvons-nous pas nous aimer?

Nous aimer avec passion dans le silence de cette chambre,

Où flotte une odeur d’encens de jasmin et des murs de couleur ambre.

 

Dis-moi, ô ma chérie!

Oui, mon âme sans toi languit,

Quelle serait ma raison de vivre et d’exister?

Si tu n’étais pas désormais et pour toujours à mes côtés.

 

Le temps de la romance est terminé,

Il a fait place à celui de la haine et pour l’éternité.

Et pourtant quoi de plus beau que deux êtres qui s’enlacent?

De deux amants qui dans la passion du moment s’embrassent?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dos

38391845_10156744481088919_4889703890062147584_o

Dessin par mon ami Eri Kel de la France

Dos

 

Vous savez quoi?

Je suis qu’une femme, moi.

Pas une héroïne de bande-dessinée.

De père et de mère je suis simplement née.

 

Étant jeune, je suis allé à l’école.

Où j’ai rencontré un garçon, un pot de colle.

Plus tard, lorsque je fréquentais le collège.

Où je devais décider mon métier mais qu’en savais-je?

 

Et puis un jour,

J’ai connu le grand amour.

Celui que l’on rencontre une fois dans sa vie,

Pour une question bizarre je l’ai connu une nuit.

 

Noces riches et majestueux gâteau

Ce que j’étais belle, ce qu’il était beau

Invités comblés et parents tellement heureux

De voir leurs enfants chéris voler sur de nouveaux cieux.

 

Nous avons fondé grande famille

Maisonnée simple aimant la camomille

Garçons espiègles et fillettes pas toujours sages

Voilà le début de ce qui semblait être un doux voyage.

 

Et puis vint la terrible guerre

Je m’en souviens comme si c’était hier

Celle tant voulue par un tout petit petit caporal

Un être assoiffé de grande puissance et si immoral.

 

C’est ainsi que furent enrôlés mes fils chéris

Qui quittèrent mon petit coin tranquille de Paradis

Pour s’engloutir dans l’enfer loin de leurs père et mère

Afin de combattre un homme qui allait devenir célèbre, un certain Hitler.

 

Fils furent tués aux combats

Mes larmes allègrement je versas

Que je versais encore bien des fois

Lorsque j’ai perdu mon mari, mon amour, mon roi.

 

Aujourd’hui, je revois les jours de jadis.

Alors je deviens, vous comprenez, bien triste.

Car je me rappelle d’avoir prié pour leurs âmes là-haut.

Que pouvais-je faire autrement sinon d’en avoir plein le dos?

 

De

 

Rolland St Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’envol

38435569_10156744481838919_1042324924208775168_o

Dessin fort inspirant par mon ami Eri Kel

L’envol

 

Ce soir m’est venue cette envie

D’être devant vous mes tendres chéris

Simplement remplie de bonheur et de vie

Car j’ai rendez-vous avec un homme cette nuit.

 

Et pour me faire une idée

Nouvelles poses nues je ferai

Car je me sens tellement joyeuse

Que je voudrais rendre mes amies heureuses.

 

Malgré que je sois avancée en âge

J’aimerais encore vivre en filles pas très sages

Pendant qu’il en est encore le temps et le bon moment

Avant de quitter ce monde merveilleux que j’aime tant.

 

Oui, je sais! Oui, maintenant je sais!

Comme fredonnait si bien Jean Gabin.

Dans sa douce chanson mais un triste refrain

Aujourd’hui est et demain ne sera peut être pas, c’est un fait.

 

Voilà la raison de mon désir

D’être dans les bras d’un homme

De sentir en moi sa virilité en somme

Et puis d’entendre après son doux soupir.

Voilà pourquoi je peux vous paraître un peu folle

De vous raconter quelques folies quelques farandoles

Et puis? Ai-je commis un crime? Ai-je fait un meurtre ou un vol?

Je désire simplement pour une dernière nuit, une dernière fois prendre cet envol.

 

De

 

Rolland St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Si seule dans cette foule

 

Avis aux intéressés !

Pour vous procurer un des ouvrages de ce photographe extraordinaire, veuillez écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de 

Si seule dans cette foule

 

Perdue dans mes pensées,

Malgré moi, elles ne font que passer.

Me sentant étouffer par mes vêtements,

Fabriqués par des êtres si méchants et si déments.

 

Finalement, n’en pouvant plus,

J’ai fait le pas et je me suis mise nue.

Afin de sentir l’air frais caresser sur ma peau,

Je me suis alors rappelé comment tu étais beau.

 

Lorsque nous étions ensemble cette nuit,

Dans la chaleur bienfaisante des draps de mon lit,

Où nous nous sommes librement avec tendresse offerts,

Loin des anges des cieux et des démons des lointains enfers.

 

Maintenant que tu es là, devant moi.

Avec grand sourire aux lèvres, je vais vers toi.

Je ressens ce désir surgir en moi telle une vague, une houle.

Ce désir de me donner car je me sens si seule dans cette foule.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Impression furtive

37787436_10156722320538919_7365292334755348480_o

Esquisse de mon ami Eri Kel de la France

Impression furtive

 

Que vois-je en ce précieux moment?

Un fantôme du passé dans le temps présent?

Une ombre venue me tourmenter dans mes pensées perdues?

Une forme étrangère ressemblant à un corps de femme nue?

 

Dans la pénombre de la nuit,

Où tous les chats, semble-t-il, sont gris.

Entre deux verres de bière je me remémore,

Mes amis bien-aimés depuis longtemps morts.

 

Triste réalité de savoir qu’on quittera la vie,

Ah! Ce que tous les anges du ciel je les envies.

D’être éternels depuis toujours et à jamais sans avoir rien fait,

Alors que les êtres mortels que nous sommes, voilà le mal qui est.

 

Mais, mon cher ami. Ne restez pas là.

Puis-je vous inviter à mon humble table?

Une table bien de mon pays d’hêtres et d’érable.

Allez mon cher ami venez vers moi à grands pas!

 

À moins que la mélancolie qui m’a envahi,

Depuis que j’ai perdu ma plus tendre chérie,

Et qu’à jamais m’ont quitté toutes mes forces vives,

Et que réside en mon esprit cet être bizarre, cette impression furtive.

 

De

 

Rolland St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Douce quiétude

37649896_10156714610858919_8601351980872368128_o

Dessin par Eri Kel de la France

Douce quiétude

 

Ô douce nuit,

Passée en amants et en amis,

Dans la volupté des draps imprégnés,

De nos sueurs et de nos envies de commettre ce péché.

 

Entendant chanter la cigale,

Nous n’avions que faire de cette morale,

Qui interdit notre amour, notre passion et notre satisfaction,

Mais qui apprécie tous ces crimes commis au nom de la raison.

 

Sous la lune comme ultime bannière,

Nous avons préféré faire l’amour au lieu de la guerre,

Malgré les bruits au loin de ceux que véhiculent journaux,

Des vipères qui jubilent face à ce sang tel un présent à des enfants.

 

Dans la fraîcheur de tes bras,

J’ai ressenti tes peines et tes joies,

Par la chaleur de mon corps qui t’était offert,

J’ai voulu t’extirper des profondeurs des enfers.

 

Maintenant que je suis à toi,

Désormais et à jamais tu seras à moi,

Dorénavant d’âmes et en esprits nous serons trois,

Et nos cœurs dans leur pureté seront pour l’éternité en émois.

 

N’aies craintes ma chérie,

N’aies pas peur pour le reste de ta vie,

Car je serai là en cette nuit et pour notre destiné,

Te protéger contre tous les périls, voilà pourquoi je suis né.

 

Les Titans pourront sortir de l’Hadès,

Essayant de nous effrayer, ô telle foutaise!

Car notre amour résidant en un royaume sans inquiétude,

Nous serons à l’abri de ces maux et vivrons en douce quiétude.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Morphée

37610809_10156708622318919_17358866241028096_o

Dessin par Eri Kel de la France

Morphée

 

Dans le silence du petit matin
Je t’ai contemplée dans tes draps de satin
Fatigués! Épuisés! Mais comblés de cette nuit
Nous avons fait l’amour entre amants et les jeux interdits

 

De ces positions du kamasutra
Grâce à moi enfin tu les découvras
De ces plaisirs condamnés dans les chaires
Nous les avons dégustés de corps et de chair.

 

Maintenant que tu es là près de moi
Et que je t’ai suivie jusqu’à ton toit
Que puis-je faire en ce moment?
Dormir contre toi assurément.

 

C’est ainsi que mes paupières se fermeront
Et que tranquillement nous nous unirons
Dans le royaume des rêves dorés
Où nous attend Morphée

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Du bout du doigt

37292417_416427875537301_4733751175118061568_o

Avec la permission de Juste Angèle

Du bout du doigt

 

Du bout du doigt
Je serai tout délicat
Car aimer c’est ce qu’il doit
Voilà simplement force de loi

 

De ton sein si ferme
De toi de mon cœur j’aime
Je le toucherai bien gentiment
Avec entrain et joie assurément

 

Le toucher en guise de prélude
Car je sais à tel point que tu es prude
L’effleurer pour te donner envie de te donner
À moi qui de toi a tellement envie de t’aimer

 

Ô mon amour de cette nuit
De cette nuit qui de la lune reluit
Qui reluit dans tes yeux bleus et si claires
Ton parfum embaume la fraîcheur de l’air

 

Avec mon doigt je veux simplement te dire
Avec tout mon cœur vraiment je te désire
Avec mon corps je te donne ce plaisir
Car de toute mon âme je soupire

 

De

 

RollandJr St-Gelais 
Québec (Québec)
Canada

Pouvoir tenir ce miroir

36789529_10214847174524645_4956908643501998080_n

Pouvoir tenir ce miroir

 

Tôt ou tard,

Et sans crier gare,

Nécessité se fera en un jour,

Ou bien en une nuit sans amour.

 

Revoyant le parcours de ma vie,

En me retournant vers mes fautes infinies,

En remarquant mes traces de pas sur le bitume,

En relisant mes paroles écrites avec une belle ou une acerbe plume.

 

Parfois ignorant de tout l’amour reçu,

Parfois reconnaissant envers ceux qui en moi ont cru.

Ainsi a été mon destin, que j’ai poursuivi les quatre chemins,

Chemins de paix, de guerre? Pour des souvenirs si lointains et si incertains!

 

Pouvoir en toute honnêteté,

Malgré mes péchés aussi solides que le fer,

Prendre ce miroir brisé sorti des profondeurs des enfers,

Et me regarder avec grande franchise et sans ambiguïté.

 

Peu de gens en sont capables en cette humanité,

Gens de bonnes ou mauvaises mœurs mais sans cesse portés vers l’avidité.

Jalousant trop souvent ceux qui de leurs tours d’ivoire ont le pouvoir,

Mon seul désir, c’est pouvoir sans verser de larmes me regarder dans ce miroir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada