Archives de tags | adolescence

Tant de tristesse

Tant de tristesse
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Tant de tristesse

 

Que puis-je faire?
Pour te retirer de cet enfer.
J’aurais tellement aimer plus t’offrir,
Qu’un simple mot pour te faire sourire.

 

Quel souvenir de ton adolescence,
Qui te fait vivre pareille désespérance?
Dis-moi le ! Je n’en peux plus de te voir souffrir.
Que je puisse sécher tes larmes à jamais et t’entendre rire.

 

Je sais bien que la vie n’a pas toujours été tendre,
Mais face à la réalité fallait-il autrement s’y attendre?
La violence et la haine ont remplacé la paix et l’amour,
Mais, sait-on jamais, seront-ils de retour un de ces jours.

 

Entre toi et moi, je le sais que trop bien,
Que je n’ai malheureusement ni de pieds ni de mains.
Tout ce que j’ai à donner c’est mon cœur, si tu le veux bien.
Quelques mots écrits pour te souhaiter de meilleurs lendemains.

 

Que ferais-je pour transformer cette tristesse?
En un moment d’une joie éternelle et d’allégresse.
Appuie ta joue sur mon épaule car il est seulement pour toi.
Car dans le secret de mon âme je te traiterai tel le ferait un roi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Au milieu de l’herbe

Au milieu de l'herbe
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Au milieu de l’herbe

Bonjour tout le monde,

Il n’y a rien de plus utile qu’une belle journée ensoleillée du mois d’août pour vous parler des petits et grands plaisirs d’été. Des plaisirs qui font de la vie autre chose qu’une succession de morosité, de labeur et de sueur. C’est un fait que bon nombre d’entre nous passent leur temps à travailler souvent dans des conditions plus ou moins enviables, à affronter des situations fort déplaisantes et à faire de leur mieux tout en tirant le diable par la queue. Fort heureusement, la saison estivale apporte un peu de bonheur et souvent beaucoup de beauté à l’existence.

Pour ma part, j’aime bien l’été pour trois raisons précises. Des raisons qui s’enchevêtrent les unes aux autres. Bon ! Je reconnais d’emblée que vous risquez d’être en désaccord avec les propos qui vont suivre. Cependant, sachez que j’en assume la pleine et entière responsabilité. De dit-on pas que la liberté de s’exprimer s’accompagne inexorablement par l’imputation qui en découle.

La première raison réside dans la chance de pouvoir allègrement admirer les beautés féminines que je peux rencontrer, ne fut-ce que par un simple coup d’œil, dans leurs manifestations aussi variées que plaisantes. En effet, quoi de plus beau que la grâce féminine aux yeux de celui qui sait la contempler à sa juste valeur? J’ai bien écrit à sa juste valeur puisque le respect a été, est et sera toujours de mise chez votre humble serviteur. Et puis, comme j’adore répéter à qui veut connaître le fond de ma pensée à ce sujet : La beauté n’est point un péché tout comme la laideur est loin d’être une vertu.

La deuxième raison est celle de la multitude de sources d’inspiration que la saison estivale me procure. En effet, la luminosité est à son meilleur dans les journées d’été comparativement à toute autre saison de l’année. D’ailleurs, je suis toujours étonné à chaque fois que je me rends dans la belle région de Matane en Gaspésie tellement le soleil y est si bon, si agréable et si chaleureux. Un soleil qui reflète à la perfection les gens de cette superbe région. Mais, il y aussi le souffle incroyable que m’assurent les chaudes journées d’été lors de mes nombreuses compositions poétiques.

À cela s’ajoute, vous devez certainement vous en douter un peu, la collaboration tellement précieuse et combien appréciée de mes fidèles artistes par le vaste monde. Vous noterez que la luminosité des jours et la qualité exceptionnelle des photos de nudité artistique, parfois légèrement érotique, constituent une mixture fort intéressante. N’est-ce pas ?

La dernière raison est celle des nombreux souvenirs que l’été me font parfois revivre au plus profond de moi. En effet, je me revois marcher le long des plages qui bordent ma région natale qu’est Sept-Îles où je pouvais humer l’air marin sans oublier les nombreux lacs et rivières où je contemplais les forêts vierges. Bien entendu que je ne peux pas passer sous silence le terrain familial où parfois je m’étendais sur la verte pelouse. Que de beaux souvenirs de ce temps de mon enfance, de mon adolescence et de ma lointaine innocence. Que des souvenances qui en mon esprit forment une aide surprenante dans la composition de mes poèmes pour mon plus grand plaisir et, je le souhaite ardemment, pour le vôtre aussi.

En résumé, le fait de vivre loin de la nature contrairement à ma vie de jadis rend impossible de m’étendre au milieu de l’herbe. Toutefois, je peux le faire en esprit à chaque fois que l’occasion de composer mes poèmes se présente à moi. Croyez-moi sur parole que je ne raterai aucune occasion qui se présentera à moi. Je vous le jure maintenant et pour toujours.

Merci infiniment pour votre assiduité.

Rollandjr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Reste comme ça

33995648_1541890439254898_2810891890042339328_n

Magnifique dessin fait par Noble Roro de la France

Reste comme ça

 

Reste comme ça,
Surtout ne bouge pas,
Reste encore immobile,
Que mes crayons sur ma toile filent.

 

Des crayons qui dessinent ce que je vois.
Ce que je vois? Enfin, je le crois.
De cette chevelure abondante,
Et ce dos qui m’enchante.

 

De ces mains qui cachent un je-ne-sais-quoi,
Même si ça n’a pas vraiment d’importance,
Car nous ne sommes plus à l’adolescence,
Il y a déjà longtemps que nous nous connaissons toi et moi.

 

Que puis-je dire de ce sein si beau?
Que c’est une grâce que les dieux t’ont faite là-haut,
Un sein que je caresserais volontiers,
Et que j’embrasserais à satiété.

 

Ne fais pas un son,
Cet instant précis est parfait,
Pour immortaliser la femme que tu es,
Et ressentir ton âme et ton corps être à l’unisson.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Sur ces feuilles mortes

Sur ces feuilles mortes

« Sur ces feuilles mortes » Photo par G.B. d’Allemagne

Sur ces feuilles mortes

 

Fraîcheur d’automne,
Où les chants résonnent,
Les chants des oiseaux resplendissant,
De mille couleurs tout en volant gaiement.

 

Dans cette vierge forêt,
Où mon rêve encore y est,
De mon adolescence si insouciante,
Où je gambadais ici et là tout souriante.

 

Je rêvais à ces beaux garçons,
Parfois espiègles mais pleins de bonté,
Que j’aurais bien aimé tendrement embrasser,
Mais à cette époque agir ainsi était sans-façon.

 

Les années passèrent comme il se doit,
Devenue femme avec de bonnes manières,
De mes folies de jeunesse je n’en savais qu’en faire,
J’ai appris à connaître mon corps rempli de secrets et de lois.

 

Maintenant que je suis en ces bois,
Avec pour seul vêtement ma peau de satin,
Cette peau de jeune femme qui me va si bien,
Avec pour seul souhait de faire une pose de yoga.

 

Épousant le rougeâtre de ce lieu perdu,
Sans hésitation je me suis mise entièrement nue,
Et de mes mouvements qui témoignent de la femme forte,
De la femme forte que je suis devenue sur ces feuilles mortes.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je resterai dans mon lit

Je reste dans le lit
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je resterai dans mon lit

 

Que cette nuit a si vite passé,
Même si nous avons longuement discuté,
Sans oublier se coller et avec tendresse s’embrasser,
S’embrasser avec amour et passion en entendant le jour se lever.

 

Je t’ai demandé si tu m’aimais encore,
Car pour toi, j’ai réalisé tellement d’effort.
Pour te plaire, pour que tu m’aimes comme je suis,
Afin de poursuivre avec toi mon destin ma route de vie.

 

À cette ultime question, tu as préféré ne pas répondre.
Voyant alors tout autour de moi mon univers s’effondre,
Ne sachant quoi dire, quoi faire afin de ne point te déplaire,
Je suis alors restée figer ignorant quand je reprendrai mon air.

 

Et puis, après que nous ayons fait l’amour,
En souhaitant que ce ne soit pas de la vie un vilain tour,
Car jamais je ne m’en remettrai, jamais je ne pourrai de nouveau aimer,
À quoi bon se faire des illusions ? À quoi bon son âme encore le torturer ?

 

De tout mon cœur, je t’avais avec passion tout donné.
De tout mon cœur, je t’ai donné même ma virginité et ma pureté.
De tout mon cœur, je t’ai laissé emporter mon innocence, celle de mon adolescence.
De tout mon cœur, je t’ai voulu dès que je t’ai rencontré dans mon enfance.

 

Aujourd’hui, je n’ai plus le goût de rêver.
Aujourd’hui, je n’ai plus le goût de me lever.
Aujourd’hui, j’ai simplement ce goût irrésistible de crier.
Mais j’ai choisi de souffrir dans le silence tout en restant couchée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Fruit défendu

Fruit défendu

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Fruit défendu

 

Tu sais chérie,

De toi, j’ai si envie

 Depuis notre adolescence,

Avec toi je rêvais de perdre mon innocence.

 

Mais ce soir n’est pas comme les autres,

Puisque je désire accomplir un fantasme en étant ton hôte,

Un fantasme digne des plus beaux péchés car point de mal il y a,

Allez ! Mon amour ! Allez chérie ! N’aie crainte ! Alors, tu verras.

 

Revêts-toi de cet habit de sœur,

De celle qui le portait, récitait le rosaire par-cœur.

Des prières récitées pour les péchés que ce soir nous allons faire,

Des prières de délivrance pour tenir loin de nous les Enfers.

 

Cette nuit, je veux te faire goûter le fruit défendu,

Cette chaude semence que tu extirperas de mon corps nu,

Avec l’aide précieuse de ta bouche si chaleureuse,

Tu aspireras avec délice ma crème onctueuse.

 

Seras-tu mon élue de ce soir ?

Seras-tu celle qui acceptera de recevoir ?

Seras-tu celle qui consentira à participer à ce jeu ?

Ou bien serait-ce encore une fois et malgré moi un vœu pieux ?

 

Fruit défendu depuis le Jardin d’Éden de la Genèse !

Fruit défendu qui depuis ce temps nous rend mal à l’aise !

Fruit défendu qui nous apporta la connaissance ultime !

Fruit défendu qui nous transporta vers la jouissance divine !

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Respire doucement

dcsmxpl-e48cc7e1-8c66-4d72-8fc0-ee754ec37320

La photo présentée ci-dessus est de mon ami et collaborateur RickB. photographe. Lien DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Avis aux intéressés !
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Respire doucement

 

Chérie dans la nuit
Ô Chérie, de toi j’ai si envie
J’attendais cet instant depuis toujours
Dès que je t’ai connue de toi je suis tombé en amour

 

Ne crains rien de moi
Je suis là uniquement pour toi
Pour ton plaisir, ton bonheur et ta jouissance
Celle que tu n’as pas connue depuis notre adolescence

 

Après avoir connu mes caresses
Partout sur ton corps magnifique de déesse
Voyant dans tes yeux ton désir d’être pénétrée
Avec grande délicatesse, ce souhait je te l’accorderai

 

Vas-y! Prends ma verge
Avec un peu de gêne tel le ferait une vierge
Guide-la comme il se doit avec belle précaution
Avec ta main fragile, tu sauras te satisfaire avec précision

 

Ho oui! Je sens bien ton intimité.
De cette chaleur bienfaitrice en toute simplicité
Te rendre heureuse en cette coupable noirceur
Voilà ma raison de vivre qui est pour toi mon cœur

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Nous sommes seuls…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes seuls …

« Nous sommes seuls en tout temps à chaque instant Depuis notre naissance de l’enfance à notre adolescence. De l’âge adulte jusqu’à l’âge mûr jusqu’à notre départ vers l’autre monde. La solitude est nécessaire pour nous connaître. Car c’est en apprenant à l’apprécier que l’on connaît la véritable liberté. »

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Si

 

Pour toi, Victoria.

 

Si

 

Si je pouvais revenir
Ce que j’aimerais te dire
Comme je t’ai aimée
À toi, je m’étais attaché.

 

Si je pouvais comprendre
Cette crainte qui veut tout me prendre
Et par laquelle je perds tout y compris l’amour
Serais-je ainsi jusqu’à la fin de mes jours?

 

Si je pouvais revivre mon enfance
Y déceler cette faille qui englouti celles que j’aime
Revivre mon adolescence pour savoir qui je suis vraiment
Sûrement qu’aujourd’hui ma vie serait autrement.

 

Si je pouvais revenir sur mes pas
Et dire à mon père qu’un homme me suivait pas à pas
Sur le chemin de l’école qui allait devenir ma route de Damas
Route qui allait devenir fardeau à supporter telle une croix, hélas.

 

Si je pouvais arrêter cette culpabilité
Peut-être aurais-je moins peur d’aimer
Car il y a dans l’amour tant de raison d’exister
D’exister, de respirer et de sans cesse être émerveillé.

 

Avec des si, on mettrait Paris en bouteille à ce qu’il paraît.
Mais même avec tous les si en ce monde, mon mal de vivre est.
Si seulement je le pouvais, ce soir là je t’aurais serrée dans mes bras
Car vraiment je t’aimais plus que tout ma chère Victoria.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Que changerais-je ?

43238487_10156016619422523_1077037756133146624_n

Votre humble serviteur à l’hôpital de Baie-St-Paul pour les enfants déficients intellectuels

Que changerais-je ?

 

Que changerais-je ?

Dans le fond que pourrais-je ?

De cette vie si bizarre et si étrange,

Où  tout finalement et contre toute attente s’arrange.

 

D’une naissance si imprévue,

Et de cette créature auparavant jamais vue,

Que l’on avait jadis condamnée chez les monstres à végéter,

Alors qu’à notre époque de bien-pensants on aurait avorté.

 

De ce lieu où jamais il n’en sortirait,

Loin des regards inquisiteurs on le soustrayait,

De le voir  disparaître à jamais certains le souhaitaient,

Car pour gens au cœur sensible tellement il dérangeait.

 

De ce temps maintenant lointain,

Il a réussi à devenir homme qui se prit en mains,

En se remémorant certains faits de son enfance,

Sans oublier ceux de son adolescence.

 

De ces événements qui l’amènent,

À se questionner sur le sens de sa vie,

De ses erreurs qui le suivront vers l’infini.

Devant l’autel des offrandes perdues point d’amen.

 

Quel serait donc son véritable désir ?

Quelle faute aimerait-il ne plus souffrir ?

Car bien des choses il en est avec raison fier,

Mais ignorer comment vraiment aimer il en est guère.

 

Voilà tout ce que je changerai,

Qu’un seul vœu le ciel puisse m’accorder,

C’est celui de pouvoir aimer celle qui ouvrira mon cœur,

À celle qui me fera comprendre qu’aimer il ne faut pas en avoir peur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada