Archives de tags | Paradis

J’ai perdu mon chemin

J’ai perdu mon chemin Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source ; https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-ve-lost-my-way-924209738

J’ai perdu mon chemin

 

En parcourant les bois,

Une femme magnifique, je rencontrai.

Dans une clairière à l’ombre des arbres parsemés,

Où elle était assise sur un tronc sec et droit.

 

Elle me semblait tellement troublée au premier regard.

Voulant jouer l’homme galant, je lui ai offert mon assistance.

La courtoisie est preuve d’une bonne éducation dès son plus jeune âge.

« Auriez-vous besoin de mon aide, ravissante dame ? » J’ai demandé sans retard.

 

« J’ai perdu mon chemin, charmant garçon. » Elle me répondit avec douceur.

M’avançant alors avec prudence vers elle, je lui ai tendu ma veste.

Car elle était à demi nue, offrant à mes yeux ébahis un joli sexe.

« Soyez rassurée ! » J’ai dit afin de calmer ses frayeurs.

 

Elle était si resplendissante avec ses cheveux de feu.

Sa peau blanche comme la neige tombée en un matin d’hiver.

Ses lèvres rouges étaient agrémentées par une mystérieuse pierre.

Une auréole se dégagea de son corps illuminant avec délicatesse ce lieu.

 

Une toge romaine laissa entrevoir un sein.

Tel un symbole de pureté digne d’une lointaine dynastie.

Un sang bleu devait couler en elle, preuve d’une monarchie.

Seule à cet endroit ? Serait-ce par un obscur dessein ?

 

Une étrange sensation m’envahit.

Je sentais nos cœurs battre à l’unisson.

Nos âmes entraient dans une secrète communion.

Avec une patience angélique, près d’elle je me suis assis.

 

Puis, elle me confia être la fée de cette forêt.

Qui attendait le moment pour trouver l’élu de son cœur.

Voyant mon geste, elle m’a choisi pour époux en cette heure.

Un brouillard nous entoura tel un manteau d’hiver lourd et épais.

 

Elle a entrepris une nouvelle route avec moi à ses côtés.

Dans son pays éloigné, elle m’y amena pour l’éternité.

Un véritable paradis où notre amour sera partagé,

Avec nos nombreux enfants heureux et comblés.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une fois au-dessus du village…

Une fois rendue au-dessus du village Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Once-above-the-village-921706154

Une fois au-dessus du village…

 

Fredonnant un air de gaîté,

J’admirais le paysage et sa beauté.

Sans me soucier de quoi que ce soit.

Je pensais, à ce que nous ferions, ce soir-là.

 

J’étais parti tôt de ma maison,

Avec un refrain d’une vieille chanson,

Qui mettait tant de la joie dans mon cœur,

Sac de victuailles sur l’épaule, j’appréciais mon bonheur.

 

Quel plaisir de pouvoir profiter de la nature,

Et de sentir l’arôme frais des champs de blé si pur.

Quoi de plus magnifique sur cette terre que de vivre

En campagne où les femmes de leur charme nous enivrent ?

 

Je quittai le village d’un pas léger comme un lapin,

Sans penser que j’allais croiser en ce sublime matin.

Une dame si ravissante qui me ferait commettre des folies.

Avouons-le ! Être à jamais sage, n’est pas le but de la vie.

 

Une grande brune se tenait devant moi à demi nue.

Jamais de mon existence, une telle beauté, je n’avais vu.

Sa présence fort agréable poétisait ce petit coin de paradis.

Tandis qu’au plus profond de mon être une irrésistible envie me prit.

 

Ô, jolie inconnue, pourrais-je vous demander une faveur ?

Je passais mon chemin comme d’habitude en pareille heure.

C’est à mon étonnement que je fais votre rencontre en ce lieu,

Et, je dois avouer que jamais je ne vous avais déjà vu sous les cieux.

 

Pourrais-je photographier cet heureux hasard ?

L’immortalisée dans mes souvenirs avant qu’il soit trop tard.

Oui, je le sais bien, je suis fiancé à une dame que j’aime plus que tout.

Mais, passer à côté de cet instant unique me rendrait sûrement fou.

 

Elle me répondit par un simple geste qui m’étonna.

De sa robe blanche, avec douceur, de moitié, elle la retira.

Elle leva son tendre visage semblable à celui d’un ange vers le ciel,

Et je découvris alors comme sa peau était dorée comme le miel.

 

En silence, je réalisai quelques photographies.

En respectant la distance qu’imposa cet instant précis,

Quelle formidable passion de pouvoir perpétuer sur clichés,

De ces moments, une fois que les jours de vieillesse seront arrivés.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Exclu

Exclu Poème de RollandJr St-Gelais Photo par GFriedberg Source : https://www.deviantart.com/gfriedberg/art/Expelled-907965148

Exclu

 

Dans l’innocence de ma jeunesse,

J’ai tant rêvé d’un monde sans tristesse.

J’ai tant espéré d’une paix, d’une fraternité.

Qui aurait duré pour toujours et pour l’éternité.

 

J’écrivais des poèmes d’amour.

J’écoutais des chansons sur les 33 tours.

Des airs qui allaient durer au-delà du temps.

Des mots fredonnés tant par les parents et leurs enfants.

 

Il va de soi que j’ai vieilli chaque instant bien malgré moi.

Afin de rester en vie, vieillir est pour le mortel l’ultime loi.

Où sont alors passés mes rêves, mes espoirs de jadis?

Puis-je encore croire en un lieu nommé le paradis?

 

Étais-je si crédule de croire en un futur meilleur?

Étais-je si naïf de souhaiter que l’amour remplace la peur?

J’ai passé l’âge de l’innocence depuis tellement longtemps.

Les illusions ont disparu depuis tout ce temps.

 

N’allez pas croire que je suis insensible à la douleur.

De jour comme de nuit, l’amertume tourmente mon cœur.

Vulnérable en mon âme et mon corps, je suis devenu.

Depuis que de mes rêves de jeunesse, j’en suis exclu.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Neuf années sont passées

Neuf années sont passées Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par K.W. Oliver des États-Unis

Neuf années sont passées.

 

Je suis seul en cette forêt.

Profitant allègrement de cette paix.

Ayant pour témoins les oiseaux qui chantèrent,

Dans les cimes des arbres qui attendent le réveil de la terre.

 

Loin des nouvelles de guerre et de conflits,

Je profite de cet instant merveilleux que m’offre la vie.

Pour me rappeler que rien en ce monde ne pourra me toucher,

Si ce n’est qu’un enfant à secourir, un indigent à aider et une femme à aimer.

 

 Je foule la neige doucement balayée par le vent.

Cette neige qui périra, malgré sa beauté, dès le printemps.

Que mon désir d’être transporté dans le temps passé puisse se réaliser !

Que je puisse revivre mon premier amour, mon premier baiser.

 

Neuf années sont passées depuis que tu es parti vers le paradis.

Emportant avec elles, mes rêves, mes espoirs et mes envies.

Je me remémore ces paroles que tu avais prononcées.

Peu de temps avant que la maladie t’a emportée.

 

« Nous serons toujours ensemble, mon chéri. »

« Car, avec toi, j’ai connu un aperçu du paradis. »

C’est alors que je prends conscience de la chance que j’ai.

D’avoir pu rendre vraiment heureuse la femme que j’ai aimée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Tu as fait le bon choix

Tu as fait le bon choix Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Veggie-day-2-907297875

Tu as fait le bon choix

 

Bonjour, chérie.

As-tu bien dormi cette nuit?

Que j’étais bien, collé contre toi !

Je sentais la douceur de ta peau contre moi.

 

Que c’était bon ! Que c’était merveilleux !

D’être tous les deux dans ce lit en amoureux.

Y découvrir les positions du Kâmasûtra.

Si tu savais à tel point, tu m’étonnas.

 

Que c’était chaud ! Que c’était fantastique !

Que c’était féérique toutes ces positions érotiques !

Jamais je n’arriverai à oublier la moiteur de ton intimité.

Tu m’as offert ton cœur et ton corps sans oublier ta féminité.

 

Je t’ai offert tout autant ainsi que ma masculinité.

Des gestes d’amour et de passion accompagnés de ma virilité.

Nous nous sommes tant aimés tout donnés, en cette nuit sans lune.

J’ai gravé le mont de Vénus avec lenteur telle une fragile dune.

 

C’était, ma maîtresse adorée, tellement extraordinaire.

De t’entendre crier de jouissance sans jamais te taire.

Tu haletas allègrement jusqu’au plus profond du paradis.

Pour tout le reste de ma vie, je ne pourrais oublier cette nuit.

 

Tu m’as choisi, ô, mon amour, entre tous tes prétendants.

Crois-moi, ô, ma chérie, cela a été pour moi fort surprenant.

De tes attentes, je souhaite ardemment avoir été à la hauteur.

Je serai toujours là pour te satisfaire pour te combler de bonheur.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada