Archives de tags | Paradis

Comme une ombre, elle me suit.

53740580_10157280138573919_1115037320370716672_o
Superbe dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Comme une ombre, elle me suit.

 

Comme une ombre, elle me suit.
Elle me suit chaque jour comme chaque nuit,
Toutes les fois que je pense à toi, mon cœur est ébloui.
Ébloui par ta beauté semblable à un ange descendu du Paradis.

 

Un jour je poserai nu pour toi,
Comme je le fais en classe à chaque fois,
Tu seras témoin de ma masculinité et de mon savoir-faire,
Et tout sera fait dans les règles de l’art afin de ne jamais te déplaire.

 

Ce désir enfoui en moi depuis ce temps,
Ce temps qui émerge en mon âme depuis trop longtemps,
Ce désir que seul un génie sorti de sa lampe magique saura réaliser,
Saura accomplir pour que mon souhait véritable puisse être comblé.

 

Comme une silhouette qui accompagne mon corps dans ce voyage,
Et je me moque quand mon périple se terminera selon mon âge,
Puisque mon unique aspiration est de poser nu pour toi,
Ne serait-ce qu’un seul instant, qu’une seule fois.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Ce serait tellement plus simple

Ce serait tellement plus simple
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Ce serait tellement plus simple

« Ce serait tellement plus simple si les histoires d’amour vécus dans le lit dureraient ainsi toute la vie. Une vie à manger, à boire et à baiser ? Serait-ce que l’on appelle le paradis? Une histoire d’amour ne dure pas toujours, mais une nuit de passion, on s’en souvient pour toute la vie. »

De

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Hommage bien mérité

Hommage bien mérité

Bonjour tout le monde,

J’ai appris comme un grand nombre de cinéphiles le décès de l’acteur de la Suisse alémanique monsieur Bruno Ganz. Un acteur qui, par des circonstances propres à ma géographie nord-américaine, fut découvert bien tardivement par votre humble serviteur. Comme plupart de mes compatriotes, j’ai eu la chance inouïe de découvrir cet acteur extraordinaire grâce à son interprétation remarquable d’un personnage qui laissa son empreinte de sang dans l’histoire de l’humanité. Vous devez sans aucun doute deviner que je fais référence à Adolf Hitler dont seule la mention de son nom rappelle les souvenirs les plus sombres qui soient.

Personnellement, j’ai été ébloui par son interprétation de ce personnage historique dans le film intitulé « la Chute ». Rien ne semblait avoir été laissé de côté afin de l’incarner de manière à favoriser chez les cinéphiles présents en salle une  symbiose entre d’une part, le contexte sociopolitique de l’Allemagne nazie qui tenta de survivre sous ses propres ruines et, d’autre part, la folie non seulement de cet homme mais aussi de ceux et de celles qui l’ont suivi sur les voies de la défaite. Un contexte sociopolitique où le peuple allemand s’enlisait de manière  irrévocable dans la souffrance et une folie de ce dirigeant qui n’aidait en rien à ce même peuple de s’en sortir avec honneur et dignité.

Comment pouvais-je passer sous silence le départ de cet illustre acteur vers le paradis des acteurs et des actrices qui de par leurs passions et leurs talents ont contribué à parfaire sans cesse l’un des plus beaux domaines artistiques qu’est le septième art ? Voilà la raison fondamentale de mon hommage envers cet acteur exceptionnel que fut monsieur Bruno Ganz au sein de mon blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie. Or, qui dit photographie fait référence par ricochet au cinéma.

Merci de  m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Dans ce temps-là

once_in_the_morning_by_rickb500_dcyrlwe-pre

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans ce temps-là

 

Dans ce temps-là,

Il n’y avait que toi et moi.

Ce que nous étions heureux dans ce temps,

En ce temps où l’amour était dans le cœur des gens.

 

Nous étions un peu fous,

On se foutait de ce que l’on pensait de nous,

Car seul comptait notre bonheur avec notre folie,

Cette folie de vivre nus et de profiter chaque seconde de notre vie.

 

Dans ce temps-là, rien ne comptait vraiment.

Si ce n’était que de voir ta beauté à chaque instant.

Ta beauté de notre jeunesse que je croyais être éternelle,

De cette passion tellement amoureuse et un peu charnelle.

 

Je t’ai amenée en ce paradis,

Sur cette île où nous faisons l’amour,

Les nuits fraîches sur les bords des plages jusqu’aux petit-jours,

Et de nos journées, je t’offrais les plus belles fleurs de ce coin de pays.

 

Tes moindres désirs, je les comblais.

Car te voir sourire, devant Dieu je le jure, cela me suffisait.

Mais, jeunesse éternelle ne dure que le temps d’un souvenir.

Souvenir parmi tant d’autres lorsque je soupire.

 

Car depuis que tu es parti,

Je n’ai plus de sens à ma vie,

Depuis que Dieu t’a rappelée à lui,

Je pense à toi à chaque fois que je pries.

 

Maintenant que je suis avancé en âge,

Sans vouloir dire que je suis devenu un vieux sage.

Je sais bien qu’un de ces jours de partir ce sera mon tour.

Je ne crains pas ce moment puisque j’irai rejoindre toi mon grand amour.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Petite voix intérieure

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Petite voix intérieure

 

Il fait nuit noire,
M’étant levé pour aller boire,
Et aussi pour quelque chose d’autre,
Que je ne dirais pas pour ne pas heurter mes hôtes.

 

Je me suis rappelé cette pensée,
Que m’avait dite une très vielle dame,
Qui voulait une inquiétude en mon âme,
Me calmer et mieux encore m’en débarrasser.

 

Tes craintes sont comme des fleurs,
Plus tu les arroses plus elles te feront peur,
Il en est de même de tes regrets pour lesquels,
Rien ne peut être fait, c’est la vie comme telle.

 

Laisse le temps faire son œuvre comme il se doit,
Laisse le passé là où il est, c’est pour être serein la loi,
Tu ne peux rien faire pour changer quoique ce soit,
Même si celles que tu as aimées seront toujours un peu en toi.

 

Tu as agit dans ta vie selon le cas,
En faisant des erreurs à bien des pas,
C’est le prix à payer pour avancer et pour se relever,
Depuis que tu as appris il y a longtemps à parler et à marcher.

 

Cesse mon ami de t’en faire,
La vie n’est ni le paradis ni l’enfer,
Tu as aimé en blessant tout en étant blessé,
Mais ces expériences t’ont le plus enseigné.

 

Tu as appris à écouter cette petite voix,
Celle qui est en toi et qui te pousse à faire des choix,
Je t’en prie, même si tu ne le comprendras pas toujours,
Elle saura t’amener si tu l’écoutes la nuit vers de meilleurs jours.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Jeu de lignes

41517465_10156846731753919_765550600225030144_o

Superbe jeu de lignes qui m’a fait réfléchir sur le sens de la vie. Réalisation artistique par mon ami et collaborateur de la France : Eri Kel

Jeu de lignes 

 

Depuis quelques jours 

Je réfléchis sur l’ensemble de mon parcours, 

Sur qui arriva, qui aurait pu arriver et qui n’arrivera peut-être pas,  

Inutile de se lamenter et de s’apitoyer sur la vie et ses lois. 

 

J’ai grandi comme tous les enfants de ce monde, 

Avec des membres en moins sans être pour autant immonde, 

Dans une région à l’hiver rude et dans une charmante petite ville, 

Un endroit délicieux où il faisait bon vivre appelé Sept-Îles. 

 

C’est là où j’ai grandi dans une maisonnée, 

Où joie et peine se manifestèrent à chaque année, 

Certains sont arrivés tandis que d’autres sont partis, 

Partis vers un endroit merveilleux appelé Paradis. 

 

J’ai connu dans ma modeste vie, 

Bien des gens parfois drôles, parfois méchants, 

Mais ils étaient plutôt indifférents la plupart du temps, 

Voilà pourquoi je n’en ai pas fait de cas puisque ce fut ainsi. 

 

J’ai aimé sans le savoir et surtout sans le vouloir, 

Parfois sur de belles dames, j’ai longuement fantasmé. 

Faisant des rêves inavouables dans le plus intime de mes idées, 

Maintenant je couche la tête libérée et tellement reposée. 

 

Me rendant-compte que tout n’est qu’un jeu, 

Où tout le monde gagne et perd toujours un peu, 

À chaque coup de dés ! À chaque carte laissée sur table ! 

Et puis nous recommençons jusqu’à ce qu’en être incapables. 

 

Épuisés de tenter un tant soit peu de comprendre, 

Ce qui nous est arrivé, ce que notre cœur a ardemment désiré. 

Malgré nos chagrins et nos vœux maintes fois exprimés, 

C’est alors qu’il faut accepter librement de se rendre. 

 

De se rendre à l’évidence, 

Que la vie n’est point une romance, 

Et que nos lignes tracées par notre existence, 

S’effacent comme sable du désert au grand vent. 

 

Jeu de lignes ! 

Lignes formant en nos esprits, 

Des jardins imaginaires pour nos cœurs épris, 

Finalement tout n’est qu’un jeu créé par une force divine. 

 

De 

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Dos

38391845_10156744481088919_4889703890062147584_o

Dessin par mon ami Eri Kel de la France

Dos

 

Vous savez quoi?

Je suis qu’une femme, moi.

Pas une héroïne de bande-dessinée.

De père et de mère je suis simplement née.

 

Étant jeune, je suis allé à l’école.

Où j’ai rencontré un garçon, un pot de colle.

Plus tard, lorsque je fréquentais le collège.

Où je devais décider mon métier mais qu’en savais-je?

 

Et puis un jour,

J’ai connu le grand amour.

Celui que l’on rencontre une fois dans sa vie,

Pour une question bizarre je l’ai connu une nuit.

 

Noces riches et majestueux gâteau

Ce que j’étais belle, ce qu’il était beau

Invités comblés et parents tellement heureux

De voir leurs enfants chéris voler sur de nouveaux cieux.

 

Nous avons fondé grande famille

Maisonnée simple aimant la camomille

Garçons espiègles et fillettes pas toujours sages

Voilà le début de ce qui semblait être un doux voyage.

 

Et puis vint la terrible guerre

Je m’en souviens comme si c’était hier

Celle tant voulue par un tout petit petit caporal

Un être assoiffé de grande puissance et si immoral.

 

C’est ainsi que furent enrôlés mes fils chéris

Qui quittèrent mon petit coin tranquille de Paradis

Pour s’engloutir dans l’enfer loin de leurs père et mère

Afin de combattre un homme qui allait devenir célèbre, un certain Hitler.

 

Fils furent tués aux combats

Mes larmes allègrement je versas

Que je versais encore bien des fois

Lorsque j’ai perdu mon mari, mon amour, mon roi.

 

Aujourd’hui, je revois les jours de jadis.

Alors je deviens, vous comprenez, bien triste.

Car je me rappelle d’avoir prié pour leurs âmes là-haut.

Que pouvais-je faire autrement sinon d’en avoir plein le dos?

 

De

 

Rolland St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Semence parfumée

36869725_10214850670412040_7857093728261898240_n

Photo par Mélanie Dufresne

 

Semence parfumée

 

Chérie! Chérie! Ô ma chérie!

Ne sais-tu pas comme de toi j’ai envie?

Envie de toi, de ton corps et de tes lèvres.

Car tu es à l’image de la pure et délicieuse Ève.

 

Je ne peux t’offrir un trésor,

Si ce n’est que mon humble corps,

Et de ma virilité afin de à jamais te satisfaire,

Car de l’amour et de tendresse, voilà tout mon savoir-faire.

 

Avec ma fière hampe au garde à vous,

J’attends patiemment que tu sois à genoux,

Pour te faire goûter la saveur de cette divine potion,

Qui te transportera dans le monde aux mille délectations.

 

Ne crains pas de humer son parfum exquis,

De ces fleurs tirées du jardin secret au Paradis,

Car de ces gouttes qui jailliront des profondeurs cachées,

Explosera une substance indescriptible à la semence parfumée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada 

Le pendentif

36370326_10156649164853919_3142920680526315520_o

Dessin réalisé par Eri Kel de la France

Le pendentif

 

Temps si longtemps perdu,

Au risque de perdre ce temps,

De cette période de la vie d’antan,

Où inutile culpabilité d’être simple et nue.

 

Témoin privilégié de ces mentalités,

Sans cesse torturées par insolentes vanités,

Camouflées de ces mots en vain semblables à du venin,

De ce venin causant mille blessures à ces âmes face à leurs destins.

 

Allant sans cesse de gauche à droite,

Caressé pour calmer la peur d’une main moite,

Allant sans cesse de celui droite à celui de gauche,

Contemplant ses magnifiques seins chef d’œuvres d’une ébauche.

 

D’une ébauche vécue par toutes ces nuits de luxure et d’orgies,

Où ma maîtresse se fichait de ces jugements de ces esprits désabusés,

De ces gens remplis d’envies, de jalousie et de leurs pensées tellement usées,

Usées et sans cesse répétées tel le feraient les perroquets d’un lointain Paradis.

 

Ah tel plaisir agréable d’être entre ces temples sacrés,

Et de ressentir avec joie indescriptible les frissons de la jouissance,

Qui du jardin secret de ma princesse tendre et adorée prend naissance,

D’être présent à chacun de ces instants cachés au goût si doux et si sucré.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Vous avez osé me tourner le dos

1510635_10153291707138919_7198490903825139382_n

Magnifique dessin réalisé par mon ami et collaborateur Eri Kel de la France

Vous avez osé me tourner le dos

 

Jolie jeune dame,
Fragile jeune femme,
Aux seins si magnifiques,
Vous voir ainsi est si mystique.

 

Femme de chair,
Femme légère comme l’air,
Que j’aimerais embrasser ce corps,
Que j’aimerais caresser cette peau d’or.

 

Assise sur vos tendres fesses,
Vous voir ainsi quelle allégresse,
Joie indescriptible pour mes yeux fatigués,
De cette vie d’artiste précaire mais si comblée.

 

Ne bougez pas! Je vous en prie, je vous en supplie,
Ça y est! Votre beauté est maintenant immortalisée,
Mon désir est de vous rendre digne des champs Elysées,
Ça y est! Votre féminité est à jamais dans la mémoire de l’infini.

 

Oui, vous avez osé me tourner le dos,
Mais je ne vous en veux pas car il est si beau,
Ressemblant à quelques notes d’une douce mélodie,
Vous voir ainsi est pour votre serviteur un prélude au Paradis.

 

De

 

RollandJr St Gelais 
Québec (Québec)
Canada