Archives de tags | blogue artistique

La femme chauve-souris

La femme chauve-souris Par Albert Joseph Pénot (1862-1930)   Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Penot01-887294774

La femme chauve-souris

Par Albert Joseph Pénot (1862-1930)

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le mois d’août se déroule selon vos attentes. De mon côté, tout va à merveille. Je pourrais ajouter que ma vie va de surprise en surprise. En effet, chaque journée amène des nouvelles parfois cocasses, parfois drôles, et, Dieu merci, moins souvent tristes. Ainsi va la vie. Il faut la prendre comme elle est et en tirer son meilleur. 

À propos de belles surprises, j’ai trouvé une photo d’une œuvre extraordinaire, réalisée par Albert Joseph Pénot (1862-1930) et qui s’intitule  » La femme chauve-souris ». Une œuvre d’art qui m’a fait sourire dès l’instant où je l’ai trouvée.  Vous savez bien qu’un des personnages de bandes dessinées les plus connus à notre époque n’est nul autre que Batman, la chauve-souris. Personnage tout de noir vêtu et maniant à la perfection ses accessoires contre les criminels aux esprits tordus et sans foi ni loi.

Toutefois, je dois reconnaître que l’œuvre de Albert Joseph Pénot m’a étonné pour diverses raisons. Mais, dans un souci d’alléger ma présentation, je me contenterai d‘en énumérer seulement deux. Il s’agit sans aucun doute des plus importantes, du moins à mes yeux.

En premier lieu, la notion même de « femme chauve-souris » est née bien des années avant la création de Batman. Qui plus est! La première a vu le jour, je devrais plutôt écrire « la nuit », vers 1890 France alors que le second est apparu le 30 mars 1939 en Amérique du Nord. Deux cultures distinctes, deux pays aux mœurs et coutumes diamétralement opposées et deux nations parlant deux langues différentes. Celle de la langue de Molière constitue une richesse inestimable pour la nation de l’hexagone tant que la langue de Shakespeare est l’apanage des descendants de la divine Albion.

En second lieu, les deux œuvres dénotent chacune à sa manière un érotisme particulier. En effet, la perfection des corps renvoie à une image sensuelle tant de l’homme que de la femme. Une sensualité que je qualifierais de mystérieuse, voire d’interdite, pour le commun des mortels. Et, croyez-moi, le terme de « commun des mortels » est tout à fait approprié dans mes propos. Par le fait que, d’une part, la « femme chauve-souris » est, par sa nature, affublée de certains attributs propres à la chauve-souris et ne peut, par le fait même, enjôler les hommes par son charme que la nuit tombée alors que, d’autre part, Batman revêt un habit afin de garder secrète sa véritable identité face à ses nombreux ennemis.

Il va sans dire que la nudité à la fois gracieuse et noble de la « femme chauve-souris » va à l’encontre du personnage même de Batman. Une telle absence de nudité chez le justicier masqué serait-elle une conséquence indirecte du puritanisme anglo-saxon qui prévalait au sein de la société étatsunienne de cette époque? C’est possible.

Quoiqu’il en soit, la découverte de la « femme chauve-souris » m’a agréablement surpris. Une surprise telle que cela a incité votre humble serviteur à rédiger un article sur le sujet. Un sujet qui mérite amplement d’être abordé au sein de mon blogue artistique dédié à la nudité artistique, à la photographie et à la poésie ainsi qu’à mes nombreuses réflexions personnelles.

Je vous remercie de votre attention.

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Se débarrasser de nos chaînes

Se débarrasser de nos chaînes Texte de Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/They-said-I-don-t-need-it-any-longer-887869360

Se débarrasser de nos chaînes

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le temps vous est bénéfique. Pour ma part, je profite de cette période estivale pour me promener avec mon quadriporteur, prendre du soleil et réfléchir sur des questions existentielles. Me promener en quadriporteur me permet de découvrir de magnifiques endroits de la ville de Québec. Prendre du soleil me permet de me remplir d’énergie, car, tout comme vous, je suis un être de lumière. Cette lumière intérieure a besoin de la lumière extérieure pour d’une part, vivre et, d’autre part, rayonner.

Vivre et rayonner ! Quels verbes merveilleux, mais, hélas, trop peu compris à notre époque ! Et, enfin, réfléchir sur des questions existentielles. En effet, c’est en réfléchissant sur le bon, le beau et le bien que l’être humain devient pleinement humain.

C’est un fait! J’aime beaucoup réfléchir sur de multiples sujets qui touchent l’existence humaine. Vous l’avez sans aucun doute découvert en parcourant mes nombreuses publications tant sur mon Facebook que sur mon blogue artistique. Réfléchir! Voilà un verbe dans lequel se trouve le sens propre de tout individu doué de raison. Qui dit être doué de raison, dit aussi un être capable de créer une suite logique dans ses pensées et dans ses actions lesquelles doivent porter à élever son être tout entier.

Toutefois, quel devrait être le sujet principal de nos vies? Pour ma part, je crois qu’il s’agit de se débarrasser de nos chaînes intérieures. Celles que nous avons construites au fil des événements qui ont jalonné notre vie. De telles chaînes sont les fruits de nos prises de décisions faites dans un temps précis, face à un événement particulier et souvent sous le coup d’une impulsion subite. Il va de soi que la question de sa survie tant psychologique que physique y est pour quelque chose.

Mais, de telles chaînes peuvent nous empêcher d’aller de l’avant, de connaître davantage notre potentiel et surtout de croître tant sur le plan de l’émotion que celui de la spiritualité. Combien de fois avons-nous refusé d’aller vers les autres de peur d’être rejetés? Combien de fois avons-nous reculé face à une possibilité d’une relation amicale ou amoureuse? Combien de fois avons-nous mis de côté la possibilité de découvrir la foi de l’autre ou, mieux encore, de redécouvrir notre foi? Celle que nous avons abandonnée à la suite de pressions extérieures? Combien de fois avons-nous fermé les yeux face à tout ce qui nous entoure? Mais, par-dessus toutes choses, combien de fois avons-nous fermé nos yeux sur ce qui ferait notre propre bonheur?

Oui, la peur du rejet est un boulet que bien des gens portent à la suite de mauvaises aventures. Oui, le fait de refuser la possibilité de créer des relations amicales ou amoureuses nous prive de nous connaître davantage. Souvenons-nous que c’est à travers de telles expériences que nous apprenons ce qui nous convient ou non. Oui, connaître la foi de l’autre peut aussi nous inciter à approfondir notre propre foi, si vous préférez notre propre spiritualité, laquelle regorge souvent de trésors inestimables. Oui, le fait d’être capable d’ouvrir les yeux, je parle entre autres de ceux de l’âme, constitue un pont vers de grandes possibilités. Oui, le refus du droit au bonheur est sûrement la chaîne la plus lourde que bien des gens portent en leurs seins.

Ne serait-il pas le temps de se débarrasser une fois pour toutes de toutes ces chaînes? Des chaînes que nous nous sommes imposées au fil des expériences de la vie. Une vie qui se vit chaque seconde, chaque minute et chaque heure. Je vous souhaite que cette heure soit la bonne. À la bonne heure !

De Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

 

Mon coup de gueule de la journée

Votre humble serviteur : Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Mon coup de gueule de la journée

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que la fin du mois de juillet vous est profitable. De mon côté, je vais très bien et je continue de mener la vie que j’aime sans trop me préoccuper de ce qui se passe autour de moi. La vie est bien trop courte pour se mêler de ce qui ne me regarde pas.

Ce qui ne m’empêche pas d’être ouvert à ce que je vois surtout lorsque cela bouleverse mes valeurs les plus profondes. Des valeurs que mes parents ont transmises à leur fils ici présent et qui ont fait de votre humble serviteur un homme fier de l’être. Pourquoi suis-je fier d’être un homme? Tout simplement parce que je sais admirer la beauté féminine tout en respectant la limite de la bienséance à son endroit.

J’ai constaté, en cette belle matinée, du 30 juillet 2021 qu’un tel respect ne soit pas partagé par certains hommes lesquels ont tendance à penser davantage avec leurs organes génitaux qu’avec leurs cervelles, malheureusement. Dois-je en être surpris? Pas du tout. C’est un fait que plus les années passent et moins que la notion de respect tant envers soi-même qu’envers autrui est présente au sein de la société actuelle.

Vous pouvez être ou ne pas être d’accord avec mon opinion, mais c’est que je pense surtout après avoir vu une plaque d’immatriculation sur laquelle il était inscrit, dans la langue de Shakespeare, ceci : « cette voiture est une « quatre portes » afin de pouvoir y faire monter plus de putes à bord ».

Veuillez noter que j’ai longtemps hésité à prendre en photo une telle horreur afin de la publier tant sur mon Facebook que sur mon blogue artistique dédié à la poésie, à la photographie, à la nudité artistique et à des réflexions personnelles. J’ai préféré ne pas agir ainsi afin de m’éviter des poursuites au civil.

Ce qui me choque le plus dans ce que j’ai vu, c’est de constater que l’évolution dite des mentalités est à mes yeux qu’une plaisanterie monumentale. Une plaisanterie qui dénote une hypocrisie que je qualifierais de « systémique » dans laquelle le manque de respect tant envers la femme qu’envers l’homme est flagrant. Qui plus est! Un homme qui possède une telle plaque d’immatriculation à son véhicule ne semble pas avoir une grande estime ni pour sa mère, ni pour ses sœurs, ni pour ses filles et toutes les personnes du sexe féminin qui osent monter à bord de sa voiture.

J’ai eu l’idée de partager avec vous mon opinion pour cette raison simple. Je suis avant tout un homme. Et que jamais je n’accepterais d’être comparé à un énergumène de la sorte. Oui, je suis blanc et je respecte les gens de couleurs. Oui, je suis québécois de souche et je respecte tout individu membre d’une communauté ethnique différente de la mienne. Oui, je suis hétérosexuel et je respecte toutes les personnes qui sont membres des L.B.G.T. Mais je suis par-dessus tout un homme et, par conséquent, je respecte et je respecterai toujours la femme, car elle est la moitié de l’humanité.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Tout est une question de point de vue

Tout est une question de point de vue Photo par rasmus-art Texte par RollandJr St-Gelais de Québec au Canada Source : https://www.deviantart.com/rasmus-art/art/Beauty-in-Black-and-White-885222097

Tout est une question de point de vue

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que la saison estivale se passe selon vos désirs et vos aspirations. De mon côté, je dois avouer que mon été est tout à fait magnifique. En effet, je profite du beau soleil en me promenant dans mon quadriporteur tout en rédigeant des articles au sein de mon blogue artistique dédié à la nudité artistique, à la photographie et à la réflexion personnelle.

En parlant de réflexion personnelle, l’idée de rédiger un article sur la nécessité de mettre en relief l’ensemble des événements de notre vie m’a semblé importante en cette période de l’année. Une période où le calme des vacances, la quiétude des jours paisibles et le temps d’arrêt des activités incessantes de la routine quotidienne constituent sans nul doute un temps propice pour se reprendre en main. Se reprendre en main pour mieux respirer, pour mieux vivre et surtout pour orienter sa vie selon nos besoins, nos valeurs et nos attentes. C’est une occasion propre à l’être humain.

L’être humain est composé d’un corps, d’une âme et d’un esprit. Un corps pour se manifester dans le monde matériel. Une âme qui est garante de sa conscience de ses décisions, de ses actes et des conséquences qui en découlent. Enfin, un esprit qui l’unit à ce tout universel, et ce, peu importe le qualificatif que l’humanité lui a donné au fil des âges et des époques. L’incarnation d’une âme immortelle dans un corps fait de chair et d’os, mais qui, par un privilège inouï, transcende l’espace et le temps par cet esprit rattaché à ce que je pourrais nommer de « Grand Esprit ».

Pourquoi alors craindre pour le futur ? Certes, nous sommes affublés par des nouvelles télévisées dignes des pires films d’horreur. Par ici, des glissements de terrain catastrophiques. Par là des épidémies mortelles, ou encore, la pandémie qui semble s’éterniser au fil des jours, des mois et même des années. Toutefois, pouvons-nous faire quoi que ce soit pour remédier à de telles situations ? Je ne le crois pas à l’exception de prendre soin de notre milieu environnant et de nos proches.

Personnellement, je crois que tout est une question de point de vue entre ce que nous voyons dans les nouvelles télévisées et ce qui nous entoure en tant que tel. Il serait bien, voire nécessaire, de se regarder dans un miroir et se dire ceci : « Que puis-je ou non faire face à ce que je vois et dans quelle mesure suis-je apte à le faire ou pas ? » Ces deux questions peuvent servir de garde-fou afin de préserver notre bien-être psychologique face à cet envahissement d’oiseaux de mauvais augure. C’est une réalité indéniable que nous soyons tributaires du monde dans lequel nous vivons. Toutefois, il faut faire une distinction d’une part, entre le collectif et, d’une part, l’individu. Nous sommes responsables de notre réalité collective, mais nous sommes aussi limités individuellement dans nos capacités d’action. Ici, l’essentiel c’est de trouver un juste milieu qui permettra un équilibre entre ces deux réalités.

Avouons-le ! Tout est une question de point de vue.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Le rocher

Le rocher Photo par Gb62da Texte par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-boulder-884827333

Le rocher

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que vous passez de belles vacances. Pour ma part, je vais très bien et je passe un été tout à fait magnifique. Bon! Il est vrai qu’il n’y a pas beaucoup d’activités à faire à part me promener en quadriporteur, poursuivre mes lectures et rédiger des articles au sein de mon blogue artistique. Quoiqu’il en soit, l’essentiel est de profiter de chaque jour de la saison estivale.

Toutefois, ceci n’empêche guère votre humble serviteur d’avoir des projets en prévision de l’automne prochain. Des projets qui lui permettront sûrement de renouer avec les domaines de la nudité artistique et de la photographie. Je ne peux pas en dire plus pour le moment. Soyez rassurés! Je vous tiendrai informés en temps et lieu.

Cependant, la saison estivale est un excellent moment pour la réflexion. En réfléchissant sur un aspect précis de mon expérience de vie personnelle que vint l’idée de rédiger un texte sur le bienfait de tourner la page sur le passé est venue en tête. En effet, plus que le temps passe, plus je m’aperçois qu’il est bon tant pour mon bien-être émotionnel et spirituel de savoir aller toujours plus de l’avant.

Quoi de mieux que de jeter loin de soi les multiples petites pierres accumulées au fil des années? Ces pierres, à force de s’accumuler et aussi petites puissent-elles être à première vue, alourdissent notre quotidien. Des regrets, des sentiments de culpabilité et des illusions de toutes sortes ainsi que des rêves non accomplis sont le lot des êtres qui composent l’humanité. Tous ces éléments sont des pierres que nous traînons bien souvent inconsciemment chaque jour de notre vie.

Ne serait-il pas le temps de les jeter loin de soi une bonne fois pour toutes? De telles petites pierres ne servent à rien dans la construction de soi. Mais le fait d’accepter ses erreurs et d’être fiers de ses succès, voilà ce qui peut inciter l’être humain à se surpasser, voire à se libérer du poids d’un rocher imaginaire. Un rocher qui n’a jamais eu sa raison d’être.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada