Archives de tags | Enfer

Je danse dans la noirceur

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je danse dans la noirceur

 

Ce soir, je sors dans les bars.

Je serai en vie même s’il se fait tard.

Je vais dans un bar clandestin,

Jusqu’au petit matin.

 

Je me moque du couvre-feu.

Danser, c’est tout ce que je veux.

J’en ferai à ma tête,

J’ai décidé de faire la fête.

 

Ne me parler surtout pas de pandémie,

Profiter du bon temps, voilà ce dont j’ai envie.

Ce soir, plus rien ne me fait peur.

Je danse dans la noirceur.

 

Aussitôt arrivée sur les lieux,

Je vois braqués sur moi tous les yeux.

Sans hésiter, je me dirige sur le plancher.

Pour m’éclater dans une ambiance tellement réchauffée.

 

Fini le temps du confinement,

Terminée cette sensation d’emprisonnement,

Pour un instant de folie, je veux pleinement vivre.

Combien de temps devrions-nous simplement survivre ?

 

J’en ai assez de toujours me renfermer,

Vivre et, à mes amours, leur proclamer.

Que je serai à eux pour toute la nuit,

Car nous vivons qu’une seule vie.

 

Devrais-je déjà m’asseoir ?

Non, car vient juste commencer le soir.

Je suis debout et je compte bien le rester.

Jusqu’à ce que s’enflamment mes pieds.

 

Sans gêne aucune, j’enlève tous mes vêtements.

Fait amusant, tout le monde en fait autant.

En ce mois de janvier où tout est clos,

Ce moment me semble si beau.

 

Devrais-je alors m’en faire ?

Irais-je, pour ce moment de bonheur, en enfer ?

Si c’est le cas alors j’irai jusqu’au bout de mes pulsions.

Je ferai tout ce qui me plaît au risque de perdre la raison.

 

Danser dans la noirceur et ignorer la peur.

Voilà ma raison de vivre en cette heure.

Danser, boire un coup et faire l’amour !

Voilà quel est mon souhait depuis toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

L’enfer, c’est les autres.

« L’enfer, c’est les autres. » Photo tirée de : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/50-00341-903014253

L’enfer, c’est les autres.

Explication : « L’enfer c’est les Autres a toujours été mal compris. On a cru que je voulais dire par là que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c’étaient toujours des rapports infernaux. Or, c’est tout autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l’autre ne peut être que l’enfer. Pourquoi ? Parce que les autres sont au fond ce qu’il y a de plus important en nous-mêmes, pour notre propre connaissance de nous-mêmes […] Quoi que je dise sur moi, toujours, le jugement d’autrui entre dedans. Quoi que je sente en moi, le jugement d’autrui entre dedans. Ce qui veut dire que, si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d’autrui. Et alors, en effet, je suis en enfer. » 

Tiré de : Sartre : « l’enfer, c’est les Autres » – La culture générale (laculturegenerale.com) 

À moitié d’ombre et de lumière

À moitié d’ombre et de lumière Poème de Rolland Jr St-Gelais Modèle Nat Holt de Ottawa (Avec la permission du modèle)

À moitié d’ombre et de lumière

 

Je suis femme,

Tirée de la flamme,

Formée par l’amour de la vie,

Façonnée par la force des envies.

 

L’envie de connaître,

L’envie de sans cesse renaître,

L’envie d’aimer et d’être aimée,

L’envie de, ma passion, la donner.

 

Je suis à moitié d’ombre et de lumière.

De la force tirée des profondeurs de l’enfer.

De la douceur de la nuit, une fois arrivée, la pénombre.

Qui recouvre mon corps fragile de la fraîcheur de l’ombre.

 

Je suis une femme prude,

Qui a connu une vie si rude,

Je suis une femme éprise de liberté,

Fière de sa beauté et consciente de sa fragilité.

 

Je suis femme pleine et entière,

Qui ne désire pas revenir en arrière,

Qui souhaite aller toujours de l’avant.

Car c’est là que se trouve ma voie assurément.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Cet instrument fétiche

Cet instrument fétiche Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/08-Dec-80-900152235

(Poème composé à la mémoire de John Lennon 9 octobre 1940- 8 décembre 1980)

 

Cet instrument fétiche

 

Aujourd’hui, j’ai un souvenir.

Qui me hante quand je respire,

Qui me bouleverse à chaque fois,

Que j’y pense au plus profond de moi.

 

Je me souviens d’une nouvelle à la radio,

En cette journée où il faisait tellement beau,

On annonça l’assassinat de mon chanteur,

Celui qui avait réussi à faire battre mon cœur.

 

Je me rappelle bien cette chanson de son cri à l’aide,

Qui était aussi les miens alors que je me trouvais laide,

À l’époque de l’adolescence qui était pour moi loin d’une romance,

De cette période de remises en question qui me donnait tant de souffrance.

 

Il y était un membre d’un groupe originaire de la divine Albion.

Qui jouait de belles balades d’amour de si magnifiques chansons.

Il y avait parmi ce groupe un homme qui allait un jour prôner la paix.

Ses airs, ses paroles, sa musique et ses mélodies, comme je les aimais.

 

Que de larmes j’ai versées en apprenant la nouvelle,

En apprenant le départ de celui qui m’a dit que je suis belle.

Il avait mis tant de joie de beauté dans ma vie d’adolescente,

Une vie comme toutes les filles de mon âge tout à fait innocente.

 

« Give Peace a chance! » Cette chanson qu’il fredonnait dans un lit.

À Montréal dans une chambre d’hôtel loin de l’Europe et de Paris.

Quel beau souvenir de ma jeunesse maintenant et à jamais envolé,

Le jour où j’ai appris à la radio qu’un homme lui avait la vie enlevée.

 

Maintenant, il me reste quelques souvenirs lointains,

Des idées que j’ai peine à retenir de mes deux mains,

Cet instrument fétiche qu’il m’avait en secret offert,

Et qui me console tant bien que mal dans mon enfer.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Tout est temporaire

Tout est temporaire Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo & modèle : JenovaxLilith

Tout est temporaire

 

Tout est temporaire,

Alors, pourquoi s’en faire?

La vie est à la fois le ciel et l’enfer,

Un ciel et un enfer sur cette vieille terre.

 

Aussi fins que sont les grains de sable sur la plage,

Aussi vite passent les journées au fil de l’âge,

Devant l’injustice vient une légitime rage,

Mais, se contenir est l’apanage du sage.

 

Même le roc est grugé par les houles,

Le roc semblable à une immense foule,

Qui, une fois le spectacle terminé, s’écroule,

Ressentant le poids du temps alors les rêves croulent.

 

Penchée vers l’avant,

Je marche vers mon destin assurément,

Le cœur léger, j’ai vécu ma vie passionnément,

Oui, tout est temporaire, mais je m’en moque éperdument.

 

Rien n’est éternel.

Même si la vie est pourtant belle.

Elle passe aussi vite qu’une hirondelle.

C’est un peu triste quand j’y pense, car elle n’a pas son pareil.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada