Archives de tags | premier-né

Fragilité

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Photo par Phylactère

Fragilité

 

Voici une question !

Quelle serait la solution ?

Un sujet de plusieurs chansons,

Parfois de philosophes en perte de raison.

 

Qu’est la source même de l’humanité ?

Celle qui anime le premier comme le dernier né ?

Celle qui donne le sens à notre propre existence ?

Celle qui lui procure en tout temps toute son essence ?

 

Combien de sages y ont longtemps réfléchi ?

Combien de scribes ont de leurs réflexions réécrit ?

Combien de langues ont tenté tant de fois l’exprimer ?

Combien de mots ont essayé encore plus souvent de le présenter ?

 

Certes, je ne désire point vous faire la morale,

Car, avec tous mes défauts ce serait vraiment immoral.

Cependant, je me permet de vous dire seulement cette fois.

Après mûres réflexions sur le sujet sans jamais perdre la foi.

 

S’il y a une chose que j’ai compris,

Devant tant de joie et de peine en cette vie,

Et que l’on soit riche ou pauvre, jeune ou vieux,

Partager avec vous mon secret est le plus sincère de tous mes vœux.

 

Ce n’est point la couleur de notre sang,

Qui fait de nous êtres semblables en-dedans.

C’est uniquement dans la profondeur des cœurs blessés,

Qu’apparaît la cause de notre humanité en une simple fragilité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ô homme nu

jesus-penis

Ô homme nu

 

Ô Homme nu,

Corps offert aux regards,

Coeur donné avec liberté et sans égards,

D’où viens-tu mon ami ? Quel est donc le chemin parcouru ?

 

Semant la Bonne Parole,

Sous des énigmes et en paraboles,

Guérissant les blessés de la vie et gens meurtris,

Pardonnant aux cléments et donnant aux oubliés le goût à la vie.

 

Tu es l’amour,

Tu es depuis toujours,

Tu es là hier comme demain,

Car nous sommes dans le creux de tes mains.

 

Ô fils d’homme !

Recouvre de ton ombre,

Tes frères et tes sœurs en cette humanité,

Penche-toi vers cette terre qui fait tellement pitié.

 

Apprends-nous de nouveau,

Ton message de paix en tes simples mots,

Enseigne-nous à nous aimer comme tu nous l’a montré,

Mets en nous un peu de foi, un peu d’amour car rien est terminé.

 

Ô humble homme de Judée,

Toi, le fils du charpentier son tout premier-né !

Ô toi, le porteur d’espérance mais pourtant crucifié !

Mets-en nous la foi en toi ! Toi le vainqueur de la mort, le ressuscité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada