Archives de tags | noble

Je me suis couché

 

IMG_0696
Photo réalisée par Priscilla Vaillancourt 17 octobre à l’U.Q.A.C.

Je me suis couché

 

Dans la vierge forêt,
J’ai fui ce monde si laid,
En y cherchant la beauté innocente,
Des contes de fées qui en mon esprit me hantent.

 

Dans la fraîcheur du petit matin,
J’y suis allé avec un coeur léger et serein,
Ne craignant guère ce que j’allais y trouver,
Écoutant les oiseaux chanter et regardant les lièvres balader.

 

Que l’air frais me faisait du bien,
Faisant surgir en moi un drôle de refrain,
« Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n’y est pas »
Voilà pourquoi j’ai continué mon chemin tranquillement par-ci et par-là.

 

Prenant plaisir de sentir les arômes des bois,
Jusqu’à une rivière où eau claire et limpide y coula,
Une soif apparut en moi, je me penchai et quelques gouttes je buvais.
Quel bonheur sublime et indescriptible en mon âme soudainement émergeait.

 

Clairière entre quelques fleurs et arbres de moi inconnus,
Lentement devant moi comme par magie à mes yeux apparue,
Me rappelant les récits de druides et de sorcellerie celte une idée naquit,
Exposer mon corps frêle aux déesses des lieux en espérant qu’il soit à jamais béni.

 

Retirant mes vêtements morceau par morceau,
Lentement et avec grâce sous le soleil de plus en plus chaud,
Désirant savourer chaque seconde de ce rituel magique improvisé,
En prononçant des formules sorties tout droit d’une kabbale imaginée.

 

Formules d’un grimoire de magie blanche,
Formules entendues par les mystiques avalanches,
Avalanches mystérieuses apportant gens courageux mais imprudents,
Vers des lieux qu’aucun mortel en ce monde a eu la chance de voir de son vivant.

 

Voulant regarder autour moi la beauté qui s’y trouvait,
Je n’ai point bougé afin d’admirer les êtres qui y vivaient,
De ces animaux sauvages aux cœurs d’or et tellement naturels,
Comme je jalousais avec douceur Dame nature d’être à la fois noble et belle.

 

Sentant venir en moi un étrange assoupissement,
Alors nu sur le sol boisé je me suis étendu calmement,
Prenant la position que j’ai connue alors que je voguais dans le néant,
Je me suis couché sans arrière-pensées pour ne jamais me réveiller assurément.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Dans votre donjon

Je suis votre esclave

Magnifique photo réalisée par Tastethewine Modèle ? Emily Jo

Dans votre donjon

 

Bonsoir ! Bonsoir ! Bonsoir !
Il y a si longtemps que j’attendais ce moment,
Être devant vous, ô maître adoré, nue tout simplement.
En cette heure qui est la dernière bien avant qu’il ne soit trop tard.

 

Pour vous plaire, j’ai bien apprise ma leçon.
Sans cesse et avec délices, j’en ai fait des révisions.
Espérant que cette nuit vous me donnerez cette correction,
Celle que j’ai tant méritée de ne point vous avoir donné satisfaction.

 

Ô mon maître tant adoré,
Saurez-vous cette nuit me pardonner ?
De vous avoir tant offusqué par ma désobéissance,
Car, loin était de mon être, une authentique innocence.

 

Mes seins fermes sont pour vous combler,
Ma peau est à votre main experte réservée,
Mes fesses si parfaites vous sont à jamais destinées,
Et de mon tendre visage, ma souffrance, vous contemplerez.

 

Ô maître que sans cesse je glorifie,
Pour votre savoir-faire depuis les temps infinis,
Faites de moi votre prisonnière, votre captive et esclave.
Que vos doigts effleurent mes seins tel le feraient ceux d’un noble et beau slave.

 

Chantez-moi l’une de vos berceuses,
Vous verrez alors que je ne suis guère peureuse,
Ne voyez-vous pas que vivre pour vous est mon seul droit ?
Allez ! Ô mon maitre bien-aimé ! Dans votre donjon, allons-y de ce pas.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Nudité? Vous avez dit nudité?

Nudité? Vous avez dit nudité?

Bonjour tout le monde,

new-image28Nudité? Vous avez dit nudité? Voilà la thématique de cet article et il m’a semblé être de plus haute importance de l’aborder dès les premières lignes écrites par votre humble serviteur devant son clavier d’ordinateur. Pourquoi vouloir rédiger un tel article après plus de 900 publications et de 14 pages de présentation sur des thèmes allant sur certains aspects de ma vie, dans un souci de transparence, et sur certains éléments, disons-le franchement, plus corsés? D’ailleurs, force est de constater que l’unanimité est loin de faire légion en ce monde et si cela arrive, en de rares occasions, elle est souvent la cause de bien des tourments au sein des sociétés, surtout lorsque la moralité semble être un vecteur des forces en présence. Comme disait si bien un sage: « Souviens-toi mon enfant que les pires atrocités commises par les hommes l’ont été faites au nom de la vertu. »

C’est là une question à laquelle je suis obligé d’y répondre sous trois volets distincts qui se résument simplement  en ceci: En premier lieu, ce que ce blogue n’est pas et New Image5ne sera jamais. En second lieu, les triples objectifs visés par votre humble serviteur. Et, en dernier lieu, vous l’avez sans doute deviné, de décrire en quelques mots qui est celui qui se cache derrière son clavier, et ce peu importe l’heure de la journée ou de la soirée, et même dans certains cas, durant la nuit, peaufinant dans le mesure de ses capacités la rédaction de ses publications. Trois volets, certes distincts, mais tellement complémentaires qu’en l’absence d’un seul des trois, toute logique démontrant la nécessité de l’existence même de ce blogue serait remise en question. Et, croyez-moi sur parole, je me battrai bec et ongles pour  le conserver tel qu’il est puisqu’il signifie à mes yeux la plus belle preuve de cette liberté d’expression, en l’occurrence la mienne, si malmenée par des gens avides de pouvoir sous le couvert de la moralité et, surtout d’une conception erronée de la grandeur divine.

Ce que ce blogue n’est pas et ne sera jamais

Une chose doit être dite une fois pour toutes: Ce blogue n’est pas et ne sera jamais dédié à une quelconque forme de vulgarité, d’obscénité, de mauvais goût et de grossièreté. Dès le début de la création de ce blogue, votre humble serviteur a tenté par tous les moyens mis à sa disposition, et parfois avec des balbutiements  vu son caractère profane dans les premiers temps, d’éviter d’offusquer qui que ce soit au sein de son blogue.

Qui plus est! Lorsque l’occasion se présente, il me fait plaisir de corriger le tir en publiant une nouvelle version d’un tel ou tel article ou tout simplement en y modifiant quelques parties. Ce blogue n’est pas non plus un site dédié à la 000000810002pornographie où l’image de la nudité est galvaudée de manière irrespectueuse tant pour les hommes que pour les femmes, dans son ensemble. Oui, certaines publications peuvent posséder une connotation d’érotisme, mais quand cela a lieu, c’est fait avec un soin méticuleux. C’est le cas notamment des séries intitulées «Séance de nudité érotique» et de sa suite sous-titrée «Se connaître, c’est s’aimer.» Une séance qui a été tournée dans une chambre d’hôtel de Montréal et ce, avec la collaboration spéciale d’une modèle nue extraordinaire et d’un photographe hors-pairs. Rien ne fut laissé au hasard afin de respecter d’abord et avant toute chose la charmante jeune dame qui avait accepté de participer. C’est bien la moindre des choses. N’est-ce pas?!

Ce blogue ne peut pas exister sans la recherche de l’excellence d’un français écrit et de mots choisis afin de respecter la langue de Molière. La plus belle langue au monde! Voilà pourquoi j’essaye de publier mes articles avec un grand souci de respect envers cette langue noble et digne des dieux. Oui, j’adore plus que tout ma langue car c’est avec elle que j’ai appris à dire la plus belle phrase pouvant être dite en ce monde: Je t’aime.

Les triples objectifs visés par votre humble serviteur

Il est important de retenir que l’idée de réaliser et d’entretenir, ce sont là deux réalités aux antipodes l’une de l’autre, ce blogue est venue en mon esprit à la suite new-image26d’un exposé écrit en théologie dont le sujet portait sur l’eugénisme sous le régime nazi et la participation plus ou moins imposée par les pseudo scientifiques du IIIe Reich auprès des artistes dans les pays occupés. En ce contexte, tout était axé sur la glorification du corps parfait et l’exclusion, voir l’élimination purement et simplement physique, des individus ne cadrant pas dans les critères de perfection préconisés par les nazis.

12675129_10154724094679657_765136332_oMa réponse personnelle a été de faire, permettez-moi cette expression, un pied-de-nez à cette période sombre de l’histoire. À cela s’ajoute le fait que la thalidomide a été découverte et fabriquée au sein de la Wehrmacht par un chimiste allemand qui alla devenir le fondateur de l’entreprise pharmaceutique tristement célèbre Grünenthal Chemical. Être un modèle nu était le chemin tout indiqué pour faire contrepoids à cette période qui menace de manière plus ou moins subtile de refaire surface. Souvenez-vous que l’histoire a tendance à se répéter et que la prudence est l’une des quatre vertus cardinales. Bref, restons prudents en tout temps.

Le second objectif de votre humble serviteur réside à transmettre sa passion pour la beauté auprès des visiteurs. Je fais bien entendu référence à la beauté sous toutes ses formes, mais en particulier le nu, la poésie et la photographie. Trois domaines qui, à ma grande surprise, m’ont permis de faire la rencontre de gens extraordinaires. Dans le domaine du nu, j’ai eu la chance de faire les manchettes en quelques occasions tant en Europe qu’au Québec et même au sein d’un magazine britannique, via une publication sur la modèle nue connue sous son nom d’artiste de Phylactère.

new-image16Pour ce qui est de la poésie, elle reflète ma passion pour le français. Jouer avec les mots! En faire vibrer chaque expression! Ressentir le plaisir ou la douleur évoqués dans une phrase! Remémorer des instants de bonheur ou de tristesse! Caresser chacune des lettres comme on titille le clitoris d’une femme pour lui procurer un plaisir parfois coupable, mais plus souvent tellement agréable qu’on ne peut s’empêcher de répondre favorablement à sa demande de recommencer encore et encore. Oui, la poésie est pour moi la nudité de mon âme. Une nudité que je dévoile au gré des mots, parfois pour apaiser, je le concède, bien des maux. Des maux de mon enfance!

Et que puis-je affirmer de ma passion pour la photographie? Certes, les artistes me11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg voient entièrement nu. Une nudité qui me comble de bonheur et de sérénité. Pour sa part, la poésie sert à transmettre mes sensations les plus profondes chez mon être. Toutefois, c’est par la photographie que je capte la beauté éphémère du monde qui m’entoure. Une beauté condamnée non pas par sa propre disparition, mais bien par la mienne. En effet, je serai déjà disparu depuis fort longtemps lorsque la terre arrêtera de tourner. Le reconnaître, c’est faire preuve d’humilité.

Capter chaque instant de vie! La vie en tant que modèle nu et pleinement sexué! La vie présente en chacun de mes poèmes! La vie saisie dès le moment où j’appuie sur le bouton de mon appareil-photo. Trois visions de la vie, mais une seule vie, c’est-à-dire celle que je partage avec le microcosme qui m’enveloppe, lui-même englobé par le macrocosme, et ce jusqu’à l’infini. Cet infini qui rejoint ce Dieu invisible.

Qui est celui qui se cache derrière son clavier?

Je suis simplement un être humain comme chaque personne vivant sur cette belle planète que l’on appelle communément la terre. Je respire comme toutes les personnes qui lisent ce blogue. J’aspire à rendre ce monde meilleur en tenant compte de mes forces et de mes faiblesses. Et, surtout, loin est de moi l’idée que je sois parfait.

Je cherche à publier des articles qui soient dignes d’intérêt pour chaque lecteur potentiel. Souvent, mon but semble être atteint tandis qu’en d’autres circonstances je passe à côté de la cible. Qu’à cela ne tienne! Je recommence avec la même passion, et même dans certains cas, avec un degré de minutie plus élevé rendant le résultat sensiblement amélioré. « À chaque fois, remets-toi à la tâche si tu veux bien travailler. » Telle pourrait bien être mon leitmotiv lors de mes rédactions. 

En terminant cette missive, je tiens à préciser une dernière chose. Une chose qui doit être comprise une bonne fois pour toutes. Mon intention qui se trouve dans chacune de mes publications est d’abord et avant tout dénuée de méchanceté envers qui que ce soit. Bien au contraire! Tout est fait avec une bonté d’âme et en tenant compte de mes dispositions du moment présent lesquelles sont tournées vers un seul objectif, la recherche de l’excellence. Soyez, je vous en pries, indulgents envers votre serviteur si cela ne soit pas toujours le cas.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La reconnaissance, la décence du coeur

11866410_1630943463857004_6476733136777913117_n

La reconnaissance, la décence du cœur

 

La gratitude, ce long couloir de lumière que trace la vie, telle une cible de choix directement vers la flèche de votre cœur… Elle libère le prisonnier de sa cellule d’Alcatraz et ouvre la porte du bal de la bonté. La gratitude n’est pas seulement la plus grande des vertus mais également le parent de toutes les autres, puisque celui qui l’éprouve possède dans son cœur des germes de bonté!

La croyance populaire veut que la gratitude donne du sens à notre passé, apporte la paix à notre présent et crée une vision sur notre avenir. Ressentir celle-ci et ne pas l’exprimer, c’est comme emballer un cadeau et ne pas le donner!

Chaque étape de la vie est un saut dans l’inconnu, hors de sa zone de confort… À soi d’en apprécier alors toutes les étincelles de bonheur qui s’y présentent, pour nous faire apprécier chaque moment avec reconnaissance. C’est la fleur la plus juste qui jaillit de l’âme et en est tout autant la plus noble.

La gratitude peut transformer des jours ordinaires en actions de grâce, des tâches routinières en joie et des opportunités en bénédictions. Elle est la clé qui ouvre la porte du vrai savoir! Parfois notre lumière s’éteint, puis elle est rallumée par un autre être humain… Chacun de nous doit de la reconnaissance à ceux qui ont ravivé leur flamme éteinte. Ce sont toutes ces petites complicités, ces attentions discrètes, ces centaines de sourire qui façonnent la vie!

La gratitude est le secret de la vie: l’essentiel est dans le tout! Celui qui a appris cela sait ce que signifie vivre: il a pénétré le profond mystère de la vie. Prenez l’habitude d’être reconnaissant pour les plus petits détails de la vie! Ces petits détails sont tellement nombreux que vous passerez autant de temps que vous le souhaitez dans un état de béatitude!

Cette gratitude ouvre vers plus d’abondance, donc, en buvant l’eau du puits, n’oubliez pas celui qui l’a creusé…

De

Marie-Andrée Bouchard (collaboratrice)

Québec (Québec)

Canada

Un art véritable : Le bonheur de vivre

 

 

bonheur

Un art véritable : Le bonheur de vivre

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que la saison hivernale vous soit des plus bienfaisantes. Pour ma part, j’aime beaucoup cette saison même si parfois la tentation de rester bien au chaud, emmitouflé dans mes draps et loin de la vie citadine, est plus forte que moi. Quoi de mieux qu’une bonne boisson chaude devant un poste de télévision ou bien en écoutant une douce mélodie? Il va de soi que dès le beau temps revenu, j’en profite pour mettre le pied à l’extérieur et me geler le bout du nez. Après tout, j’ai la chance incroyable de vivre au sein d’un pays dans lequel les quatre saisons offrent à qui sait l’apprécier leurs beautés exceptionnelles.

Bref, je me suis baladé en cette belle fin d’après-midi afin de profiter d’un accalmi avant une tempête annoncée par le service météorologique du Canada, et ce pour toute la semaine prochaine. Je ne dis pas qu’il m’est interdit de sortir de chez-moi en pareilles circonstances. Bien au contraire!

« Pourquoi alors sortir de chez-moi? » me direz-vous. Une question qui mérite cette réponse d’une simplicité sans équivoque : Me balader pour admirer la diversité de mon milieu de vie! Me promener tout en admirant la beauté qui se trouve en chaque personne que je rencontre! Entreprendre un humble pèlerinage vers l’église où j’assiste à la célébration eucharistique dominicale! Rendre grâce à la vie! Rendre grâce à Dieu! Savoir que je suis heureux comme je suis. Telle a été ma routine en ce samedi 24 janvier de l’an de grâce 2015.

Toutefois, un événement tout à fait inusité allait rendre ce samedi encore plus intéressant au plan de la spiritualité. En effet, la vie nous réserve souvent des surprises qui agrémentent notre quotidien. Soyez sans crainte! Nul voix est sortie du Ciel pour m’annoncer une révélation divine et m’ordonnant de fonder une nouvelle doctrine religieuse, une parmi tant d’autres, dans le but de sauver l’humanité. À vrai dire, ledit événement réveilla en moi une vérité sur ce qu’est le bonheur véritable.

C’est ainsi qu’une charmante dame m’a reconnu lorsque je suis entré dans l’un de mes restaurants préférés à Québec, après bien entendu avoir assisté à la célébration eucharistique de 16:00 en l’église St-Fidèle de Québec. Une église toute simple, comme l’on en retrouve un peu partout au Québec, fille abandonnée par la mère-Patrie puisqu’elle ne valait aux yeux de celle-ci que « quelques arpents de neige » aux mains de la Divine Albion.

10945645_1592584164306021_3552974634098484900_n« Bonjour monsieur St-Gelais! » me dit-elle avec un grand sourire. Quelle stupéfaction ai-je ressentie en revoyant une dame avec qui j’ai connu de bons moments, et ce après plusieurs années. Nous avons bien sûr profité de notre rencontre brève mais très agréable pour échanger et s’informer de nos parcours de vie. Un échange franc, direct et sans retenu tel que nous Québécois savons si bien réalisé sans pour autant versé dans le rustique.

Savez-vous quoi? C’est ça le vrai bonheur! Savoir à quel point nous sommes appréciés par ceux et par celles que la vie nous a permis de rencontrer au cours de notre voyage sur cette belle planète que l’on appelle la terre. Une terre où nous sommes avant toute chose les locataires auprès de nos descendants.

Je ne demande pas d’être un millionnaire, ni un grand sage et encore moins un philanthrope ou être un artiste de renommée internationale. Pour moi, rien de tout cela ne fait le bonheur véritable. Oui, on peut en retirer du plaisir mais il sera toujours éphémère. Seul le bonheur que l’on a su partager reste gravé dans le temps via les cœurs qui ont vu l’être humain en nous et nous en eux.

Apprendre cette noble vérité constitue sans aucun doute, enfin je le crois sincèrement, la plus belle œuvre d’art que nous devrions essayer de réaliser au cours de notre vie. Quel grand artiste est celui qui saura réussir à entretenir le feu de la passion du bonheur en lui et dans le cœur de l’autre.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Qui se souviendra?

Qui se souviendra?
Qui se souviendra?

Qui se souviendra?

 

Qui se souviendra de cette journée-là où toi et moi avons fait connaissance? 

De cet instant où dans le secret de nos cœurs naquit doucement notre amour. 

Un moment que je souhaitais être figé dans le temps telle une nouvelle naissance. 

Et ton regard que tu posas sur moi qui me semblait durer pour toujours.

Qui se souviendra de cette journée magnifique et illuminée par ton sourire? 

Sans dire un seul mot, tu apprivoisais l’homme que je suis lui donnant ainsi un noble visage. 

En toute simplicité, tu m’as amené au Royaume du bonheur par la magnificence de ton rire. 

De ce rire, je m’en rappellerai toute ma vie tellement il me transporta vers des rêves pas toujours sages.

Qui se souviendra de la couleur de tes yeux lesquels me firent abaisser le pont-levis de ma solitude? 

Tu entras en mon cœur pour ne jamais, je te le jure de toute mon âme, en sortir. 

De cette seconde où tu pénétras mes défenses, tu as su voir que je fus un être prude. 

Une pudeur née de la dureté de la vie et de l’hypocrisie de certains qui ne savaient que mentir.

Je me souviendrai de la joie de vivre qui transpirait de tout ton être.

Je me souviendrai avec nostalgie de ta beauté telle une déesse du mont Olympes. 

Je me souviendrai avec mélancolie lorsque le temps me transformera en un vieil hêtre. 

Je me souviendrai de ta sensualité qui fit de toi une femme incomparable telle une nymphe.

Qui se souviendra de toi dans la monotonie de son quotidien qu’ignorèrent même ses aïeux? 

De ta féminité qui fit d’un animal brut un être pleinement humain? 

Qui se souviendra de la dame qui presque par magie éleva une âme dans les Cieux? 

C’est celui qui écrit ces quelques mots afin de te dire merci de lui permettre de croire en demain.

 

De

 

Rolland St-Gelais  

Québec (Québec) 

Canada

L’amour est visionnaire.

L’amour est visionnaire.

Il voit la divine perfection de l’être aimé

au delà des apparences auxquelles le regard des autres s’arrête.

selon

Christiane Singer

Ma définition du bonheur!

Ma définition du bonheur!

Bonjour à vous,

Je crois qu’il est préférable d’entrer dans le vif du sujet étant donné le bien-fondé des propos abordés tout au long du présent article.  Ces propos ont pour fil conducteur mon vécu personnel en lien avec la recherche du bonheur lequel possède des définitions aussi nombreuses que le sable fin d’une plage ensoleillée. En effet, nous vivons au sein d’une société où pullule une multitude de concepts, d’idées et de définitions de ce qu’est

Votre humble serviteur

Votre humble serviteur

le bonheur, et, en contrepartie des multiples façons qui seraient ni plus ni moins des chemins pouvant nous y mener. D’ailleurs, chaque personne sur notre belle planète bleue qu’est la terre a sa propre idée de ce que qui constitue le bonheur et en particulier le sien. Il est bien qu’il en soi ainsi car c’est cette multiplicité de conceptions et d’idées de ce qu’est le bonheur qui rend possible les échanges entre les individus à la condition sine qua none que le respect mutuel soit présent. Plusieurs d’entre vous doivent se questionner à savoir d’où vient mon bonheur. Serait-ce en ingurgitant une quelconque potion magique? En méditant sur le sens de la vie? En m’accrochant à des espoirs fantasmagoriques qui se concrétiseront peut-être jamais dans un futur hypothétique? En une croyance en une vie paradisiaque? J’ai donc décidé, après mûres réflexions il va de soi, de rédiger ce présent article afin de répondre à cette interrogation bien légitime: qu’est-ce qui constitue mon bonheur? Je vous expliquerai ensuite pourquoi j’ai choisi de publier un tel article dans mon blogue artistique.

Position méditation

Position méditation

Il est impératif de prendre note que je suis chrétien de tradition catholique et que je fréquente les célébrations eucharistiques presque à chaque dimanche. Devais-je avoir la foi pour pallier à une certaine carence liée à ma situation physique? Je réponds tout simplement par un non catégorique à une telle supposition. J’ai la foi en un Dieu d’amour qui aime chacun et chacune d’entre nous, et ce, indépendamment de notre condition sociale, économique et physique. Je crois en ce Dieu non pas pour lui demander de m’aider à accepter ma situation mais bien parce que je suis heureux d’être ainsi et d’avoir pu réaliser des prouesses que bien peu de gens en seraient capables. Bref, je rend grâce à ce Dieu pour m’avoir permis d’outrepasser ma différence.

Serait-ce, comme j’avais mentionné plus haut, en ingurgitant une quelconque potion magique? Pas du tout! Je dois même avouer qu’il est plutôt rare de rencontrer des gens qui sont à la fois des consommateurs de substances enivrantes ou illicites et heureux de leurs dépendances. Moi-même, je suis alcoolique vivant dans la sobriété depuis plus de 15 ans, plus précisément depuis le 10 octobre 1995. Et, je m’en porte que mieux. Bien entendu, faire un travail d’introspection sur mes valeurs, sur mon parcours de vie depuis le début de ma jeune vie d’adulte jusqu’à cette journée de l’Action de Grâce 1995 et sur bien d’autres aspects de ma vie intime m’a été plus que salutaire.

Serait-ce en méditant sur le sens de la vie? Absolument vrai. Mais, attention! Il n’a jamais été question de regretter quoique ce soit de ma vie passée. Ce qui est fait, a été fait pour de bon. Un point, c’est tout. Toutefois, il est bien de savoir méditer sur les chemins qui s’ouvrent devant soi afin de choisir, selon notre connaissance du moment, le meilleur possible tout en évitant de tomber de nouveau dans les patterns destructeurs. La vie est un long chemin parsemé de choix presque indéfinis. Ne l’oublions pas!

Mes espoirs peuvent-ils être qualifiés de fantasmagoriques et, par conséquent, ne se concrétiseront peut-être jamais dans un futur des plus hypothétiques? Ce à quoi j’ai le plaisir de vous annoncer que la majorité de nos rêves ont bel et bien surgi de nos pensées les plus folles et pour lesquelles la plupart de nos proches ont été les derniers à y croire. Ce qui ne nous a pas empêchés d’aller de l’avant. Pour ma part, et sans aucune prétention, mes plus belles réalisations sont nées d’idées apparues de manière tout à fait inattendue. La pratique des arts martiaux en est une belle preuve. Une telle pratique a favorisé en votre humble serviteur une aisance dans ses mouvements, mais aussi un bien-être intérieur incomparable. À cela peut s’ajouter avoir eu l’opportunité d’être modèle nu pour quelques artistes dans les arts visuels. Ce dernier élément m’a permis, à mon grand étonnement, de me faire connaitre dans le monde de la francophonie. Qui l’aurait crû entre vous et moi qu’un jour une certaine notoriété dans ce domaine me serait attribué? N’est-ce pas?!

Cliquer pour regarder

Cliquer pour regarder

Enfin, tout ceci m’amène à vous expliquer pourquoi j’ai choisi de publier un tel article dans ce blogue dédié à ma passion pour les arts, et plus spécifiquement dans la nudité artistique. C’est que, voyez-vous?, la vie est en elle-même comparable à une grande pièce de théâtre dans laquelle nous avons tous et toutes un rôle à jouer. Quel rôle voulons-nous jouer devant les spectateurs et les spectatrices qui nous côtoient dans notre quotidien? Voulons-nous le conserver ou bien désirons-nous le changer pour un autre qui serait à nos yeux plus convenable? Quels regards portés par un public des plus variés sommes-nous capables de supporter? Ce sont ici des interrogations auxquelles il me fait plaisir de vous répondre en prenant comme point de référence la vidéo présentée ci-dessus.

Chacun d’entre nous a la responsabilité de créer son propre bonheur et de trouver les moyens aussi modestes soient-ils pour le réaliser. Toutefois, le bien-être physique occupe le haut du podium suivi de très près par une paix intérieure cultivée par une spiritualité qui lui est sous-jacente. Le dicton suivant: « un esprit sain dans un corps sain » est toujours d’actualité dans notre société hautement technologique. Pour se faire, prendre soin de son corps est fort probablement le plus bel acte d’amour que nous pouvons porter à nous-mêmes. Le Christ lui-même a bien affirmé que nous devons aimer notre prochain comme … soi-même. En effet, nous devons apprendre et dans certains cas réapprendre, à nous aimer de manière réelle et savoir départager ce qui nous fait grandir de ce qui nous fait régresser. On ne doit jamais laisser croître indéfiniment l’ivraie du bon grain sans quoi nous perdons le sens profond de notre personnalité.

S’accepter est une chose, s’accepter réellement en est une autre! Une telle affirmation peut vous paraître bizarre. Or, elle est tout à

Une affaire de toute une vie

Une affaire de toute une vie

fait vérifiable. Reconnaître nos limites est chose plus ou moins facile à faire pour la majorité d’entre nous, mais vouloir les surpasser est beaucoup plus ardue. La pratique des arts martiaux m’a été plus que salutaire. En effet, mon sensei de l’époque et moi-même étions conscients de mes limites dans les prises de contacts durant mes exercices de combat. Ce qui nous a incité à trouver des solutions afin de rendre réalisable de tels exercices. Et, à notre grand étonnement, cela a très bien fonctionné.

Ceci écrit, ces quelques exemples ont pour objectifs de démontrer dans la mesure du possible que nous sommes tous et toutes responsables de l’amour de nous envers nous-mêmes. Ce faisant, il nous est plus facile de nous réaliser pleinement et par le fait même de se trouver beaux et belles. D’ailleurs, la vidéo résume bien la teneur de mes propos puisque, et je reprends ce que mon amie et collaboratrice Marlène m’a confié; « … au delà du corps il y a un esprit fort et saint ,dénudé de toutes pensées négatives, la pureté du mouvement du corps et de la concentration pour atteindre un état ultime et divin. » Or, pour en arriver-là, c’est l’affaire de toute une vie.

Merci de m’avoir lu.

Rolland de Québec

Un titre approprié pour la fête nationale du Québec

Un titre approprié pour la fête nationale du Québec:

Modèle Vivant à Québec

Drapeau du Québec

Drapeau du Québec

 

Bonjour tout le monde!

Une vraie modèle vivante

Une vraie modèle vivante

Il me fait plaisir de rédiger cet article afin de souligner un événement particulier en cette journée du 23 juin 2013. Il ne s’agit peut-être pas d’une journée historique comme il en existe en Europe, berceau ancestral de bon nombre de mes compatriotes et de votre humble serviteur, mais elle est tout de même digne de mention. À vrai dire, elle signifie beaucoup plus que nous serions portés à le croire. Et oui, nous fêterons dans les prochaines heures, si ce n’est pas déjà commencé pour certains d’entre nous, la fête du Québec.

Une telle journée m’a porté à réflexion sur le sens propre du titre de mon site, et ce en lien avec cette fête.  En effet, le Québec est un modèle de tolérance et d’ouverture envers le monde, surtout depuis la révolution tranquille du début des années 1960. Une époque riche en rebondissements de toutes sortes. L’on a qu’à retenir l’Expo 67, les jeux olympiques de Montréal de 1976, l’affirmation du Québec dans la modernité et l’émergence d’artistes d’envergure internationale. Céline Dion, le «Cirque du Soleil» et l’opéra rock Starmania en sont de bels exemples.

Quand j’ai créé ce site sur ma passion d’être modèle vivant (nu) et sur celle du domaine artistique, j’avais pris grand soin de choisir un titre pour évoquer les trois aspects inhérents aux objectifs visés. Il est grand temps, du moins je le pense,de vous expliquer les raisons personnelles  qui m’ont incité à nommer mon site sous le vocable de « Modèle Vivant à Québec ».  Je vais essayer d’être concis dans mes explications.

Modèle vivant à Québec

Modèle vivant à Québec

Primo, il me fallait trouver un titre qui ne laissait planer aucun doute. Voilà pourquoi le premier thème choisi est « Modèle » tout comme le Québec est devenu un modèle de tolérance envers les différences, j’ai décidé de devenir un modèle nu avec pour mission de permettre à l’autre de voir le corps nu d’une façon tout à fait nouvelle. Le voir avec l’aide d’une transparence totale et sans artifice. Quoi de mieux que le nu pour arriver à cette fin?

Secundo, le terme de « Vivant » me semblait également tout à fait approprié puisque la promotion de la vie est le fondement de ce site. Je pose certes nu , mais avec un corps bien vivant et dans une forme splendide. Bien entendu que mes poses se doivent d’être respectueuses lors des séances, mais advenant le cas où une réaction bien masculine de ma part devait arriver, il est plus que normal de l’accepter sans en faire tout un drame. Ceci écrit, il ne faut pas confondre modèle vivant avec nature morte.

Modèle vivant à Québec

Modèle vivant à Québec

Et tertio, le nom de Québec possède une signification extraordinaire. J’ai décidé de devenir un modèle vivant et, de surcroît, d’être fier de mon appartenance à la collectivité québécoise. D’ailleurs, c’est dans celle-ci que je me reconnais avec ses qualités, ses défauts, ses capacités et ses limites. J’aurais pu faire abstraction de mon coin de pays lorsque j’ai choisi le nom de domaine de mon site. Mais, ce faisant, j’aurais menti sur le sens profond de mes intentions, c’est-à-dire d’être fier de ce que je suis: un homme bien dans sa peau et heureux de vivre dans cette partie du globe qu’est le Québec.

Je vous souhaite une bonne fête nationale du Québec.

Amitiés

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quels sont mes intérêts, mes passions, mes goûts?

Rolland St-Gelais

Rolland St-Gelais

Quels sont mes intérêts, mes passions, mes goûts?

Bonjour tout le monde!

Comment allez-vous? Que faites-vous de bon ces jours-ci? Avez-vous des activités de prévues pour les mois à venir? Que de questions! Désolé si je vous dérange avec cela. Mais, voyez-vous, Facebook est pour moi un outil de communication formidable. Brisons notre isolement!

Pour ma part, je vais très bien. Le soleil semble, enfin, se pointer le bout de son nez. Les femmes sont magnifiques. Ma santé est excellente, et ce, après une période assez mouvementée sous ce plan. Je profite de mes temps libres pour faire ce qui me plait. Il est fort possible que plusieurs d’entre vous se questionnent à savoir quels sont mes champs d’intérêts, mes passions, mes goûts etc?

Je tiens ici à remercier mes parents, en particulier ma défunte mère pour qui c’est le 17e anniversaire de son enterrement, de m’avoir inculqué la passion de la lecture, de l’écrit, de la musique, de l’ouverture sur le monde, de la beauté sous toutes ses formes, bref, d’être pleinement humain. Je leur en serai toujours reconnaissant.

Mes champs d’intérêts sont à vrai dire multiples: les arts occupent une place privilégiée. Je parle bien entendu d’arts au sens général et accessible au grand public. Pas question, du moins à mes yeux, de verser dans l’élitisme, d’entretenir une idéologie d’une quelconque supériorité intellectuelle. Pour moi, l’art doit être partagé au commun des mortels. Voilà pourquoi le cinéma occupe la première position dans mon palmarès. L’écrit vient au deuxième rang puisque c’est par ce moyen que je peux exprimer mes sentiments, mes rêves, mes chagrins et joies etc. L’écrit est devenu d’une certaine manière le suppléant de l’absence de la langue, même si de l’avis de plusieurs mon accent est très respectable. D’ailleurs, la publication de mes divers blogues occupent une bonne partie de mon temps. Il m’est impossible de mettre leurs liens dans ma page Facebook car vous le savez déjà certains de leurs articles ne conviennent pas à tout le monde.

Que puis-je dire de la photographie? J’adore tout simplement. Pour moi, c’est lorsque je réussie à saisir un moment précis de ce que je vois ou que je vis que je me sens, pardonner le terme choisi, un peu à l’égal de Dieu. En effet, Dieu a permis au temps d’exister afin de créer la vie puisque les deux sont intimement reliés au sens théologique. Or, en saisissant un moment précis de ce temps, de cette vie en mouvement, je parviens à développer une vision divine de tout ce qui m’entoure. Et, croyez-moi, je suis ébahi par toute cette beauté, cette grâce et cette magnificence dans laquelle j’y serai retiré un jour ou l’autre.

Les sports sont bien entendu présents dans mes choix. Le hockey, le foot (américain et européen), le handball et bien d’autres sont sur ma liste. Savez-vous que j’ai pratiqué un grand nombre de ces sports, sans oublier les arts martiaux dont le karaté et le grappling? Ce n’est pas mal, sans vouloir me vanter, pour celui qui ne devait jamais marcher de sa vie. N’est-ce pas?!

Que puis-je encore écrire? J’adore la bonne bouffe, les promenades, rencontrer des gens intéressants etc.

En résumé, j’aime tout ce qui peut m’aider à évoluer, à découvrir ce qui m’entoure, à aimer … la vie.

Merci de m’avoir lu.

Rolland de Québec

(Rollyboy pour les intimes)