Archives de tags | noble

Je me suis couché

 

IMG_0696
Photo réalisée par Priscilla Vaillancourt 17 octobre à l’U.Q.A.C.

Je me suis couché

 

Dans la vierge forêt,
J’ai fui ce monde si laid,
En y cherchant la beauté innocente,
Des contes de fées qui en mon esprit me hantent.

 

Dans la fraîcheur du petit matin,
J’y suis allé avec un coeur léger et serein,
Ne craignant guère ce que j’allais y trouver,
Écoutant les oiseaux chanter et regardant les lièvres balader.

 

Que l’air frais me faisait du bien,
Faisant surgir en moi un drôle de refrain,
« Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n’y est pas »
Voilà pourquoi j’ai continué mon chemin tranquillement par-ci et par-là.

 

Prenant plaisir de sentir les arômes des bois,
Jusqu’à une rivière où eau claire et limpide y coula,
Une soif apparut en moi, je me penchai et quelques gouttes je buvais.
Quel bonheur sublime et indescriptible en mon âme soudainement émergeait.

 

Clairière entre quelques fleurs et arbres de moi inconnus,
Lentement devant moi comme par magie à mes yeux apparue,
Me rappelant les récits de druides et de sorcellerie celte une idée naquit,
Exposer mon corps frêle aux déesses des lieux en espérant qu’il soit à jamais béni.

 

Retirant mes vêtements morceau par morceau,
Lentement et avec grâce sous le soleil de plus en plus chaud,
Désirant savourer chaque seconde de ce rituel magique improvisé,
En prononçant des formules sorties tout droit d’une kabbale imaginée.

 

Formules d’un grimoire de magie blanche,
Formules entendues par les mystiques avalanches,
Avalanches mystérieuses apportant gens courageux mais imprudents,
Vers des lieux qu’aucun mortel en ce monde a eu la chance de voir de son vivant.

 

Voulant regarder autour moi la beauté qui s’y trouvait,
Je n’ai point bougé afin d’admirer les êtres qui y vivaient,
De ces animaux sauvages aux cœurs d’or et tellement naturels,
Comme je jalousais avec douceur Dame nature d’être à la fois noble et belle.

 

Sentant venir en moi un étrange assoupissement,
Alors nu sur le sol boisé je me suis étendu calmement,
Prenant la position que j’ai connue alors que je voguais dans le néant,
Je me suis couché sans arrière-pensées pour ne jamais me réveiller assurément.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Dans votre donjon

Je suis votre esclave

Magnifique photo réalisée par Tastethewine Modèle ? Emily Jo

Dans votre donjon

 

Bonsoir ! Bonsoir ! Bonsoir !
Il y a si longtemps que j’attendais ce moment,
Être devant vous, ô maître adoré, nue tout simplement.
En cette heure qui est la dernière bien avant qu’il ne soit trop tard.

 

Pour vous plaire, j’ai bien apprise ma leçon.
Sans cesse et avec délices, j’en ai fait des révisions.
Espérant que cette nuit vous me donnerez cette correction,
Celle que j’ai tant méritée de ne point vous avoir donné satisfaction.

 

Ô mon maître tant adoré,
Saurez-vous cette nuit me pardonner ?
De vous avoir tant offusqué par ma désobéissance,
Car, loin était de mon être, une authentique innocence.

 

Mes seins fermes sont pour vous combler,
Ma peau est à votre main experte réservée,
Mes fesses si parfaites vous sont à jamais destinées,
Et de mon tendre visage, ma souffrance, vous contemplerez.

 

Ô maître que sans cesse je glorifie,
Pour votre savoir-faire depuis les temps infinis,
Faites de moi votre prisonnière, votre captive et esclave.
Que vos doigts effleurent mes seins tel le feraient ceux d’un noble et beau slave.

 

Chantez-moi l’une de vos berceuses,
Vous verrez alors que je ne suis guère peureuse,
Ne voyez-vous pas que vivre pour vous est mon seul droit ?
Allez ! Ô mon maitre bien-aimé ! Dans votre donjon, allons-y de ce pas.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Nudité? Vous avez dit nudité?

Nudité? Vous avez dit nudité?

Bonjour tout le monde,

new-image28Nudité? Vous avez dit nudité? Voilà la thématique de cet article et il m’a semblé être de plus haute importance de l’aborder dès les premières lignes écrites par votre humble serviteur devant son clavier d’ordinateur. Pourquoi vouloir rédiger un tel article après plus de 900 publications et de 14 pages de présentation sur des thèmes allant sur certains aspects de ma vie, dans un souci de transparence, et sur certains éléments, disons-le franchement, plus corsés? D’ailleurs, force est de constater que l’unanimité est loin de faire légion en ce monde et si cela arrive, en de rares occasions, elle est souvent la cause de bien des tourments au sein des sociétés, surtout lorsque la moralité semble être un vecteur des forces en présence. Comme disait si bien un sage: « Souviens-toi mon enfant que les pires atrocités commises par les hommes l’ont été faites au nom de la vertu. »

C’est là une question à laquelle je suis obligé d’y répondre sous trois volets distincts qui se résument simplement  en ceci: En premier lieu, ce que ce blogue n’est pas et New Image5ne sera jamais. En second lieu, les triples objectifs visés par votre humble serviteur. Et, en dernier lieu, vous l’avez sans doute deviné, de décrire en quelques mots qui est celui qui se cache derrière son clavier, et ce peu importe l’heure de la journée ou de la soirée, et même dans certains cas, durant la nuit, peaufinant dans le mesure de ses capacités la rédaction de ses publications. Trois volets, certes distincts, mais tellement complémentaires qu’en l’absence d’un seul des trois, toute logique démontrant la nécessité de l’existence même de ce blogue serait remise en question. Et, croyez-moi sur parole, je me battrai bec et ongles pour  le conserver tel qu’il est puisqu’il signifie à mes yeux la plus belle preuve de cette liberté d’expression, en l’occurrence la mienne, si malmenée par des gens avides de pouvoir sous le couvert de la moralité et, surtout d’une conception erronée de la grandeur divine.

Ce que ce blogue n’est pas et ne sera jamais

Une chose doit être dite une fois pour toutes: Ce blogue n’est pas et ne sera jamais dédié à une quelconque forme de vulgarité, d’obscénité, de mauvais goût et de grossièreté. Dès le début de la création de ce blogue, votre humble serviteur a tenté par tous les moyens mis à sa disposition, et parfois avec des balbutiements  vu son caractère profane dans les premiers temps, d’éviter d’offusquer qui que ce soit au sein de son blogue.

Qui plus est! Lorsque l’occasion se présente, il me fait plaisir de corriger le tir en publiant une nouvelle version d’un tel ou tel article ou tout simplement en y modifiant quelques parties. Ce blogue n’est pas non plus un site dédié à la 000000810002pornographie où l’image de la nudité est galvaudée de manière irrespectueuse tant pour les hommes que pour les femmes, dans son ensemble. Oui, certaines publications peuvent posséder une connotation d’érotisme, mais quand cela a lieu, c’est fait avec un soin méticuleux. C’est le cas notamment des séries intitulées «Séance de nudité érotique» et de sa suite sous-titrée «Se connaître, c’est s’aimer.» Une séance qui a été tournée dans une chambre d’hôtel de Montréal et ce, avec la collaboration spéciale d’une modèle nue extraordinaire et d’un photographe hors-pairs. Rien ne fut laissé au hasard afin de respecter d’abord et avant toute chose la charmante jeune dame qui avait accepté de participer. C’est bien la moindre des choses. N’est-ce pas?!

Ce blogue ne peut pas exister sans la recherche de l’excellence d’un français écrit et de mots choisis afin de respecter la langue de Molière. La plus belle langue au monde! Voilà pourquoi j’essaye de publier mes articles avec un grand souci de respect envers cette langue noble et digne des dieux. Oui, j’adore plus que tout ma langue car c’est avec elle que j’ai appris à dire la plus belle phrase pouvant être dite en ce monde: Je t’aime.

Les triples objectifs visés par votre humble serviteur

Il est important de retenir que l’idée de réaliser et d’entretenir, ce sont là deux réalités aux antipodes l’une de l’autre, ce blogue est venue en mon esprit à la suite new-image26d’un exposé écrit en théologie dont le sujet portait sur l’eugénisme sous le régime nazi et la participation plus ou moins imposée par les pseudo scientifiques du IIIe Reich auprès des artistes dans les pays occupés. En ce contexte, tout était axé sur la glorification du corps parfait et l’exclusion, voir l’élimination purement et simplement physique, des individus ne cadrant pas dans les critères de perfection préconisés par les nazis.

12675129_10154724094679657_765136332_oMa réponse personnelle a été de faire, permettez-moi cette expression, un pied-de-nez à cette période sombre de l’histoire. À cela s’ajoute le fait que la thalidomide a été découverte et fabriquée au sein de la Wehrmacht par un chimiste allemand qui alla devenir le fondateur de l’entreprise pharmaceutique tristement célèbre Grünenthal Chemical. Être un modèle nu était le chemin tout indiqué pour faire contrepoids à cette période qui menace de manière plus ou moins subtile de refaire surface. Souvenez-vous que l’histoire a tendance à se répéter et que la prudence est l’une des quatre vertus cardinales. Bref, restons prudents en tout temps.

Le second objectif de votre humble serviteur réside à transmettre sa passion pour la beauté auprès des visiteurs. Je fais bien entendu référence à la beauté sous toutes ses formes, mais en particulier le nu, la poésie et la photographie. Trois domaines qui, à ma grande surprise, m’ont permis de faire la rencontre de gens extraordinaires. Dans le domaine du nu, j’ai eu la chance de faire les manchettes en quelques occasions tant en Europe qu’au Québec et même au sein d’un magazine britannique, via une publication sur la modèle nue connue sous son nom d’artiste de Phylactère.

new-image16Pour ce qui est de la poésie, elle reflète ma passion pour le français. Jouer avec les mots! En faire vibrer chaque expression! Ressentir le plaisir ou la douleur évoqués dans une phrase! Remémorer des instants de bonheur ou de tristesse! Caresser chacune des lettres comme on titille le clitoris d’une femme pour lui procurer un plaisir parfois coupable, mais plus souvent tellement agréable qu’on ne peut s’empêcher de répondre favorablement à sa demande de recommencer encore et encore. Oui, la poésie est pour moi la nudité de mon âme. Une nudité que je dévoile au gré des mots, parfois pour apaiser, je le concède, bien des maux. Des maux de mon enfance!

Et que puis-je affirmer de ma passion pour la photographie? Certes, les artistes me11235251_676422929152119_142811643_o_thumb.jpg voient entièrement nu. Une nudité qui me comble de bonheur et de sérénité. Pour sa part, la poésie sert à transmettre mes sensations les plus profondes chez mon être. Toutefois, c’est par la photographie que je capte la beauté éphémère du monde qui m’entoure. Une beauté condamnée non pas par sa propre disparition, mais bien par la mienne. En effet, je serai déjà disparu depuis fort longtemps lorsque la terre arrêtera de tourner. Le reconnaître, c’est faire preuve d’humilité.

Capter chaque instant de vie! La vie en tant que modèle nu et pleinement sexué! La vie présente en chacun de mes poèmes! La vie saisie dès le moment où j’appuie sur le bouton de mon appareil-photo. Trois visions de la vie, mais une seule vie, c’est-à-dire celle que je partage avec le microcosme qui m’enveloppe, lui-même englobé par le macrocosme, et ce jusqu’à l’infini. Cet infini qui rejoint ce Dieu invisible.

Qui est celui qui se cache derrière son clavier?

Je suis simplement un être humain comme chaque personne vivant sur cette belle planète que l’on appelle communément la terre. Je respire comme toutes les personnes qui lisent ce blogue. J’aspire à rendre ce monde meilleur en tenant compte de mes forces et de mes faiblesses. Et, surtout, loin est de moi l’idée que je sois parfait.

Je cherche à publier des articles qui soient dignes d’intérêt pour chaque lecteur potentiel. Souvent, mon but semble être atteint tandis qu’en d’autres circonstances je passe à côté de la cible. Qu’à cela ne tienne! Je recommence avec la même passion, et même dans certains cas, avec un degré de minutie plus élevé rendant le résultat sensiblement amélioré. « À chaque fois, remets-toi à la tâche si tu veux bien travailler. » Telle pourrait bien être mon leitmotiv lors de mes rédactions. 

En terminant cette missive, je tiens à préciser une dernière chose. Une chose qui doit être comprise une bonne fois pour toutes. Mon intention qui se trouve dans chacune de mes publications est d’abord et avant tout dénuée de méchanceté envers qui que ce soit. Bien au contraire! Tout est fait avec une bonté d’âme et en tenant compte de mes dispositions du moment présent lesquelles sont tournées vers un seul objectif, la recherche de l’excellence. Soyez, je vous en pries, indulgents envers votre serviteur si cela ne soit pas toujours le cas.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La reconnaissance, la décence du coeur

11866410_1630943463857004_6476733136777913117_n

La reconnaissance, la décence du cœur

 

La gratitude, ce long couloir de lumière que trace la vie, telle une cible de choix directement vers la flèche de votre cœur… Elle libère le prisonnier de sa cellule d’Alcatraz et ouvre la porte du bal de la bonté. La gratitude n’est pas seulement la plus grande des vertus mais également le parent de toutes les autres, puisque celui qui l’éprouve possède dans son cœur des germes de bonté!

La croyance populaire veut que la gratitude donne du sens à notre passé, apporte la paix à notre présent et crée une vision sur notre avenir. Ressentir celle-ci et ne pas l’exprimer, c’est comme emballer un cadeau et ne pas le donner!

Chaque étape de la vie est un saut dans l’inconnu, hors de sa zone de confort… À soi d’en apprécier alors toutes les étincelles de bonheur qui s’y présentent, pour nous faire apprécier chaque moment avec reconnaissance. C’est la fleur la plus juste qui jaillit de l’âme et en est tout autant la plus noble.

La gratitude peut transformer des jours ordinaires en actions de grâce, des tâches routinières en joie et des opportunités en bénédictions. Elle est la clé qui ouvre la porte du vrai savoir! Parfois notre lumière s’éteint, puis elle est rallumée par un autre être humain… Chacun de nous doit de la reconnaissance à ceux qui ont ravivé leur flamme éteinte. Ce sont toutes ces petites complicités, ces attentions discrètes, ces centaines de sourire qui façonnent la vie!

La gratitude est le secret de la vie: l’essentiel est dans le tout! Celui qui a appris cela sait ce que signifie vivre: il a pénétré le profond mystère de la vie. Prenez l’habitude d’être reconnaissant pour les plus petits détails de la vie! Ces petits détails sont tellement nombreux que vous passerez autant de temps que vous le souhaitez dans un état de béatitude!

Cette gratitude ouvre vers plus d’abondance, donc, en buvant l’eau du puits, n’oubliez pas celui qui l’a creusé…

De

Marie-Andrée Bouchard (collaboratrice)

Québec (Québec)

Canada

Un art véritable : Le bonheur de vivre

 

 

bonheur

Un art véritable : Le bonheur de vivre

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que la saison hivernale vous soit des plus bienfaisantes. Pour ma part, j’aime beaucoup cette saison même si parfois la tentation de rester bien au chaud, emmitouflé dans mes draps et loin de la vie citadine, est plus forte que moi. Quoi de mieux qu’une bonne boisson chaude devant un poste de télévision ou bien en écoutant une douce mélodie? Il va de soi que dès le beau temps revenu, j’en profite pour mettre le pied à l’extérieur et me geler le bout du nez. Après tout, j’ai la chance incroyable de vivre au sein d’un pays dans lequel les quatre saisons offrent à qui sait l’apprécier leurs beautés exceptionnelles.

Bref, je me suis baladé en cette belle fin d’après-midi afin de profiter d’un accalmi avant une tempête annoncée par le service météorologique du Canada, et ce pour toute la semaine prochaine. Je ne dis pas qu’il m’est interdit de sortir de chez-moi en pareilles circonstances. Bien au contraire!

« Pourquoi alors sortir de chez-moi? » me direz-vous. Une question qui mérite cette réponse d’une simplicité sans équivoque : Me balader pour admirer la diversité de mon milieu de vie! Me promener tout en admirant la beauté qui se trouve en chaque personne que je rencontre! Entreprendre un humble pèlerinage vers l’église où j’assiste à la célébration eucharistique dominicale! Rendre grâce à la vie! Rendre grâce à Dieu! Savoir que je suis heureux comme je suis. Telle a été ma routine en ce samedi 24 janvier de l’an de grâce 2015.

Toutefois, un événement tout à fait inusité allait rendre ce samedi encore plus intéressant au plan de la spiritualité. En effet, la vie nous réserve souvent des surprises qui agrémentent notre quotidien. Soyez sans crainte! Nul voix est sortie du Ciel pour m’annoncer une révélation divine et m’ordonnant de fonder une nouvelle doctrine religieuse, une parmi tant d’autres, dans le but de sauver l’humanité. À vrai dire, ledit événement réveilla en moi une vérité sur ce qu’est le bonheur véritable.

C’est ainsi qu’une charmante dame m’a reconnu lorsque je suis entré dans l’un de mes restaurants préférés à Québec, après bien entendu avoir assisté à la célébration eucharistique de 16:00 en l’église St-Fidèle de Québec. Une église toute simple, comme l’on en retrouve un peu partout au Québec, fille abandonnée par la mère-Patrie puisqu’elle ne valait aux yeux de celle-ci que « quelques arpents de neige » aux mains de la Divine Albion.

10945645_1592584164306021_3552974634098484900_n« Bonjour monsieur St-Gelais! » me dit-elle avec un grand sourire. Quelle stupéfaction ai-je ressentie en revoyant une dame avec qui j’ai connu de bons moments, et ce après plusieurs années. Nous avons bien sûr profité de notre rencontre brève mais très agréable pour échanger et s’informer de nos parcours de vie. Un échange franc, direct et sans retenu tel que nous Québécois savons si bien réalisé sans pour autant versé dans le rustique.

Savez-vous quoi? C’est ça le vrai bonheur! Savoir à quel point nous sommes appréciés par ceux et par celles que la vie nous a permis de rencontrer au cours de notre voyage sur cette belle planète que l’on appelle la terre. Une terre où nous sommes avant toute chose les locataires auprès de nos descendants.

Je ne demande pas d’être un millionnaire, ni un grand sage et encore moins un philanthrope ou être un artiste de renommée internationale. Pour moi, rien de tout cela ne fait le bonheur véritable. Oui, on peut en retirer du plaisir mais il sera toujours éphémère. Seul le bonheur que l’on a su partager reste gravé dans le temps via les cœurs qui ont vu l’être humain en nous et nous en eux.

Apprendre cette noble vérité constitue sans aucun doute, enfin je le crois sincèrement, la plus belle œuvre d’art que nous devrions essayer de réaliser au cours de notre vie. Quel grand artiste est celui qui saura réussir à entretenir le feu de la passion du bonheur en lui et dans le cœur de l’autre.

Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada