Archives de tags | honte

L’abandon

Abandon
L’abandon Texte de réflexion par RollandJr St-Gelais Dessin par CapitaPerdu Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/Abandonment-842132367

L’abandon

Il faut parfois savoir abandonner pour se ressourcer, se retrouver et surtout apprendre à s’aimer. Laisser derrière soi les pierres lourds qui nuisent à notre épanouissement, à notre liberté et notre devenir. Tel le papillon qui sort de son cocon, quelques instants peuvent suffire pour sécher nos larmes accumulées par tant de désillusion. Tel l’être seul et nu sur le bord d’une rivière, quelques rayons de soleil suffisent pour le consoler, le réconforter et le réchauffer.

L’abandon n’est point une honte que l’on transporte avec soi, une tare qui s’inscrit inexorablement dans nos gènes et, encore moins, une démonstration de lâcheté. C’est le don que l’on dépose aux pieds de la vie. La preuve ultime d’humilité que l’on fait avec soi et avec l’univers. C’est reconnaître à la fois notre faiblesse et, d’une manière étrange, de notre force. Notre faiblesse face à ce qui est, mais aussi notre force face à ce qui pourrait être. Un devenir où tout est possible et qui pourra sans cesse être renouvelé.

Je dépose ce qui me nuit, ce qui m’empêche d’aller vers les autres et vers moi-même. Je donne sur l’un des bancs du chemin de ma vie, de ma destinée afin de mieux avancer. Avancer avec un coeur léger, avec une âme libérée, avec un esprit en paix avec l’univers. Pouvoir me dire : En quoi cette pierre m’a-t-elle été utile pour mon bonheur ? Et par un moment de lucidité, décider sans regret, ni hésitation, la déposer sans violence mais avec calme et sérénité.

RollandJr St-Gelais de Québec Canada

 

 

C’est le temps du Carême

Temps du Carême
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

C’est le temps du Carême

 

C’est le temps du Carême,

Chérie, veux-tu un café crème?

Un peu de crème pour un café velouté,

Sucré telle cette nuit que nous avons savourée.

 

Une nuit que je ne pourrai jamais oublier,

Car je dois maintenant un grand secret te confier,

Nous avons vécu tant de choses, tant d’aventures et de péripéties,

Que je me rappellerai à chaque instant à chaque moment de ma vie.

 

Au fond, ce que j’ai à te dire,

Me fait, crois-moi, si cruellement souffrir,

Que je ressens en mon corps la marque des clous,

Ces clous qui s’enfoncent en mon esprit et qui me rendent fou.

 

J’ai reçu une missive d’une femme jadis rencontrée,

Une de celles que j’ai à, mon humble regret, tant aimées.

Une femme qui a enfanté un beau garçon qui est aussi le mien.

Un bel enfant qui, semble-t-il, me ressemble en de nombreux points.

 

J’assumerais mes fautes en portant ma croix,

En lui donnant tout mon amour comme il se doit.

En ce début de Carême, je ferai face à mes choix à mon destin.

En ce temps de pénitence, je dois t’annoncer que je partirai dès demain.

 

Veux-tu peu de crème dans ton café?

C’est la seule chose que je peux te proposer,

Ne me pose pas de question car j’ignore quoi te répondre,

Si ce n’est qu’en moi demeure une incommensurable honte.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Adam

Adam
Photo et modèle nu ? John K. des États-Unis

Adam

 

Adam

Où te caches -tu?

Tu sais que tu es nu?

Avoue! À moi, point tu ne mens.

 

Je ne t’en veux pas,

Le seul qui a fauté, c’est moi.

Car bien fragiles vous étiez Ève et toi,

Vous étiez que mes sujets et moi votre roi.

 

Ne fuis pas mon regard,

Car je te retrouverai tôt ou tard,

Tu es sous quelques pierres d’un ruisseau,

Magnifique est ton corps et ton visage tellement beau.

 

Et que dire d’Ève, si tendre et si belle?

N’est-elle pas une véritable merveille?

Vous êtes l’apothéose de toute la création,

La grande fierté de toutes mes réalisations.

 

Mais, vous m’avez désobéi.

Ne me craignez point, je vous pries.

Oui, je vous chasserez de mon Paradis.

Mais, c’est pour votre bien. Je vous le dis!

 

Vous apprendrez de vos erreurs,

Malgré vos craintes et vos peurs,

Vous connaîtrez tant l’amour que la haine,

Comme toute la passion couler dans vos veines.

 

Ainsi vous saisirez le sens de la vie,

Que malgré vos rêves, elle n’est pas infinie.

À vos enfants les œuvres de vos mains seront laissées,

Afin qu’ils puissent à leur tour les améliorer ou les délaisser.

 

Ne soyez pas sans espoir,

Par les prophètes de malheur,

Qui n’ont que faire de votre bonheur,

Car bien petites joies arrivent tant le jour que le soir.

 

Adam, mon fils aimé.

Va rejoindre Ève ta bien-aimée.

N’ayez point honte de votre nudité,

C’est ainsi que vous apprécierez votre intimité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Plus jamais

Photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin

 

Plus jamais

 

Depuis l’aube du temps,

Les premiers balbutiements,

De la longue histoire de l’humanité,

Que nos corps de femmes sont blessés.

 

Pourquoi donc? Répondez à cette question.

Quelle en est l’ultime mais bête raison?

Ne sommes-nous pas votre moitié?

Ne sommes-nous pas à vos côtés?

 

Corps de femme nu,

Sans cesse porté aux nues,

Corps de femme si admiré et adulé,

Pourtant si souvent humilié et bafoué.

 

Pourquoi tant d’amour transformé en tant de haine?

Nous sommes pourtant dignes des poèmes de Verlaine.

Nous avons défendue vos descendants becs et ongles.

Pourquoi devrions-nous avoir de nos corps une telle honte?

 

Mais maintenant il y aura un seul mot,

Afin de ne plus subir tous ces maux,

Cessez tous ces mais, oui mais.

Car désormais c’est plus jamais.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Modeste dessin

Modeste dessin
Dessin par P.-P. F. Modèle nu C.

Modeste dessin

 

Simple croquis, modeste dessin,
D’un homme s’appuyant sur ses mains,
Quelques coups de crayons sur papier,
Qui de ce corps le feront sûrement immortaliser.

 

Tête penchée vers l’arrière,
Quelles sont donc ses pensées?
Torse nu et musclé d’un être humain,
Fier de son corps véritablement masculin.

 

Ventre légèrement bombée,
Faisant croire qu’il est un peu âgé,
Point de honte face à cette réalité,
Car bien des femmes adorent en caresser.

 

Magnifique intimité avec un soupçon de virilité,
De ce phallus librement présenté,
Avec modestie et gracieuse flaccidité,
Digne des statues de l’Antiquité.

 

Homme appuyé sur ses genoux,
Mais qui préfère être debout,
Car devant le destin et l’adversité,
Il possède avant tout une noble fierté.

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada