Archives de tags | choeur

Amour et en amitié

Amour et amitié
Amour et amitié Poème de RollandJr St-Gelais Photo provenant de : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Img-1a-845785567

Amour comme en amitié

 

Oui, je vieillis,

Car ainsi en est la vie.

Vieillir en beauté et sans chagrin,

Voilà ce que j’ai choisi pour destin.

 

Parfois j’entends des chansons d’enfance,

Encore plus souvent, j’entends celles de mon adolescence.

Je revois les milles coups que j’ai faits à l’insu de mes parents,

Alors qu’ils le savaient comme j’étais parfois un vilain garnement.

 

Oui, je vois quelques fois en pensées.

Celles que j’ai aimées et pour qui j’ai pleurées,

Et que puis-je dire pour celles que j’ai brisé le cœur?

Je leur dédie ce poème composé avec les anges chantant en chœur.

 

La vie se poursuit bien inlassablement,

Les expériences de la vie nous font grandir assurément,

C’est par elles que nous découvrons qui nous sommes bien évidemment.

Et c’est ainsi que nous apprenons à faire face à la vie bien sagement.

 

Le temps est tel le sable du sablier,

Le temps du futur est dans toutes les possibilités,

Car rien en ce monde ne dépend de notre bonne volonté,

Que le temps qui est entre nos mains en amour comme en amitié.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Aréoles

Auréoles des saints
Dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Aréoles

 

Aréoles,
Telle une obole,
Donnée par amour,
Aux enfants depuis toujours.

 

Nourrissons gavés de lait,
Qu’ils soient beaux ou bien laids,
Car aux yeux d’une mère rien ne vaut guère,
Que le deuil de ses enfants déportés sur des terres étrangères.

 

Seins tombants légèrement,
Jadis léchés, tétés par des gourmands amants,
Qui sont accourus tels des garnements dès l’aurore de leurs vies,
Vers ce délice à la saveur exquise pour tenter de satisfaire leur soif infinie.

 

De cette envie de boire ce nectar tel un nourrisson,
Un nectar à saveur de miel tel que décrit dans un certain livre sacré,
Et dans lequel se trouvent bien des prières souvent récitées ou psalmodiées
Et qui les interpelle tôt ou tard d’une voix puissante chacun par leurs noms.

 

Aréoles tant admirées, voire louangées.
Par ces artistes chevronnés en cette séance d’une nuit d’été,
Car en leurs cœurs de chair réside le désir pouvoir les immortaliser,
Par quelques coups de leurs précieux outils, leurs crayons bien aiguisés.

 

Aréoles de ces seins expérimentés,
Témoignant d’une vie encore inégalée,
S’offrant allègrement aux personnes présentes,
Et tant pis pour celles qui en cette nuit étoilée sont absentes.

 

Aréoles plus vénérables que les auréoles des saints,
De ceux que l’on invoque en pensant à nos jeux de mains, jeux de vilains,
Saints ! Saints ! Saints ! Trois fois saints sont ces seins que l’on chante tous en chœur.
Aréoles voulues ! Auréoles distantes ! Nous souvenant que nous vivons frères et sœurs.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Vendredi soir!

 

Vendredi soir!

Ô vendredi soir où se reposent tous nos espoirs,

De nos labeurs, nous fuyons trop souvent dans la solitude.

De nos craintes journalières, nous essayons de ne plus voir.

Souhaitant rencontrer un bref instant la beauté d’une femme prude.

 

Vous aurais-je offensée chère dame par une triste parole?

Veuillez me pardonner, je m’en repens, si c’est le cas.

Tendez-mois votre bras pour aller danser de ce pas.

Il est plus que temps, car la soirée est jeune, d’éviter nos babioles.

 

Vendredi soir! Soirée de plaisirs inédits!

Vous êtes belle tendre dame! Je vous l’ai déjà dit.

Prenons de ces boissons enivrantes pendant que nous avons le temps.

Un temps qui, hélas!, passe de plus en plus vite au cours des ans.

 

Vous êtes magnifique douce dame de mon cœur.

Vous l’êtes encore davantage en ce vendredi soir.

Pour vous les anges du Ciel doivent chanter tous en chœur.

Ayez la bonté, je vous en conjure, de partager mes draps de satin noir.

 

Vendredi soir où perdure le froid sibérien de notre hiver.

Je rêve de caresser votre corps ma tendre bien-aimée.

De vous faire l’amour avec toute cette délicatesse qui m’est chère.

Après cette soirée sur la piste viennent les plaisirs que l’on peut nommer.

 

De

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada