Archives de tags | pleurs

Le son du silence

Le son du silence
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Le son du silence

 

Il est six heures du matin,
Et en moi je ne sens plus rien,
Comme si je n’existais plus,
Comme si je n’avais rien vu.

 

Nous sommes maintenant samedi,
Ma semaine de travail est enfin finie,
Je voudrais tant dormir mais mon esprit est envahi,
Par tant de souvenirs de toi mon chéri.

 

Pourquoi? Oui, pourquoi ne m’as-tu rien dit?
Qu’il y avait une autre femme dans ta vie.
Tu aurais pu m’en parler et on aurait pu se comprendre,
Au lieu de cela avec elle tu es parti avec mon cœur à fendre.

 

Qu’aurai-je pu faire pour te déplaire?
Je t’ai donné tout le meilleur de mon cœur,
Je t’ai avoué mes joies mes craintes mes rires et mes pleurs,
Je t’avais donné la chance d’être aimé et de rester libre comme l’air.

 

Maintenant je suis seule dans cette chambre,
Dans ce lit où nous avons tant fait l’amour ensemble,
Dans ces draps de satin où je sens encore ton parfum,
Ah ce que tu étais beau et noble comme pas un.

 

Maintenant je n’ai que mon violon pour me tenir compagnie,
Depuis qu’avec elle tu m’as quittée que tu es parti,
Le serrant tout contre moi je pense sans cesse à toi,
J’imagine que tu es toujours dans mes bras.

 

Je n’ose pas jouer quelques morceaux,
Car en mon cœur coule des larmes tel un ruisseau,
Ma douleur est le prix à payer pour mon innocence,
Voilà pourquoi en ce moment il n’y a que le son du silence.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Au violon

Au violon
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Au violon

 

En septembre,
Le soleil tremble,
Car arrive l’automne,
Son horizon d’air monotone.

 

Nous sommes pourtant le trois,
De ce mois qui pèse lourd sur moi,
C’est le signe que tout passe et rien ne dure,
Ni le temps de jeunesse et encore moins sa beauté pure.

 

Que puis-je faire pour vous consoler ?
De votre chagrin qui au gré du vent s’est envolé.
Sans pour autant amener vos peurs du lendemain,
De ce lendemain qui peut être le dernier de votre destin.

 

Mais à quoi bon de vraiment s’en faire ?
Car de ce chemin nul ne peut s’en défaire.
Chaque homme de toutes les nations doit affronter,
Faire face avec courage et avec abnégation à sa destinée.

 

Des amours d’autrefois qui sont devenus des histoires de vies,
Des erreurs de jadis que parfois on regrette et d’autres fois on en ri.
Ainsi est sa vie, son passé, son présent, en espérant un meilleur avenir.
Peu importe nos craintes, bien souvent pour les atténuer, il suffit d’un sourire.

 

Septembre est arrivé annonçant les couleurs,
Les teintes de l’or, de l’orange et du rouge de coeur.
Avec la fraîcheur matinale qui embrasse nos joues rougies,
Permettez-moi alors de vous jouer un air de violon de mon pays.

 

Un air de violon que m’avait donné mon père,
Qui m’a confié qu’il lui fut transmis par son grand-père.
En me faisant promettre d’en jouer dès les premières lueurs,
Les lueurs de l’automne afin que ses airs sèchent à jamais vos pleurs.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Marchand le long de la voie ferrée

Marchand le long de la voie ferrée
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Marchand le long de la voie ferrée

 

Marchand le long de la voie ferrée,
Je n’en revenais absolument pas,
Voir partir le train loin de moi,
Pourtant, j’avais tant prié.

 

J’avais tant supplié les Dieux,
Je croyais que nous étions heureux,
Toi qui es venu de ta lointaine campagne,
Et moi qui vivais dans une ville sentant le champagne.

 

Nous faisions toi et moi des milliers de projets,
Car j’étais tellement persuadée que tu m’aimais,
Je sentais mon coeur battre quand tu m’embrassais,
Nous faisions l’amour sans retenue dès que l’envie nous prenait.

 

Sans me donner d’explication, tu m’annonças ton départ.
Je voulais tant savoir la raison de cette annonce plantée en mon coeur,
Sans plus attendre, tu fis tes valises me laissant me noyer dans l’étang de mes pleurs.
 Seigneur, qu’ai-je donc fait ? Seigneur qu’ai-je  dit pour blesser mon âme par un tel dard ?

 

Tu as quitté mon appartement sans te retourner,
Sans dire un seul mot a celle qui t’a tendrement aimé.
Tu pris le premier taxi pour t’amener a la gare de trains,
Pendant que moi, je retenais mes larmes en me serrant les poings.

 

Beaucoup plus tard, j’ai découvert cette lettre.
Que tu avais subtilement glissé sous la chaude couverte,
Dans laquelle je trouva enfin une réponse à ma seule question.
Finalement pourquoi m’as-tu quitté ? Quelle en était donc la raison ?

 

Tu y avouas sous l’encre noir de la vérité avoir déjà une épouse et un enfant.
Quel enfer fut pour moi d’apprendre cette vérité cachée depuis longtemps,
Sans plus attendre dans un geste de folie je suis partie te retrouver entièrement nue,
Trop tard, je voyais le train s’éloigner alors que mes larmes coulèrent sans retenue.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Équilibre

quilibre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Équilibre

 

Être en équilibre,
C’est je crois être libre,
Libre des qu’en-dira-t-on,
S’accomplir en dépit de la raison.

 

Agir sans aucune inhibition,
Se moquer de toute fausse-pudeur,
Et de cette foule en avoir ni crainte, ni peur,
Aller vers les chemins au-delà du temps et des horizons.

 

Agir avec assurance,
Au risque d’être sous la démence,
En se rappelant que les plus illustres artistes,
Durent pour survivre affronter bien des risques.

 

Écrire en dépit des religions,
Et de leurs multiples accusations,
Au risque de connaitre le fouet et la prison,
Et d’y rejoindre la liste des martyrs connus par leurs noms.

 

Être toujours en équilibre sur un fil,
Pour la liberté de nos fils et de nos filles,
Pour leur promettre un avenir toujours meilleur,
Et de jeter dans les limbes de l’histoire les dictatures et leurs horreurs.

 

Être en équilibre selon nos valeurs,
Non pas selon les paroles des moralisateurs,
Qui n’ont que faire de notre véritable bonheur,
Car tout ce qui leur compte c’est de vivre au dépend de nos pleurs.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Ce que tu es avare

Ce que tu es avare
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Ce que tu es avare

 

J’ai longtemps pensé à toi,
Dès que tu étais parti vers un autre toit,
Vers celui de ton épouse et de tes enfants,
Puis je devine qui tu choisiras assurément.

 

Trop de belles paroles pour ne rien dire,
Encore plus de gestes tendres pour me faire souffrir,
Des gestes et des mots évaporés dans la brume du temps,
Qui ont à jamais brisé en mon âme mes rêves si innocents.

 

J’ai cru à tes paroles et à tes beaux discours,
Alors que je m’étais mise sur mes plus beaux jours,
Je t’ai ouvert mon cœur, te confier mes craintes et mes peurs,
Sans cesse je t’ai comblé dans mon lit malgré ma douleur et mes pleurs.

 

Ho ! Ce que tu étais généreux en promesses,
En me disant que tu allais tout quitter pendant tes caresses,
Au plus profond mon être, je désirais tant cesser d’être ta maîtresse,
Mais tu préférais toujours me mentir me plongeant ainsi dans la détresse.

 

Avare de vérité ! Avare d’honnêteté !
Voilà la réalité qu’a découvert mon cœur brisé.
Comment ai-je pu succomber à ton grand art ?
Car de franchise et de droiture, ce que tu en es avare.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Si je le pouvais 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Photo par Phylactère

Si je le pouvais

(Pour toi, Victoria) 

 

Un vieil adage dit ceci : 

Avec des «si», on pourrait refaire notre vie. 

Alors ce que je désire c’est de te donner un peu de bonheur, 

En ces jours qui te sont si sombres, ces jours de malheur. 

 

Mais devant mon impuissance, 

Tel que j’étais lors de ma naissance, 

Humblement devant Dieu je me suis agenouillé, 

Et dans le plus grand des silences, pour toi j’ai prié. 

 

En demandant à Dieu tout simplement ceci, 

Pour toi, ma tendre et adorable amie, 

En mon cœur cette modeste requête, 

Une prière telle une quête. 

 

Si je pouvais, je t’offrirais des fleurs. 

Si je pouvais, je ferais que cessent tes peurs. 

Si je pouvais, je sécherais à jamais tes pleurs. 

Si seulement je pouvais, je t’offrirai mon cœur. 

 

Si je pouvais, je t’amènerais sous d’autres cieux, 

Si je pouvais, toi et moi pour toujours nous serions heureux. 

Si je pouvais, nous vivrions tels Adam et Ève pleinement nus. 

Si je pouvais, nous irions vers des terres vierges et inconnues. 

 

Si je pouvais, je reviendrais sur ma vie passée. 

Si je pouvais, tu serais devenue ma reine pour l’éternité. 

Si je pouvais, je te donnerais les clefs de mon cœur à toi. 

Alors toi et moi serions devenus de nos vies la reine et le roi. 

 

De  

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada

La belle endormie

44359831_10156945944493919_273162295142514688_o

Dessin réalisé par Eri Kel de la France

La belle endormie 

 

Chut ! Silence, mes amis. 

Nous avons cette chance inouïe, 

D’assister à une séance de nudité pleine de vie, 

Une vie comme il se doit : de sérénité faisant envie. 

 

Dame nue devant nos yeux émerveillés, 

Devra être avec grand respect ainsi dessinée, 

Car malgré journée épuisante, c’est avec toute joie. 

Qu’être présente en ce soir, de bon cœur elle accepta. 

 

Femme fragile au cœur tendre, 

Voulant offrir aux amants de cet art, 

Un art si mal connu et pourtant qui vaut de l’or,  

À ces étrangers qui sauront de par son corps l’entendre. 

 

Entendre ses cris et ses peurs, 

Entendre ses rires et bien des pleurs, 

Entendre ses moments de langoureuses jouissances, 

Entendre ses précieux instants d’amitié et de réjouissance. 

 

Prenez donc place artistes chevronnés, 

Devant vous se trouve jolie jeune dame dernière-née, 

De cette époque où une chaste nudité signifiait que tout était permis, 

Sans pour autant manquer de courtoisie envers cette beauté, la belle endormie. 

 

De 

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

J’aime la nuit

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’aime la nuit

 

 

J’aime la nuit,

Car c’est à ce moment,

Où j’affronte mes tourments,

Sans détours et rempli d’énergie.

 

De la nuit, je tire mes forces.

Alors c’est là où enfin je deviens féroce.

Pour régler mes comptes et reconnaître mes peurs,

Même si parfois tristes souvenirs m’envahissent et je pleurs.

 

J’aime cette noirceur,

Car point de lumière, ni d’ombre,

Point d’endroit où il fait si sombre,

Point de mensonge et encore moins de leurre.

 

De la nuit où se repose la vie,

De ces êtres fragiles qui soupirent,

En cette vie où en eux ils peuvent ressentir,

Même si rien ne dure, rien n’est éternel face à l’infini.

 

J’aime cette tranquillité,

Où je peux enfin vivre en vérité,

Être authentique, chose rare en société.

Car c’est dans la nuit où on peut vivre son humanité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Insoumis

received_10214850669612020

Photo par Mélanie Dufresne de Chambly

Insoumis

 

Contre vents et marées,

En parcourant rivières et longs prés,

En allant à contre-courant de ces valeurs,

De ces règles élaborées par ces hypocrites et ces menteurs.

 

Quoiqu’il advienne de ce monde perdu,

Dévasté par tant de crimes, de pleurs et ses vertus.

Vertus données aux gens pour justifier leurs monstruosités,

D’avoir condamné filles-mères et leurs nouveaux-nés rejetés.

 

Devant tant d’injustice, je ne peux que dire non.

Car j’ai choisi de ne point garder silence en taisant mon nom.

Jamais mes yeux se fermeront devant tant de souffrance,

Et toujours ma bouche dénoncera ces âmes démences.

 

Insoumis devant ces tyrans, je serai.

Insoumis devant ces voleurs à cravates, je resterai.

Insoumis devant ces destructeurs de vierges forêts, je me lèverai.

Insoumis devant ces malfrats de tout acabit, je me dresserai.

 

Insoumis en ce jour béni,

Insoumis devant le futur infini,

Insoumis de corps et sûrement d’esprit,

Insoumis je resterai pour combattre mes ennemis.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je m’en vais vers les chemins

Je m'en vais sur les chemins

 

 » Je m’en vais vers les chemins  » par RollandJr St-Gelais de Québec

 

Je m’en vais vers les chemins

 

Hier comme demain,

En ce jour tel que sera mon destin,

Ne tournant point mon regard sur le passé,

Puisque rien ne pourra guérir celle que j’ai aimée.

 

Hier deviendra souvenir,

Parfois de pleurs ! Parfois de rires !

De ces vagues frappant les chauds rivages,

Où j’admirais en secret la beauté de son visage.

 

Aujourd’hui vint la quiétude boréale,

Étendant son manteau blanc de l’hermine hivernale,

Le temps de mes amours insoupçonnés

Où j’en suis sortis tellement blessé.

 

Blessé dans ma fierté,

En affrontant cette triste vérité,

Mais sachant la pureté de cet illustre empereur,

Qui anime tout mon être en son fort intérieur.

 

Symbole du saint empire romain-germanique,

Combattant avec courage les épopées épiques,

Me relevant avec foi en Dieu et avec résilience,

Mieux valait prendre ce mal en patience.

 

Demain est devenu temps présent,

Avec détermination mais sans amertume pour autant,

Prenant mon baluchon avec cœur léger et gaiement,

Je m’en vais vers les chemins avec espoir assurément.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada