Archive | mai 2017

Lettre à mon corps

15219967_696161523867954_6104310700821020973_n (1)

Lettre à mon corps

(Pour mon anniversaire de naissance)

Bonjour mon corps,

C’est à toi que je veux dire aujourd’hui combien je te remercie de m’avoir accompagné si longtemps sur les chemins de ma vie.

Je ne t’ai pas accordé l’intérêt, l’affection ou plus simplement le respect que tu mérites. Souvent, je t’ai même maltraité, matraqué de reproches violents, ignoré par des regards indifférents, rejeté avec des silences pleins de doutes. Tu es le compagnon dont j’ai le plus abusé, que j’ai le plus trahi.

Et aujourd’hui, au mi-temps de ma vie, un peu ému, je te redécouvre avec tes cicatrices secrètes, avec tes lassitudes, avec tes émerveillements et tes possibilités. Je me surprends, surprends à t’aimer, mon corps, avec des envies de te câliner, de te choyer ou te donner du bon.

J’ai envie de te faire des cadeaux uniques, de dessiner des fleurs et des rivières sur ta peau, de t’offrir du Mozart, de te donner les rayons du soleil et de t’introduire aux rêves des étoiles.

Tout cela à la fois dans l’abondance et le plaisir.

Mon corps, je te suis fidèle.

Oh, non pas malgré moi, mais dans l’acceptation profonde de ton amour. Oui, j’ai découvert que tu m’aimais, mon corps. Que tu prenais soins de moi, que tu respectais ma présence.

Combien de violences as-tu affrontées pour me laisser naître, pour me laisser être, pour me laisser grandir avec toi ! Combien d’accidents as-tu traversés pour me sauver la vie ! Mon corps, maintenant que je t’ai rencontré, je ne te lâcherai plus.

Nous irons jusqu’au bout de notre vie commune….
Et quoi qu’il arrive, nous vieillirons ensemble.

– Jacques Salomé

Non à la censure

Non à la censure

18446616_10154741027357523_3626905412079654091_n

En appui à une amie :

17795918_1051016131699168_8373821957803324530_n

Gabrielle Doutre (photographe)

de

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Histoire vraie ?

Histoire vraie ?

Sophie Calle - Des histoires vraies

J’espère bien que non.

RollandJr St-Gelais de Québec

Pour souligner ma visite à Rome

Pour souligner ma visite à Rome

Encore un peu d’humour pour égayer mon blogue durant mon absence.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Puisque je vais visiter Rome…

Puisque je vais visiter Rome…

Un peu d’humour pour égayer mon blogue durant mon absence.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En mon absence…

Capture

En mon absence de mon blogue:

Une photo qui n’est pas du goût de tous.

Se séparer de ses vêtements et poser dans le plus simple artifice, une habitude pour cette bombe néo-zélandaise de 25 ans répondant au nom de Jaylene Cook. De retour sur ses terres natales, la playmate s’est lancé un défi de taille, celui de gravir le mont Taranaki, qui culmine à plus de 2500m, accompagnée de son chéri. Une mission accomplie non sans douleur, ce qu’elle a tenu à célébrer de façon originale (pas tant que cela pour elle).

Fière de sa performance, Jaylene Cook a partagé une photo de sa silhouette après son éprouvante ascension. Alors qu’un équipement de randonnée aurait été de rigueur, chaud qui plus est par les -11°C annoncés par le modèle de Playboy, pas du tout. C’est totalement nue, simplement chaussée d’une paire de baskets, que la playmate s’affiche de dos, surplombant les nuages. « Nous l’avons fait !! C’est de loin la chose la plus dure que j’aie jamais faite ! Aussi bien mentalement que physiquement. Deux minutes après avoir quitté le parking, je souffrais déjà, je transpirais et j’étais prête à rebrousser chemin. Mais c’est incroyable ce que vous pouvez accomplir avec avec l’encouragement et le soutien de votre partenaire !« , a-t-elle commenté sur sa page Instagram.

Source: http://www.purepeople.com/article/une-playmate-pose-nue-en-haut-d-une-montagne-et-fait-scandale_a233872/1

Une bonne idée pour mon séjour en Suisse

04c855974c1058ec33e2deefef0e3f6cj

Une bonne idée pour mon séjour en Suisse

Chez Grob Gallery, peintres et photographes déshabillent les corps.

Exposition L’espace de la rue Etienne-Dumont présente «Nudes», un accrochage éclectique qui fait la part belle au huitième art.

«Nudes»

Jusqu’au 21 juillet chez Grob Gallery, 2, rue Etienne-Dumont, lu-ve 14 h-18 h

Il en va du nu comme de la nature morte ou du portrait: le genre a relevé du répertoire artistique de toute éternité. C’est cette thématique picturale immémoriale que Grob Gallery a choisi de mettre à l’honneur dans sa nouvelle exposition, intitulée avec à propos Nudes et vernie le jeudi 11 mai. Nouvellement arrivée au sein d’Art en Vieille-Ville (AVV), l’enseigne de la rue Etienne-Dumont tiendra ce samedi 13 mai portes ouvertes, comme les autres espaces affiliés à l’association.

Regroupant près de 80 pièces, cet accrochage éclectique présente des peintures, photographies et sculptures des XXe et XXIe siècles, avec une prédilection marquée pour le huitième art. Plusieurs signatures incontournables de la photo ont en effet été réunies aux murs par David Grob, qui fût un temps l’agent du grand Helmut Newton. On peut, par exemple, contempler le célébrissime Nu provençal de Willy Ronis. Sur ce tirage d’une pudeur délicate, datant de 1949, figure la femme de l’artiste français, de dos, à sa toilette: «Il descendait du grenier de sa maison de Gordes lorsqu’il l’a aperçue, penchée au-dessus du lavabo, raconte le galeriste. Frappé par la beauté de l’instant, il lui a hurlé de ne pas bouger et a couru chercher son Rolleiflex.» Quatre prises seront faites et le cliché connaîtra un destin mondial. Dans la même veine prévenante, une image pleine d’un charme mélancolique d’Edward Sheriff Curtis, l’un des principaux anthropologues sociaux des Amérindiens des Etats-Unis, montre une jeune femme, de derrière, au bord d’une rivière dans un sous-bois.

La thématique, toutefois, offre à l’évidence l’occasion d’aborder les modèles de manière beaucoup plus frontale. Les polaroïds d’Eve ligotées commis par Nobuyoshi Araki ou les corps savamment alanguis, sur grand format carré, de Mona Kuhn, dialoguent avec un ensemble de clichés anonymes des années 40 ou 50, glanés au fil des ans par David Grob sur eBay ou les quais parisiens et parmi lesquels s’observent de vrais petits chefs-d’oeuvre de l’intime. Plus loin, une série polissonne de Guy Bourdin, pape de la photo de mode et de la représentation érotique, prouve que sexe et humour font souvent bon ménage: quelques tirages représentent notamment un gaillard moustachu, qu’on dirait débarqué d’une foire du XIXe siècle, portant, à l’horizontale, une nymphe hilare au-dessus de sa tête.

Comptant aussi une huile de Raoul Duffy, un bronze de Paul Gauguin, ou encore une étonnante statue d’une Kate Moss contorsionniste et rose conçue par le plasticien britannique Marc Quinn, la vaste palette de Nudes satisfaira bien des goûts. Mais elle soulève aussi, en osant certaines évocations questionnantes de la nudité – les enfants masqués et dévêtus, sur une plage, de la photographe Tierney Gearon, entre autres – de très actuels débats de société.

Source : http://www.tdg.ch/culture/grob-gallery-peintres-photographes-deshabillent-corps/story/12281762 

 

Ô mes fesses !

New Image 41

Ô mes fesses !

 

 

Ô mes fesses,

Ce que je vous aime.

Vous êtes tendres comme de la crème.

Quel plaisir suave ai-je lorsqu’on vous caresse.

 

Fesse gauche ?

Ou bien fesse droite ?

Elles ne tolèrent aucune main moite,

Encore moins celle de la dame qui de tous temps fauche.

 

Fesses de petits bonheurs,

De ceux que l’on n’oserait pas confesser,

Surtout par la crainte de recevoir une fessée,

Et, ô tel scandale, de ces curés faire tout leur malheur.

 

Voici mes fesses bien tendres et dodues,

Et, croyez-moi, elles ne sont point pour les cocus,

Même si devant vos yeux elles adorent se pavaner dénudées,

Elles savent vraiment qu’elles sont ce point dorées.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une opinion fort intéressante

New Image 11

Une opinion fort intéressante Sujet :

Un modèle nu en érection

Bonjour tout le monde,

Voici un petit textes qu’une gentille dame et elle-même modèle vivant a eu l’amabilité de m’envoyer concernant un questionnement bien précis dans le domaine que j’affectionne, c’est-à-dire la nudité artistique. Une telle question relève de ma dernière séance vécue avec la photographe de Ste-Thérèse. Une expérience que j’ai vraiment adoré vivre.

Veuillez prendre notre que par souci de respecter son anonymat, j’ai retranscrit uniquement ses initiales.

Bonjour Rolland,

Nous sommes tous très différents dans notre approche du modèle. Je pense qu’en art tout est permis dans la mesure du respect de chacun. Quand on pose pour un atelier avec des élèves c’est bien différent que lorsque l’on pose en privé. L’érection est plutôt mal vu en atelier « public » car ça dérange certains élèves. Nous avons eu le cas d’un non renouvellement d’inscription d’un modèle des ateliers beaux-arts de Paris du fait qu’il bandait à chaque fois. Même si je connais certaines personnes qui aimait « l’animalité » qui se dégageait de ses poses, ça ne faisait pas l’unanimité…

Dans le cadre d’un travail en privé en tête à tête avec un artiste, chacun fait comme il veut! De mon point de vue, il n’y a pas de limite si les 2 personnes (ou plus) concernées sont « consentantes »: il existe de bien belles œuvres érotiques grâce à ça! ou qui sortent des sentiers battus. Et si la thématique que vous avez explorée avec la photographe sont les cicatrices et bien pourquoi cacher une partie de son corps plutôt qu’une autre?

Quand à ton érection libre à toi d’aller dans ce sens dans ce contexte-là…

J’ajouterai juste que la question de la limite est très subjective… tes limites à toi (et de ton rapport au corps qui a subi maintes opérations) n’ont rien à voir avec les miennes (moi qui n’ ai subi qu’une seule petite intervention au pied de rien du tout)…

La limite dépend tellement de l’histoire et de la culture de chacun…

Bien à toi,

M.C. de Paris (France)

Qui ne tente rien…

Qui ne tente rien…

Bonjour tout le monde,

New Image 4J’aimerais aujourd’hui vous faire part d’une petite réflexion qui a surgi au sein de mon esprit au courant des dernières semaines. Devrions-nous craindre ce que notre cœur nous incite de faire et ce au point de s’empêcher de s’accomplir ? Oui, il est vrai que la société actuelle nous semble être, à tord ou à raison, très oppressive dans nos choix de vie. D’autant plus que les médias sociaux sont parmi les instruments privilégiés pour condamner toutes formes d’expression qui ne seraient conformes aux idées, je dirais plutôt fausses idées, véhiculées dans nos sociétés.

C’est tout de même triste à reconnaitre que de nos jours la rectitude New Image 12politique ait la préséance sur l’exploration vers des mondes inconnus. Serait-ce là une preuve irréfutable que le retour de l’obscurantisme religieux, à ne pas confondre avec le fait de vivre en conformité avec sa foi puisqu’une telle foi peut aussi être une occasion d’aller vers l’autre, a bel et bien lieu de nos jours ? C’est, après mûres réflexions, vraiment possible.

New Image 6Qui plus est ! On peut aisément constater que le bon vieux dicton qui affirme que  » qui ne tente rien, n’a rien » prend tout son sens à notre époque. En effet, il semblerait que la critique, laquelle est souvent loin d’être constructive, afflue de parts et d’autres dans le seul but de déconstruire l’originalité des œuvres qui osent sortir des sentiers battus. Voilà pourquoi il m’est un devoir presque sacré d’aller sans cesse vers les chemins qui ont été peu explorés tant dans le domaine de la nudité artistique que celui de la poésie et, bien entendu, de la photographie.

Ce qui est amusant, si j’ose dire, c’est le fait qu’il m’est loisible de faire un amalgame de ces trois domaines au sein de mes publications au sein de mon blogue. Un tel amalgame démontre, selon les dires de plusieurs artistes pour qui j’ai posé nu, toute l’harmonie entre les trois composantes de l’être humain que je suis. C’est-à-dire le corps dans sa nudité intégrale, l’âme qui s’exprime via la composition des poèmes et l’esprit qui transpose sur les photos ce qu’il voit de son monde environnant. Trois entités qui ne forment qu’une seule et même personne: votre humble serviteur.(1)

Je termine donc mon présent article par cette double question New Image 14fondamentale : « L’homme aurait-il été capable de se surpasser si il avait toujours tenu-compte des barrières, plus souvent qu’autrement invisibles, imposées par la société ? Par conséquent, sa liberté d’expression serait-il davantage brimée à notre époque où tout est scruté à la loupe par des gens plus intéressés à leur avantage pécuniaire que par l’ouverture sur le monde ? » De telles problématiques inciteront de plus en plus de gens à ne rien risquer. Merci de me donner votre réponse.

Bonne semaine à vous !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

(1) Vous devez certainement vous douter de mon emprunt au concept de la sainte trinité qui a été longuement élaboré par les Pères de l’Église chrétienne.