Archives de tags | réseau social

Voilà pourquoi il faut parfois ne pas hésiter

N'hésite pas
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Voilà pourquoi il faut parfois ne pas hésiter

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, je passe un dimanche tout simplement magnifique. En effet, après avoir eu une nuit réparatrice, pris une bonne douche et m’être préparé pour un service religieux comme je le fais à chaque dimanche, un excellent déjeuner s’est offert à votre humble serviteur. Un repas que je prends à mon restaurant préféré situé à proximité de l’église de ma paroisse. C’est pour moi un rituel qui m’est précieux d’accomplir afin d’entreprendre une nouvelle semaine.

Bref, remercier Dieu pour les bienfaits passés et lui faire confiance pour ceux à venir. N’est-ce pas là la base de la foi tant chrétienne que musulmane et juive ? Une foi en un seul Dieu pour l’humanité entière ? Et, qui dit avoir la foi, dit aussi faire confiance en l’autre.

Ceci m’amène à vous parler d’un aspect qui, je crois bien, n’a pas été tellement développé au sein de mon blogue dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie ainsi que, de manière occasionnelle, à mes partages sur différents sujets. Des sujets que plusieurs de mes abonnés m’incitent à développer à la suite des questions posées lors d’échange sur le réseau social Facebook. Bref, je désire développer sur la liberté du modèle dans ses choix de poses, et en particuliers là où la nudité est utilisée comme un outil de travail.

C’est un fait. La liberté du choix des poses fait partie inhérente du travail de modèle vivant. Aucun modèle est dans l’obligation d’acquiescer aux demandes de la personne en charge de la séance. Ladite personne peut être un photographe, un artiste-peintre, un sculpteur ou encore, et c’est le plus bel exemple qui me vient en tête, le responsable d’un atelier. Ces personnes peuvent suggérer, demander, proposer tel ou tel type de pose souhaitée mais elles ne peuvent en aucun temps l’exiger chez le modèle vivant. Ici, tout est une question de liberté pleine et entière.

Cependant, certains d’entre vous peuvent croire qu’une telle liberté est susceptible de restreinte l’imagination de la pose. Détrompez-vous ! En effet, une telle liberté peut inciter le modèle a réalisé une pose de son choix dépassant les attentes du responsable de la séance. Je base mes propos sur une conversation que j’ai échangée avec un photographe qui se spécialise dans le nu. En effet, j’ai désiré en savoir plus sur ce que le modèle féminin aurait peut-être ressenti en posant nue dans une pose, disons-le sans ambiguïté, plutôt « audacieuse » en tenant-compte du caractère artistique de mon blogue. Un échange qui m’a paru tellement intéressant que j’ai décidé d’en faire un sujet dans le présent article.

Sa réponse m’a beaucoup plus, et ce, pour deux raisons majeures. Et premier lieu, le modèle est sans contredit la personne la mieux placée pour y répondre. N’est-elle pas celle qui a choisi une telle position ? Et, en dernier lieu, le photographe lui avait demandé de prendre une pose mettant en valeurs la beauté de ses pieds dans leurs plus simples apparats. Il est vrai que les pieds ont été photographiés avec professionnalisme. Toutefois, et pour le commun des mortels, le regard a tendance à se porter sur une autre partie de son anatomie.

Attention ! La sobriété, la perspective et la prise d’angle dénotent une volonté d’éviter toutes formes de vulgarité chez le photographe. C’est la raison pour laquelle, et après mures réflexions, j’ai décidé d’y consacrer un article.

En résumé, la liberté peut être une source intarissable de créativité laquelle peut à son tour susciter des réactions tantôt positives, tantôt négatives, chez le public. Mais, n’est-ce pas le propre du domaine artistique ? De ne laisser qui que ce soit indifférent. Voilà pourquoi il faut parfois ne pas hésiter.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

L’importance de l’originalité

L’importance de l’originalité

Bonjour tout le monde,

16487236_853126764789744_2404040577305020006_oComment allez-vous en cette saison hivernale qui poursuit allègrement sa route vers le doux et réconfortant printemps? Pour ma part, je peux vous dire, et ce avec une certaine fierté et à mon grand étonnement que le poème intitulé  » Passé inconnu! Avenir perdu! » a connu un succès auquel je ne m’y attendais vraiment pas. En effet, ledit poème qui est un cri du cœur de la part de votre humble serviteur sur l’importance de préserver le patrimoine judéo-chrétien que nous ont légué nos ancêtres et qui existe encore de nos jours a suscité un remous au sein du réseau social Facebook. À vrai dire, loin de moi l’idée que ce poème aurait été partagé au sein d’un groupe dédié à la photographie. Comme quoi les voies du Seigneur sont impénétrables.  

Plusieurs d’entre vous doivent se questionner sur la motivation d’avoir composé un tel poème. Question parfaitement légitime de votre part surtout si l’on tient compte de la principale thématique de ce blogue, c’est-à-dire ma passion en tant que modèle vivant pour des écoles d’arts et des ateliers pour artistes professionnels ou amateurs. Je suis certain que peu d’entre vous savent que ma première formation universitaire est en histoire.

Hé bien oui! Aussi loin que je me souviens, l’histoire m’a toujours fasciné. Serait-ce new-image141par le fait d’être membre de la plus grande communauté d’expression française en Amérique du nord luttant encore et toujours contre l’envahisseur britannique en préservant coûte que coûte sa langue, ses traditions et son histoire? Serait-ce plutôt le fait d’avoir appris qu’un de mes oncles maternels ait donné sa vie, comme bien d’autres de ses compagnons d’armées, pour libérer la France occupée par les nazis? Serait-ce tout simplement mon goût pour la lecture que ma défunte mère encourageait en me procurant de nombreux livres? C’est possible. Quoiqu’il en soit, j’ai appris dès le plus jeune âge qu’un peuple qui ignore son passé est condamné à perdre son identité et à se fondre dans une masse difforme jusqu’à ce qu’il disparaît dans le sombre néant.

rolland-st-gelaisVoilà pourquoi mon désir de perpétuer le souvenir de cette école, même si mes pieds n’en ont jamais foulé le sol, a germé en mon esprit. Démolir un lieu où vécurent fort probablement des générations de personnes, en l’occurrence des élèves et leurs éducateurs, c’est d’abord et avant toute chose le reniement de leur être le plus profond, c’est-à-dire ce qui a été laissé par leurs prédécesseurs et qui a formé ce qu’ils sont réellement. Nous sommes le legs que nous ont transmis nos ancêtres. Perdre volontairement un tel legs, avec ses bons et ses mauvais côtés, ne peut que nous amener sur la  mer agitée de l’incertitude et de la peur. Ces dernières constituent les fondements du rejet de l’autre que l’on craint du simple fait que l’on ignore qui l’ont est vraiment.

Il y a cependant une autre raison incitative dans mon désir d’avoir composé un tel poème. Une raison qui ne peut passer inaperçue tellement, comme dit si bien une expression bien particulière, qu’elle saute aux yeux. Il s’agit donc de l’originalité même de la photo qui a suscité en moi un vif désir, tels des charbons ardents au sein d’une fournaise et qui ne peuvent se calmer qu’en exprimant avec des mots les maux qui accablent bien des gens au prise avec la destruction éhontée de leurs patrimoines qui à leur tour doivent faire place, plus souvent qu’autrement, à la spoliation de promoteurs avides de profits. L’amour de l’argent ruine bien des gens! Ne l’oublions jamais, mes chers amis.

Oui, tout le monde peut faire de la photo. Toutefois, il est impératif de trouver la parcelle, telle une graine de semence, qui fera germer chez ceux qui la verront une émotion particulière. Cette dernière peut être de tout ordre tel que, à titre d’exemples, de la joie ultime jusqu’à une légitime révolte. C’est justement une telle émotivité qui m’a permis de composer mon dernier poème.

Il en est de même des photos de nudité artistique. C’est bien beau, et avouons-le, agréable de pouvoir admirer un corps nu féminin. Mais, il ne peut être question de s’en tenir qu’à regarder pour le simple  plaisir de regarder tout comme il est inutile, voir malsain de poser nu uniquement pour le goût de le faire. L’objectif fondamental de toute séance de nudité artistique ne relève-t-il pas d’amener les participants à élever leurs regards à un second niveau? Celui de voir ce que l’on ne voit pas? Celui de découvrir le sens que je qualifierais presque de sacré loin des yeux profanes du commun des mortels? Certes, il peut arriver que parfois, j’ai bel et bien écrit « parfois », que certaines poses peuvent êtres davantage provocatrices que d’autres. Il y a aussi des clichés qui témoignent du sens très professionnel du photographe et aussi, vous l’avez sans doute deviné, du modèle nu.

for_you_by_baseport-d36wfouJ’ai pour preuve cette photo réalisée par un photographe membre du site DeviantArt. Une oeuvre tout à fait remarquable et qui, soyez-en convaincus, sera une source d’inspiration pour la rédaction d’un poème dans un proche futur. Et pourquoi donc? Me diriez-vous? À cette interrogation, somme toute pertinente, je vous dirais que j’ai rarement vu une photo de nudité artistique susciter en moi autant d’émotions. D’ailleurs, je n’ose même pas, et qui oserait le faire?, imaginer toute la réflexion que le photographe a dû faire pour parvenir à accomplir, d’une certaine façon, un tel exploit. Il va de soi que l’apport du modèle est un facteur essentiel dans le résultat final. Voilà pourquoi je poursuivrai mon travail d’investigation sur l’importance de l’originalité dans les prochains articles.

Merci de m’avoir lu et à bientôt!

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada Source: http://baseport.deviantart.com/